Samedi 24 octobre à 14h, partira la 10e manifestation vers la prison de Lannemezan pour exiger haut et fort la libération de Georges Abdallah, qui entamera ce jour-là une 37e année de prison.
Et ceci dans le respect des règles sanitaires.
Départ des cars :
☞ MARSEILLE : RDV 5h30/5h45 à la gare St Charles. Départ à 6h. Arrêts à Martigues, Nîmes et Montpellier (07 68 50 21 65)
☞ PAU : l’AFPS-Pau propose un covoiturage : rdv 12h30 parking du Jaï Alaï, 458 boulevard du Cami Salié
☞ PARIS : RDV vendredi 23 octobre à 20h place de la République (départ impératif à 21h) campagne.unitaire.gabdallah@gmail.com
☞ TOULOUSE : RDV 11h30 au métro Basso Cambo (ligne A) collectifpalestinevaincra@gmail.com
☞ BORDEAUX : RDV à 8h30 Place Ravezies (tram C) pour un départ à 9h liberonsgeorges33@riseup.net

Les manifestations de la jeunesse contre les violences policières se sont étendues à des contestations contre le pouvoir et depuis douze jours, des milliers de jeunes Nigérians battent le pavé dans les grandes villes du Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique et première puissance économique du continent.  Au moins 18 personnes, dont deux policiers, sont mortes dans ces marches, qui avaient été jusque récemment globalement pacifiques.

Mardi en matinée, des jeunes ont pris le contrôle de presque tous les axes routiers de Lagos, la capitale économique. Dans l’ouest de la ville, un poste de police a été incendié, des coups de feu ont été tirés et plusieurs personnes blessées par balles. De graves échauffourées ont également éclaté dans la capitale Abuja où des dizaines de véhicules et de bâtiments ont été incendiés, et où la police a été déployée. Dans le nord du pays, à Kano, des troubles ont également éclaté mardi. Des centaines de jeunes ont pris d’assaut les rues, et certains ont brûlé des voitures et des commerces. Les manifestants rassemblés pacifiquement sur un péage à Lagos ont été dispersés mardi soir par de nombreux tirs, après l’entrée en vigueur d’un couvre-feu total pour tenter d’éteindre un mouvement populaire qui ne cesse de s’étendre à travers le pays. Tous les manifestants étaient assis pacifiquement, et à la nuit tombée les lumières de l’éclairage public et des panneaux publicitaires se sont éteints d’un coup. Des hommes sont arrivés et ont commencé à tirer dans la foule, tuant un nombre indéterminé de manifestants provoquant un mouvement de panique.

Émeute au Nigéria

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Il y a eu de nouveaux heurts, samedi 16, entre manifestants, agents fédéraux et policiers de Portland, devant le siège des services de l’immigration et des douanes dans la ville (l’ICE).
Les manifestants se sont rassemblés à Willamette Park avant de marcher sur l’ICE. Les manifestants scandaient des slogans à l’extérieur du bâtiment lorsque des agents du Service fédéral de protection sont sortis leur faire face vers 22 heures, heure locale. La police de Portland avait averti qu’elle utiliserait “des armes à impact, des gaz lacrymogènes et / ou des munitions OC” si les gens refusaient de dégager les routes et l’ICE. Les heurts ont alors commencés: caillassage contre tirs de grenades à gaz.

Les heurts de Portland ce samedi

Le 19 octobre 2015, à l’occasion d’une grève générale interprofessionnelle contre les mesures d’austérité du Gouvernement Michel, des perturbations ont eu lieu sur l’autoroute E40, à hauteur du viaduc de Cheratte. Actuellement, 17 personnes sont poursuivies par la justice pour “entrave méchante à la circulation”. Les plaidoiries auront lieu ce 26 octobre au Palais de justice de Liège. La FGTB Liège-Huy-Waremme appelle les militants et sympathisants à réaffirmer symboliquement ce jour-là leur solidarité. Le rassemblement se terminera vers 9h30.

Un nombre important de manifestants sont descendus dans les rues samedi 17 octobre, tant dans la capitale que dans les villes de provinces, pour exiger la démission du président de la république Jovenel Moïse. Plusieurs manifestants ont été blessés par balles, lors de ces démonstrations, appelées par l’opposition, qui entend en finir avec le régime sans cesse dénoncé pour ses accointances avec les gangs. Ce samedi, la foule de protestataires a été dispersée à coups de gaz lacrymogènes et par des tirs nourris, à Port-au-Prince, au niveau de Delmas 48 et 67. Beaucoup de gens en civil, lourdement armés, dont certains encagoulés, et nullement été inquiétés par la police, s’en sont pris aux manifestants. Malgré les heurts, les protestataires ont tout de même poursuivi leur parcours pour se rendre sur la place de Dessalines, au Champ de Mars (principale place de la capitale). Des barricades de pneus usagés enflammés et de pierres ont été dressées. Des manifestations anti-gouvernementales ont également eu lieu en province, notamment au Cap-Haïtien (Nord), aux Gonaïves, à Saint-Marc (Artibonite) et à Jacmel (Sud-Est).

 

Dimanche 18 octobre vers 21h, une manifestation contre le couvre-feu s’est déroulée dans le quartier des Halles à Paris. Les manifestant·es scandant des slogans anti couvre-feu tels que “Tout le monde déteste le couvre-feu”, “Liberté” ou encore “Travaille, consomme et rentre chez toi”. Une manifestation similaire devrait se tenir un octobre. Le couvre-feu a débuté samedi 17 octobre et devrait durer 4 semaines. Seules les personnes avec des dérogations pourront sortir entre 21h et 6h. Les contrevenants sont passibles d’une amende de 135 euros.

Une manifestation brave le couvre-feu à Paris

Une manifestation brave le couvre-feu à Paris

Des membres de Saoradh (un parti politique proche la Nouvelle IRA) se sont affrontés avec la police alors qu’ils manifestaient à Derry samedi. Le groupe républicain affirme que Santander a fermé les comptes bancaires de plusieurs de ses membres à la demande du MI5. Des manifestations similaires devant les succursales de la banque à Belfast et Newry se sont déroulées pacifiquement. Quatre personnes ont été arrêtées dans les affrontement de Derry.

Affrontements entre militant·es républicains et police devant les banques de Santander

Affrontements entre militant·es républicains et police devant les banques de Santander

L’acte 101 des gilets jaunes a vu notamment un rassemblement se tenir samedi 17 octobre place Bellecour, à Lyon. Un acte placé sous le signe de la convergence des luttes, puisque des militants antifascistes, antiracistes et écolos ont également répondu à l’appel. Rapidement, un black bloc d’une bonne centaine de personnes s’est formé à l’avant de la manifestation, abondamment gazée par les forces de l’ordre qui ont essuyé quelques tirs de feux d’artifice en retour. Les policiers ont été déployées en nombre, épaulés par un hélicoptère qui a survolé la zone tout l’après-midi. Sous la pression policière, les manifestants ont fini par s’engager en direction de Gerland et une centaine d’entre eux ont été pris dans une nasse policière sur l’avenue Tony Garnier. Chacun a dû montrer sa pièce d’identité aux forces de l’ordre pour s’extirper de la nasse.

Ce vendredi 16 octobre, plus de 5000 manifestants se sont rassemblés sur la Plaza Italia – également connue sous le nom de Plaza de la Dignidad -, qui a été l’épicentre du mouvement social de 2019, dont la répression a fait plus de 20 morts et 2.200 blessés. L’Institut national des droits de l’homme (INDH) a enregistré plus de 2500 plaintes et quelque 3000 victimes d’abus entre octobre 2019 et mars 2020. Cette manifestation intervient deux jours avant le 18 octobre, premier anniversaire de la flambée sociale au Chili, où une série d’émeutes a été enregistrée. Les manifestants ont peint en rouge la statue du général Baquedano et déposé une gerbe de fleurs avec l’inscription: «Pour les morts». La police, a qualifié l’acte de “vandalisation”, est intervenue pour disperser les manifestants. Après l’intervention de la police, les manifestants  sont tous revenus pour se tenir devant le monument. Le 18 octobre de l’année dernière a marqué le début des plus grandes mobilisations sociales de l’histoire du Chili. Au départ, elle a commencé comme une mobilisation contre l’augmentation du prix des transports publics, mais a conduit à des revendications plus larges contre les inégalités sociales et en faveur d’une nouvelle Constitution.

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Mercredi 14 octobre, une manifestation anti-gouvernementale réunissant plus de 500 personnes se tenait à Puente Alto dans la banlieue de Santiago. Cette manifestation, organisée à l’appel de Primera Línea Puente Alto (un média indépendant défendant les classes populaires confrontées à la pandémie), s’est transformée en émeute lorsque plusieurs dizaines de personnes cagoulées ont attaqué un poste de carabiniers avec des pierres, des extincteurs et du mobilier urbain. Les manifestants auraient également brisé la clôture entourant le bâtiment du gouvernement provincial auraient également déclenché des incendies. Les carabiniers ont signalé l’arrestation de huit personnes, dont six hommes et deux femmes. En outre, cinq des détenus sont des mineurs.

Émeutes anti-gouvernementales à Puente Alto

Émeutes anti-gouvernementales à Puente Alto

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,