La première journée de l’exposition historique du Secours rouge s’est terminée avec la causerie de Jean Lemaître et la projection de la commémoration Tayenne. Deux contributions très appréciées du public présent au Pianofabriek.

Ce soir au Pianofabriek

Demain dimanche, l’exposition s’ouvrira également à 14H mais fermera (comme tout le Pianofabriek) sera fermée à 20H.
Lundi, elle aura lieu de 14H à 22H.
Mardi, elle s’ouvrira encore à 14H mais se clôturera par une soirée spéciale de solidarité avec le Rojava. Une interview audio d’un combattant du Bataillon International de Libération sera diffusée et commentée par une camarade du Secours Rouge International qui a été à deux reprises au Rojava – la dernière fois le mois passé. Seront également présents les camarades libertaires, turcs et iraniens avec lesquels le Secours Rouge de Belgique mène la campagne de solidarité avec le Rojava révolutionnaire.

Poster

Ce soir au Pianofabriek

C’est ce samedi à 14H00 que s’ouvre au Pianofabriek l’exposition organisée par notre Secours Rouge à l’occasion de son 30e anniversaire. L’exposition contiendra de nombreuses pièces originales (tracts, affiches, documents internes, brochures et carnets de membres) principalement du Secours Rouge International en Belgique des années ’30, mais aussi du Secours rouge des années ’70, et de celui dont l’histoire commence en 1985. Un petit film exposant l’histoire des trois SRI sera projeté en boucle (anglais sous-titré français).

Pour la première soirée de samedi, M. Jean Lemaître, auteur de « C’est un joli nom camarade / Jean Fonteyne, avocat de l’Internationale communiste », nous présentera le parcours de son grand-père Jean Fonteyne, dirigeant du Secours Rouge de Belgique dans les années ’30. Une projection exceptionnelle du petit film sur la manifestation d’hommage organisée par le Secours rouge en 1932 à l’ouvrier gréviste Tayenne tué par la police aura lieu à l’issue de la causerie.

Exposition: Histoire du Secours Rouge

Quelques centaines de kurdes s’étaient réunis aujourd’hui rond-point Schuman pour revendiquer la libération d’Abdullah Öcalan, le leader du PKK. Les manifestants ont fait un cordon humain autour des institutions européennes. A la fin de la manifestation, la délégation de membres et de sympathisants du Secours Rouge s’est faite encercler par la police pour un contrôle d’identité général.

Depuis l’indépendance en 1947, le peuple indien fait face à la triple pression de l’impérialisme, de la bourgeoisie, et d’un féodalisme laissant les habitants dans la détresse. Leurs terres sont pillées par les multinationales pour l’exploitation des ressources, leurs villages détruits pour la construction de grands barrages, leurs récoltes saisies par les usuriers. Mais le peuple indien s’organise et résiste, principalement sous la bannière du CPI(Maoist) qui, depuis le début des années 1960, organise les paysans, les femmes, les ouvriers et les membres des castes inférieures afin de leur permettre de s’émanciper. Dans les campagnes, des milliers de personnes vivent, combattent et construisent une nouvelle société dans des zones libérées par la guerre populaire, où les maoïstes ont mis en place des coopératives, des systèmes éducatif et de santé accessibles à tous et une redistribution des terres.

Soirée d’information solidaire sur l’Inde

Cette lutte a entraîné de vastes campagnes répressives, conduisant à l’arrestation de milliers de villageois, de militants, de sympathisants et de membres du parti maoïste. Plus de 10.000 personnes sont incarcérées pour leur relation supposée à la guérilla maoïste. Red Ant Dream, Un rêve de fourmi rouge, est un film-documentaire réalisé en 2013. Le réalisateur, Sanjay Kak, nous plonge dans les villages, au coeur de la jungle ou encore dans un centre de formation à la contre-insurrection, dans le quotidien de ceux qui vivent cette lutte de l’intérieur. Et pose une question: les révolutions sont-elles encore possible? Ou ces rêves ont-ils été broyés? Red Ant Dream est une chronique de ceux qui vivent l’idéal révolutionnaire en Inde, une rencontre avec le monde invisible de ceux dont le quotidien est un combat.

Télécharger le flyer en PDF

Soirée d’information solidaire sur l’Inde

Le 5 juin 2008, une vague de perquisitions et six arrestations frappait notre Secours Rouge. Des poursuites seront engagées contre quatre de nos membres: Bert, Constant, Wahoub et Abdallah. Ils sont accusés de « participation à activité terroriste », celle d’une organisation clandestine révolutionnaire en italie, le Parti Communiste Politico-militaire. En février 2007, la police italienne avait découvert, chez un des membres du PCPM, de photos d’identité des 4 du SR. Alors que la justice italienne n’a pas estimé cela suffisant pour poursuivre nos militants (alors qu’elle a la main lourde dans ces situations), le parquet fédéral belge décide de le faire.

Mais en Belgique, les perquisitions et les rapport d’espionnage (un an d’espionnage avec écoutes, caméras sur les domiciles, filature etc.) ne produisent rien, et un magnifique mouvement de solidarité se manifeste envers nos membres qui seront remis en liberté provisoire (c’est encore leur statut). Le parquet fédéral s’obstine à les poursuivre, mais il va être mis légalement en difficultés d’abord par la justice italienne, qui décrète en février 2012 que le PCPM n’était pas une « organisation terroriste » mais une « organisation subversive »; ensuite par la justice belge: en avril 2012, la Chambre du Conseil, rejette l’accusation de « participation à une activité terroriste » et ne poursuit nos quatre membre « que » pour « tentative de faux » (avec en plus, pour Bert, la détention d’un brouilleur d’ondes gsm).

Le parquet va s’obstiner, exiger que la qualification de terrorisme soit retenue, aller et gagner en appel. Mais en juin 2013, la cour de cassation casse cette décision et renvoie le dossier devant une cour d’appel qui doit à nouveau décider si, en plus de la « tentative de faux » et de la possession du brouilleur, il convient de poursuivre nos quatre membres pour « participation à une activité terroriste ». Voilà donc sept ans que la procédure est ouverte, et deux ans que l’on attend la date de la comparution en chambre d’appel (ne parlons même pas du procès sur le fond). Depuis, tous les condamnés du PCPM sont sortis de prison.

Voir l’historique complet et illustré de l’affaire du 5 juin

Belgique: Le point sur « l’affaire du 5 juin »

L’article ci-dessous est le dix millième paru sur le site du Secours rouge.
Nous remercions tous ceux qui ont rendu ces publications possibles en nous communiquant des liens, des infos, des communiqués etc.

Le site du Secours rouge va évoluer les mois qui viennent.
Notre système de publication est, au fil des années, devenu désuet et donc vulnérable. En changer demande du temps et du travail, et le récent piratage nous a surpris dans cette procédure.
Le fait que certaines fonctions restent inaccessibles depuis lors (recherches, albums…) est un choix: nous préférons activer le passage sur le nouveaux système plutôt que remettre complètement en fonction l’ancien (si tant est que les dégâts soient réparables).
Notre prochain site aura un nouvel hébergeur, un nouveau design, une nouvelle ergonomie, de nouvelles fonctions et aussi de nouvelles ambitions politiques.

10.000ème article sur notre site!

Une cinquantaine de personnes ont assisté à la soirée « Femmes de Kobane » co-organisée par notre Secours Rouge, le Comité de soutien aux prisonniers politiques (Turquie/Kurdistan), Alternative libertaire Bruxelles et l’institut kurde. Les fonds récoltés seront reversés au profit de combattant(e)s de Kobane enfermé(e)s en Turquie alors qu’ils/elles passaient la frontière entre la Syrie et la Turquie.

Bruxelles: Succès de la soirée « Femmes de Kobané »

Une cinquantaine de personnes ont participé à la soirée de solidarité avec Nikos Maziotis, prisonnier de Lutte Révolutionnaire. La soirée s’est ouverte par une conférence sur les nouvelles prisons de type C en Grèce d’une intervenante de « L’assemblée anarchiste contre les prisons de type-c » d’Athènes, suivie par un message de solidarité envoyé de prison par Marco Camenisch, et clôturée par la projection du film « Entretien avec Lutte Révolutionnaire ». Notre Secours rouge remercie tous ceux qui ont aidé à cette initiative.

Bruxelles: Succès de la soirée pour Nikos Maziotis