La ministre de l’Intérieur veut que la lutte contre la radicalisation sur internet soit pleinement lancée en Belgique pour le mois de janvier, a-t-elle annoncé aujourd’hui en marge d’une conférence internationale sur la prévention de la radicalisation violente qui s’est tenue à Bruxelles.
Dans cette lutte, la ministre distingue deux éléments importants: premièrement regarder quels sites doivent être fermés et comment procéder à cela sur le plan juridique, précisant avoir récemment discuté de cette problématique avec des experts américains. La ministre s’est également exprimée mardi sur le ‘comité de sécurité nationale’ qu’elle souhaite mettre en place. Les membres du gouvernement siégeront dans cet organe aux côtés des différents services de renseignement.

The Guardian a publié ce mercredi un nouveau document transmis par Snowden. Celui-ci n’est pas daté, mais devrait remonter à mars 2009. Tout au long des cinq pages, il dévoile comment la NSA transmet à Israël ses données perçues grâce à l’interception de communications. D’après Snowden, l’agence de renseignements américaine transmet directement, et sans analyse préalable, une partie des mails et des conversations téléphoniques qu’elle intercepte aux autorités israéliennes. Agissant de cette manière, la NSA communique des données ‘brutes’ dont elle n’a dès lors pas connaissance du contenu.

Seize pays ont introduit des demandes d’informations à la société Yahoo au cours des six premiers mois de l’année. Au total, 29.000 demandes d’informations sur les utilisateurs de Yahoo, dont 12.444 émanant des des autorités américaines. 37% d’entre elles ont été satisfaites, et dans 55% des cas, Yahoo affirme avoir fourni des informations ‘sans contenu’, tels que les noms ou la géolocalisation. Seuls 2%des requêtes américaines ont essuyé un refus. Parmi les pays demandeurs, outre les USA, l’Australie, l’Inde, la France, l’Allemagne ou encore l’Italie.

Depuis la révélation que la NSA collecte et archive une grande partie des communications des internautes, certains ont décidé de répondre en trollant la NSA. C’est le cas de ce Hollandais qui a effacé un mail par erreur et qui démarche la NSA pour le récupérer…

Voir la vidéo

USA: Troller la NSA, le nouveau sport geek

Le parti pro-kurde BDP (Peace and Democracy Party) a annoncé hier son intention d’intenter une action contre la société Facebook après que son directeur européen, Richard Allen, ait confirmé qu’ils fermaient toutes les pages appartenant à des politiciens ou à des groupes kurdes. Entre le 6 juillet et le 12 août, plus de dix pages ont été supprimées, la plupart appartenant à des politiciens kurdes nationalement reconnus. De plus, les pages appartenant à Otekilerin Postasi (The Others’ Post) qui se défini comme une source alternative d’informations sur les droits des minorités ont également été fermées. Enfin, les pages Kurdi Muzic (Kurdish Music) et Yeni Ozgür Politika (New Free Policy) qui se concentre sur la politique kurde ont aussi été interdites. Richard Allen a confirmé que Facebook supprimait dorénavant systématiquement les pages appartenant à des groupes et à des politiciens kurdes car ils sont suspectés de faire l’apologie du PKK. Un membre haut placé du BDP a justifié leur intention contre Facebook en expliquant qu’il s’agissait d’une violation de la liberté d’expression et que la décision de la société américaine était donc illégale et inacceptable.

Les autorités belges ont demandé, au cours du premier semestre, à 150 reprises à Facebook de transmettre des informations sur des utilisateurs, indique hier le réseau social dans son premier Rapport international des demandes gouvernementales. Les 150 demandes des autorités belges ont concerné 169 profils. Le bureau de communication 7N60, au nom de Facebook, précise que ces demandes avaient trait à des internautes en Belgique. Dans 70% des cas, au moins une partie de l’information demandée a été transmise. La “grande majorité” de ces demandes sont liées à des affaires criminelles.

La Belgique a fait appel à de nombreuses reprises à Facebook, contrairement aux Pays-Bas par exemple, avec seulement 11 demandes. Ce sont les Etats-Unis qui ont introduit le plus de demandes (11.000 à 12.000) suivis par l’Inde (3.245) et le Royaume-Uni (1.975). Au total, 71 pays sont mentionnés dans le rapport, qui ont introduit plus de 25.000 demandes concernant environ 38.000 comptes d’utilisateurs.

Toujours sur base de documents qui lui ont été transmis par Edward Snowden, The Guardian a fait une nouvelle révélation ce vendredi. On peut lire dans le quotidien que la NSA (Agence nationale de sécurité américaine) a versé des millions de dollars à des entreprises telles que Yahoo, Google ou encore Microsoft pour qu’ils procèdent à des modifications techniques permettant de mieux identifier les données des citoyens américains. Seule la société Yahoo a réagi jusqu’à présent, déclarant que ‘la loi fédérale oblige le gouvernement américain à dédommager les fournisseurs dans le cas où ces derniers doivent modifier leurs programmes afin d’exécuter des procédures judiciaires’. Google, de son côté, continue à nier toute implication dans le programme américain Prism, malgré qu’elle soit nommément citée dans un document de la NSA en tant que ‘fournisseur’.

Mise à jour : Ce problème ne constitue en fait pas une faille. Le système est intégré par exemple à Mozilla Firefox depuis des années. La faille est comme toujours ailleurs : ne pas protéger son ordinateur (firewall et antivirus), enregistrer les mots de passe importants,… Le fait que les mots de passe soient enregistrés est connu depuis bien longtemps et n’est donc pas une faille. Le “développeur de logiciel” expose donc une “faille” qui n’en est pas une.

Vous pouvez tout de même lire l’article précédemment, ces précisions prises en compte.

Un développeur de logiciel vient de découvrir une énorme faille de sécurité dans Google Chrome. Il s’est en effet rendu compte que dans la fonction ‘advanced settings’, il est possible de voir tous les mots de passe existant sur l’ordinateur utilisé. Il suffi de cliquer sur le lien de changement de fonctions de Chrome pour voir tous les mots de passe noircis. En cliquant juste à côté, cela le fait simplement apparaître en texte normal. Dès lors, n’importe qui qui utilise l’ordinateur peut accéder à tous ces mots de passe dès le moment où Chrome y est actif. Interpellé à ce sujet par la presse, le patron du développement de Chrome a déclaré être au courant de cette mauvaise fonction et a justifié sa non-fixation: ‘Nous ne voulons pas donner aux utilisateurs un faux sens de sécurité et encourager les attitudes à risque. Nous voulons être très clairs sur le fait que lorsque vous donnez accès à quelqu’un à votre compte utilisateur de système opératoire (OS), alors ils peuvent tout obtenir’. Ce qu’il ne dit pas, c’set que tous les mots de passe sont donc stockés dans une forme réversible et que n’importe quel hacker (ou grande entreprise, agence de renseignements, NSA,…) peut écrire un ‘cheval de Troie’ pour voler l’enregistrement de mots de passe. Ou comment toujours plus faciliter l’accès à nos données…

L’Agence nationale de la sécurité (NSA) a commis des “milliers” d’infractions aux lois sur le respect de la vie privée depuis qu’elle a été dotée de nouveaux pouvoirs il y a cinq ans, a rapporté jeudi le Washington Post. C’est ce que révèle un audit interne et d’autres documents secrets livrés au journal par Edward Snowden. L’un des documents montre que la NSA avait ordonné à ses équipes de falsifier des rapports adressés au département de la Justice et au Bureau du directeur du Renseignement national, en remplaçant certains détails par des termes plus généraux.

L’audit, daté de mai 2012, a dénombré 2.776 incidents au cours des 12 mois précédents, concernant des “collectes, stockages, accès et communication de données protégées légalement, sans autorisation”. La plupart de ces incidents n’étaient pas intentionnels, comme lorsqu’en 2008, un grand nombre d’appels téléphoniques en provenance de Washington ont été surveillés après une erreur de programmation qui a interverti le préfixe de la capitale américaine (202) avec celui de l’Egypte (20). Mais nombre d’entre eux sont dus à des défaillances, ou à la violation des procédures normales, et la NSA a au moins une fois caché la surveillance non intentionnelle de plusieurs Américains,

Les métadonnées recueillies par les services de renseignements permettent de dessiner d’immenses graphes de liaisons entre personnes à partir de leur activité numérique, et ce depuis des années. De dessiner une sorte de journal intime de l’activité de chacun, tant sur son téléphone que sur son ordinateur. Lorsqu’un groupe “intéressant” a été identifié, les services utilisent des techniques plus intrusives, comme les écoutes ou les filatures.

A quoi peuvent donc ressembler ces graphes de liaisons et que révèlent-ils? Trois membres du Massachusetts Institute of Technology ont mis au point une application permettant de voir ce que révèlent les métadonnées de votre compte Gmail. Il suffit pour cela de vous connecter –et donc d’accepter que le site ait accès à vos métadonnées–, et au bout de quelques minutes, voilà le résultat:

L’outil permet de visualiser ce que vous savez sans doute déjà: que telle ou telle personne est le centre de votre vie «courriellienne», mais aussi de vous rappeler à quel point certains groupes de votre vie ne se croisent jamais –en tout cas dans vos mails–, et comme certains de vos contacts n’ont de liens qu’avec vous. Appliqué aux recherches policières, cette technique permet d’identifier des équipes et leur leader. En outre, de gros cercles sans liens vers les autres points révèlent des relations qu’on pourrait vouloir cacher. Le fait que ces points importants n’interagissent avec personne d’autre paraîtra forcément louche, et ce sont ces connections qui, tout chose égale ailleurs, seront espionnées en premier lieu.

Pour essayer l’application “immersion”

Internet: Utilisation policière des graphes de métadonnées