Ce 4 juillet, le « Comité pour la Levée de l’état d’urgence en Turquie » commencera une marche de quatre jours pour relier les universités de Liège et de Bruxelles en passant par celle de Leuven. Le trajet fait plus de 100 km, le départ se fera mardi 4 juillet à 10h, à la Place du XX août à Liège. Semi et Nuriye sont deux enseignants turcs proches du Front Populaire qui ont perdu leur emploi dans les purges d’après le « coup d’état ». Ils sont en grève de la faim depuis 115 jours.

Marche de Liège à Bruxelles pour Semih et Nuriye

Marche de Liège à Bruxelles pour Semih et Nuriye

Une trentaine de manifestants se sont rassemblés à 16h devant l’ambassade de Turquie, rue Montoyer à Bruxelles. Ils se tenaient en solidarité avec Nuriye et Semi, deux profs turcs en grève de la faim depuis 112 jours et emprisonnés à Ankara. Après le coup d’état, Nuriye et Semi ont fait partie de ces centaines de militants de gauche visés par les purges du régime. Ils se sont mis en grève de la faim puis ont été arrêtés pour « troubles de l’ordre public » avant que le régime n’ajoute à leurs chefs d’inculpation l’appartenance à un groupe terroriste (le DHKP-C). Ils survivent actuellement en prenant de l’eau, du sucre, du sel et des vitamines. Une très grande mobilisation se fait autour de ces deux militants proches du Front Populaire (Halk Cephesi), 111 personnalités ont hier signé une pétition demandant leur libération (avec entre autres Ken Loach, Noam Chomsky, Manu Chao,…). Le HDK (Congrès des Peuples, proche du HDP ) s’est positionné en solidarité avec eux, ainsi que des députés du CHP (parti kémaliste social-démocrate turc), et bien sûr une grande partie de la gauche révolutionnaire turque.

Ce 1er juillet, un rassemblement pour Nuriye et Semi aura également lieu à 17h, Place de la République à Paris.

Solidarité avec Nuriye et Semi !

Solidarité avec Nuriye et Semi !

Nuriye Gulmen et Semih Özakça, deux professeurs turcs visés par les purges d’après le coup d’état et proches du Front Populaire sont en grève de la faim depuis 110 jours. Ils ont été emprisonnés alors qu’ils étaient déjà en grève de la faim et accusés d’appartenir à une organisation terroriste (le DHKP-C). Une manifestation aura lieu devant l’Ambassade de Turquie ce mercredi 28 juin à 16h à Bruxelles, Rue Montoyer 4.

Nuriye Gulmen et Semih Özakça

Un militaire turc a été tué lors d’une opération militaire lancée contre les guérillas du PKK dans la commune Genc (région de Bingol). L’opération appuyée par les forces aériennes se poursuit. Par ailleurs, un des deux gardiens de village blessés lors de l’opération menée sur le mont Cudi à Sirnak (voir notre article), a succombé à ses blessures à l’hôpital où il avait été transféré. Enfin, l’aviation turque a enfin effectué plusieurs bombardements au Kurdistan, tuant une vingtaine de personnes.

Un militant connu du DHKP-C, İnanç Özkeskin, a été abattu par les policiers lors d’un raid des commandos anti-terroristes, dans le quartier de Kadikoy à Istanbul. Pour justifier cette exécution, la police affirme qu’il préparait un attentat contre le ministre de l’Intérieur, mais İnanç Özkeskin, qui était actif dans le soutien aux prisonniers politiques (son frère, militant du DHKP-C, est mort lors d’une grève de la faim), vivait avec sa mère dans cette maison, au vu et au su de tout le monde.

İnanç Özkeskin

İnanç Özkeskin

Quelques dizaines de manifestants se sont rassemblés Place de la Monnaie à Bruxelles ce samedi entre 14h et 17h en solidarité avec Semih et Nuriye. Semih et Nuriye sont ces deux profs turcs en grève de la faim depuis 88 jours et emprisonnés depuis deux mois, ils ont été victimes des purges post-putsch et protestent pour leur réintégration. Voir notre précédent article.

Rassemblement pour Semih et Nuriye

Rassemblement pour Semih et Nuriye

Des dizaines de milliers de professeurs turcs ont été victimes des purges d’Erdogan sous prétexte de lutte contre les auteurs du putsch du 15 juillet dernier. Parmi eux, Nuriye Gülmen et Semih Özakça résistent depuis des mois pour demander leur réintégration. Après 80 jours de grève de la faim devant le monument aux droits de l’homme à Ankara devenu le lieu de rendez-vous des professeurs licenciés, le régime Erdogan a décidé d’emprisonner Nuriye et Semih pour éviter la contagion sociale.
Ainsi, pour avoir refusé la soumission, ces deux professeurs résistants ont perdu leur travail, leur santé et leur liberté. En grève de la faim depuis 87 jours, ils risquent à tout moment de perdre également la vie.

Rassemblement ce samedi 3 juin de 14h à 17h à Bruxelles, Place de la Monnaie.

Manifestation en solidarité avec deux profs turcs victimes des purges et emprisonnés

Manifestation en solidarité avec deux profs turcs victimes des purges et emprisonnés

Deux enseignants, Nuriye Gulmen et Semih Özakça sont en grève de la faim depuis plus de deux mois, après avoir été été limogé avec 100.000 autres personnes dans le cadre des purges qui ont suivi le putsch. Alors qu’ils étaient en grève de la faim, ils ont été arrêtés ce lundi 22 mai et sont depuis emprisonnés dans l’attente de leur procès à Ankara pour « appartenance à une organisation terroriste » (le DHKP-C). Les deux enseignants déclaraient quelques jours avant leur arrestation « pour nous, la résistance continuera en prison, la résistance doit se poursuivre à l’extérieur ». Leurs avocats ont également été arrêtés.

Un rassemblement aura lieu à Bruxelles ce samedi. Heure et lieu à préciser.
EDIT: La manifestation est reportée à samedi 3 juin, 14H00-17H00 Place de la Monnaie

Nuriye Gulmen et Semih Özakça

Adem Yildiz, Ilgin Guler et Memet Dogan, trois militants antifascistes turcs sont menacés d’expulsion (voir notre dernier article ici). Memet Dogan passera en commission d’expulsion le mercredi 24 mai à 9h au TGI de Melun. Nihat Karakaya passera quant à lui en audience à la Cour Nationale du Droit d’Asile la veille, le mardi 23 mai à 14h, pour statuer sur le retrait de sa protection. L’avocate appelle à une présence massive de soutiens.

Cliquer pour télécharger le dossier

Cliquer pour télécharger le dossier

Sila Abalay, une militante de gauche de 18 ans a été exécutée par la police durant une perquisition à son domicile à Istanbul. Sila avait déjà été emprisonnée en 2015 -elle était alors âgée de 16 ans- à la suite d’une vague répressive qui avait suivi l’attaque par le DHKP-C du tribunal de Caglayanle. Elle avait alors été accusée d’appartenir à une « organisation illégale » et d’avoir participé à des actions armées. Durant son emprisonnement, elle a fait une longue grève de la faim pour avoir le droit d’être traitée comme une prisonnière politique. Les journaux turcs prétendent que l’exécution a résulté d’un affrontement avec la police.

Sila Abalay

Sila Abalay

Kemal Gun, 75 ans, est en grève de la faim depuis 64 jours, il demande à pouvoir enterrer son fils, Murat Gun, guérillero du DHKP-C tué dans un bombardement turc en novembre 2016 aux côtés de 10 autres guérilleros. Il demande à récupérer la dépouille de son fils que l’état turc lui refuse. A Bruxelles, une grève de la faim solidaire s’était tenue au début du mois d’avril à notre local, le Sacco-Vanzetti.

Manifestation solidaire à Paris ce soir du 28 avril à 19h, Place de la République.

Grève de la faim solidaire à Bruxelles

Grève de la faim solidaire à Bruxelles