Le 12 février 2007, des dizaines de militants communistes, syndicalistes et antifascistes sont arrêtés en Italie dans le cadre d’une enquête sur une organisation clandestine, le Parti Communiste Politico-Militaire (PCPM), qui avait des cellules dans plusieurs villes du pays. Parmi les milliers de documents en tout genre, la police italienne trouve les photos de quatre membres du Secours Rouge Bert, Wahoub, Constant et Abdallah et communique l’information à la police belge.

De ce jour au 5 juin 2008, pendant un an et demi, la police va espionner Bert, Wahoub, Constant, Abdallah et leur entourage avec des moyens inouïs : caméras placées devant les domiciles, interception des conversations téléphoniques et des mails, filatures, checks de tous les voyages à l’étranger par scanning des listes des compagnies aériennes ferrovières et routières, examen des anciennes communications téléphoniques, etc.

Cet espionnage n’ayant rien donné, de l’aveu même des enquêteurs, la juge d’instruction opte pour la fuite en avant. Le 5 juin 2008 une vague de perquisitions et d’arrestations (5 puis une 6e) se déchaîne contre le Secours Rouge. Bert, Constant, Wahoub et Abdel font l’objet d’un mandat d’arrêt pour “participation à une activité terroriste”. Les questions posées révèlent que le principal intérêt des policiers est l’activité du Secours Rouge. Les militants arrêtés sont invités par exemple à identifier sur photo des personnes ayant assisté à des meetings publics du SR. Tous refusent de répondre aux questions des enquêteurs.

Affichage solidaire

Les mois suivants seront des mois de mobilisations solidaires et d’audiences où il s’avèrera que les résultats des perquisitions (malgré une brève tentative de désinformation de la police qui s’est vite retournée contre elle) valaient à celle de l’année d’espionnage: aucun élément à charge. Les inculpés sont progressivement mis en liberté provisoire.

Où en est-on aujourd’hui?

L’affaire est toujours pendante. elle est restée à la question de la détermination des charges à retenir contre les 4 en vue de leur procès. En juin 2013, un premier tribunal n’avait retenu qu’une « tentative de faux papiers », le parquet a été en appel pour ajouter la « participation à activité terroriste ». il a gagné cet appel mais perdu la cassation qui a suivi. La décision « retombe » donc au niveau d’une cour d’appel. Voilà cinq ans qu’aucune date n’est fixée pour cette audience.

Pour la chronologie détaillée de l’affaire

Manifestation solidaire

Affichage solidaire
Manifestation solidaire

Voilà 32 ans que le Secours rouge est actif sur Bruxelles – 18 ans sous ce nom. Cette activité ininterrompue, sur une ligne invariée, n’empêche pas ce collectif qu’on croit connu, de l’être bien mal. Les questions ne manquent pas:
– quelle est l’articulation entre le SR en Belgique et le SR International?
– quelles sont les méthodes qui permettent à différentes positions politiques de cohabiter dans le SR?
– pourquoi décidons nous de publier ceci et de ne pas publier cela sur notre site?
– plus généralement: quels sont nos critères d’intervention?
– quelles méthodes de lutte adoptons nous et quelles autres rejetons nous (et pourquoi)?
Etc. etc.

Venez avec vos questions et posez les nous autour d’un verre vendredi 25 mai (dans dix jours donc) à partir de 18H30, au Sacco-Vanzetti!

.

Voir le résumé de notre histoire

.

Nous avons constaté que, lors des derniers envois, la Lettre d’information du Secours Rouge avait été automatiquement traitée comme spam par les boîtes mails de plusieurs de ses abonnés. Si vous n’avez pas reçu dernièrement notre newsletter, vérifiez votre boîte de spam.

Pour rappel, notre SR publie grossomodo chaque semaine (49 parutions pour 2017) une newsletter qui contient:
– un bref appel aux activités à venir
– un sommaire des articles publiés sur le site entre les deux newsletter (sommaire composé d’un titre faisant un lien directe avec l’article et d’une phrase d’accroche résumant l’information).
Pour s’abonner ou se désabonner à notre newsletter: srapapc@gmail.com

.

.

La salle n’a pas désempli de toute la soirée lors de l’anniversaire du Local Sacco-Vanzetti. Plus d’une centaine de personnes ont fêté un an d’activités politiques, de distribution de nourriture, de réunions, de projections, de concerts,… Nous tenons à remercier toutes les personnes qui sont venues faire la fête, les musiciens, ceux qui ont donné un coup de main et tous ceux qui participent aux activités du local.

Anniversaire du Sacco

Anniversaire du Sacco

Le 9 décembre 2016, le Local Sacco-Vanzetti ouvrait ses portes à Bruxelles. Un an plus tard, ce sont des dizaines d’événements et activités divers qui y ont eu lieu: repas, concerts, projections, débats, conférences, réunions, ateliers pratiques, distributions de nourriture, etc.

Ce 15 décembre 2017 à partir de 19h, le Local Sacco-Vanzetti et le Secours Rouge vous invitent donc à fêter le premier anniversaire de l’ouverture du Local. Au programme: infothèques, verres de l’amitié, interventions solidaires, ainsi qu’un concert acoustique.

Premier anniversaire du Local Sacco-Vanzetti

Premier anniversaire du Local Sacco-Vanzetti

Il y a un an, le Secours Rouge ouvrait son local à Saint-Gilles, le Sacco-Vanzetti. Dès le début, ce espace a été voulu comme local de rencontre et de partage de la gauche révolutionnaire et, dès le début, des groupes comme Alternative Libertaire, l’Union des Femmes Socialistes (Turquie) et d’autres encore ont contribué à faire de l’existence du Sacco-Vanzetti un avantage pour les luttes anticapitalistes, antisexistes, antifascistes antirépressives et antispécistes à Bruxelles. Ce sont déjà presque 200 activités qui ont eu lieu au Sacco (de la réunion interne de tel ou tel comité au meeting public). Nous vous invitons à fêter le premier anniversaire du Sacco-Vanzetti ce vendredi 15.

.

.

Deux soirées de solidarité auront lieu prochainement, le 24 novembre à Bruxelles, le 8 décembre à La Louvière.

Le 24 novembre au Local Sacco-Vanzetti. 1060 Bruxelles
Conférence avec deux intervenant.e.s de “We Are Plan C”, structure anticapitaliste au Royaume-Uni qui a organisé plusieurs voyages au Rojava, la partie occidentale/syrienne du Kurdistan. Les intervenant.e.s ont pu réaliser plusieurs interviews d’habitants et de femmes au sujet de la vie politique et sociale sur place. Organisé par la ‘Campagne de Soutien aux internationalistes du Rojava’. L’évenement sera en anglais traduit en français.

Le 8 décembre au Club Achille Chavée (34, rue Abelville, 7100 La Louvière)
Informations et débats sur la situation au « Rojava », la partie nord de la Syrie qui englobe notamment la partie kurde du pays. Organisé par le « Comité Solidarité Rojava Hainaut » et le Secours Rouge.

La soirée comprendra notament des interventions de militants qui ont participé à des délégations de solidarité au Kurdistan. Une ou plusieurs courtes vidéos informatives seront également projetées.

Soirée d’info:

Belgique/Rojava: Deux soirées de solidarité ces 24 novembre et 8 décembre

Dans la nuit du 22 au 23 août 1927, Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti, deux militants anarchistes et immigrés italiens étaient assassinés par électrocution par la justice bourgeoise raciste américaine. Cette exécution faisait suite à sept années de procès et de mobilisations pour leur libération. Pour en apprendre plus sur l’affaire, voyez notre dossier.

L’affaire « Sacco & Vanzetti » fût la première grande campagne du Secours Rouge International fondé en 1922. Sa section américaine, l’International Labor Defense a participé à la campagne dès sa fondation en 1925. Dans tous les pays où elles étaient présentes, les sections du SRI ont fait campagne pour leur libération, y compris en Belgique et en France.

Ce samedi 26 août à 19h, une conférence sera organisée par le Secours Rouge, l’Action Culturelle Anarchiste de Bruxelles et l’Association Culturelle Joseph Jacquemotte au sujet du mouvement de solidarité en Belgique durant l’affaire. La conférence sera animée par Esteban Sierra Alvarez.

Sacco et Vanzetti, ni oubli ni pardon

Sacco et Vanzetti, ni oubli ni pardon

Ce mercredi 16 août, le Secours Rouge organise au Sacco-Vanzetti, à 18h, un nouvel atelier d’écriture aux prisonniers révolutionnaires. Venez vous joindre à nous, que ce soit pour envoyer quelques cartes postales où pour entamer/poursuivre une correspondance. Conseils, adresses, café, traduction, timbres et enveloppes sur place…

Atelier

Atelier

Suite à une série de scandales de communication, Google a déployé à la fin du mois d’avril et au début du mois de mai un nouvel algorithme sur son moteur de recherche. Le but de cet algorithme est de favoriser les « contenus faisant autorité » et de défavoriser les « contenus offensants« , voir les « fake news » et les théories du complot. Le site d’informations trotskiste WSWS (World Socialist Web Site) a dès la fin du mois de juillet fait état d’une perte de 70% de ces visites (passant d’une moyenne de 500.000 visites quotidiennes à une moyenne de 120.000 visites mensuelles), et fait état d’une perte allant de 20% à 70% pour la plupart des sites web d’infos anglophones de gauche, dont le site personnel de Richard Stallman, le site du projet GNU, Wikileaks, Democracy Now, The Intercept,… Le nouvel algorithme de Google est donc qualifié de censure puisqu’il pénalise les sites d’informations dont l’avis se distingue des informations « faisant autorité », donc de la presse bourgeoise mainstream.

Les visites sur le site du Secours Rouge ont baissé d’un taux allant de 20% à 40% (selon qu’on se rapporte à la même période il y a un an ou aux trois mois précédents, et qu’on exclut ou non les périodes d’affluence exceptionnelle), alors même que notre présence sur les réseaux sociaux a proportionnellement beaucoup augmenté ces derniers mois. De façon général le problème semble affecter énormément de sites de gauche, indépendamment de leurs éventuelles stratégies d’optimisation de moteurs de recherche (SEO). Notre site est probablement légèrement épargné par le mouvement de Google puisque la plupart de nos visites ne proviennent pas des moteurs de recherches mais des réseaux sociaux. Mais sur Facebook aussi, la censure vise les pages de gauche. En témoigne la censure il y a quelques jours d’une page à laquelle nous participons.

Des moteurs de recherche comme Qwant respectent la vie privée de leurs utilisateurs et n’influencent pas les résultats de recherche.

La chute vertigineuse de WSWS.

La chute vertigineuse de WSWS.