Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

La contestation anti-gouvernementale se poursuit à Hong-Kong et fait sans cesse face à des répliques de la part du pouvoir. Voici les derniers événements relatifs à la répression du mouvement social. La police a commencé à tirer à balles réelles sur les manifestants faisant de nombreux blessés dont un grave. Un manifestant, Tsang Chi-Kin a été touché à bout portant par une balle qui est passée à 3 cm de son cœur. Son pronostic vital n’est aujourd’hui plus engagé, en revanche il est maintenant poursuivi en justice pour “émeute” et agression des forces de l’ordre. Le port du masque en manifestation a aussi été interdit grâce à un corpus législatif d’urgence apparu en 1922 et jamais utilisé depuis par un gouvernement. Cependant, hier dimanche, deux jours après l’interdiction du port du masque en manifestation, des dizaines de milliers de Hongkongais ont, une nouvelle fois, bravé la décision des autorités avant d’être réprimés par des tirs de gaz lacrymogène.

Un policier brandissant son arme à in Tsuen Wan.

Depuis plusieurs jours, des manifestations anti-gouvernementales ont lieu à Bagdad et dans le sud de l’Irak contre le chômage et la corruption dans le pays. Le mouvement, qui ne cesse de prendre de l’ampleur, fait l’objet d’une répression sanglante. Un couvre-feu a été mis en place depuis jeudi dans Bagdad et dans le sud du pays.

Les forces de sécurité intérieure utilisent un arsenal habituel du maintien de l’ordre (canon à eau, gaz lacrymogène) et tirent également à balles réelles sur les manifestant·e·s. En trois jours, 44 manifestant·e·s ont été tué·e·s et plusieurs centaines ont été blessé·e·s. De plus, dans plus de trois quarts du pays internet a été coupé.

Des manifestations en Irak contre le gouvernement sont réprimées dans le sang.

Des manifestations en Irak contre le gouvernement sont réprimées dans le sang.

Les Palestiniens sont descendus dans les rues mardi en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est annexée lors d’une « journée de colère » pour demander la libération d’un prisonnier palestinien torturé et laissé dans un état critique par les services de renseignements israéliens. Les forces israéliennes ont tiré des gaz lacrymogènes, des bombes assourdissantes et des balles en caoutchouc sur les manifestants devant la colonie israélienne illégale de Beit El, après que Samidoun (organisation de soutien aux prisonniers palestiniens) et des étudiants de l’université de Birzeit aient appelé à une manifestation de soutien à Samir Arbeed. Ailleurs, les forces israéliennes ont réprimé une manifestation à Jérusalem-Est, à l’extérieur de l’hôpital Hadassah où Arbeed est actuellement détenu, au cours de laquelle deux manifestants ont été arrêtés.  Arbeed, un Palestiniens de 44 ans, a été hospitalisé vendredi dans un état critique (fracture de la cage thoracique, ecchymoses, signes de coups sur tout le corps et insuffisance rénale grave), trois jours après sa mise en détention par les forces israéliennes pour soupçons de participation d’une attaque à l’explosif réalisée par une cellule du FPLP près de la colonie israélienne illégale de Dolev (voir notre article).

La manifestation à Birzeit

 

Samedi 28 septembre, aux alentours de 16 heures, un militant du collectif “Désarmons-les”, qui travaille sur les violences policières et les armes de la police, a été arrêté à Montpellier. Il devait animer le soir même une conférence dans la ville. Lors de son arrestation, il était posté devant un magasin durant l’acte 46 des Gilets Jaunes (voir notre article) en compagnie d’une observatrice de la Ligue des Droits de l’Homme et de personnes mutilées à vie par la police pour alerter sur les violences d’état. Le groupe a alors filmé et protesté contre une charge policière qui avait blessé et gazé des manifestant·e·s et des passant·e·s. Le groupe de policiers s’est retourné contre les observateurs et un des policiers a fait chuter le militant pour ensuite l’arrêter. Celui-ci est accusé de “violences sur personne dépositaire de l’autorité publique”, d'”outrage”, de “participation à un groupement en vue de commettre des violences” (des faits requalifiés plus tard) ainsi que de “refus de se soumettre à un prélèvement biologique”. Il est sous contrôle judiciaire jusqu’à son procès le 28 octobre, impliquant une interdiction de se rendre dans le département de l’Hérault et une interdiction de participer à une manifestation sur tout le territoire national.

Plus d’infos ici.

Arrestation d'un militant du collectif "Désarmons les"

Arrestation d’un militant du collectif “Désarmons les”

 

Des manifestations ont eu lieu ce dimanche 29 septembre dans le centre-ville de Beyrouth et d’autres régions du Liban pour dénoncer une classe politique accusée de corruption et de dilapidation des fonds publics. Répondants à des appels à manifester lancés sur les réseaux sociaux, des personnes de tout âge se sont rassemblées dans le centre-ville de Beyrouth, brandissant des pancartes dénonçant l’incurie des autorités et scandant des slogans hostiles à la classe politique. Des échauffourées ont éclaté avec les forces de l’ordre lorsque des groupes de manifestants ont tenté de s’approcher du Grand Sérail, le siège du Premier ministre. Des groupes de jeunes ont alors coupé plusieurs routes du centre-ville en mettant le feu à des pneus et à des bennes à ordures. Des manifestants, dont la plupart ne sont affiliés à aucun parti politique, ont coupé des artères principales dans plusieurs autres régions du Liban. Cette explosion de colère intervient dans un contexte de crise économique et financière sans précédent depuis plus de 25 ans. Cette crise a culminé ces derniers jours avec un recul de la valeur de la monnaie nationale, une pénurie de dollars dans un pays à l’économie fortement dollarisée et une grève des pompistes.

La police anti-émeute a repoussé les manifestants qui tentaient de franchir les barrières de sécurité devant le siège du gouvernement Place des Martyrs

Dans le cadre de la Journée mondiale d’action pour la légalisation de l’IVG, plus de 2.000 femmes sont descendues dans les rues de Mexico avec des écharpes vertes et un vêtement violet, sous le slogan “Avortement oui, avortement non, j’en décide!”. La marche a commencé à 17h00 à partir du Monument à la Mère. Des manifestantes cagoulées ont tagué plusieurs bâtiments. Pusieurs journalistes ont été pris à parti. Un groupe de plusieurs dizaines de personnes cagoulées a mis le feu à la porte de la Chambre de commerce. En arrivant à Avenida Juarez, la manifestation s’est arrêtée à l’ “antimonument” féministe dédié aux femmes victimes de féminicide et à celles qui sont décédées suite à un avortement clandestin. La manifestation, menée  par un groupe de mères, avec leurs enfants dans les bras, et favorables à la décriminalisation de l’avortement, s’est avancé  jusqu’à la Plaza de la Constitución. Devant la cathédrale, des personnes ont allumé un feu, qui a été étouffé par la police. Au Mexique, l’IVG n’est autorisé qu’à Mexico et, depuis une semaine seulement, dans  l’État d’Oaxaca. Des femmes sont encore emprisonnées au Mexique pour avoir pratiqué un IVG.

A la manifestation féministe de Mexico

 

Des affrontements ont marqué samedi des manifestations de l’Acte 46 des gilets jaunes à Toulouse et Montpellier, deux bastions du mouvement. A Toulouse, le cortège s’était élancé à 14h, comme tous les samedis sans interruption depuis le début du mouvement, derrière une banderole proclamant “Marre de survivre. On veut vivre”. Les premières salves de gaz lacrymogènes ont été lancées peu après leur arrivée sur la place du Capitole, où se déroulait une manifestation dédiée aux seniors. L’intervention, qui a noyé la place sous un épais nuage de fumée, a créé des mouvements de panique parmi les badauds. Aux cris de “Anticapitaliste”, les 2000 manifestants s’étaient auparavant arrêtés devant un Mc Donald’s, où un parasol a été enflammé. Des tags, “Toc Toc Moudenc” (Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse), “Nos désirs sont désordre” ont aussi été inscrits sur la façade de l’hôtel de ville. Les gilets jaunes ont ensuite repris leur marche, avant que les forces de l’ordre ne tirent à nouveau des gaz lacrymogènes, puis fassent usage du canon à eau pour les disperser. Dans un communiqué, l’Observatoire des pratiques policières (OPP) de Toulouse, co-parrainé par la Ligue des droits de l’homme, a fait part d’un nouveau blessé parmi ses membres, par les forces de l’ordre.

Des heurts se sont aussi produits à Montpellier, où selon la police, quatre policiers ont été légèrement blessés et neuf manifestants interpellés, pour jets de projectiles, outrages, menaces, injures et rébellion. Les échauffourées ont opposé dans le centre les forces de l’ordre à quelques centaines de gilets jaunes. Des poteaux métalliques arrachés, ainsi que des chaises de bars et de restaurants, ont été utilisés comme projectiles. À Bordeaux, des Gilets jaunes, pour la plupart sans gilet, ont défilé samedi dans le sillage de la manifestation pour le droit à l’avortement.  À Paris, des centaines de Gilets jaunes se sont glissés devant la 21e Techno Parade à Paris, ralentissant le cortège de “teufeurs” dédié cette année à Steve, le jeune homme mort à Nantes lors d’une Fête de la musique, suite à une charge policière.

Le rassemblement précédant la manifestation à Toulouse

La loi de 2019 sur les autorités de santé régionales et de district (RDHA) est censé privatiser les soins de santé dans la province. Jeudi, la Grand Health Alliance, un groupe de médecins, paramédicaux, infirmiers et autres membres du personnels de santé, avait organisé une manifestation à l’hôpital universitaire de Khyber et avait planifié une manifestation au Lady Reading Hospital, hier vendredi. Les autorités de Peshawar ont, dans un geste sans précédent, interdit le rassemblement de plus de quatre personnes et plus dans les locaux de l’hôpital. Un grand nombre de policiers se sont positionnés dans l’hôpital le matin et lorsque les médecins ont tenté de pénétrer à l’intérieur des bousculades et des affrontements ont eu lieu, qui  se sont poursuivis pendant plus d’une heure. Plus de 15 manifestants ont été blessés.

Arrestation d'un manifestant

Jeudi 26 septembre, le groupe ‘Liberté pour notre patrie, liberté pour les femmes’ a organisé des manifestations contre la violence domestique en Cisjordanie occupée, à Gaza et en Israël (au moins 23 femmes palestiniennes ont été tuées dans des conflits domestiques l’année dernière). À Jérusalem, des centaines de femmes se sont rassemblées jeudi pour réclamer la fin de la violence domestique, elles ont été confrontées et pour certaines agressées par les forces de sécurité israéliennes.

Les forces israéliennes ont commençé leurs attaques lorsque les manifestantes se rassemblaient dans la vieille ville. Les policiers les ont notamment poussé de manière agressive, envoyant certaines d’entre elles sur le sol et battu plusieurs autres, blessant une femme à l’œil et la main d’une autre. Les forces israéliennes ont également pourchassé des manifestantes à cheval, tentant de procéder à des arrestations. L’une des personnes arrêtées était un garçon de 13 ans. Les drapeaux palestiniens ont également été confisqués.

Plus d’infos ici.

Manifestation contre les violences domestiques en Palestine

Manifestation contre les violences domestiques en Palestine

 

Une mobilisation, qui a touché plusieurs villes d’Indonésie, lutte contre une loi qui rendrait notamment punissable de deux ans de prison les relations sexuelles hors mariage, tandis qu’un couple dont les deux membres ne sont pas mariés mais habitent ensemble risquerait six mois de prison. Le texte prévoit également des peines de quatre ans et demi de réclusion en cas d’insultes à l’égard du président et du vice-président. Ces offenses étaient déjà considérées comme un délit jusqu’en 2006, lorsque la Cour constitutionnelle du pays l’a dépénalisé. Les manifestants exigent également que le gouvernement annule une récente modification législative qui régule la commission anticorruption du pays. Lundi, des milliers d’étudiants s’étaient déjà mobilisés. Au moins 254 d’entre eux ont été légèrement blessés dans la répression des manifestations; 11 sont toujours hospitalisés. Le parlement devait normalement se pencher sur le texte controversé mardi, mais le vote a été annulé à la demande du président Joko Widodo.

EDIT 27/9: Jeudi, un étudiant de l’université de Halu Oleo, à Kendari, a été tué par balle lors des manifestations. Un deuxième étudiant de 19 ans, blessé par balle le même jour, est décédé ce vendredi des suites de ses blessures. Deux autres étudiants, également blessés, par balle sont toujours hospitalisés.

Un manifestant à Jakarta