Depuis le dimanche 27 novembre, quiconque recherchant sur Twitter des informations concernant les villes chinoises où des manifestations ont eu lieu aura été confronté à un océan de tweets montrant des jeunes femmes dans des poses suggestives et proposant des « rencontres ». Ces spams rendent presque impossible la recherche et le partage d’informations utiles. Ces tweets ont été publiés toutes les deux secondes à partir de centaines de comptes Twitter différents, la plupart créés au cours des deux derniers mois. Et ces comptes n’ont que très peu, voire aucun followers, un indice courant qui semble indiquer qu’il s’agit de faux comptes ou de comptes créés artificiellement, très certainement par les services chinois.

 

Un mouvement de contestation se développe en Chine après bientôt trois années de dures restrictions sanitaires contre le Covid. À Pékin, Shanghai, mais aussi Wuhan (centre) et d’autres villes du pays, des manifestations se sont déroulées ce week-end, prenant au dépourvu le puissant système sécuritaire qui a depuis resserré la vis pour empêcher tout nouveau rassemblement. Pourtant, de nouveaux heurts entre manifestants et police ont éclaté dans la nuit de mardi à mercredi dans la métropole de Canton (sud). Des policiers vêtus de combinaisons intégrales de protection blanches et équipés de boucliers anti-émeutes sont intervenus, des personnes ont caillassé les forces de l’ordre et il y a eu des arrestations.

Suite aux manifestations sur les campus le week-end dernier, un nombre croissant d’universités ont déclaré le début anticipé des vacances, poussant leurs étudiants à rentrer dans leurs familles. L’élément déclencheur de cette mobilisation nationale a été l’incendie d’un immeuble d’habitation à Urumqi, capitale de la région du Xinjiang (nord-ouest), qui a fait 10 morts. Les restrictions sanitaires auraient empêché l’arrivée rapide des secours. Certaines manifestations ont également pris une tournure politique, certains demandant le départ du président Xi Jinping.

Des combattants présumés de la Nouvelle armée populaire ont abattu deux agents de renseignement du 47e bataillon d’infanterie de l’armée philippine à Barangay Camindangan, dans le Negros Occidental. C’est jeudi passé avant midi que deux sous-officiers, des  sergents, qui menaient une opération de reconnaissance, ont été mitraillé par un commando de cinq guérilleros maoïste circulant à bord de deux motos.

De grandes manifestations ont éclaté ce mercredi 23 novembre dans la plus grande usine de fabrication d’iPhone au monde, en Chine, propriété du sous-traitant taïwanais Foxcon. Ces émeutes surviennent après un confinement décrété début novembre pour cause de cas de Covid et après le non=versement d’une prime. Foxconn avait promis une prime de 3.000 et les ouvriers auraient reçu 30 yuans (de 400 à 4 euros), ce qui aurait provoqué un fort mécontentement au sein du personnel. Les  travailleurs ont manifesté en foule dans Zhengzhou et des affrontements les ont opposés à la police anti-émeute qui a fait usage de lacrymogènes. Le mot-clé #EmeutesFoxconn semblait censuré mercredi midi sur les réseaux sociaux chinois.

Foxconn, principal sous-traitant d’Apple, a été confrontée ces derniers mois à une hausse des cas de Covid-19 sur son immense site de Zhengzhou. L’entreprise taïwanaise avait décidé de confiner le site avec les ouvriers à l’intérieur. Mais des centaines de travailleurs paniqués avaient ensuite pris la fuite à pied, escaladant même les grillages. Le groupe taïwanais assemble des produits électroniques pour de nombreuses marques internationales. Il est le plus grand employeur du secteur privé en Chine, avec plus d’un million d’employés à travers le pays dans une trentaine d’usines et d’instituts de recherche. Le complexe emploie plus de 200 000 salariés, généralement hébergés sur place.

Deux manifestants ont été légèrement blessés lors d’un affrontement entre des manifestants anti-gouvernementaux et la police au Monument de la Démocratie jeudi matin. La police avait réitéré son avertissement selon lequel les manifestants ne seront pas autorisés à s’approcher du Queen Sirikit National Convention Centre, où se tiennent les réunions de l’Asia-Pacific Economic Cooperation Forum (APEC). La police de contrôle des foules s’est attaquée à un groupe de manifestants qui tentaient de s’approcher du monument avec une échelle pour y accrocher une bannière de protestation. Les policiers ont utilisé leurs boucliers pour bloquer les manifestants.

Deux maoïstes présumés ont été tués par les troupes gouvernementales lundi dans la ville de Balingasag, dans le Misamis Oriental. Les militaires du 58e bataillon d’infanterie de l’armée de terre auraient accroché un groupe de la Nouvelle armée populaire (NPA) à Barangay Kibanban, Balingasag et auraient récuypéré sur le terrain un fusil M16, un fusil M653, un fusil Cal .22, des effets personnels, du matériel médical et des documents politiques.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

 

Un cadre de la New People’s Army (NPA), recherché pour pas moins de 39 affaires pénales en cours, a été abattu par des militaires à Senator Ninoy Aquino (Sultan Kudarat), hier lundi. Emmanuel Fernandez alias Bobo/Bobong/Aldok/Ambog/Maning a été été touché par plusieurs balles tirées par des militaires de la 603e brigade d’infanterie. Il était le secrétaire du commandement de la région extrême sud de Mindanao de la NPA, qui opère à Sarangani, Sultan Kudarat et South Cotabato.

 

La Police nationale des Philippines  a arrêté trois cadres recherchés de l’insurrection maoïste dans le Davao Oriental, jeudi 20 octobre. Les maoïstes capturés sont Vilma Calunsod alias Tanya, instructeur politique du commandement des opérations régionales de la NPA, Sergio Catampao alias Baytol, commandant présumé du Front de Guérilla 18 de la NPA, et Narabel Verana alias Liway, secrétaire du Front 18. Vilma Calunsod faisait l’objet de deux mandats d’arrêt et d’une affaire pénale. Catampao avait également trois mandats d’arrêt permanents. Verana était également recherché. Les trois militants arrêtés sont détenus sous la garde de la 701e brigade de l’armée philippine, basée à Sitio Magay.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

 

Nous rendions compte de l’opération anti-guérilla lancée le jeudi 6 octobre menée par le 94e bataillon d’infanterie de l’armée philippin dans le Negros Occidental (voir notre article). Cette opération a donné lieu a de nouveaux accrochages dont le bilan est de deux soldats tués et six autres blessés à Barangay Carabalan. Il a fallu un appui de l’aviation pour dégager les troupes des tirs de la guérilla et pour évacuer les blessés. Les maoïstes ont disparu dans la jungle lorsque les bombardements aériens ont commencé.Ce sont en tout quatre affrontements ont eu lieu dans ce village isolé jusqu’à samedi après-midi. Les combats ont provoqué l’évacuation de centaines de familles de Barangay Carabalan et Barangay Cabadiangan et d’autres villages.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

 

L’Association des enseignants du primaire avait organisé jeudi une grande manifestation à Peshawar contre la baisse des pensions. Ils demandaient aussi un changement dans la structure actuelle du service des enseignants du primaire. La manifestation a provoqué des embouteillages massifs dans les zones environnantes. Entre-temps, le gouvernement provincial a refusé d’accepter les demandes des enseignants protestataires, sous prétexte qu’ils bloquaient les routes toute la journée au lieu de négocier. La police a été lancée contre les manifestants, blessant des  dizaines d’entre eux. Malgré les bombardements intenses de grenades lacrymogènes et les coups de matraque, la police n’a pas réussi à disperser les manifestants, car les enseignants ont tenu bon face à l’assaut. Les blessés ont été transportés d’urgence dans un hôpital local. La police a été jusqu’à arrêter certains enseignants qui recevaient des soins médicaux à l’hôpital. En réponse à cette répression, un grève totale a été déclenchée par les enseignants.