Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Felix Randy Malayao, consultant des négociations de paix du NDFP (National Democratic Front of the Philippines, l’organisme chargé entre autres des discussions de paix entre le mouvement communiste et le gouvernement) a été retrouvé criblé de balles dans un bus le 30 janvier à 2h30 du matin. Il a été tué de sang froid alors qu’il était en train de dormir. Felix Randy Malayao n’avait derrière lui aucune condamnation judiciaire, et pouvait se déplacer comme bon lui semble aux Philippines. Ce meurtre a tout d’un assassinat politique, commandité par le régime de Duterte. Pour ces raisons, José Maria Sison (consultant politique en chef du NDFP) a annoncé que le NDFP reconsidérait sa politique ouverte aux négociations de paix.

Felix Randy Malayao

Felix Randy Malayao

Six combattants présumés de la NPA ont été tués lors d’une fusillade à Tinambac (Camarines Sur) tôt dans la journée d’hier mercredi. L’affrontement aurait duré 20 minutes, les militaires de la 9e division d’infanterie ayant ouvert le feu sur une groupe d’une quinzaine de guérilleros maoïstes à Barangay Lupi. Quatre fusils M16 et un lance-grenades ont été récupérés sur le terrain par l’armée.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

Deux “marines” philippines ont été blessés dans une embuscade tendue par les guérilleros de la NPA à Kalamansig, mercredi. Les militaires appartenaient au 2e Bataillon de marines, ils patrouillaient dans la localité de Datu Ito Andong lorsque les guérilleros ont fait exploser un IED avant de leur tirer dessus. La fusillade a été nourrie et les guérilleros ont pu se retirer.

Le 12 janvier, alors que les troupes du 63e Bataillon d’infanterie approchaient d’un grand camp de la guérilla maoïste dans une région reculée de Barangay Bay-ang (Samar), une embuscade à l’IED et à l’arme automatique a blessé 9 soldats. Le lendemain, les forces des 801e et 803e brigades ont pris le contrôle du camp. Doté d’abris pouvant accueillir 180 personnes, le camp avait aussi des salles de classe et une cuisine. Il dépendait du comité régional des Visayas orientales. Les guérilleros avaient pu évacuer le camp et échapper aux opérations de poursuites.

Le camp évacué par les guérilleros

Le camp évacué par les guérilleros

Au moins 20 travailleurs de plusieurs usines de confection ont été blessés dimanche dans un affrontement avec la police dans la région de Narsinghapur (Ashulia), lors de la septième journée consécutive de manifestation. Plusieurs milliers de travailleurs de la confection manifestent depuis le 6 janvier à Savar, Ashulia, Gazipur et Mirpur, dans la ville, pour des revendications salariales (voir notre article).

Dimanche, dans la matinée, des travailleurs de différentes usines ont bloqué l’autoroute Dacca-Tangail et organisé une manifestation. Au moins 20 ouvriers ont été blessés lorsque la police a tenté de les disperser. Depuis le début du mouvement, la répression policière a blessé une centaine de travailleurs et tué l’un d’eux.

Blocage d'une route avant-hier samedi par les travailleurs de la confection

Blocage d’une route avant-hier samedi par les travailleurs de la confection

Un travailleur de l’industrie de la confection a été tué par balle et une centaine d’autres ont été blessés lors d’affrontements avec la police à Savar, à Uttara, à Dhaka et à Gazipur, alors que les travailleurs continuaient de manifester mardi pour la troisième journée consécutive en vue d’une augmentation de salaire. L’ouvrier tué,, Sumon Miah, âgé de 22 ans, était un salarié d’Anlima Yarn Dying Ltd situé à Ulail, dans la ceinture industrielle de Savar.

Les travailleurs de différentes usines à Hemayatpur et Kathgora de Savar, Tongi et Konabari à Gazipur et aux quartiers de Dakkhinkhan, Uttara et Abdullahpur, de la capitale, ont affronté la police. Rien qu’à Savar, au moins 10 000 travailleurs de la confection se sont affrontés aux policiers. 30 membres de la police ont été blessés alors qu’ils tentaient d’empêcher les travailleurs de bloquer l’autoroute Dhaka-Tangail. Le vice-président de l’Association des fabricants et exportateurs de vêtements du Bangladesh, a déclaré qu’au moins 35 usines ne pourraient pas fonctionner en raison de la grève. dans certaines usines, des équipements ont été incendiés.

Manifestation hier mardi des travailleurs de la confection

Manifestation hier mardi des travailleurs de la confection

Des centaines de policiers ont occupé le bord de mer de St Kilda (Melbourne) pour s’interposer entre une centaine de militants d’extrême droite et 300 manifestants antifa dans l’après-midi de samedi. Des incidents ont cependant eu lieu. Trois personnes ont été arrêtées et une autre soignée après avoir été touché par du capsicum.

La contre-manifestation antifa

La contre-manifestation antifa

Onze soldats ont été blessés le mercredi 26 décembre, après s’être heurtés à des guérilleros de la NPA à Monkayo (Compostella Valley). Les militaires, qui appartenaient à la 10e division d’infanterie, effectuaient une opération de ratissage sur les flancs du mont Diwata lorsqu’ils ont essuyé le feu des maoïstes. Le lendemain 27, c’est un détachement motorisé du 8e bataillon d’infanterie qui est tombé dans une embuscade à l’IED et à l’arme automatique dans le village de Nasandigan. trois militaires ont été blessé.

Lors d’une série d’opérations qui se sont échelonnées du 27 au 29, les militaires ont tués six membres présumés de la guérilla, arrêté l’ancien maire de Guihulngan (Negros oriental), deux anciens responsables municipaux, et 21 autres personnes. L’armée et la police ont confisqué 65 armes à feu, notamment des fusils d’assaut M1-14 et M-16, des grenades et des lance-grenades M203. Deux autres combattants de la NPA ont été tués lundi lors d’un combat avec les troupes gouvernementales à Bukidnon. Les soldats du 8e bataillon d’infanterie et de la 43e division de reconnaissance de l’armée avaient envahi un camp de la NPA situé à la frontière montagneuse de Bukidnon et d’Agusan del Sur.

Guérilleros de la NPA

Guérilleros de la NPA

Qiu Zhanxuan, président de la Société marxiste de l’Université de Pékin, a été emmené de force dans une voiture noire par huit policiers en civil, alors qu’il se trouvait près de la station de métro de l’université. Qiu a résisté et crié “Je suis Qiu Zhanxuan… Je n’ai pas violé la loi. Pourquoi est-ce que vous m’emmenez ? Qu’est-ce que vous faites ?”. Les policiers ont alors montré leurs documents du ministère de la Sécurité d’État aux badauds qui intervenaient.

Le motif de l’arrestation serait la volonté de célébrer l’anniversaire de Mao Zedong. Le Parti “communiste” chinois n’a programmé aucun événement mercredi pour commémorer les 125 ans de la naissance de Mao. Malgré l’arrestation de Qiu, des étudiants marxistes de tout Pékin se sont réunis mercredi pour célébrer cet anniversaire sous forme d’une flash-mob. Un autre groupe d’étudiants s’est rendu à Shaoshan, le village natal de Mao.

L’Université de Pékin, la plus prestigieuse de Chine, a une longue histoire d’activisme estudiantin. Ses autorités ont toujours empêché la Société marxiste de fonctionner. Des descentes de police avaient déjà touché en août et en novembre des étudiants accusés de soutenir un mouvement en faveur des droits des ouvriers (voir notre article).

Des étudiants marxistes lors d'une manifestation de soutien à une lutte ouvrière (archive)

Des étudiants marxistes lors d’une manifestation de soutien à une lutte ouvrière (archive)

Les guérilleros de la NPA ont tendu une embuscade à un véhicule militaire du 43e bataillon d’infanterie de l’armée philippine, mardi 18 décembre à Catarman, dans le Samar du Nord. Les militaires effectuaient une mission logistique lorsque les maoïstes ont fait exploser un IEd sur le passage de leyur véhicule, avant d’ouvrir le feu à l’arme automatique. Quatre militaires ont été blessés, les militaires ont répliqués, provoquant une intense fusillade. Deux civils ont été légèrement blessés par des balles perdues.

Un des civils blessé dans la fusillade

Un des civils blessé dans la fusillade