Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Vendredi 15 novembre, à Cochabamba, fief politique de l’ancien président Evo Morales, des violents affrontements ont opposé des milliers de manifestants aux forces de l’ordre tuant 5 personnes et faisant de nombreux blessés. À La Paz, ce sont 4 personnes qui ont été tuées par les forces de l’ordre. Depuis le coup d’état, au moins 24 personnes ont été tuées lors d’affrontements avec les forces de l’ordre. Les manifestant.e.s demandent le retour de Morales, exilé au Mexique depuis sa démission dimanche dernier et dénoncent un coup d’Etat fomenté par l’opposition. La sénatrice issue de l’extrême-droite chrétienne, Jeanine Añez, s’est, depuis, auto-déclarée présidente de la Bolivie, en l’absence de la majorité parlementaire nécessaire pour le faire, et après que les quatre autres personnes en ligne pour la succession aient été contraintes à la démission.

Affrontements à Cochabamba

Pour le quatrième vendredi de manifestation, des milliers de personnes se sont rassemblées sur la place d’Italie, rebaptisée place de la Dignité par les manifestant.e.s qui la considèrent comme un symbole des manifestations. Ce jour-là, un jeune homme est mort d’un arrêt cardiaque suite à l’utilisation massive, par les forces de l’ordre, de gaz lacrymogène sur la place de la Dignité. L’équipe médicale qui tentait de le ranimer a  été attaquée par la police avec les autopompes, du gaz lacrymogène et également des tirs de balles en caoutchouc blessant à la jambe un des médics qui soignait le manifestant. Celui-ci venait de Maipú, commune de la banlieue de Santiago.

Manifestante arrêtée place de la dignité (ancienne place d'Italie)

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Selon un organisme public indépendant, 197 personnes ont subi des blessures oculaires depuis le début de la contestation le 18 octobre au Chili, principalement causées par des tirs de “chevrotines” de caoutchouc.  Parmi elles, 35 risquent de perdre totalement la vue. Au moins vingt personnes sont mortes depuis le début de la crise chilienne, et plus de 2.000 ont été blessées, selon les chiffres officiels. A cela s’ajoutent d’autres traumatismes comme les agressions sexuelles contre les manifestantes arrêtées: 93 plaintes ont été déposées, dont 23 pour des agressions sexuelles commises par des policiers sur des mineures.

1er novembre, en mémoire de celles qui ont été tuées, torturées et violées.

 

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Samedi 9 novembre 2019, la police grecque a envahi l’Université d’économie et de business d’Athènes pour expulser un local d’étudiant·e·s anarchistes. Le lendemain, le conseil de l’université a, sur conseil de la police, imposé la fermeture de l’université pendant une semaine afin d’empêcher les étudiant·e·s de commémorer l’anniversaire de la révolte étudiante du 17 novembre 1973 contre la dictature des colonels. Cette décision a outragé les étudiant·e·s qui ont décidé d’occuper leur université le 11 novembre. Ils/elles ont été attaqué·e·s par la police anti-émeute à coups de matraque et de gaz lacrymogène. Après l’attaque de la police, les étudiant·e·s ont participé à une manifestation rassemblant plusieurs millier de personnes pour dénoncer l’état d’urgence de fait qui a été progressivement imposé en Grèce, et pour demander l’abrogation de la loi abolissant « l’asile universitaire » (voir notre article).

La police anti-émeute envahit l'Université d'économie et de business d'Athènes

La police anti-émeute envahit l’Université d’économie et de business d’Athènes

 

Dossier(s): Grèce Tags: , ,

Au cours du week-end, les forces de sécurité irakiennes ont lancé une nouvelle vague de répression contre les manifestant·e·s, faisant au moins neuf mort·e·s et une centaine de blessé·e·s. Depuis le début des manifestations en octobre, la répression exercée par le gouvernement a fait au moins 300 mort·e·s et 15 000 blessé·e·s. Les forces de sécurité utilisent à nouveau des balles réelles contre les manifestant·e·s ainsi que des grenades étourdissantes souvent létales (voir notre article) et du gaz lacrymogène 10 fois plus puissant que celui couramment utilisé.

La plupart des affrontements de ce week-end entre les forces de sécurité et les manifestant·e·s avaient pour enjeu le contrôle de plusieurs ponts qui traversent le Tigre, reliant le cœur de Bagdad à la Green Zone, une zone fortement sécurisée dans laquelle se trouvent notamment le parlement, les services du gouvernement irakien et l’ambassade des États-Unis. La nouvelle offensive gouvernementale a été lancée pour reprendre ces ponts ainsi que plusieurs routes importantes bloquées par les manifestant·e·s. Les manifestant·e·s ont cependant pu défendre avec succès la place Tahrir (qui constitue l’épicentre du mouvement) ainsi que le pont Al-Jumhuriyah.

Au moins 300 manifestant·e·s tué·e·s depuis le début du mouvement en Irak

Au moins 300 manifestant·e·s tué·e·s depuis le début du mouvement en Irak

Alors qu’une mobilisation sociale inédite est férocement réprimée par l’armée et la police au Chili (voir notre article), une énorme fuite de données vient d’avoir lieu. Les informations personnelles de tous les policiers chiliens ont été rendues accessibles sur le site pacolog. Sur une carte du Chili, chaque petite icône représente un agent chilien et son lieu de résidence. Il est possible de zoomer pour obtenir l’adresse exacte. En cliquant sur l’icône, le profil du policier apparaît, avec son nom complet, numéro d’identité, matricule, adresse personnelle, mail et GSM. On y trouve aussi parfois un profil Facebook, le lieu de travail, le grade, et le détachement.

Plus d’infos ici.

Capture d'écran du site PacoLog

Capture d’écran du site PacoLog

 

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,
Hong Kong a connu lundi une des journées les plus violentes et chaotiques en cinq mois de mobilisation. En début de matinée, un policier a tiré à balles réelles sur un manifestant masqué, le blessant grièvement au torse. Ce coup de feu a été filmé et retransmis en direct sur Facebook, soulevant des réactions de colère de la part des manifestants. C’est la troisième fois depuis le début du mouvement de protestation que la police fait usage d’armes à feu.

Un appel à la grève générale avait été lancé pour ce lundi. Et dès le début de matinée, à l’heure de pointe, plusieurs quartiers ont été le théâtre d’actions de blocage en tout genre. Des manifestants ont pris pour cible les stations du métro ou ont érigé des barricades à certains carrefours. De nombreux secteurs de la mégapole ont ainsi été complètement bloqués alors que des manifestants radicaux vandalisaient des stations de métro et des sociétés accusées de faire le jeu du gouvernement local ou de Pékin. Des grenades lacrymogènes et des balles en caoutchouc ont été tirées par la police dans de nombreux quartiers pour tenter de disperser les protestataires, et notamment sur deux campus.

Le police visant le manifestant juste avant le tir

Le police visant le manifestant juste avant le tir

L’Allemagne est le pays d’Europe le plus empressé à endosser les procédures répressives venant de Turquie. C’est ainsi qu’en avril 2015, 10 membres de l’organisation ATIK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe) avaient été arrêtés en Allemagne, France, Grèce et Suisse. Ceux qui n’avaient pas été arrêtés en Allemagne lui ont été livrés et y sont accusés d’appartenance au TKP-ML (Parti Communiste de Turquie – Marxiste-Léniniste). Le TKP-ML n’est pas une organisation illégale en Allemagne, mais bien en Turquie. Cependant, les lois 129a et 129b permettent à l’État allemand de poursuivre des personnes si elles sont membres d’une organisation considérée comme illégale dans un autre pays, ce qui est le cas du TKP-ML en Turquie. Le procès s’est ouvert à Munich en juin 2016 et est toujours en cours. Depuis, tous les inculpés ont été remis en liberté, notamment pour raisons de santé, plusieurs d’entre eux ayant été durement torturés en Turquie. Seul Müslüm Elma reste détenu à ce jour.

Müslüm Elma est né dans le Dersim d’une famille kurde et alévie. Politiquement actif au lycée et à l’université, il fut arrêté lors du putsch militaire de 1980 et abominablement torturé pendant quatre ans dans ce qui a été considéré comme la “pire prison du monde”, la prison n°5 de Diyarbakir. Libéré en 1992 et ré-arrêté l’année suivante, il sera une nouvelle fois libéré en 2002, à l’issue de la grande grève de la faim des prisonniers politiques qui fit une trentaine de morts parmi les prisonniers politiques. Souffrant des séquelles des tortures et de la grève de la faim et exposé à une nouvelle arrestation, Müslüm Elma quitte la Turquie et obtient l’asile politique en Allemagne en 2009 où il développera une activité importante au sein de l’ATIK jusqu’à sa dernière arrestation.

Ce vendredi 15 novembre, l’ATIK appelle à une journée internationale d’action pour la libération de Müslüm Elma. À Bruxelles, le Secours Rouge et l’ATIK organisent un rassemblement de 17h à 18h devant l’ambassade d’Allemagne, au 8-14 rue Jacques de Lalaing à 1040 Bruxelles (dans le quartier européen).

A Montpellier, lieu du rassemblement national, 14 personnes ont été interpellées et plusieurs personnes blessées. Dès le début de la manifestation, en début d’après-midi, plusieurs cordons de CRS ont encerclé les manifestants, barrant notamment l’accès à la gare, au centre commercial du Polygone et à la préfecture, et utilisant des gaz lacrymogènes. Certains manifestants, portant des masques à gaz, des casques ou des cagoules, ont de leur côté jeté des fumigènes et des pétards, pendant qu’une enceinte mobile crachait la musique de la saga “Star Wars”. A Strasbourg, quelques centaines de “gilets jaunes”, dont beaucoup venus de la Lorraine voisine, ont aussi répondu samedi à un appel régional à manifester dans la capitale alsacienne. Munis de pétards et de fumigènes, ils ont défilé bruyamment en début d’après-midi derrière une banderole proclamant “Vivre et non survivre, on ne lâche rien”, en scandant des slogans hostiles à Emmanuel Macron et criant “ça va péter”, “Révolution! “…”… A Toulouse, les manifestants ont d’abord emprunté des rues étroites du centre pour éviter les forces de l’ordre mais après deux heures de mobilisation, les CRS ont tiré des grenades lacrymogène. A Bordeaux, les gilets jaunes ont été rejoints par des manifestants kurdes.

Les gilets jaunes à Montpellier ce samedi

À Hong Kong, les incidents se sont multipliés après le décès d’un étudiant de 22 ans, ce vendredi 8 novembre, suite à une chute du 3ème étage d’un parking dans la nuit de dimanche à lundi dernier. Vendredi, les étudiants de l’Université de Technologies, dont était originaire Chow Tsz-lok, l’étudiant décédé, ont saccagé le bureau du président de l’université, celui-ci étant accusé de ne pas condamner la police. Puis ce sont des commerces du campus qui ont été vandalisés dont la succursale de la Banque de Chine et un Starbucks, dont la franchise à Hong Kong est tenue par un groupe chinois. Les affrontements se sont poursuivis dans l’après-midi à Hong Kong et on apprenait qu’un coup de feu en l’air avait été tiré par la police à Yaumatei en soirée alors qu’un groupe était pris à partie par de jeunes manifestants.

Samedi, un important rassemblement s’est déroulé dans le calme au centre de Hong Kong, dans le parc Tamar. Mais ce dimanche a été en revanche plus agitée avec un mot d’ordre d’occupation de plusieurs shopping malls au travers de Hong Kong: Causeway Bay, Tuen Mun, Shatin, Kowlong Tong… . Plusieurs confrontations avec la police ont eu lieu, jusqu’après la tombée de la nuit, suite à la mise en place de barricades dans la ville.

Afrontements ce dimanche