Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Ces dernières semaines, Interpol a publié les ordonnances de jugement de plusieurs dirigeants, membres et sympathisants du Parti Communiste-Ouvrier Hekmatiste, à commencer par Koorosh Modaresi, son secrétaire général. Les militants vivent tous dans d’autres pays. Leurs jugements ont été prononcés par le tribunal et le juge de la République Islamique à Sanandaj. Interpol les a ouvertement déclaré ‘WANTED’ (recherchés), alors que tout militant de l’opposition à la République Islamique est poursuivi par les tribunaux du gouvernement comme ‘terroriste’, ‘saboteur’, ‘rebelle’, et que le système législatif de la République Islamique n’est qu’une machine pour légitimer les meurtres, la terreur et l’exécution de dizaines de milliers d’opposants.

Manifestation du PCOH

Koorosh Modaresi

Manifestation du PCOH
Koorosh Modaresi

Bahman Moarefi, appelé ‘Shirko’ (photo), un militant du Komalah (organisation communiste des kurdes d’Iran) a été reconnu Mohareb (ennemi de Dieu) par le système judiciaire iranien! Shirko Moarefi, 30 ans, originaire de Banneh (province du Kurdistan) a été accusé de propagande contre le régime et de lutte contre Dieu et a été condamné à mort. Il a été arrêté le 1er novembre 2007 et détenu dans le bureau des renseignements de Saghez. Actuellement, il a interdiction de recevoir des visites en détention. En préparation de son exécution, Shirko Moarefi a été transféré en cellule d’isolement à la prison centrale de Saghez. Il est l’un des militants civils kurdes arrêtés à Saghez et condamné à mort après avoir été interrogé et violemment torturé. Voici la liste des militants kurdes susceptibles d’être prochainement exécutés: Shirkoh Moarefi, Habibollah Latifi, Ms. Zeynab Jalaliyan, Farhad Chalesh, Ramezan Ahmad, Rostam Arkiya, Fasih Yasamini, Rashid Akhkandi, Hossein Khaziri, Farzad Kamangar, Ali Heydariyan, Farhad Vakili.

Shirko

Shirko

Des femmes et des jeunes se sont rassemblés dans les rues de Sanandaj aujourd’hui pour dénoncer l’exécution, le 11 novembre, d’Ehsan Fattahian, prisonnier politique kurde. Les manifestant(e)s ont crié des slogans comme ‘non à l’exécution de nos enfants‘ et ‘les prisonniers politiques doivent être libérés‘. Il y avait au début une cinquantaine de manifestant(e)s, auxquels se sont progressivement joints d’autres personnes. La police et les hommes de main du ministère des renseignements ont attaqué la manifestation et plusieurs personnes ont été arrêtées. Ehsan Fattahian a été enterré ce matin à Kermanshah. Les forces répressives du régime avaient averti qu’elles réprimeraient toute agitation à cette occasion et que la cérémonie devrait être réservée à la famille proche.

Ce mercredi 11 novembre à l’aube, Ehsan (Esmaïl) Fatahian, 27 ans, originaire de la population déshéritée du Kurdistan, a été pendu dans la prison centrale de la capitale provinciale, Sanandaj. Il avait été arrêté le 20 juillet 2008 dans la ville kurde de Kamyiaran. Il avait d’abord été condamné à 10 ans de prison, puis sa peine avait été commuée en peine de mort. Eshan Fattahian était accusé d’être ‘morabeh’ (‘ennemi de Dieu’) et d’être militant du Komalah, une organisation communiste kurde.

Ehsan Fatahian

Vidéo d’hommage sur YouTube

Le site web du Komalah

Ehsan Fatahian

Dans une mesure visant à détruire le syndicat indépendant constitué l’an dernier par les travailleurs de l’immense complexe de plantation/raffinerie de sucre de Haft Tapeh dans le sud de l’Iran, un tribunal a condamné le 12 octobre dernier six leaders syndicaux à des peines de prison immédiates sur la base d’accusations portées en octobre 2007. Les sentences prononcées l’an dernier contre trois dirigeants syndicaux condamnés pour activités syndicales et pour avoir ‘mis en danger la sécurité nationale‘ ont été renversées en appel en septembre. Deux dirigeants syndicaux, le président Ali Nejati et l’agent de communications Reza Rekhshah, qui risquent tous deux de lourdes peines d’emprisonnement, attendaient toujours le résultat de leur appel lorsque le tribunal de la ville de Dezful a prononcé les sentences contre les six dirigeants pour les accusations similaires portées en 2007.

Ghorban Alipour, Feridoun Nikoufard, Jalil Ahmadi, Nejat Dehli et Ali Nejati ont tous reçu une peine de six mois d’emprisonnement ferme immédiat, assortie d’un sursis de six mois supplémentaires pour les cinq prochaines années; au cours de cette période, il leur est interdit de se livrer à des activités syndicales. Mohammmad Heydari Mehr a été condamné une peine de quatre mois d’emprisonnement ferme, assortie d’un sursis de huit mois. Ali Nejati doit purger son sursis en prison, ce qui signifie qu’il pourrait passer un an complet en privation de liberté. Si l’appel de sa condamnation de 2008 est rejeté, sa peine d’emprisonnement pourrait atteindre plus de deux ans.

Au cours des dernières années, les travailleurs de Haft Tapeh ont dû recourir régulièrement à des grèves et à d’autres actions syndicales pour obtenir le paiements d’importants arrérages salariaux et protester contre la détérioration de leurs conditions de travail. Le syndicat a été officiellement constitué en juin 2008 après une grève de 42 jours pour obtenir le versement d’arrérages dus depuis longtemps. Le président du syndicat de Haft Tapeh, Ali Nejati, n’a pu reprendre son poste au complexe et son nom a été placé sur une liste noire de l’emploi dans toute la région depuis sa libération en avril, après un mois de mise au secret dans un centre de détention des services de renseignement. Les autres leaders condamnés le 12 octobre ont aussi été forcés de quitter leur emploi et avisés de se présenter à la prison.

Voici quelques photos de la manifestation organisée ce samedi par le Comité de solidarité avec la lutte du peuple en Iran devant l’ambassade de la R.I. d’Iran à Bruxelles.

Manifestation pour le peuple iranien à Bruxelles

Manifestation pour le peuple iranien à Bruxelles

Manifestation pour le peuple iranien à Bruxelles

Manifestation pour le peuple iranien à Bruxelles

Lire le texte de la manifestation (.pdf)

Manifestation pour le peuple iranien à Bruxelles
Manifestation pour le peuple iranien à Bruxelles
Manifestation pour le peuple iranien à Bruxelles
Manifestation pour le peuple iranien à Bruxelles

Les mouvements de protestation de ces dernières semaines, en Iran se sont poursuivis avec les manifestations du 9 juillet et auxquels le régime a riposté par de nombreuses arrestations et des tortures barbares dans les prisons. Dans un tel contexte de désaveu populaire, le 25 juillet est le jour où Ahmadinéjad se prépare à s’adresser au Parlement pour prêter serment.

Le Comité de solidarité avec la lutte du peuple en Iran appelle aussi, ce jour-là, en soutenant la lutte du peuple en Iran,

–pour la continuation de sa lutte,
–pour protester contre les arrestations,
–pour protester contre la torture féroce de simples citoyens et des activistes politiques,
–pour protester contre la mise à mort des personnes arrêtées,
–pour exiger la publication des noms des disparus et connaître leur sort,

Il organise un rassemblement demain samedi devant l’ambassade de la R.I. d’Iran de 13h à 15h au 15, Avenue Franklin Roosevelt (à la hauteur de l’ULB)

De nombreux accrochages, manifestations et plusieurs arrestations ont eu lieu ce 21 juillet dans la capitale iranienne, jour symbolique commémorant la nationalisation du pétrole. A Téhéran et dans d’autres grandes villes, le peuple a à nouveau bravé l’interdit et les menaces du ministre de l’intérieur en redescendant dans les rues. Cette journée d’action et de manifestation était trés symbolique. Elle coïncidait avec la commémoration d’une journée anniversaire de soutien populaire, en 1952, à la nationalisation du pétrole, un an avant le coup d’État anglo-américain contre Mohammad Mossadegh, le premier ministre de l’époque qui avait amené le Shah au pouvoir.

Cette nuit du 21 au 22 juillet, les affrontements ont continué dans de nombreux quartiers populaires de la ville de Téheran. La vidéo suivante, filmée hier, montre un basij’s en civil et un policier anti-émeute tirent sur des manifestants:

Voir la vidéo

Un important rassemblement de soutien à la lutte du peuple iranien a eu lieu ce samedi de 14h à 16h30 devant l’ambassade d’Iran, avenue Franklin Roosevelt, à Bruxelles. Le rassemblement était composé de deux parties égales bien distinctes, et qui ne se sont pas mélangées: les forces monarchistes/pro-occidentales, et les forces de la gauche anti-islamiste et anti-impérialiste. Le Secours Rouge avait répondu à l’appel des forces révolutionnaires iraniennes qui appelaient à cette manifestation pour soutenir les masses confrontées à la répression des milices du régime islamique. Une prise de parole du SR a permis de rappeler la situation abominable des prisonniers révolutionnaires dans les prisons iraniennes, et notament le massacre des prisonniers appartenant à l’organisation des Guérilleros Fedayins du Peuple d’Iran.

Manif en soutien au peuple iranien

Manif en soutien au peuple iranien

La révolte de millions d’Iraniens qui, bravant l’interdiction de défiler, se sont opposés aux miliciens islamistes, a coûté la vie à de nombreux manifestants, tandis que bien d’autres ont été arbitrairement arrêtés et brutalisés. L’annonce de la victoire d’Ahmadinejad a fait éclater la colère de la désillusion de ceux qui, en votant pour Moussavi, pensaient que de deux maux, il fallait choisir le moindre, ou espéraient qu’il serait néanmoins capable de faire certaines réformes (Moussavi et Ahmadinejad ne sont pourtant pas fondamentalement différents: la preuve en est la politique de Moussavi dans les années 80, lorsqu’il était Premier Ministre).

C’est pour condamner la répression exercée par le régime, pour exprimer notre solidarité avec ces millions de jeunes indignés, présents dans les rues, exposés à la violence des agents du pouvoir; avec les mouvements démocratiques; les femmes; les étudiants; les travailleurs et tous ceux qui expriment leur révolte que le Comité de solidarité avec la lutte du peuple en Iran appelle à une manifestation samedi 27 juin de 14h00 à 16h30 devant l’ambassade de la République Islamique d’Iran, 15 avenue Franklin Roosevelt.