Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

En visite au Liban, la ministre française de la justice a été confrontée à des manifestants de l’Union de la Jeunesse Démocratique Libanaise (proche du PC) réclamant la libération de Georges Ibrahim Abdallah détenu en France depuis 1984. Les manifestants ont scandés ‘Libérez Georges Abdallah!‘ et ‘Sionistes, fascistes, c’est vous les terroristes!‘ à l’arrivée du convoi de Dati qui allait rencontrer son homologue libanais. On a appris que celui-ci avait évoqué le cas de Georges.

Hier, jeudi, les forces de sécurité israéliennes ont transféré Ahmed Saadat, le secrétaire général du Front Populaire pour la Libération de la Palestine condamné à 30 ans de détention, de la prison de Hadarim à la prison d’Asqelon, où il a été placé à l’isolement. Il y a actuellement 11.000 prisonniers politiques palestiniens détenus par Israël.

Visiter le site de la campagne en faveur d’Ahmed Saadat

Trois prisonniers politiques sahraouis suivent depuis le 13 février une grève de la faim illimitée. Ils protestent contre leur détention illégale, réclament l’amélioration leurs conditions de détention à l’intérieur de la prison locale de Marrakech, ainsi que leurs droits légitimes garantis par les Conventions et traités internationaux, en tant que prisonniers d’opinion. Les autorités carcérales marocaines persistent dans leur rejet des revendications légitimes de ces prisonniers politiques sahraouis, ont précisé leurs familles.

Brahim Baryaz et Alisalem Ablagh ont été arrêtés le 13 février 2009 à Guelmim (sud du Maroc) pour avoir manifesté en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui et du respect des droits de l’homme au Sahara occidental. Les deux jeunes sahraouis ont été torturés par la police marocaine en pleine rue, conduits vers le commissariat de la police de la même ville et soumis aux interrogatoires sous le commandement des tortionnaires marocains avant d’être abandonnés à l’aube dans un ‘état lamentable’ à l’intérieur de commissariat après avoir été transférés à la prison de Marrakech. Quant à Khalihnna Abulhassan, il a été arrêté le 13 avril 2009 à la ville de Marrakech en raison de ses activités syndicales et politiques au sein des universités marocaines. Il a été condamné par la cour de première instance à deux ans de prison ferme.

Après 33 jours de privation de nourriture, les grévistes présentent une grave détérioration de leur état de santé avec des symptômes tels que perte de la sensibilité des extrémités, perte de masse musculaire, maux de tête et crampes, fatigue, faiblesse, évanouissements, nausée et vomissement, perte de conscience et coma. Les trois prisonniers politiques ont été transférés transitoirement dans la clinique de la prison où ils ont été soumis à de fortes pressions pour se réalimenter mais en vain. On a tenté de leur faire signer des déclarations déchargeant les autorités de toute responsabilité concernant l’évolution de leur santé. Les familles des prisonniers en grève de la faim expriment leur préoccupation face à la dégradation de la santé des prisonniers et en rendent responsable les autorités pénitentiaires de ce qui peut arriver à leurs fils et demandent une enquête indépendante. Elles ont mené, mercredi 18, une grève de faim de 24 heures en signe de solidarité inconditionnelle avec leurs fils.

Le militant et défenseur des droits humains, Rachid Sgheir, a été enlevé à Dakhla (ville occupé par le régime marocain, au Sahara occidental), le 13 mars 2009, à l’intérieur du tribunal de première instance de Dakhla par des agents de services secrets marocains notamment ceux de Larbi Hreiz à Dakhla, et le Directeur du Département de la Sûreté du Territoire (DST) à Dakhla. Sgheir Rachid s’était rendu au tribunal pour porter plainte contre la tentative d’enlèvement qui s’était déroulée la veille… Rachid Sgheir a été emmené en voiture pour une destination inconnue. Rachid Sgheir est membre du Comité contre la torture de Dakhla, en tant que militant sahraoui, il a vécu à plusieurs reprises, des détentions arbitraires, des tortures et des intimidations par les services marocains. Récemment, il a été emprisonné pendant la visite de la délégation ad hoc du Parlement européen.

Rachid Sgheir

Rachid Sgheir

Mardi 10 mars, un des témoins de l’affaire des détenus politique à Marrakech – groupe de Zahra – a été victime d’une opération d’enlèvement. Il s’agit du militant basiste Mohamed El Mouden, qui a été embarqué par quatre agents dans une voiture de police. Il s’agit du deuxième témoin enlevé dans cette même affaire, après la militante Mariem Bahmmou.

Les détenus politiques du mouvement estudiantin marocain ont fait l’objet d’une autre séance de torture le 6 mars 2009 à la prison de Ain Kadoss à Fez, suite à leur réunion pour discuter et coordonner entre eux les autres formes de résistance pour défendre leurs droits ainsi que les droits de tous les détenus politiques. L’intervention des forces répressives contre ce rassemblement des étudiants a été brutale. Au vu de la non reconnaissance de leurs droits par le régime existant au Maroc, les 10 étudiants détenus en prison de Fez ont décidés d’entrer en grève de faim de 10 jours à compter du samedi 7 mars 2009.

Khadija Ziane a 35 ans. Présidente de l’association des femmes d’Ifni aït Baâmrane, elle est aussi membre de l’association Aït Baâmrane pour le développement et du centre marocain des droits de l’homme. Khadija Ziane s’est tout naturellement insurgée contre la répression menée par les autorités marocaines dans la région en juin dernier, elle a témoigné courageusement des exactions perpétrées par la police marocaine. Elle a soutenu et accompagné les prisonniers politiques et leurs familles.

Les autorités marocaines ont procédé à l’enlèvement de Khadija Ziane le 28 juillet dernier, à la prison d’Inzegane à Agadir, alors qu’elle accompagnait les familles pour rendre visite aux prisonniers. Depuis, Khadija est incarcérée à la prison d’Inezegane à Agadir. Elle sera jugée le 12 février prochain avec les prisonniers politiques de Sidi Ifni Aït Baâmrane, incarcérés depuis les événements sans être jugés.

Khadija Ziane

Khadija Ziane

Contacter le Comité de Soutien de Khadija Ziane

Les ministres européens des affaires étrangères ont décidé ce lundi 26 de retirer l’OMPI de la liste européenne des organisations terroristes. C’est la première fois qu’une organisation désignée comme ‘terroriste’ est retirée de la liste européenne. Le 4 décembre, la justice européenne avait annulé pour la troisième fois la décision de l’UE de geler les fonds de l’OMPI. Dans sa décision, la cour de Luxembourg avait estimé que l’UE avait violé les droits de la défense de l’OMPI et qu’elle n’avait pas fourni d’éléments suffisants pour inscrire l’organisation de lutte contrte le régime islamiste iranien sur la liste noire. L’OMPI était inscrite sur la liste noire de l’UE depuis 2002. De nombreuses organisations figurent encore sur cette liste, comme le Front populaire de libération de la Palestine. Le ministre belge Karel De Gucht a préconisé l’ouverture d’une nouvelle procédure visant l’OMPI: ‘sinon on ne pourra pas avoir de discussion politique sérieuse avec l’Iran‘…

Manifestation pour l'OMPI

Manifestation pour l’OMPI

La Chambre criminelle près de la Cour d’appel de Gafsa a renvoyé l’affaire du procès en appel de syndicalistes poursuivis à la suite du mouvement de protestation sociale dans la région minière de Gafsa au 3 février 2009, ‘afin de permettre la présence de l’un des prévenus empêché pour raisons de santé, suite à une maladie constatée antérieurement à son arrestation‘. Il s’agit de Bechir Laabidi, un des dirigeants condamnés à dix ans de prison, actuellement hospitalisé à Tunis pour cause de tuberculose.

Dans ce procès d’appel, les inculpés partent renforcés par le soutien de leur organisation, la puissante centrale syndicale Union Générale des Travailleurs Tunisien (UGTT), qui est revenu sur les sanctions qui ont gelé leurs statuts antérieurs de responsables régionaux. C’est en cette qualité qu’ils vont être jugés. Cette nouvelle donne va peser de tout son poids sur la suite du procès dans un système politique dont les rapports avec le syndicat ont souvent constitué le principal atout pour sa stabilité. Ce procès en appel fait suite à des condamnations de première instance allant jusqu’à dix ans de prison lors du procès du 11 décembre 2008 et qui a été entaché de graves irrégularités. Sur un total de 38 inculpés, le tribunal avait relaxé cinq prévenus et condamné deux autres par défaut, trente-trois des prévenus ont été jugés coupables ‘d’entente criminelle portant atteinte aux personnes et aux biens’ et ‘rébellion armée’, lors des violences ayant nécessité un déploiement de l’armée après la mort par balles le 6 juin d’un manifestant à Redeyef, près de Gafsa.

La Cour a refusé de donner suite aux demandes de mise en liberté présentées par certains avocats, 21 prévenus comparaissant en état d’arrestation. Des observateurs syndicalistes et avocats de France, d’Algérie et du Maroc étaient présents à l’ouverture du procès en appel mardi 13.

16 détenus parmi les prisonniers politiques de Sidi Ifni-Aïtbaâmranne poursuivent leur grève de la faim illimitée pour le 7 janvier. Ils sont victimes d’enlèvements et d’arrestations arbitraires pendant ou suite aux événements de protestations populaires de Sidi Ifni. Ils sont incarcérés avec des détenus de droits communs, dans des cellules exiguës d’à peine 22 mètres carrés, où s’entassent 87 prisonniers. Plusieurs d’entre eux souffrent de pathologies graves et ils ont besoin d’interventions médicales urgentes, de soins et de régime alimentaire adapté. Brahim Barra souffre de graves problèmes rénaux, son cas nécessite une intervention chirurgicale urgente; Hassan Agharbi a des problèmes de prostate; Al Houari Assawlajane a un intestin artificiel et souffre d’asthme aigu; Karim Chara souffre d’un kyste au foie; Ahgoun Ahmed souffre de graves problèmes au niveau de la colonne vertébrale. Leur grève de la faim se poursuit dans l’indifférence des autorités marocaines. Seul le procureur s’est rendu à la prison de Tiznit pour dissuader les grévistes de poursuivre leur grève de la faim. Il a essuyé un refus catégorique. Malgré l’inquiétude pour la santé des leurs, le soutien des familles reste infaillible.

Liste des grévistes de la faim

Groupe de la prison d’Inzegane: Karim Chara; Atbib Abdelkader; Brahim Barra; Zakaria Rifi; Hassan Agharbi; Zine el Abidine Erradi.

Groupe de la prison de Tiznit: El Amrani Mohamed; Alkasbi Mustapha; Aarab Omar; Azzedine Amhil; Brahim Harbili; Al Houari Assawlajane; Miloud Boutkat; Abderahmane Dahbi; Boumzough El Houseine; Ahgoun Ahmed.