Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

C’est jusqu’au 25 mai que les détenteurs privés de caméras de surveillance, particuliers ou sociétés, doivent se faire enregistrer. Une obligation décrétée le 25 mai 2018 avec une période transitoire de deux ans qui se termine donc prochainement. Jusqu’à présent, 11.239 déclarations ont été rentrées pour un total de 41.309 caméras, soit 3,7 caméras en moyenne par déclaration. Les personnes morales, essentiellement les sociétés commerciales, ont déposé 13.433 déclarations pour 119.003 caméras soit près de 9 caméras par enregistrement. Le nombre des caméras est bien entendu bien plus important puisqu’aux caméras enregistrées il convient d’ajouter celles qui ne le sont pas (mais qui, ne rentrant pas les fichiers de la police, sont moins susceptibles de voir leurs enregistrements être utilisés par elle)  et toutes celles des services de police. Les caméras privées situées à l’extérieur doivent être dirigées vers le bâtiment. Si une petit portion de la voie publique apparaît sur les images, cela n’est autorisé que si c’est limité au minimum. En outre, chaque système doit être signalé par un pictogramme.

fail...

fail…

Le projet Hungry for Press Freedom, en soutien aux lanceurs d’alerte, comporte plusieurs parties. Un mois durant, une grève de la faim. Des acteurs se relayant toutes les 24 heures seront confinés dans une petite cellule de prison, sous la surveillance d’un autre acteur jouant un gardien de prison. La cellule sera visible par les passants. Des discussions diverses, des débats, des performances artistiques, des ateliers et des films permettront d’engager un dialogue avec le public. Une exposition des différents articles évoluant au cours du mois Un espace avec une bibliothèque où chacun pourra s’informer. Jusqu’au 20 février au 132 rue Blaes. Plus d’info (FB)

Hungry for press freedom

Le policier qui a tiré sur la camionnette transportant Mawda, la tuant d’une balle dans la tête en mai 2018, a été inculpé par la juge d’instruction d’homicide involontaire (article 418 du code pénal). Il aura fallu deux reconstitutions ainsi qu’un rapport balistique pour que la juge le juge d’instruction prenne finalement la décision d’inculper le policier. Le policier avait en effet initialement été auditionné en 2018 mais n’était alors poursuivi (voir notre article). Le dossier va prochainement être renvoyé au parquet, qui va procéder à des réquisitions. Le procès devrait avoir lieu cette année.

Mawda

 

Mardi 28 janvier, la cour de cassation a rendu son verdict dans le procès anti-PKK. Ce verdict final confirme de non-lieu de la chambre des mises en accusation qui estimait que le PKK ne pouvait pas être considéré comme une organisation terroriste par la Belgique (voir notre article). Il met un terme à une longue saga judiciaire faites de victoires pour les avocats du PKK et d’appels ou de pourvois en cassation par les parquets belges et turcs. Dans ce dossier, le parquet fédéral souhaitait poursuivre au pénal une trentaine de membres du PKK pour infractions terroristes. Ces derniers étaient soupçonnés d’avoir recruté de jeunes Kurdes en Belgique et ailleurs en Europe, d’avoir fabriqué et commercialisé de faux papiers et récolté des fonds dans le but de financer la lutte armée kurde en Turquie. Plus d’infos ici.

Rassemblement solidaire lors d'une des audiences

Rassemblement solidaire lors d’une des audiences

250 manifestants s’étaient rassemblés hier lundi devant le Cercle de Lorraine pour empêcher la tenue de la conférence “Back From Davos”. Ils étaient issus de 25 collectifs différents, parmi lesquels Act For Climate Justice et Jeunes FGTB Bruxelles, des Gilets jaunes étaient aussi présents. La police a fait barrage devant les grilles du bâtiments. Certains manifestants sont montés sur des poteaux. D’autres se sont enchaînés bras à bras par des tubes. La police a fermé la circulation automobile dans le tunnel Louise vers la place Poelaert et en surface sur les voies allant de l’arrêt Louise vers la place Poelaert. Les policiers sont ensuite brutalement intervenus pour dégager les manifestants vers 19h45. Un manifestant a reçu un coup de matraque sur la tête. Il a été voir un médecin qui l’a redirigé vers les urgences pour se faire recoudre. Les policiers ont aussi fait usage de gaz. S’ils n’ont pas réussi à faire annuler la conférence “Back From Davos”, les manifestants l’ont considérablement perturbée et réduit drastiquement le nombre de participants.

Devan le Carcle de Lorraine hier soir

En janvier 2019, Peter Terryn a été condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir publié une sérigraphie expliquant le circuit de voie à la veille de la grève générale de 2016 (voir notre article). Ce circuit de voie est un système de sécurité et de détection des circulations des trains. Cette sérigraphie explique donc comment les voies fériés et les trains peuvent être bloqués sans compromettre la sécurité des travailleurs ou des voyageurs. Ce système, loin d’être secret, a souvent été utilisé lors de précédents mouvements sociaux. Il figure notamment sur Wikipedia et dans de nombreuses clips des compagnies ferroviaires sur YouTube.

Au niveau légal, Peter Terryn avait été condamné pour “entrave méchante à la circulation” (art. 406 du code pénal) et pour avoir “détruit, par quelque moyen que ce soit, des édifices, ponts, digues, chaussées, chemins de fer, ou autres ouvrages d’art” (art. 521). Rien de tel ne s’étant produit en réalité, le tribunal correctionnel de Malines c’est basé sur l’article 66 datant de 1891 qui punit “ceux qui soit par des discours tenus dans des réunions ou dans des lieux publics, soit par des écrits, des imprimés, des images ou emblèmes quelconques, exposes aux regards du public, auront provoqué directement à commettre des crimes ou à des délits, même dans le cas où ces provocations n’ont pas été suivies d’effet.” Peter Terryn a interjeté appel et sera jugé par la Cour d’Appel mercredi 29 janvier à 11h30 à Anvers.

Peter Terryn devant le tribunal de Malines

La commune d’Etterbeek à Bruxelles a installé quatre caméras intelligentes en phase de test depuis le début du mois de janvier. Ces caméras sont, du moins à ce stade, utilisées dans le cadre de la lutte contre les dépôts de déchets clandestins.  Il s’agit de caméras mobiles à double optique dotées d’un algorithme qui détecte lorsqu’un objet est déposé au sol, filme les faits et scanne les plaques de voitures. Une fois les images prises, elles sont stockées dans une carte mémoire et directement via la 4G dans la boite mail des policiers. La phase de test se terminera début avril, le système pouvant alors être étendu. La commune d’Ixelles dispose déjà de 25 caméras de ce type.

Etterbeek teste quatre caméras intelligentes

Etterbeek teste quatre caméras intelligentes

 

 

Des dizaines de manifestants antifascistes se sont rassemblés devant une habitation de Gilly où se tenait un rassemblement du nouveau Parti National Européen, la scission de Nation. Les opposants à cette réunion se sont rassemblés sur le trottoir devant la maison en bloquant l’entrée. La police de Charleroi a demandé aux manifestants de se reculer et a fait usage de la force pour les évacuer: jets de gaz lacrymogènes et coups de matraque. Les manifestants ont maintenu leur présence encore une heure en protestant contre l’intervention policière. Sept antifascistes ont été arrêtés.

Les heurts de Gilly

De nouvelles informations concernant la répression de l’acte 62 des Gilets Jaunes, nous parviennent. À Paris, une délégation d’une organisation marxiste-léniniste belge “Rupture & Renouveau” était présente à la manifestation. Un de ses miliitants a été blessé à l’arrière du crâne alors qu’il battait en retraite face à une charge policière. Il s’agissait soit d’un tir de LBD, soit d’une grenade lacrymogène, soit d’un puissant coup de matraque. Tombé inconscient jusqu’à son réveil dans une ambulance, il écope d’une commotion cérébrale, d’une fracture du crâne, d’une semaine d’hospitalisation et d’un risque de l’ordre de 10% de devenir épileptique.

À Toulouse, où 3000 personnes ont manifesté, la BAC a chargé plusieurs fois d’abord sur la place du capitole ensuite dans les couloirs du métro. Au cours de cette dernière charge, une dizaine de CRS se sont mis à tabasser un manifestant dans les couloirs du métro. Une personne a filmé la scène et a reçu plusieurs grenades lacrymogènes, tirées au LBD, lorsqu’il a tenté de s’approcher pour venir en aide au militant en difficulté.

Fracture du crâne pour un militant de R&R lors de l'acte 62 des Gilets Jaunes

Fracture du crâne pour un militant de R&R lors de l’acte 62 des Gilets Jaunes

Samedi 18 janvier, les militant·es d’Extinction Rebellion ont mené une série d’actions lors du salon de l’auto à Bruxelles. Certains d’entre eux ont grimpé sur une plate-forme de l’entrée principale afin de remplacer la publicité automobile par une bannière sur laquelle était écrit “Stop CO2 emissions”. Certains se sont notamment enchaînés au volant des voitures exposées alors d’autres taguaient. Certaines voitures ont également été aspergés de faux sang. La police a arrêté 185 personnes. Environ 150 militant·es ont reçu chacun une amende de 2.000 euros et seront poursuivis en justice.

Arrestation d'une militante d'Extinction Rebellion lors du salon de l'auto à Bruxelles

Arrestation d’une militante d’Extinction Rebellion lors du salon de l’auto à Bruxelles