Un dealer de Sacramento (Californie) qui commerçait sur le Dark Web a été condamné à cinq ans et dix mois de prison pour trafic de stupéfiants en 2019. Mais ce n’est que maintenant que les informations ont été révélées. Les transactions effectuées sur le Dark Web restent secrètes car généralement payées en crypto-monnaies. L’identité des vendeurs reste anonyme, mais celle de l’homme en question a pu être révélée le jour où il a envoyé à un client une série d’images de marijuana qu’il vendait. L’une des photos montrait ses doigts. Ses empreintes digitales étaient visibles sur les photos haute définition. La police a réalisé une analyse comparative avec leur base de données et a ainsi pu identifier le vendeur de 23 ans.

La photo de trop…

 

Le 16 mai 2020, une centaine de soignant·es formaient une haie de déshonneur pour protester contre la 1ère ministre, Sophie Wilmes alors que celle-ci effectuait une visite de l’hôpital Saint-Pierre (voir notre article). Suite à cette action, des participant·e·s auraient reçu des menaces de licenciements ainsi que de non reconduction de contrat. Un médecin urgentiste a d’ores et déjà vu son contrat non-reconduit. Plus d’infos ici.

Les soignant·es forment une haie de déshonneur pour accueillir Sophie Wilmes

Le bureau du procureur général espagnol a dévoilé son rapport annuel pour l’année 2019. Dans le chapitre dédié au “terrorisme national” on y trouve les Comités de Défense de la République (CDR) ainsi que la plateforme Tsunami Démocratique au coté d’ETA, des GRAPO et d’autres groupes armés anarchistes. Le bureau du procureur général définit les CDR et le “Tsunami Démocratique” comme des “mouvements indépendantistes catalans violents”. Le document se base sur la relation présumée entre 9 personnes arrêtée en septembre 2019 dans le cadre de l’opération Judas (voir notre article) et les CDR. Le bureau du procureur prétend ainsi que ces 9 militant·es feraient partie d’une “équipe d’intervention tactique” des CDR chargée de préparer des “actions violentes”. Les actions de solidarité, avec les personnes condamnées dans le cadre du “Tsunami Démocratique”, sont également ciblées par le bureau du procureur. Celui-ci note notamment la préparation de ces actions via des moyens de communication cryptés tels que Telegram.

Un extrait du rapport du bureau du procureur général

Un extrait du rapport du bureau du procureur général

Le gouvernement israélien a décidé de ne plus rendre à leurs familles les corps des Palestiniens tués par l’armée d’occupation israélienne. En 2019, au moins 132 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes. On ignore combien de corps ont été détenus par les autorités israéliennes puis rendus aux familles. Jusqu’à présent, Israël ne refusait la restitution que des dépouilles de combattants du Hamas tués dans des affrontements qui avaient causé des pertes israéliennes. Désormais, tous les corps de Palestiniens tués lors de heurts avec des forces d’occupation israéliennes seront conservés, même si ces affrontements n’ont pas causé de pertes israéliennes.

Check-point israélien à Beit Einun

Check-point israélien à Beit Einun

Unai Etxebarria, un gardien du club Granada CF avait porté, durant un match, un T-shirt soutenant les huit jeunes originaires d’Altsasu au Pays Basque. Ces derniers avaient été condamnés à des peines de prison allant de 2 à 13 ans de prison suite à une rixe impliquant deux membres de la Guardia Civil en octobre 2016 (voir notre article). Cette marque de soutien avait déclenché une campagne de l’extrême-droite à laquelle le club avait réagi en ouvrant une procédure disciplinaire contre Unai Etxebarria. Cette procédure a mené, il y a quelque jour, à son licenciement. En réaction, 200 personnes se sont réunies, dimanche à l’appel du collectif Gu Ere Bai! en soutien à Unai Etxebarria dans sa ville natale de Getxo, au nord de Bilbao.

Unai Etxebarria avec le T-shirt soutenant les huit jeunes originaires d’Altsasu

Un ingénieur du Centre national d’études spatiales (Cnes) a été licencié après s’être vu reprocher par la DGSI des contacts avec “l’ultragauche” en 2010 et 2017. Cet ingénieur a été embauché en CDD en décembre 2017 chez un sous-traitant du Cnes et a obtenu dans la foulée l’autorisation d’accéder à la zone à régime restrictif (ZRR), où sont traitées des données sensibles. Il a ensuite signé un CDI en avril 2019, et c’est à ce moment qu’une enquête administrative a été menée, comme la loi le prévoit, pour vérifier que son “comportement […] n’est pas incompatible avec l’exercice des fonctions ou des missions envisagées”. Un avis défavorable a été rendu. Le salarié s’est d’abord vu refuser l’accès à la zone à régime restrictif du Cnes après une alerte de la DGSI, avant d’être licencié. La note blanche de la DGSI qui l’avait condamné, mentionnait seulement qu’il “est connu de la DGSI pour être apparu en 2010 et 2017 en relation avec la mouvance de l’ultragauche radicale”. La DGSI traque ainsi la gauche révolutionnaire jusque dans la communauté scientifique.

.

Aujourd’hui, l’ELN a annoncé avoir découvert un plan du gouvernement visant à assassiner les membres de sa délégation participant aux négociations de paix. L’idée était de les mener à La Havane, grâce à une fausse proposition de reprendre les pourparlers, puis de les assassiner à leur retour. Selon la guérilla, il existait déjà un plan visant assassiner des membres du commandement central de l’ELN élaboré à l’époque du gouvernement de Juan Manuel Santos. Cependant comme ce dernier avait remporté le prix Nobel de la paix après l’accord signé avec les FARC, le plan avait dû être abandonné. Le gouvernement de Ivan Duque a repris et développé ce plan. L’idée de Ivan Duque était donc d’imposer des conditions très difficiles à la reprise des pourparlers, mais si cela ne fonctionnait pas ils réutiliseraient ces plans d’assassinat. La délégation de l’ELN est cependant restée à La Havane suite à la rupture des négociations par le gouvernement (voir notre article).

Des membres de la délégation de l'ELN à La Havane

Des membres de la délégation de l’ELN à La Havane

La Cour d’Appel de Londres devait se prononcer sur la plainte du militant pour les droits civiques Ed Bridges, qui reproche à la police galloise d’utiliser depuis 2017 une technologie de reconnaissance faciale selon lui discriminatoire et contraire aux lois sur la protection de la vie privée. Il s’était vu scanner le visage à Cardiff à deux reprises (lorsqu’il faisait ses courses de Noël en 2017 puis lors d’une manifestation en 2018) par la technologie de reconnaissance faciale automatique AFR Locate (voir notre article).

Après avoir été débouté plusieurs fois, le plaignant a obtenu gain de cause le 11 août, les juges estimant que l’utilisation de la reconnaissance faciale n’était pas suffisamment encadrée, sans remettre en cause en soi le recours à la technologie. «Trop (de choses) sont laissées à l’appréciation de chaque officier de police», ont considéré les juges, soulignant qu’il n’existait pas d’indications claires sur les endroits où cette technologie pouvait être utilisée et sur qui pouvait être mis sur la «liste de surveillance». Ils ont reproché à la police galloise de ne pas avoir fait tout son possible pour vérifier que le logiciel ne présentait pas de biais racistes ou sexistes, et de ne pas avoir correctement évalué l’impact de cette technologie sur la protection des données. La police galloise a elle fait savoir qu’elle ne ferait pas appel.

En médaillon: Ed Bridges


📂 Lire le dossier

Les derniers exploits de l’Uneus ont mis une nouvelle fois en avant cette brigade faisant partie de la zone de police Midi. Un point est utile pour connaître la nature exacte de cette brigade et de cette zone.

Sommaire du dossier :

  1. Comment fonctionne une zone de police?
  2. La zone Midi: une vieille et vaste pétaudière
  3. Le combat des chefs
  4. La fondation de l’Uneus
  5. Les exploits de l’Uneus


📂 Lire le dossier

Des animations pour enfants en tenues anti-émeutes sont organisées par le gouvernement dans la ville de Mâcon. Des policiers sont, en effet, venus  y proposer des animations aux enfants, en leur mettant une tenue anti-émeutes, des boucliers et des matraques. La structure qui organise ce genre d’évènement s’appelle “RAID aventures”, une association policière parrainée par le gouvernement. Sur son site, on peut lire que lors de “l’atelier “GTPI” (…) les policiers prennent le temps d’expliquer leur métier avec des démonstrations des gestes et techniques de protection et d’intervention, et des parcours d’obstacles en tenue de maintien de l’ordre”. Plus d’infos ici.

Des animations pour enfants simulant la répression des manifestant·es

Des animations pour enfants simulant la répression des manifestant·es