Dans la nuit de mardi, une perquisition menée par les forces spéciales de lutte contre le terrorisme (PÖH) a provoqué le décès d’une femme et conduit à l’arrestation de plusieurs personnes à Nusaybin, une ville du Kurdistan turcs située à la frontière du Rojava. Le raid nocturne, survenu dans un appartement situé sur Sakarya Caddesi, au centre de Nusaybin, a été marqué par une explosion. La femme décédée lors du raid serait une combattante des YJA Star, un groupe de guérilla féminine affilié au PKK. Deux pistolets, des munitions et des grenades auraient été trouvés dans l’appartement. La police fait un lien entre cet appartement et l’ancienne co-présidente de la branche locale du Parti démocratique des régions (DBP), Bedia Adıgüzel. Suite au raid, les opérations policières se sont poursuivies à Nusaybin, entraînant de nouvelles arrestations. Bedia Adıgüzel et une personne inconnue ont été placés en garde à vue, tandis que Remziye Bayhan, qui avait remplacé Adıgüzel en tant que co-présidente du DBP, a également été arrêtée. De plus, quatre membres d’une même famille ont été arrêtés.

 

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: , ,

Un émetteur GPS a été découvert dans les vêtements envoyé à un militant kurde vivant dans le sud du Kurdistan en raison des persécutions politiques dont il fait l’objet en Turquie. Ses parents, vivant au Kurdistan turc, lui ont envoyé divers vêtements par l’intermédiaire de la société de vente par correspondance en ligne Trendyol, qui est sous le contrôle de l’État turc. Lorsque le colis est arrivé, il a senti un objet dur à l’intérieur d’un pantalon, sous l’étiquette rigide portant la marque du jean. Il a défait la couture et trouvé un GPS caché (voir la vidéo).

 

Le 20 juillet 2015, un attentat-suicide commis par le Daesh avec la complicité des services secrets turcs dans la ville frontière de Suruç fait 33 morts et une centaine de blessés parmi les jeunes du Parti socialiste des opprimés (ESP) qui se rendaient dans un chantier de reconstruction de Kobane, au Rojava. La police turque a attaqué lundi à Istanbul des groupes de jeunes qui distribuaient des tracts pour marquer le 8e anniversaire du massacre de Suruç. La police a placé 44 personnes en garde à vue. Les jeunes, qui ont été arrêtés lundi soir, ont été amenés au tribunal mardi. Alors que 35 des 44 personnes ont été libérées, 9 ont placées en détention préventive et renvoyées devant un juge  pour « résistance à des officiers dans l’exercice de leurs fonctions ». Des jeunes ont protesté contre ces arrestations et se sont rassemblés devant le palais de justice en scandant « Justice pour Suruç, justice pour tous ».

Un rassemblement de commémoration pour Suruç aura lieu demain jeudi, de 16:00 à 17:00, à la gare centrale à Bruxelles.

 

En Suède, un militant kurde a été condamné à quatre ans et demi de prison. Il était accusé de collecter des fonds pour le PKK, y compris sous la menace. Le tribunal de district de Stockholm a déclaré jeudi que l’homme devait également quitter définitivement le pays. C’est la première fois en Suède qu’une personne est condamnée pour avoir tenté de financer le PKK. Le jugement peut encore faire l’objet d’un appel devant une juridiction supérieure. La Suède a récemment adopté une législation antiterroriste plus stricte en réponse aux conditions posées par la Turquie pour approuver l’adhésion du pays à l’OTAN. Le champ d’application étendu de la loi comprend la criminalisation de toutes les activités qui peuvent être interprétées comme un soutien au PKK.

La police grecque a mené un raid à l’aube dans le camp de réfugiés autogéré de Lavrio, près d’Athènes, et évacué de force les résidents. Le camp abritait une cinquantaine de réfugiés kurdes originaires de Turquie, de Syrie et d’Irak, dont 19 enfants. Lors du raid, la police aurait forcé les portes des chambres. Le camp de Lavrio ne servait pas seulement de refuge, mais aussi de centre de solidarité, offrant un soutien aux résidents et favorisant un sentiment de communauté.  Il était depuis longtemps pointé du doigt par le gouvernement turc comme étant un “camp d’entraînement terroriste” et un refuge pour les membres du PKK et d’autres organisations de gauche interdites en Turquie. Selon les médias grecs, l’opération est un “geste envers le président turc Recep Tayyip Erdoğan” de la part du nouveau gouvernement de droite. On craint que certains des réfugiés kurdes ne soient extradés à la suite de cette action. Le ministère grec de l’immigration et de l’asile avait décidé en avril de fermer progressivement le camp de Lavrio, au prétexte qu’il était inadapté à l’accueil des réfugiés. Dans le cadre de ce processus, une centaine de réfugiés sur les 150 hébergés dans le camp avaient déjà été transférés vers d’autres centres d’hébergement de la région.

La police turque a une fois de plus empêché la veillée hebdomadaire des Mères du samedi, qui manifestent en faveur de leurs proches disparus en détention et demandent que les responsables de ces disparitions soient traduits en justice. Cette manifestation en est à sa 952e semaine. Malgré une décision de la Cour constitutionnelle turque en leur faveur, elles ont été empêchées d’accéder à leur lieu de rassemblement habituel devant le lycée Galatasaray, sur l’avenue Istiklal. Les Mères du samedi et leurs proches ont été bloqués par la police, menottés et placés en garde à vue. 28 personnes sont arrêtées.

Une équipe mobile de guérilla a réalisé une embuscade à l’IED dimanche dernier contre des renforts de l’armée turque qui devaient être déployées dans le massif de Girê Hekarî. La cible était un véhicule blindé de transport de troupes, qui a été complètement détruit par l’explosion. Le porte parole du Ministère turc  de la défense a parlé de seulement deux victimes dans les rangs de l’armée, mais les HPG exposent que le véhicule contenait 12 militaires. L’armée turque a évacué l’épave du véhicule seulement un jour après le sabotage. La guérilla a mené d’autres actions contre les forces d’occupation turques sur le front ouest de la région de Zap. Les 12 et 13 juin, les guérilleros ont frappé les troupes turques à cinq reprises dans la zone entourant Girê FM. Les forces turques ont renforcé leurs opérations aériennes dans la région. Au cours des dernières 48 heures, le HPG a enregistré au moins douze frappes aériennes qui ont été dirigées contre les zones de Girê Cûdî et Girê Amêdî sur le front ouest de Zap ; Golka à Metîna ; Goşînê, Rostê et Sinînê à Xakurke ; Deşta Kafya à Gare et Dola Bolê à Qendîl. Plus de 300 obus d’artillerie et de char ont également été tirés par les forces turques.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: , , ,

Le Mouvement révolutionnaire uni des peuples (HBDH), une alliance politico-militaire de dix organisations révolutionnaires kurdes et turques, a revendiqué la responsabilité de l’incendie d’une usine dans le site industriel de Başakşehir. Cette usine, qui appartenaient aux partisans actifs de l’économie de guerre fasciste, a été totalement incendié à Istanbul/İkitelli le 10 juin, à 17h30.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: ,

Dans le cadre de sa guerre de basse intensité contre le Rojava, la Turquie utilise comme arme le contrôle du débit de l’Euphrate, enfreignant l’accord signé avec la Syrie en 1987. Cet accord stipule que la Turquie doit libérer 500 mètres cubes d’eau par seconde, une ressource ensuite partagée avec l’Irak. Après que les Forces Démocratiques Syriennes aient reprise, en 2015,  les barrages de Tişrîn et de Tabqa à l’État islamique, la Turquie a commencé à réduire le débit de l’eau de l’Euphrate à seulement 200 mètres cubes par seconde. Avec la hausse des températures estivales, la consommation d’eau augmente et l’évaporation intensifie les problèmes de pénurie et de pollution de l’eau.

La réduction du débit a des répercussions importantes sur l’agriculture, ainsi que sur l’électricité, car la priorité est donnée à l’eau potable, suivie de près par les besoins agricoles (140 et 160 mètres cubes d’eau sont utilisés chaque seconde pour l’irrigation). Cela signifie une diminution du débit conscacré aux centrales hydroélectriques. La difficulté à obtenir l’eau nécessaire menace d’endommager 90 000 hectares de de céréales et de vergers. Depuis l’été 2020, 400 000 hectares de terres agricoles sont sans eau. 600 000 hectares de terres agricoles le long de l’Euphrate pourraient être endommagés en raison de la diminution continue de l’eau du fleuve par la Turquie.

La Cour suprême suédoise a donné son feu vert à l’extradition vers la Turquie d’un premier partisan du PKK, répondant à une condition posée par la Turquie à l’entrée de la Suède dans l’OTAN. Il appartient désormais au gouvernement suédois de décider d’extrader l’homme, qui serait le premier partisan du PKK extradé par la Suède vers la Turquie. La nouvelle loi entrée en vigueur en Suède le 1er juin introduit des poursuites pour “participation à une organisation terroriste”, renforçant la législation du pays dans ce domaine, une des conditions posées par la Turquie pour lever son veto sur l’entrée dans l’OTAN. Réélu le 28 mai à la tête de la Turquie, le président Erdogan réclame notamment l’extradition par la Suède de plusieurs dizaines de militants kurdes.

Manifestation de soutien aux Kurdes en Suède