Ces derniers jours, les profils Instagram et Facebook ont ​​été inondés de messages de solidarité en vue de l’audience d’appel contre la Surveillance spéciale, qui s’est déroulée le 12 novembre au matin dans les salles d’audience de Turin (voir notre article). Le lendemain, les profils sociaux (Facebook et Instagram) d’Eddi ont été bloqués. ️Plus d’infos ici.

Eddi

Eddi


📂 Lire le dossier

Les polices ont un charroi énorme et extrêmement diversifié. Cet article se limitera aux types de véhicules susceptibles d’être rencontrés lors des manifestations. Une connaissance de ceux-ci vous permettra de mieux apprécier la situation et, au besoin, de mieux informer qui de droit.

  1. Généralités
  2. Les monospaces du Corps d’intervention
  3. Motos, motocyclettes, patrouilleuses et combis des polices locales
  4. Combi et minibus: ne pas confondre
  5. Les minibus
  6. Les transporteurs blindés IVECO
  7. Les blindés Shortland 300
  8. L’arroseuse Ziegler
  9. Bus pour le transport de manifestants arrêtés
  10. L’U.M.S. Viséo
  11. L’unité anti lock-on
  12. Brigade canine
  13. Les hélicoptères
  14. Les drones

📂 Lire le dossier

La zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles et celle de Montgomery ont conclu un accord de coopération permettant à la première de mettre à disposition de la seconde une Unité d’assistance spéciale (UAS) pour des opérations dangereuses. Cet appui sera donc de deux ordres : soit urgent, comme dans une situation de crise telle qu’un Fort Chabrol (une situation où un individu, généralement armé se retranche dans un immeuble), soit planifié, comme une perquisition renforcée. Dans le premier cas, l’UAS sera mis à disposition 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. L’accord de coopération entre les deux zones de police bruxelloises a été conclu le 30 octobre et est entré en vigueur le 1er novembre. Il fera l’objet d’une phase de test jusqu’à la fin de l’année.

Policiers de l’unité d’assistance spéciale (UAS) de la police de Mons-Quévy

Policiers de l’unité d’assistance spéciale (UAS) de la police de Mons-Quévy

Les évolutions technologiques permettent d’ores et déjà d’implanter des moyens de géolocalisation RFId indétectables à l’œil et au toucher dans les fibres textiles. Ces nouveaux textiles deviennent intelligents et sont géolocalisables par un GPS, une empreinte thermique ou une empreinte magnétique. Cela signifie que les vêtements, les tentes, ou les matériels qui comportent des tissus, des fibres peuvent être “infectés” et donc repérables.

Selon la ministre française des Armées, Florence Parly, plusieurs études dans ce domaine ont été lancées cette année en France, pour un coût de 1,2 million d’euros.  « Nous sommes évidemment disposés à accentuer cet effort d’innovation en fonction des propositions que nous feront les industriels français du textile, en lien avec le ministère de l’industrie puisqu’il s’agit d’un sujet dual » [dual = militaire ET civil], a-t-elle indiqué lors du débat sur les crédits de la mission “Défense”, à l’Assemblée nationale, le 30 octobre. Les progrès sont tels dans le domaine qu’une proposition de loi vise à considérer que les textiles “de toute nature” soient dorénavant considérés comme des « équipements de défense ou de sécurité au sens (très contraignant, notamment quant au fournisseur) de l’article L1113-1 du code de la commande publique »

Des journalistes israéliens ont dévoilé une campagne de propagande mondiale contre le mouvement des droits palestiniens, Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS). Le ministère des Affaires stratégiques a autorisé 37 millions de dollars pour placer sa publicité comme s’il s’agissait d’informations journalistiques dans les médias du monde entier. Le média numérique israélien 972 Magazine a notamment fait écho à une enquête ouverte en 2017 par le journaliste Itamar Benzaquen qui a révélé que le ministère des Affaires stratégiques de l’État d’Israël avait versé d’importantes sommes d’argent au Jerusalem Post pour publier des contenus contre BDS. Au cours des dernières années, des rapports similaires ont été publiés par des journalistes et des médias du monde entier. Plus d’infos ici.

Rassemblement du mouvement BDS à Valence

Rassemblement du mouvement BDS à Valence

Amazon a dévoilé son nouvel outil biométrique: Amazon One. Ce lecteur d’empreinte capture une image de la paume de la main à plusieurs centimètres de distance et en seulement quelques secondes. Des lecteurs Amazon One n’ont été pour l’instant déployés que dans deux magasins semi-automatisés Amazon Go à Seattle, aux États-Unis. Pour les utiliser pour la première fois, il faut qu’un client ait un compte Amazon sur lequel les identifiants de sa carte bancaire sont déjà enregistrés. Devant le lecteur Amazon One, il doit d’abord présenter sa carte puis sa paume afin que les serveurs d’Amazon associent les deux.

 

Une vidéo tournée à Minsk montre deux policiers brandissant des matraques et un manifestant recroquevillé sur le sol alors que des passants demandent bruyamment sa libération. L’un des agents se tourne vers la caméra, seuls ses yeux visibles derrière une cagoule, et en quelques secondes, un ordinateur produit la photo et les données personnelles du policier. La vidéo, qui a recueilli plus d’un million de vues, a été publiée sur YouTube le 24 septembre par Andrew Maximov, un artiste numérique américain né à Minsk. Il veut montrer comment l’intelligence artificielle peut être utilisée pour démasquer les forces de l’ordre impliquées dans la violente répression des manifestants depuis la réélection contestée de Loukachenko le 9 août dernier. Naturellement, ce qui est possible pour identifier un policier l’est pour identifier un manifestant…

<iframe width=”528″ height=”297″ src=”https://www.youtube.com/embed/FAJIrnphTFg” frameborder=”0″ allow=”accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture” allowfullscreen></iframe>

Sur les 155 VBRG [Véhicules blindés à roues de la Gendarmerie] acquis dans les années 1970 pour la gendarmerie mobile, il n’en resterait plus que 80 opérationnels… alors que, ces dernières années, ils ont été plus utilisés qu’à l’accoutumé. Ne trouvant pas, sur le marché, de blindés pouvant convenir à ses besoins, c’est à dire avec un moteur à l’arrière et dotés d’une lame à l’avant pour dégager les barricades, la Gendarmerie avait décidé de rénover les VBRG et d’obtenir quelques VAB [Véhicule de l’Avant Blindé] supplémentaires auprès de l’armée de Terre pour le “gendarmiser” (voir notre article). Mais la modernisation des VBRG n’a pas donné pleinement satisfaction. Rénover les VBRG coûterait 300.000 euros par véhicules pour ne gagner que dix ans d’utilisation supplémentaires, alors qu’un blindé neuf coûte 700.000 euros.

Du coup, le dossier de presse diffusé par le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance pour présenter les grandes lignes du projet de loi de finances 2021 précise que la Gendarmerie pourra acheter des blindée neufs l’an prochain (sous réserve de l’accord du Parlement). La mission “Sécurités” doit être dotée d’une enveloppe de 13,9 milliards d’euros, augmentée d’un milliard d’euros au titre du plan de relance pour le ministère de l’Intérieur. La gendarmerie mobile pourra donc acheter 89 blindés pour à peu près 65 millions d’euros.  Deux candidats se profilent : Arquus, avec le “Sherpa Light” et Nexter Systems  avec la version “gendarmisée” de Véhicule blindé multi-rôles [VBMR] léger “Serval”, dont l’armée de Terre attend déjà 978 exemplaires d’ici 2030.

Le “Sherpa light”