Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Une famille avec 4 enfants âgés de 1 à 6 ans est la première famille enfermée dans la nouvelle aile “pour familles” du centre fermé de Steenokkerzeel. Comme prévu, une manifestation devait avoir lieu le lendemain de l’enfermement de la première famille. Ce rassemblement aura lieu ce mercredi 15 août à 17h30, rue du Chêne (à côté du Manneken Pis) dans le centre de Bruxelles. L’évenement Facebook de “Manneken Pis solidaire” a été supprimé par Facebook, des milliers de personne s’y étaient déjà inscrites.

Rassemblement ce 15 août 17h30, au Manneken Pis

Rassemblement ce 15 août 17h30, au Manneken Pis

Quatre Italiens et deux Suisses ont été placés en garde à vue dans les Hautes-Alpes. Ils sont accusé d’ “aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière sur le territoire national et en bande organisée”. Ces militants avaient participé ce dimanche à une expédition en solidarité avec les migrants qui passent par différents cols des Alpes pour arriver en France. Les gendarmes ont essayé en vain d’empêcher l’entrée en France des activistes et des migrants qui les accompagnaient. Cette action était une réponse au coup médiatique des “Identitaires” qui prétendaient avoir fermé le col de l’Échelle.

Six arrestations après l’action solidaire du col de Montgenèvre

La loi anti-squat a été votée ce 5 octobre à la chambre des représentants. Cette loi visant à criminaliser l’occupation d’immeubles ou d’habitations vides permettra des peines allant de 15 jours à 2 ans d’emprisonnement et une amende allant de 26 à 300€. Elle supprime aussi l’inviolabilité du domicile de fait qui protégeait jusqu’alors les occupations contre la police et les propriétaires.

Manifestation contre la loi anti-squat ce vendredi 13 octobre, Porte de Namur (Bruxelles) à 18h. Une autre manifestation aura également lieu le 1e novembre, lieu à déterminer.

Manifestation contre la loi anti-squat

Manifestation contre la loi anti-squat

Le squat de l’Orme (37 rue de l’Orme à Etterbeek) a été expulsé il y a quelques jours. Vers 14h30, une personne qui s’apprêtait à y rentrer a été plaquée au mur par des policiers, les clés du squat lui ont ainsi été prises et une dizaine de policiers ont pu rentrer dans l’occupation. Deux personnes se trouvant dans l’occupation ont été contrôlées et priées d’évacuer, mais l’arrivée de solidaires sur place leur a permis de récupérer une partie de leurs affaires. De nombreux effets des squatteurs sont apparemment restés sur place. Cette expulsion est la dernière d’une longue série, alors qu’une nouvelle loi s’apprête à être votée interdisant le squat en tant que tel alors que des milliers de bâtiments bruxellois restent vides.

C’est vide j’occupe, non à la loi antisquat

C'est vide j'occupe, non à la loi antisquat

A Nuremberg, 300 étudiants ont tenté d’empêcher l’expulsion d’un réfugié afghan également étudiant. Les étudiants ont tenté d’immobiliser la patrouilleuse qui embarquait le réfugié avant d’être matraqués, gazés, plaqués au sol et brutalisés. Les nombreux policiers déployés auront finalement arrêté le réfugié après plusieurs heures. Le même jour, le 31 mai, l’Allemagne a du repousser un vol charter destiné à l’expulsion de réfugiés en raison d’un attentat au camion piégé qui a fait plus de 90 morts et 400 blessés à Kaboul.

Cinq étudiants ont été arrêtés dans l’action, l’un d’entre eux était membre de Young Struggle.

La police forçant le blocage des étudiants.

La police forçant le blocage des étudiants.

Deux responsables de la Voix des Sans-Papiers ont été arrêtés, il s’agit de Medoune (arrêté la semaine passée à Virton) et Thierno (connu aussi comme Malick) qui a été arrêté hier près de la frontière française. Tous les deux sont actuellement détenus au centre fermé de Vottem. La Voix des Sans-Papiers appelle tous les soutiens avec ou sans papiers à venir massivement ce lundi 10 avril à 13h30 devant l’office des étrangers pour exiger leur libération. Voir l’événement Facebook.

Voix des Sans-Papiers

Voix des Sans-Papiers

Un bloc antifasciste, appelé par l’Action Autonome de Liège s’était constitué lors d’une manifestation devant le centre fermé de Vottem à Liège, à l’occasion du 18e anniversaire de la prison pour sans-papiers. La police a “préventivement” et brutalement arrêté quatre (erratum, nous avions parlé auparavant de dix) manifestants qui le composaient. Une répression préparée et préméditée par la police. Plus de 600 personnes ont manifesté.

Bloc antifa à la manif du 26 mars 2017 contre le centre fermé de Vottem

A Gand, les propriétaires d’une maison sont revenus d’un voyage de deux mois au Vietnam et ont retrouvé leur maison habitée par une famille rrom originaire de Slovaquie. Ceux-ci pensaient en fait louer l’habitation régulièrement à une autre personne qui avait ouvert le lieu. L’affaire a rapidement gonflée, les partis politiques ont prétendu chacun à leur tour qu’il “n’y a pas de cadre légal pour expulser des squatteurs” (ce qui est faux, c’est d’ailleurs pour cela qu’un grand nombre de squats sont fermés peu après avoir ouvert).

L’affaire débouchera donc probablement sur une nouvelle loi: la procédure civile sera accélérée. Le propriétaire d’un immeuble squatté pourra se rendre devant le juge de paix afin que celui-ci ordonne l’expulsion de l’occupant. Il pourra également introduire immédiatement une plainte au parquet contre le squatteur et demander que le procureur du roi ordonne une expulsion. Le dépôt de la plainte est nécessaire pour que le “squat” soit considéré comme une infraction. Si le squatteur n’évacue pas les lieux malgré l’ordonnance du procureur, le plaignant peut faire appel et repasse dans la procédure devant le juge de paix. Si celui-ci ordonne l’expulsion, le refus de s’y conformer sera considéré comme une infraction et le squatteur pourra le cas échéant être arrêté.

Sur le même sujet, une manifestation aura lieu ce 21 mars, Porte de Namur, à Bruxelles

Sur le même sujet, une manifestation aura lieu ce 21 mars, Porte de Namur, à Bruxelles

Le 17 août 2016, un citoyen d’origine camerounaise est expulsé de force depuis la Belgique. Le jour de son “éloignement” il se débat et se retrouve entravé, pieds et poings liés dans l’avion de ligne qui doit l’emmener vers le Cameroun. Demain jeudi 1er décembre, à 8H30, au palais de justice de Bruxelles, aura lieu le procès des passagers qui ont exprimé leur opposition et empêché l’expulsion (voir notre article).

No Border

No Border