Voilà deux mois qu’a disparu en Ukraine le prisonnier politique Andreï Sokolov. Il a été enlevé par des inconnus en Ukraine immédiatement après sa libération dans la salle d’audience. Andrei Sokolov est un militant révolutionnaire. Jeune communiste venu du milieu populaire, il a été détenu une première fois en Russie en 1997 pour la destruction d’un monument qui venait d’être inauguré en l’honneur de la famille impériale. Il a fait une deuxième peine de cinq ans et demi de prison sous l’accusation de complicité avec une organisation clandestine. Il a depuis été harcelé par les autorités russes, arrêté et libéré plusieurs fois.

À l’automne 2014, Andrei Sokolov était dans le Donbass pour aider la résistance antifasciste à remettre en service une cartoucherie (Sokolov est armurier). Le 16 décembre 2014, il est tombé sur un check-point ukrainien et a été détenu dans une prison secrète où les services spéciaux maltraitent et torturent les prisonniers. Les services spéciaux ukrainiens n’ont déclaré son arrestation que plus tard, loin du front, à Mariupol. Il a été accusé de «promouvoir une organisation terroriste» (la République populaire du Donetsk). Depuis cette époque jusqu’à avril 2016, Sokolov était détenu en Ukraine. Sur les conseils de son avocat, il a accepté de reconnaître sa culpabilité en échange d’une peine réduite. Le 15 avril dernier, le tribunal de Berdyansk l’a condamné à une peine de 2 ans et 7 mois. En raison de sa longue détention préventive, et selon le calcul des peines en vigueur en Ukraine, il devait être libéré. Cependant, à la sortie du palais de justice, il a été capturé par quatre hommes non identifiés qui l’ont emmené dans une voiture banalisée.

Cela fait deux mois que l’on est sans nouvelles d’Andreï Sokolov. De nombreuses demandes provenant de sa mère et du Consulat général de Russie en Ukraine, sont restées sans réponse. Deux possibilités: Andreï a pu être enlevé par un des escadrons de la mort fascistes, qui ont déjà plusieurs enlèvements et assassinats à leur actif en Ukraine, ou replacé dans une des prisons secrètes des services spéciaux ukrainiens, dans une de ces prisons dont l’existence est reconnue et dénoncée dans un rapport de l’ONU (Andreï avait été placé sur une liste des prisonniers à échanger, ceux-ci sont généralement détenus au secret).

Où est Andreï Sokolov ?

Andreï Sokolov

Où est Andreï Sokolov ?
Andreï Sokolov

Environ 1.500 prisonniers politiques sont détenus dans des conditions inhumaines et dégradantes en Ukraine. La majorité des prisonniers politiques sont accusés de séparatisme et de trahison pour avoir aidé les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. Outre les partisans déclarés de ces républiques, comme Andreï Sokolov, sont détenus ceux qui ont dénoncé comme fratricide la guerre contre ces républiques comme l’ancien chef adjoint du Parti des régions à la Rada, Alexandre Efremov, le journaliste Ruslan Kotsaba, accusé de trahison de la patrie, pour avoir promu à Ivano-Frank l’action “Refus de mobilisation.”

Le nombre officiel de prisonniers de cette catégorie est de 1.354. Mais 459 personnes sont portées disparues: certaines ont sans doute été assassinées ou sont mortes en détention ou sous la torture, d’autres pourraient encore être détenues dans des prisons secrètes du SBU. Car à la répression officielle s’ajoute l’action des escadrons de la mort fascistes et des services secrets. Il faut enfin ajouter nombre officiel les prisonniers politiques détenus sous des accusations de droit commun comme “port illégal d’armes” ou “bagarre”. Plusieurs prisonniers politiques ont entamés une grève de la faim à Kiev, alors que leur état de santé est précaire et qu’ils sont laissés pratiquement sans aucune assistance médicale. Les prisonniers morts dans les prisons ukrainiennes en raison de la grève de la faim seraient déjà cinq.

Andreï Sokolov

Andreï Sokolov

Andreï Sokolov is an antifascist revolutionary militant coming from Russia. April the 15th, he was released by an Ukrainian court after having been jailed for 16 months. Andreï was abducted minutes later when walking free from the court, he was taken by unknown men; impossible to know if they are Death Squad members or secret police officers. Family, friends and comrades of Andreï have no news from him since then. This July 15th, the belgian section of International Red Help (Secours Rouge) will held a gathering in front of the Ukrainian Embassy in Brussels.

Demonstration this July 15th at 4.30PM,
Avenue Lancaster 30, 1180 Uccle (Saint-Job Station)

Freedom for Andreï Sokolov and for all the antifascist and revolutionary prisoners!

Where is Sokolov ?

Where is Sokolov ?

Le 8 avril à trois heures du matin, un groupe d’anarchiste a attaqué le tribunal de district de Holosiivskyi, à Kiev. Quatre cocktails Molotov ont été lancé dans la partie sud du palais de justice, deux se sont écrasés dans le bureau du juge, endommageant les locaux et détruisant les dossiers. Les média ont lié cette action à l’affaire Alexandrov-Ieroféev (voir notre article) jugée par le même tribunal. Mais dans leur communiqué (voir ici en russe, avec une vidéo), les auteurs affirment que l’action n’est pas liée à cette affaire mais au rôle général de ce tribunal (et de tout l’appareil policier et judiciaire) dans l’oppression. Le communiqué cite quelques affaires comme la condamnation par ce tribunal de Dmitry Pavlichenko à la prison à vie. Dmitry Pavlichenko a été condamné pour avoir tué un juge qui, lié à la “rénovation” de la ville,l’avait fait expulser de son appartement. Le procès de Dmitry Pavlichenko, manifestement truqué, et qui avait fait scandale et donné lieu à de nombreuses manifestations.

La fenêtre par laquelle deux cocktails Molotov sont entrés. Bien visé.

La fenêtre par laquelle deux cocktails Molotov sont entrés. Bien visé.

En mai 2015, les forces ukrainiennes ont blessé et capturé Alexandre Alexandrov, ainsi qu’un autre russe du nom d’Evgueni Ierofeïev, dans la région de Louhansk (est de l’Ukraine) à l’issue d’affrontements entre l’armée régulière et des séparatistes. Les autorités ukrainiennes les accusent d’être des militaires russes en activité, membres des forces spéciales. Ces hommes sont inculpés de franchissement illégal d’une frontière, de possession illégale d’armes et de participation à des activités terroristes.

Iouri Grabovski était l’avocat d’Alexandre Alexandrov, victime de harcèlement et de manœuvres d’intimidation incessants en raison de ses activités professionnelles, il a été retrouvé mort jeudi 24 mars au soir dans une zone déserte de la province de Tcherkassy. Il avait été vu pour la dernière fois à son cabinet de Kiev le 6 mars et on était sans nouvelles de lui depuis lors. Iouri Grabovski s’était plaint d’être harcelé par les autorités parce qu’il défendait Alexandre Alexandrov. Oxana Sokolovskaïa, l’avocate d’Evgueni Ierofeïev, s’est aussi plainte à plusieurs reprises de harcèlement et de menaces en lien avec cette affaire.

Dans le box: Alexandre Alexandrov (à gauche) et Evgueni Erofeiev (à droite), devzant eux (chemise rouge): Iouri Grabovski

Dans le box: Alexandre Alexandrov (à gauche) et Evgueni Erofeiev (à droite), devzant eux (chemise rouge): Iouri Grabovski

Le 20 octobre ä midi, dans la ville de Bliss, la République populaire de Donetsk (RPD) a procédé à un échange de prisonniers avec l’Ukraine en présence de représentants du Comité international de la Croix-Rouge.Les autorités de la RPD ont libéré 11 militaires ukrainiens. Les Ukrainiens ont libéré neuf des onze prisonniers promis, parmi lesquel le militant antifasciste Valeriy Berest. Cet échange est le premier survenu depuis de longs mois, et il avait déjà été reporté. Il reste en Ukraine environ 1200 prisonniers politiaues et prisonniers de guerre: 450 combattants et 200 civils des républiques du Donbass, et environ 550 prisonniers politiques antifascistes ukrainiens. La condition de ces prisonniers est extrêmements difficiles, les autorités carcérales ukrainiennes lachant régulièrement contre eux les gangs de prisonniers sociaux.

A l’avant-plan, les prisonniers ukrainiens, au second, ceux du Donbass

A l'avant-plan, les prisonniers ukrainiens, au second, ceux du Donbass

Les menaces et les agressions contre des militants progressistes par les escadrons de la mort ukrainiens se poursuivent loin derrière la ligne de front. Dernier incident en date: dans la nuit du 18 au 19 octobre, une roquette antichar RPG a été tirée dans l’appartement d’une militant communiste bien connu à Mariupol, Alexei Krivun. Alexei Krivun est un de seuls communistes de la ville qui n’était ni en prison, ni en exil, ni dans la clandestinité. Par pure chance, personne n’a été tué (la roquette a dévasté la partie avant de l’appartement, et causé des dégâts aux appartements voisins).

L’immeuble peu après l’attaque

L'immeuble peu après l'attaque

La résistance antifasciste en Ukraine a revendiqué une attaque à l’explosif dévastatrice (15kg d’Amonal) contre le siège des services secrets ukrainiens (FSB), rue Catherine, à Odessa. Le communiqué présente cette action, qui a eu lieu ce dimanche au petit matin, comme une reprise de la résistance armée antifasciste après les arrestations de ce printemps, et une riposte à la répression de masse, aux tortures et aux disparitions commises par le FSB. Le communiqué du groupe “Odessa souterrain” fait référence à une action du même type mené contre les services secrets russe en avril 1999 (action revendiqué par la NRA) et au dynamitage, pendant la guerre, par les partisans soviétiques odessites, du siège des services de répression de l’occupant fasciste. Le nom même du groupe fait référence aux labyrinthe de souterrains creusés sous Odessa et qui servaient de base à la résistance pendant la guerre.

https://www.youtube.com/watch?v=1ql8eZwcZFE


Attaque contre le siège du FSB à Odessa

Ukraine: La Résistance dynamite le siège des services de sécurité à Odessa
Attaque contre le siège du FSB à Odessa

Andreï Sokolov avait été transféré dans la prison de Berdyansk (un transfert de 400 km qui a duré deux semaines) pour y être jugé le 3 septembre, mais l’audience n’a duré que 10 minutes. Faute de traducteur d’ukrainien en russe, l’audience a été reportée au 23 octobre. Andreï est maintenant détenu à la prison de Volnyansk (à 10km de Zaporizhzhya). La perspective d’un échange de prisonniers s’est éloignée. Seuls de petits échanges d’une dizaine de prisonniers de part et d’autre chaque fois, ont eu lieu. Or il y a dans les prisons de l’Ukraine a environ 1.500 prisonniers politiques et prisonniers de guerre. Beaucoup ont commencé à passer devant les tribunaux pour terrorisme, trahison et séparatisme, risquant 15 ans de prison.

Lire l’interview d’Andreï Sokolov

Le Secours Rouge intervient depuis un an, à hauteur de 250 US$ par trimestre, à l’aide financière avec Andreï. Pour nous aider à aider Andreï: voyez la page “soutien” pour faire un don.

Andreï Sokolov

Andreï Sokolov

Le procès contre Andreï Sokolov pour “la création d’une organisation terroriste» (art. 258-3 du Code pénal) se poursuit en Ukraine. Le délit est passible de 8 à 15 ans de prison. Les deux premières audiences ont eu lieu par vidéoconférence, la cour siégeant au tribunal et Andreï restant dans sa prison (voir notre article). Les séances suivantes ont eu lieu au tribunal de la ville Berdiansk, dans la province de Zaporozhye, à 60 km de Mariupol. Ces audiences ne portent pas encore sur le fonds de l’affaire. Elles doivent notamment établir si il y a besoin d’un complément d’enquête.

Andreï est un communiste, son opposition révolutionnaire aux régimes de Eltsine et de Poutine lui a valu un total de neuf années de prison en Russie. Il a depuis le début fortement soutenu l’insurrection dans le Donbass, en travaillant comme technicien bénévole. Andreï a été enlevé à un checkpoint sur la ligne de front entre les forces ukrainiennes et celles de la République populaire de Lougansk le 16 décembre 2014, détenu dans un prison secrète où les prisonniers étaient torturés (voir notre article), il n’a été officiellement arrêté que le 29 décembre, à Mariupol, dans le bâtiment du SBU (Service de sécurité ukrainien).

Andreï Sokolov

Andreï Sokolov