28/06/2008

Réactions

Réaction à l’article paru dans La Libre Belgique:

Des responsabilités dans la mise en oeuvre des lois liberticides:

“(…) Né sur les cendres des anciens magistrats nationaux, des accords Octopus et d’une loi de 2001, le ‘PF’ avait été installé en mai 2002. Il compte aujourd’hui quelques 20 magistrats, dont beaucoup (mais donc pas tous) sont réputés pour leur excellence. Le pôle ‘anti-terrorisme’, dirigé par Anne Franssen, est également servi par Jean-Marc-Trigaux, Leen Nuyts et Bernard Michel, mais c’est le capitaine du navire, le procureur fédéral Johan Delmulle, qui est en fait l’objet de critiques ouvertes pour sa gestion de l”anti-terrorisme’. Compétent pour l’ensemble du territoire, le ‘PF’ l’est pour des matières vastes (…) et un certain contrôle de la police fédérale sont au menu.” Roland Planchar, La Libre Belgique, 27 juin 2008

Le vaillant soixante-huitard que fut P.Moureaux, notamment, et les parlementaires (unanimes ?) sont donc à l’origine d’un organisme répressif, pratiquant le secret et acquis aux ‘méthodes spéciales’. Ce n’est pas la loi qui ‘dérive’ mais bien tous les partis qui se qualifient aux-mêmes de ‘démocratiques’. Un ‘Patriot Act’ belgo-belge.

Le journaliste porte-parole du ‘PF’ énumère les compétences de cet organe suprême : sectes, criminalité organisée, trafics majeurs, terrorisme, droit international humanitaire, infractions et complots contre la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat ou du Roi, collaboration avec une puissance étrangère… Si cette liste est exhaustive, on comprend que la lutte contre la grande fraude fiscale, le blanchiment, la criminalité financière n’obsède pas trop nos magistrats.

Pas de bilan, après six ans d’activités. Une chose est sûre: sur ordre du Procureur fédéral, tous les policiers ont désormais une cagoule dans leur équipement. ‘Collaboration avec une puissance étrangère’… Comment comprendre cette compétence? Et comment ces 20 éminents magistrats n’ont-ils pas pu prévenir, ‘pro-activement’, les multiples condamnations de la Belgique pour violation du droit international, humanitaire ou non?

T.D.

28/06/2008

A lire

Article dans le Soir:

“Les inculpés, comme d’autres membres du S.R., ont été interrogés par la police fédérale sur leurs relations avec un journaliste qui n’est ni membre de leur organisation ni un soutien à leur cause, et qui ne s’intéressait à eux que dans le cadre de reportages. Ce journaliste, qui se refuse pour l’heure d’être nommé, considère que la police et le parquet fédéral ont sciemment abusé de la loi sur le secret des sources en se prévalant d’une enquête sur les actes terroristes. Il s’inquiète des mesures inquisitoires qui pourraient avoir été menées sur ses activités professionnelles. Son avocat va demander des comptes au ministre de la Justice.” Le Soir, 27 juin 2008, p.9

Lire l’édition en ligne

Afin d’informer les organisations internationales qui soutiennent nos camarades, encore détenus ou libérés, le SR a tenté de résumer les faits depuis mercredi 25 juin.

Lire le communiqué – format pdf

Merci et bravo à tous ceux qui militent pour la libération des membres du SR. Ecrivez-leur. Soutenons-les!

La solidarité est notre arme!

Giriamo con piacere la traduzione del comunicato del SR belga. Traduciamo e diffondiamo, rinnovando il nostro sostegno ai compagni.

La solidarietà è nostra arma!

Lire le communiqué traduit en italien par la Commission pour un SRI – format pdf

1. Qui sommes-nous?

Nous sommes 4 communistes. Cela signifie que nous pensons que le système capitaliste est devenu un obstacle à tout véritable progrès social, politique, culturel, environnemental, économique et scientifique. Nous croyons l’humanité capable de dépasser ce blocage en raison des contradictions et des crises engendrées par le capitalisme lui-même. Nous pensons que les catégories marxistes restent de loin les meilleures pour penser et transformer la société. Nous ne réfléchissons pas en terme de ‘gens’ ou de ‘citoyens’, mais en terme de classe: d’un côté ceux à qui le capitalisme profite – la bourgeoisie – de l’autre côté l’immense majorité de ceux qui ont objectivement tout à gagner d’une révolution communiste: le prolétariat.

Lire la suite du communiqué – format pdf

>>>Selon le Soir, les 3 personnes libérées (Wahoub, Abdallah et Constant) ont interdiction de se fréquenter. Encore une tentative de briser la solidarité! Lire l’article dans le Soir.

Pour ne pas perdre la face, le Parquet fera tout ce qu’il peut pour justifier l’utilisation des lois liberticides, une enquête d’1 an et demi, et le maintien en détention préventive – dont des régimes stricts – de nos camarades. Le dossier n’a pas à avoir ‘sa chance’: il l’a eue au détriment des droits les plus fondamentaux. Quoiqu’en dise le Parquet, c’est bien la solidarité qu’on criminalise à travers le SR.

Arrêtons les préfixes qui nous prennent pour des imbéciles: il n’y a pas d”ex’ quoi que ce soit aujourd’hui qui justifie qu’on maintienne Bertrand en prison, TOUS DOIVENT SORTIR! Ca suffit ! Refusons les lois liberticides et l’acharnement judiciaire! Ne leur laissons pas l’occasion de créer une jurisprudence!

Rassemblement face à la prison de Forest à 15h30

Pour manifester notre soutien à Bertrand tous ensemble, et protester contre l’acharnement qu’il subit! Puis on va chercher nos camarades!

>>>La prison de St-Gilles, comme d’hab ne donne aucune info et nous traite avec son habituelle courtoisie. La prison de Berkendael dit qu’il faut attendre jusqu’à 13h pour avoir l’heure exacte de sortie.

Ce n’est pas une victoire: c’est une aberration: 4+1 doivent être libres! Merci à vous tous de poursuivre le travail de solidarité!

La solidarité est notre arme!

C’est avec soulagement que nous avons pu accueillir nos camarades à la sortie de leurs prisons respectives. Toutefois, les conditions de leur sortie comportent au moins (plus de précisions demain) le fait de ne pas avoir de contact entre eux.

Par ailleurs, Bertrand Sassoye est retenu sur base d’une même accusation du Parquet, vraisemblablement stigmatisé pour son passé de militant, et non pas sur des faits. Cet homme qui depuis sa libération, depuis 8 ans, n’a jamais posé le moindre problème à ses agents de probation, et contre lesquels le Parquet s’acharne, est une cible qui dépasse l’affaire du 5 juin: il s’agit pour l’Etat de justifier sa batterie de lois liberticides, et de créer une jurisprudence. De plus, dans une tentative peu convaincante, le Parquet prétend qu’il ne s’agit pas d’une affaire de répression contre le Secours Rouge: or l’essentiel des auditions porte sur les membres ou sympathisants du SR, les soirées publiques d’information et de soutien organisées par lui, etc.

Pas de stigmatisation : Non à la répression!

Libérons tous nos camarades! Abrogation des lois anti-terroristes! Halte à la criminalisation de la solidarité!

La solidarité est notre arme!

(Belga, 24.06.2008, 20:38): La Cour de cassation a cassé, mardi soir, les acquittements à l’encontre de suspects du procès DHKP-C. Selon la plus haute juridiction du pays, la cour d’appel d’Anvers a utilisé un argument illégal pour acquitter les sept suspects d’association criminelle, appartenance à une organisation criminelle et terroriste. L’ensemble du procès sera de nouveau traité devant la cour d’appel de Bruxelles. La cour d’appel d’Anvers avait acquitté Fehriye Erdal, Bahar Kimyongür, Musa Asoglu, Sükriye A.O. (Akar Ozordulu), Dursun K. (Karatas), Zerrin S. (Sari) et Kaya S. (Saz) des charges d’association criminelle car, selon elle, aucun lien ne pouvait être établi entre les suspects et un attentat commis en Belgique ou à l’étranger.

[rouge]Refusons l’acharnement politique sur les militants de la solidarité! Il est inacceptable qu’on les retienne! ILS DOIVENT TOUS SORTIR![/rouge]

[rouge]La solidarité est notre arme![/rouge]

24/06/2008

Nouvelles

Le 3 juillet: soirée de solidarité au Garcia Lorca: un repas, les bénéfices pour le compte solidarité, un moment pour être ensemble. (Bientôt l’invitation à télécharger)

Continuez à leur écrire. Les premiers courriers de Constant commencent à arriver. Bientôt des extraits des courriers de nos camarades.

18 jours: Jean-François est toujours en grève de la faim pour protester contre les arrestations abusives du 5 juin