Place de la liberté, à Bamako, les enseignants grévistes se sont mis en route en direction du Monument de l’indépendance. Une fois arrivés à destination, les grévistes ont prévu de tenir un meeting d’information. Cette unième marche faisait suite à l’échec des nouvelles négociations avec le gouvernement. Au cours de la marche, les enseignants scandaient des slogans hostiles au Premier ministre. Devant le Monument de l’indépendant, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes sur les enseignants gréviste dans le but de disperser la masse qui bloquait la circulation aux ministres et au Président de la République qui se rendaient à Koulouba pour le Conseil des ministres. Sous le gaz lacrymogène, les enseignants ne sont pas restés les bras croisés. Certains d’entre eux ont répliqué en jetant sur la police ce qui leur tombait sous la main. Le gouvernement dresse un bilan de 4 policiers blessés, 9 manifestants interpellés et 6 véhicules de police endommagés.

Répression de la marche des enseignants au Mali

Dossier(s): Afrique Tags: , ,

À Bruxelles, ce 8 mars, plus de 6 000 personnes ont manifesté à l’occasion du 8 mars. Lors de la manifestation, la police a attrapé violemment deux femmes faisant des tags sur le sol du parcours. L’une d’elles a été traînée au sol et étranglée. L’autre manifestante voulant la protéger sera traînée sur la longueur de la rue par quatre policiers, puis maintenue au sol un genou sur sa poitrine et frappée au visage. D’autres manifestants et des manifestantes sont intervenus, ils et elles se sont pris des coups de matraque (un manifestant aurait le poignet cassé) mais les deux personnes appréhendées ont pu être libérées et exfiltrées. Une partie de la manifestation a par la suite déviée du parcours et a été bloquée par la police pendant un moment dans les rues de Bruxelles avant d’être nassée. Aucune arrestation ne semble avoir eu lieu. 

Au rassemblement de Bruxelles

La manifestation organisée dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes a, une nouvelle fois, été attaquée par la police. Comme les années précédentes, bien qu’interdite, une manifestation s’est organisée à Istanbul pour la journée du 8 mars. Dès le matin, la police a bloqué toutes les routes menant à la place Taksim et à l’avenue Istiklal. Les femmes se sont rassemblées devant le bureau de l’Association des droits de l’homme et ont commencé à marcher vers l’avenue Istiklal. La manifestation a alors été attaquée par la police après avoir tenté de se rendre à Istiklal. De nombreuses femmes ont été placées en garde à vue.

Manifestation du 8 mars 2020 à Istanbul

En France, des manifestations nocturnes se sont organisées dans plusieurs villes de France, le samedi 7 mars. Ces marches pour un « féminisme populaire antiraciste » étaient organisées dans le cadre de la journée du 8 mars. Certaines marches ont été chargées par la police. À Paris, la marche de nuit a rassemblé plus de 2000 personnes. La police a chargé le défilé, le cortège a été nassé près de la place de la République, du gaz lacrymogène a été utilisé et des manifestantes interpellés. À Toulouse, plus de 1500 personnes se sont rassemblées. Une militante a été arrêté par la bac à la fin de la manifestation de nuit. Un rassemblement est organisé devant le commissariat pour exiger sa libération (Info facebook). À Nantes, la police repoussera et bloquera le cortège, attaquant les manifestant.e.s à coup de matraque.

Marche nocturne feministe 7 mars 2020

Pour le 69e acte des Gilets jaunes, des appels avaient été lancés par tracts et sur les réseaux sociaux afin de donner au rassemblement lyonnais une envergure nationale, en référence au numéro du département du Rhône (69). Après le départ du cortège place Bellecour, qui se dirigeait vers les quais du Rhône, les forces de l’ordre ont avancé leur autopompe pour empêcher les manifestants de progresser. Les CRS ont essuyé des jets de projectiles et tiré des gaz lacrymogènes. L’autopompe est intervenue. Deux banques ont ensuite été dégradées dans une rue piétonne et les tensions se sont poursuivies place Bellecour où une grosse centaine de manifestants sont restés jusqu’à la nuit sous étroite surveillance de la police. Dans la soirée, une descente aux flambeaux s’est mise en route à la Croix-Rousse jusqu’à la place Sathonay. Certains manifestants mettaient le feu aux affiches des candidats aux municipales. Les affrontements ont fait plusieurs blessés (24 policiers selon la préfecture, 20 manifestants selon le Comité de liaison contre les violences policières). Un adolescent de 16 ans a subi une double fracture de la mâchoire d’un tir de LBD, a indiqué son père à l’AFP, qui a critiqué l’attitude des forces de l’ordre qui ont gêné l’arrivée des secours. Il compte porter plainte. Sept personnes ont été interpellées.

Lacrymogèjnes à Lyon

 

Les manifestations qui ont eu lieu hier vendredi sur la place Baquedano de Santiago du Chili ont donné lieu à des affrontements très violents. Il y a également eu des affrontements dans le secteur de Vicuña Mackenna, ainsi que des barricades dans certaines rues de la capitale. Un auto-pompe a été incendiée par une attaque au cocktail de Motolov. 73 policiers ont été blessés ainsi que de très nombreux manifestants. Les policiers ont attaqué et détruit un poste de secours. Il y a eu 283 arrestations. Les protestations au Chili ont éclaté le 17 octobre contre la quatrième hausse du prix du métro en quelques mois et ont augmenté rapidement pour dénoncer les inégalités sociales et augmenter la nécessité d’élaborer une nouvelle Constitution.

Les affrontements au Chili

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Les Palestiniens de la ville de Beita occupent le mont Al-Orma pour le protéger d’un projet d’installation d’une colonie sioniste. L’armée d’occupation est intervenue massivement, bouclant la région et prenant le mont d’assaut, lançant des bombes sonores et lacrymogènes en direction des civils et désarmés. Des dizaines de palestiniens ont été asphyxiés au moment où les forces d’occupation poursuivaient les jeunes du village aux alentours du mont. Les secouristes du Croissant Rouge palestinien sont intervenus auprès des blessés par les balles en caoutchouc et les bombes lacrymogènes. Un enfant de seize ans a reçu une balle réelle dans le dos, un citoyen a reçu une bombe lacrymogène en plein tête, deux autres avaient des fractures et des entorses suite à des chutes, alors qu’un secouriste du Croissant Rouge a reçu une balle en caoutchouc dans la tête.

Les affrontrements sur le mont d’al-Orma

 

Dimanche 23 février, un homme était tué par la police à Kawéni, au nord du chef-lieu Mamoudzou dans la colonie française de Mayotte. Ce décès a entrainé une semaine d’affrontements entre policiers et jeunes gens. Au cours d’un de ses affrontements dans le lycée du village de Kahani, une grenade de gaz est tombée dans une cour où se trouvait une famille. Un nourrisson d’environ trois mois a inhalé du gaz lacrymogène. Il est décédé.

L'intervention des forces de l'ordre ce dimanche

Des affrontements ont opposé lundi au Chili manifestants et forces de l’ordre et un bâtiment a été incendié à Santiago, à l’orée d’un mois de mars où sont prévues plusieurs manifestations. Une manifestation s’est tenue à Santiago sur la Plaza Italia. A la tombée de la nuit, des manifestants masqués ont affronté les policiers anti-émeutes dans les rues adjacentes de cette “Place de la Dignité”, comme les manifestants ont rebaptisé l’épicentre de la contestation qui secoue le pays depuis plus de quatre mois. Les affrontements se sont étendus à d’autres quartiers de la capitale, où des manifestants ont érigé et brûlé des barricades, bloquant d’importantes avenues, avant d’être dispersés par la police qui a utilisé des gaz lacrymogènes et des lances à eau. Des manifestations se sont également produites jusqu’à l’aube dans d’autres villes du pays comme Valparaiso (centre) et Concepcion (sud), avec là aussi des affrontements.

Affrontements à Santiago du Chili

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Vendredi 28 février, les forces israéliennes ont attaqué vendredi des Palestinien·nes stationné·es sur une montagne à Naplouse (Cisjordanie), pour empêcher les colons d’occuper le territoire. On dénombre 134 blessé·es. Les soldats ont utilisé du gaz lacrymogène. Ils ont également ouvert le feu avec des balles réelles ou en caoutchouc, blessant des dizaines de manifestant·es. Enfin un adolescent de 16 ans a été abattu par un tir à balle réelle. Ces affrontements se produisent quelques jours seulement après que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ait annoncé la construction de milliers de logements pour les colons sur les terres palestiniennes, en particulier à Har Homa et Givat Hamatos. Le chef du gouvernement a également décidé de relancer le projet E1, qui impliquait la construction de 3 000 logements dans une zone clé de Cisjordanie, pouvant diviser celle-ci en deux parties.

Affrontements entre manifestant·es et forces d'occupation à Naplouse