Plusieurs centaines de voitures conduites par des partisans du président américain, avec drapeaux et signes pro-Trump, ont convergé de façon organisée en file sur Portland samedi, y compris dans le centre-ville où se trouvent les manifestants du mouvement Black Lives Matter. Des affrontements ont eu lieu entre manifestants et contre-manifestants» et des policiers sont intervenus et ont procédé dans certains cas à des arrestations. Des tirs ont eu lieu à 20 h 45 (heures locales), environ, dans le centre-ville, et un homme est mort dans circonstances encore ignorées. Selon des photographies, l’homme décédé portait une casquette «Patriot Prayer», un groupe local d’extrême droite actif contre les manifestations antiracistes qui occupent la ville depuis trois mois. Dans les deux heures qui ont suivi la fusillade, des manifestants se sont rassemblés au centre-ville et il y a eu des combats sporadiques. Dix personnes ont été arrêtées.

Un partisan de Trump tué à Portland

Un partisan de Trump tué à Portland

 

Une soixantaine de proches de détenus ont manifesté ce samedi 29 août devant la prison de Saint-Gilles pour demander à pouvoir à nouveau avoir des contacts physiques avec les membres de leur famille ou leurs amis. Ces contacts sont interdits en raison des mesures visant à lutter contre la propagation du coronavirus. Les visites ne sont autorisées que derrière un plexiglas, et les visiteurs doivent crier pour nous faire entendre. Les proches de détenus demandent un retour à des visites “normales” ainsi que la possibilité de contacts physiques sur présentation d’un certificat médical prouvant que le visiteur est négatif.  Il a été proposé à plusieurs reprises que les détenus soient placés en quarantaine après une visite avec contact physique, mais aucune réaction n’a suivi ni du ministère de la Justice ni des autorités pénitentiaires. Rien ne bouge pour les prisonniers et leurs visiteurs alors que les gardiens continuent de faire des allers-retours entre leur domicile et la prison, touchent les détenus sans gants et entrent dans les cellules. De plus, de nombreux gardiens ne portent pas de masque.

Devant la prison de St-Gilles

Les tensions s’intensifient dans le nord-ouest de la Bosnie après que les autorités locales aient lancé une répression généralisée contre des milliers de migrants bloqués dans la région. La police a mis en place des barrages routiers pour empêcher l’arrivée d’un plus grand nombre de nouveaux arrivants à destination de l’Europe. Les autorités de la région de Krajina en Bosnie, qui borde la Croatie, membre de l’Union européenne, ont envoyé des forces spéciales de la police mercredi 26 août au soir dans un camp de migrants géré par l’ONU près de la ville de Bihac, pour réprimé une manifestation déclenchée le passage à tabac d’un migrant par la police. Les agents ont tiré plusieurs coups de semonce en l’air. Plusieurs manifestants ont été blessés. Un milliers de migrants vivent dans ce camp.

Le camp de Bihac

 

Un calme précaire régnait jeudi à Kenosha où des policiers fédéraux et des soldats de la Garde nationale ont été dépêchés après des violences qui ont fait deux morts et un blessé grave suite à des tirs d’un jeune suprémaciste blanc. Pour rendre hommage à ces victimes, des centaines de personnes ont encore défié mercredi soir malgré le couvre-feu imposé par les autorités. La nuit a été plus agitée à Oakland, en Californie, où un tribunal a été pris pour cible, ou à Minneapolis, dans le Minnesota, où une vingtaine de commerces ont été pillés et vandalisés alors que circulait une rumeur de nouvelle bavure policière. 192 personnes ont été arrêtées.

A Minneapolis toujours, quatre hommes ont été inculpés par un grand jury pour leurs rôles présumés dans l’incendie du poste de police du troisième quartier de la police le 28 mai. Des actes d’accusation ont été émis contre Dylan Shakespeare Robinson, 22 ans; Davon De-Andre Turner, 24 ans; Bryce Michael Williams, 26 ans; et Branden Michael Wolfe, 23 ans. Les quatre hommes sont originaires du Minnesota, et chacun est accusé d’un chef de complot en vue de commettre un incendie criminel.

Quand à Jacob Blake, ce père de famille de 29 ans qui a été touché, dimanche à Kenosha, de plusieurs balles dans le dos tirées à bout portant par un policier blanc, il restera paralysé. L’auteur des tirs, l’agent Rusten Sheskey, a été mis à pied, mais n’a pas été arrêté ni inculpé. La justice fédérale a toutefois annoncé mercredi l’ouverture d’une enquête en parallèle de celle menée par la justice locale. Le crime a suscité une onde de choc et une mobilisation sans précédent des sportifs américains, enclenchée par l’équipe de basket-ball des Milwaukee Bucks. Ses joueurs ont boycotté un match et contraint la NBA à reporter plusieurs autres rencontres. Assez pour que le président Donald Trump accuse la NBA d’être une “organisation politique” et de moquer leurs “très mauvaises” audiences.

La Garde nationale a été déployée à Minneapolis

La Garde nationale a été déployée à Minneapolis

Cette nuit, des dizaines de suprémacistes pro armes et pro police sont sortis dans la ville de Kenosha pour s’opposer aux manifestants Black Lives Matters et aider la police. Un de ces suprémacistes a tiré sur plusieurs manifestants, tuant au moins deux personnes et en blessant plusieurs grièvement. Le terroriste s’appelle Kyle Rittenhouse.  Sur les réseaux, il affichait son soutien au mouvement Blue Live Matters, un groupe de soutien à la police né en 2014. Plusieurs vidéos de lui circulent sur les réseaux dans lesquelles on le voit lourdement armé en train de discuter avec la police. Après avoir tiré, il s’est même permis permet même d’approcher à nouveau de policiers et de discuter avec eux.

La révolte continue dans la ville de Kenosha où des manifestant·es ont incendié et détruit un bâtiment de l’administration pénitentiaire du Wisconsin. C’est dans cette ville située à une quarantaine de kilomètres au sud de Milwaukee que la police a tiré dimanche 24 août à plusieurs reprises à bout pourtant sur Jacob Blake  (voir notre article). Plus d’infos ici.

Kyle Rittenhouse

A Kenosha, une ville de 170.000 habitants au bord du lac Michigan, un couvre-feu a été décrété pour la nuit de lundi à mardi, à partir de 20 heures, après une nuit d’affrontements entre manifestants et forces de police. Le gouverneur a annoncé que 125 militaires de la Garde nationale seraient déployés dans la ville afin d’y faire respecter l’ordre. De nouveaux affrontements ont pourtant eu lieu lundi soir. C’est dans cette ville située à une quarantaine de kilomètres au sud de Milwaukee que la police a tiré dimanche 24 août à plusieurs reprises à bout pourtant sur Jacob Blake. Comme pour George Floyd, la tentative d’interpellation de ce père de famille qui n’était pas armé a été filmée par un témoin. Les images montrent l’Afro-américain de 29 ans suivi par deux policiers ayant dégainé leurs armes alors qu’il contourne une voiture. Au moment où il ouvre la portière, le policier fait feu atteignant Jacob Blake de plusieurs balles dans le dos. La victime a été opérée d’urgence dans un service de soins intensifs de la ville de Milwaukee, où son état restait critique. Les deux policiers ont été suspendus de leurs fonctions et une enquête a été ouverte.

Nuit d'émeutes à Kenosha

 

Des manifestants anti-police ont envahi le centre-ville de Denver, au Colorado, allumant des feux et brisant des vitres, les forces de sécurité ayant été débordées. Des policiers en tenue anti-émeute ont du protéger le quartier général de la police de Denver samedi soir 22 août, mais ailleurs dans le centre-ville, des groupes de manifestants révolutionnaires et BLM ont érigés des barricades enflammées et affrontés la police, notamment à l’aide de feux d’artifices. La police a procédé à 13 arrestations. Les affrontements font suite à un appel public à “Give ‘Em Hell”, partagé sur les réseaux sociaux au cours de la semaine dernière, appelant à un «Une action et une manifestation à la suite de la décision du conseil municipal de priver les habitants de Denver du droit de façonner leur communauté et de voter pour l’abolition de la police”.

Affrontements à Denver

250 personnes ont manifesté hier à Saint-Gilles, contre les violences policières et notamment celles qui ont visé 3 femmes samedi 15 août sur le Parvis Saint-Gilles, (voir notre article) ainsi que pour la dissolution de la brigade Uneus qui faisait déjà régulièrement l’actualité pour ses interventions brutales et racistes, avant d’y ajouter des violences et insultes sexistes lors de l’intervention du 15 août. La manifestation est passée par le Parvis et par le commissariat de la brigade Uneus qui s’y situe avant de remonter vers la Maison Communale, puis la prison de Saint-Gilles et le domicile du bourgmestre Charles Piqué. Parmi les slogans : “Uneus au feu, Piqué au milieu”, “Police fasciste, commune complice”, “Fortes, fières, féministes, radicales et en colère”, “Police fédérale, milice patriarcale”, “Tout le monde déteste la police”, “Piqué nous fait la guerre et sa police aussi, mais on reste déter’ pour bloquer le Parvis”. Pour plus d’info sur Uneus, voir notre dossier “Uneus et la Zone-Midi”.

En moins d’une semaine, à Bassora, dans le sud de l’Irak, deux militants ont été assassinés et trois autres ont été blessés. Mercredi, Riham Yacoub, une jeune militante de Bassorah a été criblée de balles. Elle était au volant de sa voiture lorsque des hommes chevauchant un scooter et armés de fusils d’assaut, l’ont tuée sur le coup, blessant les trois autres passagères. Riham Yacoub était médecin et coach de fitness, plusieurs fois menacée de mort. Depuis deux ans, elle participait aux mouvements de contestation pour dénoncer la déliquescence des services publics et la corruption des autorités locales. Charismatique, on la retrouvait à la tête des cortèges de manifestantes. Son assassinat est intervenu quelques jours après le meurtre d’un autre militant, Tahseen Ousama, lui aussi tué de sang-froid par des miliciens.

En réaction, des manifestants ont incendié le bureau local du parlement alors que les forces de sécurité tiraient des balles réelles en l’air pour les disperser Les manifestants s’étaient rassemblés pour exiger que le parlement irakien limoge le gouverneur de la province après l’assassinat des deux militants.

Les affrontements à Bassorah

Trois policiers ont été blessés et 18 personnes ont été arrêtées lorsqu’une émeute a éclaté dans le quartier SoDo de Seattle dimanche 16 août en soirée. L’émeute a fait suite à la manifestation BLM qui a débuté dans le district international vers 19 heures. La manifestation est restée pacifique jusqu’à 22 heures, lorsque le groupe de manifestants s’est dirigé vers le bâtiment de l’Association des policiers de Seattle, dans la 4e Avenue Sud. Un manifestant a lancé un gros pétard et un autre a tenté de briser la fenêtre d’un véhicule de police. Après que l’officier de police ait donné l’ordre de se disperser, les affrontements se sont généralisés. Au moins trois policiers ont été blessés, dont un a été emmené à l’hôpital. Au total, 18 personnes ont été arrêtées et incarcérées dans la prison du comté de King.

Les affrontements de dimanche à Seattle