Un nouveau système de surveillance, surnommé Sigard, a été installé dans plusieurs villes hollandaises, et récemment également anglaises. Sigard est un dispositif qui permet d’enregistrer les conversations en public. Selon son fabriquant, Sound Intelligence, il fonctionne en détectant les hausses de ton dans les schémas de conversation. Aux Pays-Bas, des micros ont ainsi été placés dans les centres villes, dans des bureaux du gouvernement, dans des prisons, des gares,… Ce système donne donc la capacité à la police d’écouter les conversations privées tenues dans les lieux publics. Sound Intelligence affirme que les agressions physiques sont régulièrement précédées de violences verbales, et que donc la détection de ces mouvements d’humeur par Sigard permet une intervention policière plus rapide où il pourrait y avoir un problème. Et par la même occasion, permettre une surveillance encore plus intrusive…

Des gestionnaires de la police et des experts en recherche sur l’application de la loi se sont réunis au quartier général d’Interpol à Lyon afin de trouver les façons par lesquelles les études académiques et techniques pourraient renforcer les initiatives policières sur le terrain. Seize représentants de dix pays de chaque région d’Interpol, d’Europol et du CEPOL ont tenu le premier groupe de travail ces 29 et 30 juin pour échanger des idées sur les meilleures pratiques dans l’éventail des domaines de la police. Les discussions ont porté sur la recherche dans les champs de la science policière internationale et de la technologie pour l’application de la loi, y compris le développement et l’évaluation d’outils tels qu’un logiciel pour l’analyse et la recherche de renseignements et l’adaptation de nouvelles technologies à des fins policières. Un agenda stratégique et la potentielle augmentation de l’implication d’Interpol dans la recherche policière, par exemple grâce à la création d’un réseau virtuel de chercheurs de la police pour assister à l’échange de renseignements, étaient également à l’ordre du jour.

Le Département de la Sécurité Intérieur américain a reçu ce mercredi l’autorisation de l’Administration Fédérale de l’Aviation pour faire usage de drones le long de la frontière texane ainsi qu’à travers la région du Golfe du Mexique dans le but d’assurer la protection de la frontière sud des Etats-Unis. Cela fait un moment que les USA font usage de drones opérés par la CIA en Afghanistan et en Irak où selon certaines sources, ces avions auraient assassinés à coups de missiles air-sol plus de 500 personnes. D’ailleurs, certaines voix (bien rares) dans la communauté internationale dénonce leur usage, car il offre aux Etats-Unis un ‘permis de tuer’ sans aucun jugement ni aucune responsabilité, qu’ils refuseraient à tout autre nation.

Le Long Range Acoustic Device est une arme non-léthale sonore utilisée depuis plusieurs mois pour contrôler les foules. L’engin peut émettre des sons de 150 décibels capables d’atteindre une personne à 200 mètres, ce qui peut s’avérer extrêmement douloureux, causer des dommages auditifs et gêner temporairement la vision. Les autorités canadiennes ont acquis plusieurs LRAD, notamment à l’occasion des JO de Vancouver et pour contrôler les masses au cours du G20 qui se déroule ce week-end à Toronto. Un tribunal a ordonné ce vendredi aux policiers assurant la sécurité du sommet de ne se servir de leurs canons à son qu’en réduisant leur puissance, sans pour autant les interdire. Le président d’une organisation syndicale a déploré cette décision, dénonçant la présence de ces armes lors d’une manifestation légale organisée samedi à Toronto. A noter qu’au cours de ce rassemblement, une trentaine de syndicalistes, dont un jeune militant belge, ont été interpellés alors qu’ils faisaient signer une pétition contre le travail des enfants. Ils ont tous été rapidement relâchés.

Après avoir signé en septembre dernier une ‘charte de la vie nocture’ entraînant une présence policière accrue dans le centre-ville de Rennes, la municipalité vient d’installer sept nouvelles caméras de surveillance capables de voir à 360°, et ce y compris la nuit. Elles s’ajoutent aux quatre caméras qui surveillent l’entrée du métro et trois autres qui régulent l’entrée des voitures dans les zones piétonnes. L’installation de ce nouveau système a coûté à la ville la somme de 320000€ et il semblerait que de nouvelles caméras seront installées dans le courant de l’année si l’expérimentation actuelle s’avère réussie. De l’aveu même de la mairie, 2000 caméras seraient déjà installées dans la ville, dont environ 1600 dans le métro et les bus ainsi que dans les parkings. Le nouveau système vient donc de combler un “manque”, celui de l’absence de caméras d’extérieur ayant pour objectif unique la vidéo-surveillance. Les caméras tournent 24h/24 et trois agents municipaux spécialement formés se relayent toutes les 2h30 devant un seul écran d’ordinateur qui diffuse en continu les images de sept caméras. En leur absence, un système de visionnage automatique prend le relais.

Selon des chiffres publiés récemment, l’automobiliste anglais moyen aurait plus de 200 de ses trajets répertoriés dans la base de données de surveillance des véhicules du gouvernement. Il y aurait également 7,6 milliards d’inscriptions de plaques minéralogiques actuellement mémorisées grâce au fichier de reconnaissance automatique de plaques de la police. Cette base de données est continuellement nourrie d’images et de détails des voyages des 38 millions d’automobilistes qui croisent les milliers de caméras de surveillance à travers le pays. Ce système développé au début des années ’90 était initialement prévu pour détecter les voitures volées, les taxes routières non-payées,… Mais depuis lors, les milliers de caméras routières et CCTV des centres-villes, des aéroports et d’ailleurs ont été reliées au réseau de la police, dont les hélicoptères sont également équipés. Au départ, on pensait que la plupart des données étaient détruites après un mois et qu’aucune n’était conservée plus de cinq ans. Mais il apparaît qu’en fait, les enregistrements sont conservés ‘aussi longtemps que c’est opérationnellement nécessaire’. Enfin, en 2008, le Ministre de l’Intérieur a signé un ‘certificat spécial’ autorisant que les données soient envoyées à l’extérieur de la zone économique européenne aux autorités antiterroristes américaines ou ailleurs. Le système de gestion du trafic britannique est clairement devenu un outil répressif et un dispositif de sécurité national.

Le Département de la Sécurité Intérieure des Etats-Unis est actuellement en train de tester une caméra qui fournit des séquences à 360° de la scène filmée. Les données récoltées sont intégrées grâce à la technologie d’assemblage d’images. Ce système d’imagerie pour une surveillance en immersion est un groupe de caméras hémisphériques qui fourni une couverture vidéo de haute résolution. Le système de caméra à vision ultra-large fait défiler des vidéos sans distorsion et en temps réel. Il a une capacité de résolution de cent mégapixels, ce qui fourni des images extrêmement détaillées. L’interface du système peut zoomer sur certaines zones précises sans perte de clarté, pendant qu’elle continue à saisir l’ensemble de la scène. Un éventail d’applications sont disponibles pour permettre au système d’exécuter des fonctions telles que le pistage automatique d’objets, de véhicules ou de personnes sélectionnées par l’utilisateur, même dans des milieux encombrés. Une autre application permet d’établir une ‘zone d’exclusion’ visuelle et alertera l’utilisateur si celle-ci est violée. Le Département de la Sécurité Intérieur teste ces caméras depuis décembre 2009 à l’aéroport de Boston, mais travaille déjà sur une caméra de deuxième génération qui ne sera pas plus grosse qu’une balle de basket mais qui tournera des images de meilleure résolution et encore plus largement. De plus, il travaille également sur un système à infra-rouge pour la surveillance de nuit.

Caméra de surveillance à 360°

Le gouvernement français a adopté le 7 juin un nouveau décret autorisant la création d’un traitement automatisé des données personnelles des prisonniers dans les établissements pénitentiaires. Il permet leur identification en utilisant une technologie de reconnaissance du contour de la main. La fonctionnalité principale du traitement est l’identification par biométrie palmaire des détenus lors de tous leurs déplacements au sein de la prison. Lors de chacun de ses déplacements, le prisonnier se présentera à une borne de contrôle où il présentera sa carte personnelle encodée du numéro d’écrou. Après vérification visuelle par un surveillant grâce à l’affichage du nom du détenu, de son prénom, de son numéro d’écrou et de sa photo, un message apparaîtra sur la borne, indiquant que le lecteur biométrique est prêt à prendre le gabarit de sa main. Si le gabarit saisi est le même que celui figurant dans la base de données, un message de validation de l’identité s’affichera. L’objectif avoué de ce décret est d’observer, surveiller, mesurer et calculer les déplacements des personnes dans une prison. Mais il est évident que de telles mesures serviront d’expérimentations quant aux surveillances des différents déplacements d’une personne dans un établissement public donné.

Une nouvelle vision sur les anciennes tactiques a été proposé comme un moyen pour résoudre le problème terroriste en Turquie, afin de savoir comment les opérations psychologiques seront utilisées et si elles seront efficaces pour lutter contre le terrorisme. ‘Les problèmes terroristes ne peuvent pas être résolus grâce aux méthodes actuelles’ a affirmé Muammer Güler, dirigeant de la nouvellement créée ‘unité antiterroriste civile’. ‘Soit l’organisation terroriste doit être complètement abolie, soit le combat doit continuer sans les fusils’. Le sous-secrétariat de l’Ordre Public et de la Sécurité de Güler est uniquement chargé de développer des politiques antiterroriste et de créer des stratégies basées sur l’interprétation de renseignements récoltés par diverses institutions pour la sécurité. Cette insistance planifiée sur les mesures psychologiques et sociologiques arrive au moment où le PKK a réintensifié ses actions de guérilla. L’établissement de ce nouveau sous-secrétariat a causé une controverse parce qu’il cherche à restructurer le combat contre le terrorisme en donnant plus d’autorité à cette unité civile. D’ailleurs, le parti de l’opposition turque CHP a introduit un recours contre la création de cette unité. Depuis près de trois décennies, le combat contre le terrorisme est du domaine exclusif de l’armée, qui n’a utilisé que des moyens militaires pour tenter d’éliminer les racines du terrorisme. Mais aucun progrès significatif n’a été obtenu.

‘Nous travaillerons plus sur le côté stratégique des renseignements. Nous travaillerons avec des tacticiens, des psychologues, des sociologues, des généraux à la retraite, des ambassadeurs, des experts. Les opérations psychologiques sont vitales, mais ne peuvent être effectuées en uniformes’ a dit Güler, signifiant que cette tâche devrait principalement être dirigée par des civils. Le sous-secrétariat aura également un rôle de centralisation des données et des informations. Selon un expert du terrorisme, la Turquie analyse actuellement les schémas et les modèles de l’IRA active en Grande-Bretagne et de l’ETA active en Espagne dans le but de provoquer la ‘transformation du PKK’. Il affirme que le sous-secrétariat travaillerait sur la stratégie pour éloigner le PKK de la violence et l’amener vers la piste du dialogue politique.

De nouveaux affrontements entre les guérilleros et des militaires ont eu lieu hier et aujourd’hui. Un soldat et trois militants du PKK ont été tués dans la province de Sirnak ce mercredi matin. Trois militaires ont également été blessés lors de cet affrontement. Hier, un autre soldat est mort suite à l’explosion d’une bombe dans la même région.

SAFIRE est un projet de 3.6 millions de $ financé dans le cadre du Programme de Recherche de Sécurité européen, auquel la CE contribue à hauteur de 3 millions de €. Le projet promet “une approche scientifique pour combattre l’extrémisme radical” et a pour but de développer la compréhension fondamentale de processus de radicalisation et de se baser sur cette connaissance pour développer des principes d’interventions conçues pour empêcher, interrompre et renverser cette radicalisation.

Le consortium SAFIRE est mené par l’institut de recherches militaire hollandais TNO et inclut la Société de RAND, l’Académie Contre-terroriste Internationale israélienne (ICSA, qui promet “d’adapter “la Philosophie Opérationnelle israélienne”), Compagnie Européenne d’Intelligence Stratégique (CEIS, la Société d’Intelligence Stratégique, la France), Rapprocher 129 (une société de surveillance italienne), plusieurs universitaires d’Utrecht et Amsterdam et l’Instituut voor Multiculturele ontwikkeling (l’Institut hollandais pour des Affaires Multiculturelles).