La commission européenne a rendu publique ce mercredi son projet de lutte contre la cybercriminalité. Son centre devrait être opérationnel en janvier prochain. Sous l’égide d’Europol, il réunira une cinquantaine d’experts européens en la matière dont le travail consistera, entre autre, à traquer les attaques informatiques à l’encontre d’infrastructures ou de systèmes d’information critiques de l’Union. Le budget de ce centre, qui s’élève à 3,6 millions d’euros, doit encore être adopté par l’autorité budgétaire d’Europol.

Les internautes chinois ont mené le vendredi 16 mars une “grève du message” de deux-trois jours. En cause, l’entrée en vigueur des nouvelles règles concernant l’utilisation des réseaux sociaux dans un pays qui compte plus de 260 millions d’utilisateurs de Weibo, la version chinoise de Twitter (l’original étant censuré en Chine). 40% des utilisateurs de Weibo restaient anonymes. Désormais pour envoyer un message, il faut déclarer sa véritable identité. C’est donc la fin de la possibilité de dénoncer librement les injustices et la corruption. Les autorités affirment être confrontée à une inflation des rumeurs en ligne, la dernière en date laissait entendre que le leader nord-coréen Kim Jong-un avait été assassiné à Pékin. Outre la censure, les weibos nominatifs vont pouvoir aussi aider les portails internet à récupérer de informations sur leurs millions d’utilisateurs à des fins publicitaires.

Chine: Fin de l’anonymat sur Weibo

C’est un peu beaucoup pour un hasard, le site d’Indymedia Bruxelles est down en même temps que ceux d’Indymedia suisse romande ainsi que d’une série d’Indymédia de France (Indymedia Paris, Indymedia Bordeaux, Indymedia Grenoble, Indymedia Nantes, Indymedia Lille et Rebellyon.info). Le reste du réseau Indymedia de l’étranger reste néanmoins accessible (par exemple London ou Madrid).

EDIT (20H00) : Tous les indymedias sont à nouveau accessibles.

Avec le Suédois NetClean, Microsoft offre sa technologie PhotoDNA aux forces de l’ordre. Développée en 2009 par Microsoft Research et l’université Darthmouth College, PhotoDNA créé une signature unique pour une image numérique. Cette empreinte numérique peut être comparée aux signatures d’autres images afin de trouver des correspondances. Si le procédé est similaire à la reconnaissance faciale, PhotoDNA ne peut pas identifier des individus dans des photos. Mais avec une représentation mathématique de la photo, les forces de l’ordre sont capables de faire correspondre une photo avec une autre, même si la photo a été redimensionnée ou modifiée. De quoi les aider lors d’enquêtes.

La technologie est déjà utilisée dans le domaine de l’aide à l’enfance. C’est ainsi que Facebook en collaboration avec le National Center for Missing and Exploited Children (Centre national de recherche des enfants disparus et exploités, financé en partie par la justice US ), fait analyser par PhotoDNA les centaines de millions de photos mises en ligne chaque jour pour débusquer les images pédopornographiques et rechercher les photos d’enfants disparus (de nombreux fugueurs ayant tendance à rester connectés sur Facebook). On peut naturellement s’attendre à une extension de l’application de cette technologie aux autres secteurs de l’activité policière…

USA: Microsoft offre PhotoDNA à la police

Interpol, l’organisation internationale de police, est actuellement en train de construire un nouveau centre destiné à la lutte, entre autre, contre la cyber-criminalité. L’Interpol Global Complex for Innovation, paradis technologique, devrait entrer en fonction en 2014. Il servira de laboratoire de recherche et de développement, d’installation d’entraînement et de laboratoire médico-légal, et s’intègrera dans le Interpol Singapore Center. L’IGCI se concentrera principalement sur la sécurité digitale et les innovations en matière de recherche contre le cyber-crime. Au-delà de ce dernier, les officiers de police et les chercheurs de l’IGCI développeront également des stratégies expérimentales à destination des services policiers à travers le monde. Le complexe comprendra des laboratoires, une salle de conférence ainsi qu’un musée, qui sera ouvert au public. Interpol n’a pas encore officiellement annoncé quels produits ni quels outils y seront développés. Néanmoins, vu la place que prennent progressivement les géants en ligne tels que Google, Facebook et Twitter, et le rôle qu’ils ont récemment joué dans les divers soulèvements populaires et autres mouvements ‘d’indignés’, il est évident que l’IGCI oeuvrera à l’utilisation de ces sociétés. D’ailleurs, d’après un porte-parole d’Interpol, il semblerait que ces sociétés privées seraient de plus en plus ouvertes à la collaboration. Avec la construction de ce centre, Interpol se positionne clairement face aux nouvelles tendances.

IGCI

IGCI

Partant des cas de Ricardo – militant tabassé devant le centre fermé 127bis – et de Nikki – indignée grecque frappée lors d’une action à Bruxelles – , plusieurs associations (Dont Gsara Asbl et la Ligue des Droits de l’Homme) lancent un nouveau site web tourné sur trois aspects de la violence policières: les droits face à la police, une enquête sur les dites violences et la (non-)médiatisation de ces violences.

Le site a ouvert à l’adresse suivante : http://www.violencespolicieres.be

Lors de l’arrestation des membres du Secours Rouge le 5 juin dernier, les médias ont fait grand cas des communications cryptées entre la section belge du SRI et le secrétariat international de Zurich, et interceptées par la police. Un an et demi plus tard, les services spécialisés de la police fédérale ne sont toujours pas parvenu à décrypter ces mails…

Le cryptage des mails ne fait pas partie de la culture militante en Belgique, alors qu’il est extrêmement répandu en Allemagne ou en Suisse, et alors qu’en Belgique même, il est courant dans le domaine commercial et bancaire. Il est important de généraliser les techniques de cryptage. Crypter toutes les communications politiques, même les plus banales, est essentiel pour tous ceux qui veulent éviter de nourrir les fichiers policiers.

Le logiciel utilisé par le Secours Rouge International est le classique PGP (Pretty Good Privacy). Philip Zimmermann, son développeur, a mis PGP en libre téléchargement en 1991. Le gouvernement a ouvert une enquête contre lui pour violation des lois limitant l’exportation pour les produits cryptographiques aux seuls clients validés par le gouvernement US. Zimmermann a développé PGP dans un souci de droit à la vie privée et de progrès démocratique: ‘PGP donne aux gens le pouvoir de prendre en main leur intimité. Il y a un besoin social croissant pour cela. C’est pourquoi je l’ai créé. (…) Si l’intimité est mise hors la loi, seuls les hors-la-loi auront une intimité. Les agences de renseignement ont accès à une bonne technologie cryptographique. De même les trafiquants d’armes et de drogue. Mais les gens ordinaires et les organisations politiques de base n’avaient pour la plupart pas eu accès à ces technologies cryptographiques de ‘qualité militaire’ abordable. Jusqu’à présent.

PGP est un logiciel de chiffrement et de signature de données utilisant la cryptographie asymétrique mais également la cryptographie symétrique. Il est d’une extrême facilité d’emploi. Il est basé sur un processus appelé ‘public-key’ (‘clé publique’). Tout utilisateur dispose d’une clé privée (une série de caractère, idéalement plus de 20, choisis par lui) et d’une clé publique produite par le programme et liée à la première par un algorithme complexe. La clé publique peut être transmise sous forme de ‘pièce jointe’, dans le corps d’un mail, par clé USB, disque, ou n’importe quel support de données. Elle peut être interceptée et connue sans nuire à la qualité du cryptage.

L’utilisateur communique donc sa clé publique à tous ceux qui doivent lui envoyer un message crypté. Ceux-ci cryptent leur mail ou leur document (traitement de texte, image, tableur) qu’ils lui destinent avec sa clé publique (ce qui se fait en deux ‘clics’). Pour décrypter, l’utilisateur tape dans le logiciel sa ‘clé privée’, connue de lui seul. A l’inverse, pour envoyer un message crypté, l’utilisateur doit disposer de la clé publique de son correspondant. Une fois qu’il a crypté le message, seul le correspondant pourra le décrypter avec sa ‘clé privée’. Même le crypteur n’est pas en mesure de décrypter son message.

Dans le cadre du week-end d’étude anti-répression co-organisé av ec le CLEA, le COI et le CAS, le Secours Rouge organise une formation à l’utilisation de PGP. Si vous apportez votre ordinateur portable, vous pourrez vous faire installer PGP et faire des essais de cryptage jusqu’à ce que vous en maîtrisiez la technique (dix minutes suffisent…). Si vous apportez une clé USB, vous pourrez avoir une copie du programme pour l’installer chez vous (version Linux, PC ou Apple).

Dimanche 10h-12h, Espace Morichar, 29-33 Place Morichar 1060 St Gilles, entrée gratuite.

De l’espionnage électronique policier (GSM, Internet, ordinateurs, etc.) et des moyens de s’en protéger (Techniques, pratiques et programmes)

Présentation

La conférence Communication et Sécurité a été présentée une première fois dans le cadre de la conférence internationale d’analyse sur la nouvelle qualité (politique, juridique et technique) de la contre-révolution préventive dans les centres impérialistes, le 6 novembre 2005, à Bâle.

Ecrite et présentée par un spécialiste du Rote Hilfe (Secours Rouge) de l’organisation Revolutionärer Aufbau de Zürich, elle s’est développée et enrichie au fil des traditionnels questions/réponses clôturant les conférences.

Le texte de ce numéro de Solidarité Internationale est celui qui a été préparé pour la conférence organisée par la Coordination Anti-répression à Bruxelles, le 23 juin 2006.

Sommaire:

Chapitre 1. Principes

-1. 1. La technologie de l’information dans le quotidien politique
-1. 2. Proportionnalité
-1. 3. Analyse de risque
-1. 4. Les mots de passe
-1. 5. Formation

Chapitre 2. Téléphone fixe et téléphone portable

-2. 1. Téléphones fixes
-2. 1. 1. Téléfax
-2. 1. 2. Modem analogique ou ISDN
-2. 2. Téléphones portables
-2. 3. L’interception
-2. 4. Profil de mouvement
-2. 4. 1. Saut de cellules
-2. 5. SMS ping
-2. 6. N° IMSI etc.
-2. 7. Pour être certain…
-2. 8. IMSI Catcher

Chapitre 3. Ordinateur et accessoires

-3. 1. ‘Supprimer’ (‘Delete’)
-3. 1. 1. Système d’exploitation
-3. 2. Codage du disque dur
-3. 3. Coder la circulation sur l’Internet
-3. 4. Cryptage des mails
-3. 5. Live System
-3. 6. Accès aux programmes

Lire le contenu de ce numéro

Quelques principes élémentaires de sécurité informatique

Il y a des virus sur Mac ! Jusqu’à récemment, les utilisateurs de Mac pouvaient se vanter d’utiliser un système où “il n’existe pas de virus”. C’est partiellement vrai, mais ça l’est beaucoup moins à l’heure actuelle. En effet, la popularité grandissante de ce système a poussé les pirates à trouver des failles de sécurité dans ce système. En outre, il existe quantités de malware (programmes malveillants) sur Mac. Des keyloggers par exemple (programmes qui enregistrent les frappes clavier et les envoient au pirate).

Gardez vos logiciels à jour ! Lorsque des logiciels sont publiés, les développeurs font des erreurs. Et la plupart des virus utilisent ces erreurs pour faire leur travail. Il est donc important d’avoir un système d’exploitation mis à jour, et que les programmes installés sur votre ordinateur soient également mis-à-jour. Aujourd’hui, les manœuvres de mises à jour sont toutefois largement automatisées, et cela ne devrait pas poser de problème.

Vous devez toujours télécharger vos logiciels soit sur les sites officiels de leurs éditeurs. Par exemple, le logiciel de messagerie ‘Thunderbird’ ou le navigateur internet ‘Firefox’ sur le site de la société Mozilla qui publie ce logiciel. Si vous ne le faites pas, vous pourriez télécharger une version infectée de ces logiciels, et compromettre la sécurité de votre ordinateur. Vous pouvez également télécharger vos logiciels directement sur l’App Store.

Vous devez diversifier vos mots de passe. Certaines sociétés collaborent très volontiers avec la police, d’autres préfèrent défendre la liberté du net. Vous devez garder en mémoire que si vos mots de passe sont identiques, une société comme Microsoft qui collabore avec la police avec plaisir pourrait transmettre votre mot de passe de messagerie Hotmail. Et que si ce mot de passe est identique à celui de votre clé PGP : la répression n’aura besoin ni de mandat, ni de virus pour vous espionner. Autre point sur les mots de passe : pour qu’un mot de passe soit incassable, celui-ci doit faire 20 caractères (ou plus), et ne contenir qu’une combinaison aléatoire de lettres minuscules, majuscules, de chiffres et de caractères spéciaux (&#[]=* entres autres). Un bon mot de passe pourrait être par exemple : !DM\cxV(KG84″-t=7R. Cela semble impossible à retenir, et pourtant. S’il est utilisé régulièrement, il sera rapidement mémorisé. Vous pouvez également trouver des procédés mémotechniques vous permettant de retrouver votre mot de passe. Par exemple vous pourriez trouver une suite de mots dont vous changez les lettres par des caractères spéciaux et par des chiffres. Mais ceci n’est qu’un exemple. Votre mot de passe ne doit jamais contenir de mots pouvant se trouver dans un dictionnaire (quelle qu’en soit la langue). Des logiciels classiques et simples peuvent tester plusieurs dizaines ou centaines de mots de passe à la seconde en testant de tels mots. Vos mots de passe ne doivent pas contenir de dates connues (ou d’anniversaire), de noms ou de prénoms. Du pur aléatoire reste le mieux! Ne l’écrivez nulle-part, il pourrait être saisit lors d’une perquisition ou noté lors d’une “visite” sans que vous ne le sachiez.

Si vous utilisez une connexion internet sans-fil, veillez à ce que le wi-fi soit crypté par un code ‘WPA2’. Si votre wi-fi n’est pas crypté par ce code ou qu’il est crypté par un code ‘WEP’, la police pourra sans problèmes se connecter à votre borne wi-fi et récupérer toutes les données qui y transitent. Si vous n’utilisez pas le wi-fi, désactivez-le. Pour paramètrer le wi-fi, ouvrez un navigateur internet et visitez l’adresse http://192.168.1.1

1. Paramétrer le ‘coupe-feu’ de OSX

Nous allons commencer par activer le ‘coupe-feu’ de notre système. Rendons-nous donc dans ‘Préférences Systèmes’ puis dans ‘sécurité et confidentialité’.

Paramétrer le ‘coupe-feu’

Cliquez sur l’onglet ‘Coupe-feu’. Si le cadenas en bas à gauche de la fenêtre est verrouillé, cliquez dessus et tapez votre mot de passe. (Sinon, poursuivez) Cliquez sur activer le coupe-feu, puis sur ‘Options du coupe-feu’.

Paramétrer le ‘coupe-feu’

Paramétrer le ‘coupe-feu’

Dans les options du coupe-feu, cochez les cases suivantes et cliquez sur OK.

Coupe-feu, c’est fait ! Mais au fait, pourquoi est ce qu’un élément aussi critique d’un ordinateur est-il désactivé par défaut ? Très simple, Apple a bénéficié ces dernières années de plusieurs qualificatifs, ‘Sûr’ (et nous avons vu que ce n’était plus vrai), et ‘Simple’. En activant le coupe-feu par défaut, Apple reconnaîtrait que c’est un besoin. En outre, des fenêtres peuvent s’afficher pour vous demander des autorisations. Ce qui rendrait le système ‘moins simple’. La sécurité de OSX est donc mal assurée pour des raisons de marketing.

2. Les options de confidentialité

Toujours dans le menu ‘Sécurité’, allons dans l’onglet ‘Confidentialité’. Ou pour chaque colonne on tentera de désactiver l’option. Notez qu’en désactivant la localisation, vous ne pourrez pas utiliser l’outil d’Apple en cas de perte ou de vol ! A double tranchant donc.

Enfin, une fois tout cela fait, on re-clique sur le petit cadenas en bas à gauche de la fenêtre de façon à protéger ces options par mot de passe!

Chapitre 1 : La suppression de données

Tous les logiciels que nous utilisons au quotidien laissent des traces sur l’ordinateur. Même après avoir effacé l’historique de navigation, beaucoup de fichiers restent présents sur l’ordinateur. Nous allons découvrir un utilitaire qui permettent d’effacer ces ‘résidus’.

Les logiciels que nous allons utiliser : CCleaner http://www.piriform.com

1. CCleaner

Démarrer l’application et cochez simplement les éléments à effacer.

2. Effacer vos données « pour du vrai ».

Attention, ce chapitre est un peu compliqué. Pour commencer, nous allons expliquer pourquoi vos données ne sont pas effacées lorsque vous « videz la corbeille ». En gros, lorsque vous ouvrez un fichier, votre ordinateur sait où il se trouve sur votre disque dur et peut donc l’ouvrir. Lorsque vous videz la corbeille, votre ordinateur va ‘oublier’ l’endroit où se trouve votre fichier et retenir cet endroit comme étant ‘vide’. Ce qui veut dire deux choses:

– les endroits où se trouvent les données vidées de la corbeille sont des endroits qui attendent de recevoir de nouvelles données.

– en attendant, si aucune nouvelle donnée ne vient les remplacer, elles restent là.

Sachant qu’il n’a pas besoin de cette place, l’ordinateur oublie qu’il y a quelque chose qui s’y trouve. Et lorsque votre ordinateur placera de nouvelles données à cet endroit précis, il écrasera ce qui se trouve sur place pour placer de nouvelles choses. Nous allons donc ‘nettoyer l’espace libre’ et écrire du vide (des suites de ‘0’ en fait) sur le disque dur. A chaque fois que l’espace libre du disque dur est remplit de ‘0’, cela s’appelle « une passe ». Les techniques d’effacement vont de 1 à 35 passes. La méthode des 35 passes est appelée « Méthode Gutmann ».

Pour ré-écrire : l’ordinateur va enfin utiliser des ‘algorithmes’. Qui sont des ‘façons’ de procéder. Mais attention, les choses ne sont pas simples, et nous devons garder plusieurs éléments en mémoire:

– La meilleure serrure incassable et inviolable posée sur une porte n’empêchera pas un cambrioleur de passer par la fenêtre.

– Il y a énormément de légendes urbaines concernant l’effacement de fichiers.

– C’est un domaine extrêmement aléatoire, un fichier peut-être détruit totalement sans même qu’on l’ait voulu.

Nous ne pratiquerons pas dans ce guide d’effacement à 35 passes. Et pour cause, Peter Gutmann (inventeur de l’effacement à 35 passes) a lui-même déclaré que c’était une méthode qui n’était pas plus sûre que les autres. Toutefois, si vous souhaitez faire 35 passes, vous pouvez tout de même suivre ce tutoriel.

Vu le flou et le débat qui entourent le sujet de l’effacement sécurisé, nous choisirons un «entre-deux» avec 3 à 7 passes dans la plupart des cas.

Note : Si vous utilisez un disque dur nouvelle génération « SSD », notez que les activités intensives telles que l’effacement sécurisé régulier peuvent diminuer la durée de vie de votre disque dur. Vous pourrez selon le cas et la situation choisir de ne faire que 2 ou 3 passes et/ou de faire la procédure moins régulièrement qu’avec un disque dur HDD classique.

Nous allons décrire ici comment détruire la totalité de l’espace libre (Wipe Free Space).

A. Effacer pour du vrai avec CCleaner

Wipe free space: Ré-ouvrons CCleaner et allons cette fois-ci dans le menu ‘Outils’ puis dans le sous-menu ‘Effacer l’espace libre’. Si vous avez plusieurs disques durs, sélectionnez le bon. Sélectionner le niveau de sécurité (1, 7 ou 35 passes) et cliquez enfin sur ‘Effacer l’espace libre’.

Effacer avec CCleaner

Il n’y a pas d’option de File Shredding, mais notons qu’il existe une option pour que Ccleaner déchiquette directement ce qu’il efface lors de son usage normal. Pour faire cela : Options, Paramètres, Effacement sécurisé.

Effacer avec CCleaner

Chapitre 2: Naviguer sur internet avec TOR

Nous allons utiliser un logiciel qui a fait ses preuves : TOR. D’ailleurs, s’il vous arrive de regarder des séries télévisées policières ou d’espionnage américaines, vous constaterez que les méchants utilisent souvent le logiciel TOR pour communiquer au nez et à la barbe de pauvres agents du FBI déjà surchargés de travail. TOR (pour The Onion Router) est un logiciel qui fait en sorte de rediriger des connexions internet dans un réseaux de ‘noeuds’, de telles sortes que, depuis un site on ne peut pas déterminer qui vous êtes. Pour bien comprendre, voici une belle infographie qui explique comment vos données voyagent sur le réseau.

En gros, les connexions voyagent à travers plusieurs ordinateurs. Elles ressortent toutes par des ordinateurs bien particuliers que l’on appelle les « noeuds sortants ». Ces noeuds sortants sont des ordinateurs mis à disposition par des volontaires à travers le monde. Trêve de bavardage et passons directement à la pratique pour mieux comprendre. Rendons-nous sur le site officiel du projet TOR pour y télécharger le ‘TOR Browser Bundle’.
https://www.torproject.org/

Une fois le ‘Tor Browser Bundle’ vous constaterez que nous n’avons parlé que de TOR et que vous avez téléchargé autre chose. Nous allons donc expliquer ce qu’est le ‘Browser Bundle’. Browser Bundle veut dire ‘Navigateur tout-en-un’.

Pourquoi télécharger tout un navigateur alors que l’on a déjà Firefox ou Safari installé sur son ordinateur ? C’est simple : le navigateur que l’on utilise tous les jours contient -malgré tous les nettoyages quotidiens que l’on lui appliquera- des informations sur nous. D’autre part, un navigateur fonctionne d’une façon qui permet les petites intrusions dans notre vie privée. Et tous ces petits comportements sont paramétrés différemment dans le Browser Bundle.

Par exemple, vous constaterez que Youtube ne fonctionne pas par défaut lors de l’utilisation de TOR. C’est parce que le programme qui charge la vidéo dans un navigateur est intrusif. D’autres parts, vous constaterez que le moteur de recherches de Google est également inutilisable. La raison est que notre connexion est redirigée par plusieurs machines (et pas par des humains), et que Google fonctionne de façon a empécher les ‘robots’ de naviguer sur internet. Les robots sont des programmes qui parcourent le net pour (par exemple) envoyer des spams, scanner des sites à la recherche d’informations confidentielles, etc… Puisque nous ne pourrons pas utiliser Google, il faudra utiliser d’autres moteurs de recherches plus permissifs et axés sur la vie privée.

Une fois le fichier télécharger, nous allons le lancer. TOR Browser Bundle est un logiciel portable, c’est-à-dire qu’il ne s’installe pas dans l’ordinateur, il s’exécute directement.

Infographie TOR

TOR démarre et nous allons devoir faire preuve de patience à partir de maintenant puisque TOR s’éxécute leeentement. Le temps d’expliquer les différents composants qui s’affichent à l’écran.

– Vidalia Control Panel : le panneau de contrôle ‘Vidalia’. Depuis cette fenêtre, vous pourrez changer la provenance de votre connexion, voir où votre connexion ressort, forcer TOR à faire ressortir votre connexion par un pays spécifié. Pratique si on veut utiliser un service internet interdit dans notre pays. On ne se servira pas de ce panneau dans ce tutoriel, mais vous devez le laisser ouvert pour que TOR fonctionne !

– Le navigateur TOR : il ressemble à une fenêtre Firefox, et pour cause c’est une copie conforme de ce logiciel à la différence prêt que certaines extensions y ont été installées et que les paramètres de confidentialité y ont été modifiés. Pour commencer à tester TOR, nous allons voir de quel pays Internet pense que nous venons. Et pour faire ça, on va aller sur un site internet censé géo-localiser notre connexion. Rendons-nous donc sur le site internet http://www.whatismyipadress.com

Comme vous pouvez le constater, ce n’est pas du tout l’endroit où vous êtes qui est marqué sur la carte ! Vous voici donc anonyme. Mais comme toujours, il ne faut jamais prendre ces mesures comme des mesures 100 % efficaces. Il y a des failles dans TOR, certaines n’ont pas encore été découvertes. Et il faut éviter de se reposer entièrement sur ce logiciel. Le meilleur anonymat restant le cybercafé.

[fond rouge]Mise à jour: Comme prévu au début de l’écriture de ce guide “Certaines failles n’ont pas encore été découvertes”. L’une de ces failles a en effet été découverte puisque l’une des révélations de Edward Snowden indiquent que les noeuds TOR non mis à jour peuvent être écoutés par la NSA. Comme nous l’avons déjà dit : mettre à jour et ne pas s’en remettre totalement à la technologie sont donc des règles d’or ![/fond rouge]

Quelques règles de bases sur TOR :

– Ne pas modifier les paramètres par défaut du navigateur.

– Si TOR nous prévient que l’on prend un risque, agir comme il nous le conseille.

– Ne pas se connecter à un compte e-mail ou autre depuis TOR, puisque l’on ne serait plus du tout anonyme.

– Ne pas utiliser TOR sur un wi-fi ouvert, non-sécurisé ou sécurisé par un code WEP

Autre règle, tenter de garder en permanence une connexion HTTPS. Une connexion HTTPS veut dire « protocole de transfert hypertexte sécurisé ». C’est une couche de cryptage qui enveloppe le protocole de connexion entre votre routeur internet et le site que vous voulez visitez. Imaginez donc que vous croisiez un ami dans la rue et que vous alliez lui dire bonjour et discuter 5 minutes avec lui. Comme vous êtes dans la rue, tout le monde entend ce que vous lui dites. Pour ne pas que d’autres gens sachent ce que vous dites à votre ami, il faudrait coder la façon dont vous lui parler. Dans notre métaphore, votre ami est le site que vous voulez visiter. De plus, en utilisant TOR, c’est un peu comme si, au lieu d’aller directement dire bonjour à votre ami, vous le disiez à une chaine de volontaires se mettant entre vous et lui. Vous dites bonjour au premier, qui le répete au second, etc… Les transferts entre les noeuds TOR sont cryptés par défaut, sauf la connexion entre le noeud sortant et le site internet ! Un peu comme si toute la chaîne codait ce que vous voulez dire à votre ami, sauf la dernière qui lui dit ‘Bonjour’ en français, ruinant tout l’effort collectif. Le cryptage HTTPS permet que le noeud sortant code lui aussi ce qu’il transmet au site.

Dans le TOR Browser Bundle, une extension nommée ‘HTTPS Everywhere’ (que vous pouvez par ailleurs installer sur votre navigateur Firefox ou Chrome habituel) se charge de crypter automatiquement ce genre d’informations. Mais parfois, le site que vous souhaiter voir n’est simplement pas compatible avec HTTPS. Il vaut mieux à ce moment passer son chemin et utiliser un autre site. (Snowden a cependant révélé que le HTTPS n’est pas toujours sur !)

Vous voilà prêt à utiliser TOR !

Infographie TOR
Paramétrer le 'coupe-feu'
Paramétrer le 'coupe-feu'
Paramétrer le 'coupe-feu'
Effacer avec CCleaner
Effacer avec CCleaner