Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

La police a brutalement attaqué la manifestation contre l’interdiction de 33 symboles liés aux YPG et aux YPJ en Allemagne, incluant un certain nombre de symboles, logos, drapeaux. Les manifestants ont été attaqués avec du gaz lacrymo et des coups de matraques, cinq ont été blessés dont un gravement. Sept autres ont été arrêtés. Malgré l’attaque, les manifestants ont continué à brandir les drapeaux désormais interdits des YPG, des YPJ et du PYD (le parti dont les deux précédents sont les milices d’auto-défense). Le drapeau représentant le visage d’Abdullah Öcalan sur un fond vert et/ou jaune ainsi que le drapeau du Rojava (voir photo) sont également concernés par l’interdiction. Ces 33 symboles viennent s’ajouter aux nombreux autres symboles de la résistance kurde et turque déjà interdits en Allemagne.

Egalement hier à Berlin, 1.400 manifestants antifas ont tenté de bloquer une manifestation fasciste. Ils ont eux aussi été attaqués par la police.

Le drapeau du Rojava ensanglanté à Berlin

Le drapeau du Rojava ensanglanté à Berlin

Un militaire turc a été tué lors d’une opération militaire lancée contre les guérillas du PKK dans la commune Genc (région de Bingol). L’opération appuyée par les forces aériennes se poursuit. Par ailleurs, un des deux gardiens de village blessés lors de l’opération menée sur le mont Cudi à Sirnak (voir notre article), a succombé à ses blessures à l’hôpital où il avait été transféré. Enfin, l’aviation turque a enfin effectué plusieurs bombardements au Kurdistan, tuant une vingtaine de personnes.

Un militant connu du DHKP-C, İnanç Özkeskin, a été abattu par les policiers lors d’un raid des commandos anti-terroristes, dans le quartier de Kadikoy à Istanbul. Pour justifier cette exécution, la police affirme qu’il préparait un attentat contre le ministre de l’Intérieur, mais İnanç Özkeskin, qui était actif dans le soutien aux prisonniers politiques (son frère, militant du DHKP-C, est mort lors d’une grève de la faim), vivait avec sa mère dans cette maison, au vu et au su de tout le monde.

İnanç Özkeskin

İnanç Özkeskin

Les combattants du PKK ont attaqué un poste de gendarmerie, vendredi, dans la commune de Bekirhan rattachée au district de Kozluk, dans la province kurde de Batman. L’explosion d’un véhicule piégé a tué un des gendarmes et blessé plusieurs autres. Plusieurs ambulances et des forces de l’ordre ont été dépêchées sur les lieux. Le même jour, l’aviation turque amené plusieurs de frappes aériennes turques dans la province kurde de Sirnak, et dans la région de Zap, au Kurdistan irakien. Le lendemain, un autre gendarmes a été tué (et deux miliciens anti-guérilla ont été blessés) dans des échanges de tir lors d’une opération anti-PKK dans une zone rurale la région de Sirnak.

Arrivée à l’hôpital des gendarmes blessés dans l’attaque du PKK

Arrivée à l'hôpital des gendarmes blessés dans l'attaque du PKK

Ce 9 juin au Local Sacco-Vanzetti, une quarantaine de personnes ont pu écouter l’intervention d’un invité du PML(RC) (Parti Marxiste-Léniniste – Reconstruction Communiste) qui a pu exposer la situation des internationalistes inculpés et accusés d’avoir combattus au Rojava dans les rangs du Bataillon International de Libération.

Solidarité avec les internationalistes du PML(RC)

Solidarité avec les internationalistes du PML(RC)

Samedi soir au Cloître Saint-Thegonnec (Bretagne) avait lieu le Fest Noz en soutien aux révolutionnaires du Rojava organisé par la gauche indépendantiste bretonne. Ce fut une réussite avec une centaine de personnes qui sont venus profiter de la soirée, des artistes engagés, des étales informatives fournies et d’une restauration forte appréciée. L’argent récolté va pouvoir servir à acheter une dizaine de pansements CELOX dans le cadre de la campagne de soutien au bataillon international de libération du Rojava. Cela a également permis de renforcer les liens avec les travailleurs Kurdes présent. D’autres initiatives auront lieu bientôt.

Bretagne: Succès du Fest Noz en soutien au Rojava

Bretagne: Succès du Fest Noz en soutien au Rojava

La guérilla du PKK a revendiqué ce vendredi avoir abattu l’hélicoptère militaire turc qui s’est écrasé mercredi avec 13 soldats à bord dans la province kurde de Sirnak. L’hélicoptère a été pris sous le feu d’une des unités de guérilla qui se trouvait dans la zone. L’hélicoptère, un Eurocopter de type Cougar, qui participait à une opération anti-PKK, a été touché et s’est écrasé en voulant s’éloigner. L’état-major turc avait affirmé mercredi que l’appareil s’était écrasé après avoir accidentellement heurté une ligne à haute tension.

Le lieu du crash

Le lieu du crash

Ce 9 juin dès 19h au Local Sacco-Vanzetti, soirée de solidarité avec les internationalistes qui combattent au Rojava. Avec la présence notamment d’un militant du PML(RC), organisation qui a participé au Bataillon Interantional de Libération et dont plusieurs membres ont été emprisonnés dans l’Etat espagnol pour “soutien au PKK”. Entrée au profit de Soutien au Bataillon International de Libération au Rojava.

Voir sur Youtube

Soirée de solidarité avec les internationalistes qui combattent au Rojava

Soirée de solidarité avec les internationalistes qui combattent au Rojava

Parmi les internationalistes qui combattent Daesh en Syrie, des militants du PML(RC) espagnol sont poursuivis pour “soutien au PKK”. Introduction sur la situation au Rojava et sur la répression des internationalistes en Europe, par un membre d’une délégation solidaire du Secours Rouge au Kurdistan. Conférence d’un militant du PML(RC) et de la ‘Plateforme de Soutien aux Prisonniers du 27 Janvier’ sur la situation des inculpés en Espagne. Ce 9 juin à 19h au Local Sacco-Vanzetti (54 Chaussée de Forest, 1060 Saint-Gilles).

Entrée à prix libre, profits au bénéfice la campagne de soutien aux internationalistes au Rojava (rojava.xyz).

Voir sur Youtube

Soirée de soutien aux internationalistes espagnols réprimés pour leur engagement au Rojava

Des dizaines de militants kurdes se sont rassemblés ce matin devant le Palais de Justice à Bruxelles en solidarité avec les 33 personnes, 6 chaines de TV et 2 associations poursuivies par l’état belge pour “soutien au PKK”. Précédemment, le juge avait décidé que la guerre entre l’état turc et le PKK était un “conflit armé” et qu’en conséquence la législation antiterroriste belge ne pouvait s’appliquer, libérant les accusés. La Turquie (partie civile) et le parquet ont fait appel de cette décision.

Manifestation contre la répression du mouvement kurde

Manifestation contre la répression du mouvement kurde

Ce 9 mai reprendra le procès accusant 33 activistes et politiciens kurdes ainsi que plusieurs chaines de télévision et associations kurdes présentes en Belgique de “terrorisme”. Précédemment, le juge avait décidé que la guerre entre l’état turc et le PKK était un “conflit armé” et qu’en conséquence la législation antiterroriste belge ne pouvait s’appliquer, libérant les accusés. Tant l’état turc (partie civile dans l’affaire) que le procureur avait fait appel de la décision. La prochaine audience aura donc lieu ce 9 mai.

La perquisition de 2010 à Denderleeuw

La perquisition de 2010 à Denderleeuw