La formation de ce mercredi portera sur GPG.

L’installation n’est pas toujours aisée mais l’utilisation est enfantine.
Apportez un PC sous Windows, Mac ou Linux ou une tablette/smartphone sous Android, ainsi qu’une adresse e-mail (pas de @hotmail, @live ou @outlook).

Au Pigeon Communal (138 Rue Saint-Leonard, Liège) ce 20 novembre à 20H

Programme du Pigeon Communal – Novembre

Programme du Pigeon Communal - Novembre

17 millions de dollars. C’est la somme que Google a accepté de payer pour mettre fin à des poursuites pour surveillance des internautes. Cet accord à l’amiable, conclu avec 38 états américains, concerne des faits qui se sont produits entre juin 2011 et février 2012. Google est accusé d’avoir, durant cette période, placé des logiciels espions sur les ordinateurs d’utilisateurs de Safari afin de cibler les annonces publicitaires en fonction des recherches des propriétaires. Pour ce faire, Google a contourné les réglages du logiciel d’Apple qui interdit ce type de surveillance. C’est la deuxième fois en deux ans que Google passe ce type d’accord financier pour ce même type de faits. L’an dernier, la société avait déboursé la somme de 22,5 millions de dollars.

Jérémy Hammond, alias ‘Anarcheos’, affilié aux Anonymous, avait été inculpé en mars 2012 pour avoir participé à une attaque informatique contre la société américaine de renseignement et d’analyse stratégique, Strategic Forecasting Inc, en décembre 2011. Il avait alors transmis des centaines de milliers de données au site Wikileaks qui les avait rendues publiques, mettant ainsi en lumière les pratiques d’espionnage de la société. Vendredi, ‘Anarchaos’ a été reconnu coupable ‘d’avoir mis la main sur des millions de communications internes de la firme de renseignement Strategic Forecasting Inc et d’avoir dérobé les coordonnées bancaires de 860000 de ses clients’. Le hacker ayant plaidé coupable, il écope de dix ans de prison au lieu des 28 ans généralement infligés en vertu de la loi anti-piratage américaine.

Jérémy Hammond

Jérémy Hammond

Tout comme divers autres grands groupes le font régulièrement, Apple vient de rendre publique la liste des demandes de renseignements reçues de la part des différents gouvernements sur la période entre janvier et juin de cette année. Les Etats-Unis ont été les plus gros demandeurs, mais le gouvernement américain n’a pas autorisé Apple à diffuser l’ensemble des informations en promulguant une ‘ordonnance de non-publication’. Dès lors, la société n’a pu que signaler avoir reçu entre 1000 et 2000 demandes du gouvernement américain concernant 2000 à 3000 comptes. Outre les Etats-Unis, le Royaume-Uni a introduit 127 demandes, l’Espagne 102, l’Allemagne 93, l’Australie 74 et la France 71.

Facebook a réouvert la page du parti pro-kurde BDP (Peace and Democracy Party) une semaine après l’avoir interdite en raison de l’utilisation du terme ‘Kurdistan’ dans un des commentaires. Hier, une délégation du parti a rencontré des membres de la société américaine et à l’issue de la réunion, Facebook a annoncé la réouverture de la page en question. Le BDP a immédiatement réagi en affirmant que cette marche arrière était loin d’être suffisante et que Facebook devait aller plus loin et revoir ses règles et adapter ses décisions aux réalités turques. Le 29 octobre dernier, le BDP avait accusé Facebook d’augmenter sa censure en raison de sa coopération constante avec le parti au pouvoir.

Les services de renseignement allemand, français, espagnol et suédois ont mis au point des systèmes de surveillance de masse des communications téléphoniques et internet en «collaboration étroite» avec l’agence britannique GCHQ. Le développement de ces systèmes remonte aux cinq dernières années, selon les documents Snowden.

Dans un rapport du GCHQ sur ses partenaires européens datant de 2008, l’agence britannique fait part de «son admiration concernant les capacités techniques» des services de renseignement extérieur allemand (BND). Le BND a «un potentiel technologique énorme et un bon accès au coeur de l’internet – ils surveillent déjà des câbles de fibre optique de 40 gigabits et 100 gigabits» par seconde, affirme ce rapport. En 2012, le GCHQ n’était lui capable que de surveiller des câbles de 10 gigabits par seconde. Le GCHQ aurait joué un rôle essentiel en conseillant ses homologues européens sur la façon de contourner les lois nationales destinées à limiter le pouvoir de surveillance des agences de renseignement.

Dans le cas de la France, bien notée aussi dans le document du GCHQ, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) dispose «d’un avantage compte tenu de ses relations avec une société de télécommunications, qui n’est pas nommée». En ce qui concerne l’Espagne, le CNI procédait, au moins en 2008, à la surveillance de masse des télécommunications sur internet via une société britannique. Le GCHQ se félicite par ailleurs de l’adoption en 2008 en Suède d’une loi permettant de recueillir des données internet et téléphoniques transmises par des câbles à fibres optiques.

L’Allemagne et le Brésil travaillent à la préparation d’une résolution à l’ONU sur la protection des libertés individuelles dans le contexte de révélations sur le programme d’espionnage international des Etats-Unis. La résolution qui devrait être présentée au Comité des Droits de l’Homme de l’assemblée générale des Nations unies visera à élargir aux activités sur internet le Pacte international relatif aux droits civils et politiques voté en 1966 par les Nations unies et entré en vigueur en 1976 pour protéger les droits individuels.

Le Brésil et l’Allemagne souhaitent que soit fait référence à internet dans l’article 17 du Pacte selon lequel “nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes illégales à son honneur et à sa réputation”. C’est une réaction aux dernières révélations sur l’espionnage de la chancelière allemande Angela Merkel et la présidente brésilienne Dilma Rousseff par la NSA.

Quelques jours après avoir fermé la page de la section locale d’Istanbul du parti pro-kurde BDP (Peace and Democracy Party), Facebook a fermé hier celle de son quartier général. La raison de cette fermeture serait l’utilisation du terme ‘Kurdistan’ sur la page. La société américaine n’a pas encore communiqué publiquement sur sa décision. De son côté, le BDP a réagi: ‘Facebook cite l’utilisation du mot ‘Kurdistan’ dans un message posté sur la page. Le mot ‘Kurdisan’ est un mot légitime et légal’. Et d’ajouter que cette censure est le résultat de la coopération constante entre Facebook et le parti au pouvoir, l’AKP ‘La coopération entre l’AKP, qui a découvert la valeur des médias sociaux au cours de la résistance de Gezi, et Facebook se poursuit sans relâche. En conséquence de cette coopération, la censure de notre parti sur Facebook augmente de plus en plus. La politique de censure de Facebook à l’égard de notre parti est semblable à la politique de pression assumée au niveau politique’.

Un quotidien américain a fait de nouvelles révélations hier, citant des documents d’Edward Snowden. Pour contourner l’interdiction, imposée par la loi américaine, d’intercepter des informations sur des Américains depuis le territoire américain, la NSA a mis au point un système d’interception de listes de courriels ‘au vol’. C’est-à-dire que l’agence collecte les informations lorsqu’elles sont en cours d’échange et pas lorsqu’elles se trouvent stockées sur les serveurs. En outre, les listes de contact ainsi collectées contiennent beaucoup plus d’informations que les métadonnées téléphoniques. On y retrouve des adresses physiques, des numéros de téléphone,… et même parfois les premières lignes du mail. Cette technique a permis à la NSA, en une seule journée en 2012, d’intercepter 444.743 listes de contacts de comptes Yahoo!, 82857 de comptes Facebook, 33.697 de comptes Gmail et 22.881 d’autres fournisseurs. En extrapolant ces chiffres, on se rend compte que des dizaines de millions d’Américains sont concernés par cette collecte.

Treize membres présumés des Anonymous ont été inculpés jeudi à Alexandrie (Virginie) pour des attaques menées entre septembre 2010 et janvier 2011 contre la Motion Picture Association of America (MPAA, le syndicat des studios de cinéma), la Recording Industry Association of America, Visa, Mastercard ou Bank of America. Les attaques visaient à rendre inopérationnels les sites de ces sociétés. Les cibles avaient été choisies soit pour leur lutte contre le piratage de produits culturels soit, dans le cas des banques, pour avoir empêché les levées de fonds en faveur du fondateur de Wikileaks Julian Assange.