Mercredi 13 janvier, quelques 2000 personnes avaient manifesté pour réclamer la justice pour Ibrahima décès après son arrestation par la police bruxelloise qui voulait l’empêcher de filmer une de leur intervention (voir notre article). Cette manifestation avait donné lieu à des affrontements avec la police à Schaerbeek (voir notre article). Voici le bilan de la répression :

La police annonçait 116 arrestations dont 112 arrestation administrative et 4 arrestations judiciaires. Parmi lesquels trois personnes (deux majeurs et un mineur) ont été arrêtées judiciairement. Ils sont accusé d’avoir participé à l’incendie du commissariat Place Liedts. Le labo et un expert incendie sont descendus sur les lieux, et les vêtements et les téléphones portables des prisonniers ont été saisis. La privation de liberté de ces trois personnes a été confirmée par le parquet et différents devoirs d’enquête sont en cours. Un mineur a par ailleurs été mis à la disposition du parquet. Il est accusé de “rébellion”. Par ailleurs, une task force rassemblant les six zones de police bruxelloises, la police fédérale et le parquet de Bruxelles va être mise en place, afin d’identifier d’autres manifestant·es.

On dénombre également de nombreux blessés chez les manifestant·es. Parmi eux, au moins un blessé grave qui avait reçu des coups de matraque à l’arrière du crâne et reste à ce jour encore hospitalisé. Les policiers en civil (parfois sans brassard) ont également fait un usage important de leur FN 303, notamment à courte distance. Enfin les personnes arrêtées ont été entassées à 30 dans une même cellule au mépris des règles sanitaires. Certaines ont été retenues durant 9 heures sans pouvoir aller aux toilettes. Plus d’infos ici.

Rassemblement pour Ibrahima décédé après avoir été arrêté par la police

Quelques 2000 personnes ont répondu à l’appel

Un rassemblement était prévu aujourd’hui à 15h devant le commissariat de Police situé Rue de Brabant (à côté de la Gare du Nord), pour réclamer la justice pour Ibrahima (voir notre article). Ce dernier est décédé à l’hôpital, après une arrestation à place du Nord, qu’il avait subie pour avoir filmé une intervention policière. Quelques 2000 personnes ont répondu à l’appel au rassemblement. Pour rappel, notre ligne téléphonique de Legal Team est ouverte de façon permanente. Nous sommes joignables au +32 456 20 06 42 (plus d’infos ici). Voici un fil info en direct des événements :

20h : Fin du direct.

19h30 : Des manifestant·es nassé·es se font embarquer dans un bus place Liedts.

19h10-19h30 : La police continue d’effectuer des patrouilles dans le quartier mais la manifestation semble terminée.

18h45 : Le policier en civil armé de son FN 303 semble tirer à répétition sur un manifestant qui s’enfuit.

Le policier en civil armé de son FN 404 tire à répétition sur un manifestant qui s'enfuit.

Le policier en civil armé de son FN 303 tire à répétition sur un manifestant qui s’enfuit.

18h30 : Un convoi de véhicule (une voiture de commandement suivi de 2,3 combis) vient de passer rue Rubens vers place Colignon semble-t-il. Quelques policiers à cheval y sont également présents.

18h25 : Les policiers en civil mènent la marche rue Renkin suivit par une ligne de police anti-émeute et une autopompe.

18h20 : La police en civil charge depuis rue Gallait N°3. Elle est désormais plus en avant à l’intersection avec rue Rubens. Des feux sur la rue retardent légèrement sa progression.

18h10 : Des jets de feux d’artifices contre un dispositif policiers ont eu lieu au 85 rue de Brabant. Un combis semble être en feux.

18h : La police a le contrôle total de La Place Liedts.

17h55 :  De violentes arrestations avec coups de matraques télescopiques sont en cours.

De violentes arrestations avec coups de matraques télescopiques sont en cours.

De violentes arrestations avec coups de matraques télescopiques sont en cours.

17h55 : Un moins un SUV de police banalisé noir est présent. Une Mercedes berline noir/foncée est également présente. Il s’agirait de la voiture du roi !

17h50 : Des policiers en civil sans brassard mais matraque sortie et casqués se déplacent Place Liedts. Des policiers en uniforme de la brigade canine (avec berges allemands) sont également présents.

17h50 : Des policiers en civil reprennent le contrôle du périmètre. Ils réquisitionnent des extincteurs des véhicules environnants. Deux tirs de flashball ont été effectués. Les policiers en civils disposent en effet d’au moins un FN303 avec pointeur laser.

17h45 : Un feu s’est déclenché dans le commissariat.

17h40 : Un commissariat se fait attaqué et reçoit des jets d’engins incendiaires Place Liedts.

Le commissariat attaqué Place Liedts

Le commissariat attaqué Place Liedts

17h40 : La police a légèrement avancé dans la rue du Brabant.

17h30 : La police bloque maintenant la rue du Brabant au hauteur de rue de Quatrecht. Elle utilise des autopompes pour repousser les manifestant·es. Des enquêteurs sont présents avec des caméras pour filmer les manifestant·es. Notons que les autopompes disposent également de caméras.

17h25 : D’autres affrontements se déroulent près du tunnel rue de Quatrecht. Les autopompe entrent en action et la police avance.

17h15 : D’autres déploiements policiers sont également disposés dans les rues. Attentions aux contrôles !

17h10 : On signale au moins un jet de cocktail molotov.

17h05 : Des renforts arrivent par le tunnel (policiers anti-émeutes et combis fédéraux).

16h55 :  Une seconde autopompe est présente. Le caillassage continue.

16h50 : Les affrontements commencent. Les manifestant·es callaissent la police. La police utilise son autopompe mais reste pour l’instant statique.

16h50 : Des actions directes commencent. La situation semble s’échauffer.

16h40 : Quelques lancements sporadiques d’objets sur la police.

16h30 : D’autres groupes de manifestant·es sont également dispersés dans les petites rues proche de la Rue de Brabant. Des affrontements ont lieu. Il y aurait eu des charges policières.

16h25 : Quelques objets sont lancés sur la police.

16h10 : La police anti-émeute intervient pour repousser les manifestant·es. Deux lignes de police et au moins une autopompe est présente pour bloquer la rue du Brabant juste avant le tunnel.

16h : On signale la présence d’agents fédéraux dans la gare.

15h55 : Les manifestant·es sont présent·es dans le tunnel. Ils chantent “Police assassins”.

15h : Les personnes rassemblées chantent “Justice pour Ibrahima” et “Police partout justice nulle part”.

Rassemblement pour Ibrahima tué par la police

Rassemblement pour Ibrahima tué par la police

Nassiriya, bastion de la contestation anti-pouvoir, située à 300 km au sud de Bagdad est le théâtre de manifestations et de heurts depuis trois jours. Face à des manifestants dont certains jetaient des pierres, les forces de l’ordre ont ouvert le feu pour disperser des protestataires qui avaient repris la place, épicentre de la “révolte d’octobre”. Le camp de tentes installé à l’époque avait été levé fin novembre, lorsque huit personnes avaient été tuées dans des affrontements entre manifestants anti-pouvoir et partisans du leader chiite Moqtada Sadr. L’occupation de Habboubi a repris vendredi, des manifestants réclamant la libération de figures anti-pouvoir arrêtées ces dernières semaines.

A plusieurs reprises, les forces de l’ordre ont depuis tiré en l’air ou lancé des grenades sur les manifestants, dont le mouvement a pour la première fois gagné d’autres quartiers de la ville. Un policier a été tué dans les affrontements. Après les affrontements de dimanche, 13 manifestants arrêtés ont été libérés. D’autres libérations avaient été promises pour le lendemain. Les manifestants réclament, outre la fin de la corruption de la classe politique, des emplois et des services publics, des biens de plus en plus rares alors que l’Irak s’enfonce dans sa pire crise économique.

Dans la soirée du 9 janvier, Ibrahima, jeune Bruxellois de 23 ans, est décédé à l’hôpital, après une arrestation à place du Nord, près de la gare du Nord près de la Gare Du Nord. Les policiers ont prétendu qu’Ibrahima avait été interpellé pour non-respect du couvre-feu, et qu’il avait ensuite fait un malaise. Il avait en réalité été arrêté à 19h alors qu’il filmait une intervention de police avec son smartphone à la Gare du Nord. Il est décédé à 20h22 à l’hôpital Saint-Jean. Les médecins ont expliqué à la famille qu’il avait plusieurs hématomes sur le corps et qu’il était mort d’un arrêt cardiaque. Un appel à se rassembler le mercredi 13/01 à 15h devant le commissariat de Gare Du Nord a été lancé. Il s’agit du troisième jeune décédé par le fait de la police en Belgique depuis le début du confinement, le premier étant Adil et le second Akram (voir notre article). Les policier ayant tué Adil ont bénéficié d’un non-lieu (voir notre article).

Ibrahima tué par la police belge

La manifestation annuelle commémorative Luxemburg-Liebknecht a rassemblé 3.000 personnes à Berlin. La police a utilisé du gaz au poivre pour attaquer la manifestation et a arrêté au moins 15 personnes. La raison de l’intervention policière est la présence de drapeaux de la FDJ dans la manifestation. La Jeunesse allemande libre (Freie Deutsche Jugend, FDJ) était le mouvement de jeunesse officiel de la République démocratique allemande (RDA). Sa branche autonome en Allemagne de l’ouest a été interdite en 1951, pendant la guerre froide. Cette interdiction est toujours en cours! Le résultat de l’intervention policière est plusieurs manifestants blessés et l’impossibilité totale de respecter les distances de sécurité car la police a embouchonné la manifestation.

Dossier(s): Allemagne Tags: ,

Deux manifestants dans la ville de Nasiriyah, dans le sud de l’Irak, ont été blessés aujourd’hui vendredi lors d’affrontements avec les forces de police. Celles-ci ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles de guerre sur la foule qui protestait contre la corruption. Cette répression policière contre les manifestants rassemblés sur la place Habboubi, souvent au centre des manifestations dans la ville, intervient au lendemain d’une vaste campagne d’arrestations contre des militants hier jeudi. L’activiste Ihsan al-Hilali, qui a été écrasé par une voiture de police et arrêté, figure parmi les victimes de la répression d’hier. Au moins personnes  ont été tuées et plus de 18.000 blessées depuis l’émergence du mouvement de protestation en janvier 2020.

Manifestants anti-corruption à Nasiriya

 

Au moins sept Palestiniens ont été blessés et des dizaines d’autres ont souffert de suffocation en Cisjordanie occupée aujourd’hui vendredi. L’armée israélienne a utilisé des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui protestaient contre la construction de colonies dans la ville de Deir Jarir, proche de Ramallah. Le 23 décembre dernier, les colons sionistes ont commencé à installer des tentes et à construire du matériel à Jabal Al-Shorfa dans la ville de Deir Jarir sous la protection de l’armée et de la police israéliennes. Plus de 650 000 colons vivent actuellement dans plus de 164 colonies illégales et 116 avant-postes en Cisjordanie occupée.

Deir Jarir

 

Le président Erdogan a nommé par décret Melih Bulu, un ancien candidat de son parti aux élections de 2015, recteur de l’université de Bogazici à Istanbul, l’une des plus grandes universités du pays. Cette décision a conduit à des manifestations d’étudiants et d’universitaires dénonçant le caractère antidémocratique de cette nomination, et exprimant leur rejet d’un recteur désigné par le pouvoir pouvoir pour servir le pouvoir. Erdogan s’est attribué le pouvoir de nommer directement les recteurs d’université après le coup d’État raté de 2016. Des centaines d’étudiants ont porté des pancartes appelant à la démission de Bulu et reprenant des slogans tels que «Melih Bulu n’est pas notre recteur» et «Nous ne voulons pas d’un recteur nommé par l’État». La police est intervenue et des affrontements ont eu lieu.

Meeting de protestation des étudiants de l’université Boğaziçi

 

Le 9 janvier 2021 est la date anniversaire de l’assassinat en plein de cœur de Paris, il y a 8 ans, de trois responsables du mouvement kurde,  Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Soylemez, par un agent aux liens avérés avec les services secrets turcs. En raison des restrictions liées au covid, la grande manifestation parisienne “Justice pour Sakine, Fidan et Leyla” est remplacée par des mobilisations décentralisées. Voici les rendez-vous pour la France, la Suisse et la Belgique ce samedi 9 janvier.

France
PARIS: Gare du Nord, 14h (arrivée place de la République)
MARSEILLE: Réformés – Canebière, 13h
TOULOUSE: Gare de Matabiau – Métro Esquirol, 13h30
BORDEAUX: Place de la Bourse – La Victoire, 13h30
RENNES: Dalle du Colombier, 14h
STRASBOURG: Place Kléber, 14h

Suisse
BÂLE: Parc de-Wette à 13h30

Belgique
BRUXELLES : Porte de Namur, 13h

Dimanche, la police a lancé des bombes lacrymogènes et utilisé des canons à eau pour arrêter les agriculteurs qui voulaient forcer ses barricades dans le village de Masani près de Dharuhera sur l’autoroute Delhi-Jaipur. Plus de 20 tracteurs et des centaines d’agriculteurs ont traversé de force la frontière Rajasthan-Haryana, mais ils se sont arrêtés, parce que la police les avait isolé de ceux qui les suivaient. Des milliers d’agriculteurs du Maharashtra, du Gujarat, du Rajasthan et de l’Haryana sont bloqués par divers barrages policiers sur les routes qui mènent à Delhi, ville dans laquelle ils veulent manifester leur opposition à la dérégulation des marchés argicoles. Au moins quatre paysans ont été blessés par la police.

 

Dossier(s): Inde-Népal Tags: ,