Le Camp pour le droit au logement du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) s’est installé jeudi après-midi dans un espace vert tout près du quartier général de la police de Montréal et de la Place des Arts. Par son geste, le FRAPRU veut sensibiliser aux problèmes de logement et d’itinérance en ville. Plus tôt, une marche avait commencé au square Dorchester. Les manifestants se sont dirigés vers l’est de la ville pour s’arrêter au petit parc choisi, tout près de la place des Festivals, afin d’installer le campement.

La police a aussitôt prié les manifestants de quitter les lieux. Elle a menacé de saisir tentes et équipements s’ils refusent d’obtempérer. Une majorité a accepté de plier bagage, mais certains sont restés, estimant y avoir droit jusqu’à minuit, selon la réglementation municipale. Peu après, des dizaines de policiers ont procédé au démantèlement du camp.

Le

Le

Jennifer Pawluck, une anarchiste canadienne, avait posté sur son compte Instagram la photo d’un graffiti représentant blessé par balle, un policier bien connu au Canada, Ian Lafrenière, avec en y ajoutant la note “One cop one bullet” (“Un flic, une balle”) . Elle risquait une peine de prison et une grosse amende : la peine est finalement de 18 mois de sursis, de 100 heures de travaux publics et d’une interdiction de poster publiquement quoi que ce soit sur les réseaux sociaux pendant un an.

Le tag ACAB incriminé

Le tag ACAB incriminé

La Chambre basse du Parlement du Canada a voté, mercredi 6 mai, une loi antiterroriste étendant considérablement les pouvoirs de ses services de renseignement. Annoncée il y a six mois, au soir d’une fusillade au Parlement, puis débattue par les députés en à peine deux mois, cette réforme suscite des contestations au Canada. En théorie, cette loi doit renforcer l’arsenal juridique pour empêcher les départs vers des zones de combat et prévenir de prochaines attaques.

Jusqu’ici cantonné à la collecte d’informations et à la surveillance, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) peut désormais « perturber » les actions de présumés terroristes (en piratant par exemple leurs comptes Internet) et placer sur écoute des Canadiens et leurs proches s’ils sont soupçonnés d’avoir une « intention » malfaisante. Pour arrêter plus facilement un individu, les agences fédérales pourront s’adresser à un juge lors d’auditions secrètes auxquelles aucun avocat de la défense ne sera présent. L’échange et le partage de contenu sur Internet servant de « propagande terroriste » deviendront en outre un geste criminel, quelle que soit l’intention de l’internaute en cause.

Le siège du SCRS à Ottawa

Le siège du SCRS à Ottawa

Le 1er Mai s’est terminé en multiples affrontements entre policiers et manifestants anti-capitalistes ce soir au centre-ville de Montréal. Plusieurs personnes ont été interpellées, un policier a été blessé au visage et des voitures ont été vandalisées.

La Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) indiquait clairement: «le but de la manifestation sera de perturber autant que possible les activités commerciales habituelles de ce secteur de la ville. Cette manifestation vise à déranger l’ordre établi, car c’est le but de toute manifestation digne de ce nom». Dès le départ au Square Phillips, un affrontement a éclaté entre les forces de l’ordre et quelques manifestants. Un policier a alors utilisé du poivre de Cayenne. Environ 15 minutes plus tard, la police de Montréal déclaré la manifestation illégale à la suite d’un second affrontement. Les policiers de Montréal aidés par leurs collègues de la Sûreté du Québec, ont alors utilisé des gaz irritants et des bombes assourdissantes ont été envoyés sur la rue Sainte-Catherine. Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnes ont rapporté que des passants ont été incommodés, dont un enfant en bas âge. La foule s’est en petits groupes groupuscules pourchassés dans les heures suivantes aux quatre coins du centre-ville.

Affrontements au 1er mai anticapitaliste à Montréal

Affrontements au 1er mai anticapitaliste à Montréal

Jennifer Pawluck, une anarchiste qui avait diffusé sur Internet un graffiti montrant un des policiers montréalais les plus en vue de par ses fonctions de responsable des relations avec les médias avec un trou de balle dans la tête, a été reconnue coupable de harcèlement criminel, ce jeudi. Elle avait pris une photo du graffiti et l’avait diffusée sur le réseau de partage de photos Instagram. Les représentations sur la peine auront lieu le 14 mai, Jennifer Pawluck risque est passible d’une peine maximale de six mois de prison et 5000 $ d’amende.

Le tag ACAB incriminé

Les opposants au projet de loi “anti-terroriste” C-51 se sont réunis encore une fois devant les bureaux du premier ministre, aujourd’hui samedi à Ottawa. Les manifestants se sont rendu devant l’Ambassade américaine pour dénoncer le texte qui donnerait notamment au Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) plus de pouvoirs pour surveiller et bloquer les complots de terrorisme, plutôt que de seulement rassembler des informations sur les suspects. D’autres manifestations ont lieu dans plus de 30 villes partout au pays, dont Montréal et Halifax.

Les partis d’opposition suggéraient des amendements, mais les conservateurs ont utilisé leur majorité au comité de la sécurité publique pour en écarter plusieurs, à l’exception de quelques-uns qui seront finalement modifiés. Parmi les modifications, le gouvernement a assoupli sa position sur la participation à des manifestations. Le gouvernement a aussi apporté un amendement au texte pour préciser le rôle et la portée des interventions du SCRS précisant qu’il n’a pas de pouvoirs policiers, donc pas de pouvoirs d’arrestation. La troisième lecture du projet de loi est prévue au retour en chambre lundi prochain, il devrait être adopté d’ici l’été.

Rassemblement à Halifax

Rassemblement à Halifax

Quelques centaines de manifestants avaient opté pour le Carré Saint-Louis comme point de départ à leur manifestation vers 21 heures, sans fournir d’itinéraire, ce qui fait qu’après cinq minutes, la manifestation était déclarée illégale. Puis, les manifestants, par petits groupes, se sont mis en route. Les nombreux policiers ont réussi à encercler deux de ces groupes. Les 82 personnes interpellées devront payer une contravention de 640 dollars en vertu du règlement P-6. Un jeune homme a été arrêté pour des infractions de menaces de mort et d’entrave au travail d’un policier. Et un véhicule de police a été vandalisé non loin de la Station centrale.

Par ailleurs, le site internet de la police de Montréal n’est plus fonctionnel depuis le milieu de la soirée de vendredi, victime d’une attaque informatique revendiquée par le groupe Anonymus Québec. Ce samedi soir, le site étair encore bloqué:
Voir le site de la police (ou il n’y a rien à voir)

Manifestation interdite d’hier soir à Montréal

Manifestation interdite d'hier soir à Montréal

Hier mercredi, l’UQAM avait décidé de faire respecter l’injonction ordonnée il y a une semaine par la Cour supérieure, qui empêche quiconque de perturber les activités sur le campus. Pour protester contre cette mesure, plus d’une centaine d’étudiants avaient marché dans l’université en après-midi. Les gardiens de sécurité les ont empêchés d’entrer dans les salles de classe et la police a été appelée en renfort lorsque la situation a tourné à l’affrontement. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a procédé à 22 arrestations. Les policiers n’ont pas hésité à utiliser leur bâton télescopique et ont isolé les étudiants – qui étaient maintenant plusieurs centaines – à l’aide de barrières improvisées. L’escouade antiémeute est ensuite arrivée. Parmi les 22 personnes arrêtées 17 sont accusées d’attroupement illégal et méfait, quatre autres d’attroupement masqué et méfait.

Aujourd’hui jeudi une centaine de manifestants ont occupé un pavillon de l’université montréalaise UQAM pour protester entre autres contre les arrestations de la veille. Des bureaux et des chaises avaient été empilés dans les escaliers roulants. Les ascenseurs avaient été bloqués par des divans. Des murs ont été tagués et des objets été arrachés à coups de marteau. Les forces policières ont donné l’assaut peu après minuit, Des gaz lacrymogènes ont été lancés dans la rue pour disperser les manifestants qui s’y sont retrouvés.

Barricade à l’UQAM

Barricade à l'UQAM

Les répercussions des décisions du gouvernement touchent particulièrement les femmes qui sont aussi les premières victimes des compressions au sein des organismes communautaires. La manifestation féministe de mardi soir est la première non-mixte dans le mouvement printanier contre l’austérité. Quelques centaines de femmes se sont d’abord rassemblées à la place Norman-Bethune, au centre-ville. Un fort cordon policier les a surveillées des deux côtés du cortège.

Les policiers ont tenté de canaliser le trajet des manifestantes en bloquant plusieurs rues, mais vers 22h00, certaines manifestantes, refusant de suivre la direction que voulaient leur imposer la police, ont créé une brèche dans un barrage. Au cours de cette brève bousculade, les policiers ont fait usage de poivre de Cayenne. La police a alors ordonné la dispersion de la foule, ce qu’elle a fait en utilisant du gaz lacrymogène. Une manifestante a été arrêtée pour voie de fait contre des policiers à vélo, et une autrepour avoir refusé d’obtempérer à un ordre d’un policier.

Incidents à la manifestation non-mixte anti-austérité

Incidents à la manifestation non-mixte anti-austérité

La manifestation, qui réunissait 75.000 personnes selon les orgnisateurs (syndicats, organisatinos sociales et étudiantes), est partie du Square Victoria à 13h. Vers 15h, le gris de la manifestation a mis fin à sa marche au parc Émilie-Gamelin, juste à côté de l’Université du Québec à Montréal et de la gare d’autobus. Un autre groupe a poursuivit sa marche jusqu’à l’avenue Maisonneuve, une artère importante, qui a été bloquée. Les policiers sont alors intervenus en lançant des capsules de gaz irritant. Après 16h, les manifestants ont regagné le terrain qu’ils avaient perdu, certains ont lancé des bouteilles et autres projectiles aux policiers. Des manifestants ont placé des tables et des clôtures métalliques devant les policiers pour former une barricade et les empêcher d’approcher. À 17h15, le Groupe tactique d’intervention a chargé les manifestants, retirant les barricades.

Il s’agissait de la plus importante manifestation à Montréal des deux dernières années. Deux personnes ont été interpellées en vertu du règlement municipal P-6, l’un pour port de masque, l’autre pour refus d’obtempérer. Les organisateurs n’ont pas donné l’itinéraire à l’avance au Service de police de la ville de Montréal, bien que cela contrevienne au règlement municipal encadrant les manifestations. Les policiers ont tout de même dû tolérer la manifestation.

Canada: Affrontements après la grande manifestation anti-austérité à Montréal