Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Dans la nuit du 19 au 20 octobre, deux engins explosent devant le quartier général de la police municipale de Parme (Italie). Les dégâts sont limités, aucun des flics qui se trouvaient à l’intérieur ont été blessés. Cette section de la police municipale a récemment été dénoncée par un étudiant ghanéen qui a rendu public qu’il a été battu et torturé dans ce commissariat. Ces derniers temps, de plus en plus de dénonciations d’immigrés qui sont torturés dans les commissariats sont rendus publics. Le 20 octobre, cinq perquisitions ont eu lieu à Vérone. Deux anarchistes sont amenés au commissariat, ils sortent avec une accusation de ‘favoriser des transgresseurs’ (article 378) parce qu’ils ont refusé de déclarer quoi que ce soit. A ce moment, trois autres anarchistes sont arrêtés et incarcérés à la prison de Vérone. L’accusation à leur encontre n’est pas encore formalisée, mais il s’agit probablement de ‘fabrication, transport et déflagration de matériel explosif avec des fins terroristes’ et d’avoir mis une banderole (qui a été mise devant le commissariat au moment des explosions, dénonçant les tortures). Le 21 octobre, un quatrième anarchiste est arrêté à Parme et incarcéré à la prison.

Les adresses des anarchistes incarcérés:

-Giuseppe Sciacca
Nora Gattiglia
Maddalena Calore
casa Circondariale di Verona
Montorio via S. Michele 15
37133 – Verona
Italie

-Santo Caselbonese Fonti
casa circondariale di Parma
Via Burla, 59
43100 Parma
Italie

Dans la lutte contre le terrorisme, j’ai du tuer près de 1.000 personnes‘ a révélé Ayhan Carkin, un membre des Equipes d’Opérations Spéciales invité à l’émission Arena retransmise le 21 octobre sur Star TV. Cet aveu vient confirmer ce que l’ex-chef de la contre-guérilla, ex-chef de police, ex-directeur de la Sûreté, ex-gouverneur, ex-ministre de l’intérieur, ex-ministre de la justice et actuel président du Parti de la Juste Voie, ainsi que baron de la drogue, Mehmet Agar, avait déclaré en mars 2000 dans le cadre d’une enquête parlementaire sur le scandale Susurluk : ‘Nous avons mené 1.000 opérations pour le compte de l’Etat…

Ayhan Carkin s’est inscrit en 1985 aux ‘opérations spéciales’, une formation donnée par la Direction de la Sûreté générale. Son professeur est le lieutenant colonel Korkut Eken. Les deux hommes seront condamnés à une peine symbolique dans l’affaire Susurluk qui révèla les liens entre politiciens, trafiquants d’héroïne, chefs de police et fascistes des Loups Gris. Carkin est d’abord envoyé dans le Kurdistan pour éliminer les militants du PKK. Il est ensuite rappelé à Istanbul pour liquider les militants du Devrimci Sol (le mouvement qui en 1994, deviendra le DHKP-C).

Sa première mission a lieu le 11 juillet 1991: 11 militants du DHKP-C sont exécutés. La Cour européenne des droits de l’homme condamnera la Turquie pour cette opération meurtrière qualifiée ‘d’exécution extrajudiciaire’. Dans sa deuxième opération à Istanbul, Carkin assassine le 17 avril 1992 trois figures importantes du DHKP-C. Le 13 août 1993, il participe au massacre de Perpa, une opération contre le DHKP-C menée dans un centre commercial stambouliote : 5 morts. Il exécutera plusieurs dizaines d’autres militants du mouvement. Carkin, le ‘Rambo turc’ comme le surnomme la presse, aurait également trempé dans le massacre de Gazi, le 12 mars 1995. Dans ce quartier, des émeutes avaient éclaté après que des escadrons de la mort eurent ouvert le feu sur des établissements fréquentés par la communauté alévie abattant un vieillard et un jeune homme et blessant 25 autres. La chasse à l’homme à laquelle se livreront Carkin et ses acolytes dans les jours qui suivirent coûtera la vie à dix-huit personnes. Grâce à ses nombreuses protections et à la culture de l’impunité entretenue et encouragée par la ‘justice’ turque, Ayhan Carkin n’a jamais été inquiété pour ses innombrables crimes.

A 18h ce mercredi, la police a fait irruption sur le campus du Solbosch à l’ULB en cherchant ouvertement à identifier des personnes qui avaient participé aux dernières manifestations de soutien aux sans-papiers (ainsi celle du 16 octobre devant le CGRA). Les flics se sont baladés sur le campus, posant des questions, prenant des photos. Une vingtaine d’étudiants a manifesté son désaccord et pour calmer le jeu, la sécurité du campus est allée expliquer aux policiers qu’il n’y avait aucun trouble qui pouvait justifier une présence policière. Pour rappel, il y a trois mois, c’est cette même sécurité du campus qui avait appelé la police pour dénoncer un collage militant (sur les colonnes d’affichage!). La police était venue et avait arrêté le colleur. Des étudiants se sont interposés et la police les avait alors menacé d’une arrestation pour ‘appel à l’émeute’.

C’est ce jeudi 23 que le gouvernement discutera de l’arrêté royal (une procédure qui évite le vote parlementaire) qui fixera le cadre des fichiers policiers de la BNG (Banque de données nationale générale). Cet arrêté royal étend considérablement le fichage puisqu’il autorise la mise sur fiche de l’appartenance ethnique, des opinions politiques et philosophiques, des orientations sexuelles, etc. Les policiers pourraient ficher des personnes à partir de l’âge de 14 ans. Le projet date de la ministre PS Onkelinx, il est déposé par les actuels ministres de la justice (Vandeuren, CD&V) et de l’intérieur (Dewael, VLD).

C’est pour dénoncer la mort sous la torture d’un distributeur de la revue Yürüyüs, Egin Ceber, l’impunité des tortionnaires, et le non-respect des engagements pris par l’autorité envers les prisonniers politiques détenus dans les prisons d’isolement de type F, que le comité Tayad a organisé un rassemblement au rond-point Schuman, ce lundi de 13h30 à 16h. Une quarantaine de personnes ont participé à ce rassemblement.

Rassemblement contre la torture en Turquie

Rassemblement contre la torture en Turquie

Rassemblement contre la torture en Turquie

Rassemblement contre la torture en Turquie

Rassemblement contre la torture en Turquie
Rassemblement contre la torture en Turquie
Rassemblement contre la torture en Turquie
Rassemblement contre la torture en Turquie

C’est dans le cadre du Festival des Libertés, en tant que journaliste et en tant que membre inculpée du Secours Rouge que Wahoub participera au débat ce mercredi 22 à 21h au Foyer 1. L’autre intervenant du débat sera Julien Pierre, de la Ligue des Droits de l’Homme.

Ce lundi 20 octobre, la cour d’appel d’Anvers a acquitté Dyab Abou Jahjah et Ahmed Azzuz, dirigeants de la Ligue Arabe Européenne (LAE), estimant que les preuves n’étaient pas suffisantes sur leur responsabilité dans les heurts qui se sont déroulés près d’Anvers en 2002, après le meurtre de Mohamed Achrak. Tout le mal que le Secours Rouge pense du crypto-islamisme de la LAE ne nous empêche pas de nous réjouir de la manière dont ce lynchage juridique a finalement tourné court. ‘Durant six ans, nos militants ont été présentés comme des criminels. Maintenant, il s’avère qu’il n’y avait rien, un simple ‘désolé’ ne suffira pas. Je veux des réparations‘ a déclaré Abou Jahjah, à l’annonce de son acquittement. Il envisage de porter plainte contre l’ancien Premier ministre Guy Verhofstadt, son conseiller en sécurité de l’époque Bryce De Ruyver et l’ancienne bourgmestre d’Anvers Leona Detiège: ‘Ils ont commis des faits punissables en déclarant que nous sommes une organisation criminelle.’

Une bonne soixantaine de personnes ont participé à la soirée de solidarité destinée à financer la défense juridique des inculpés du Secours Rouge dans l’affaire du 5 juin.

La soirée a commencé par un repas et s’est conclue par un très bon concert du groupe De Volanges. Trois des quatre inculpés se sont relayés pour saluer les amis et sympathisants. Rappelons qu’ils ne peuvent toujours pas avoir de contacts directs puisque leurs conditions de libération viennent d’être renouvelées pour 3 mois.

Le Secours Rouge remercie le Garcia Lorca et toutes les personnes qui l’ont aidé à faire de cette soirée un moment chaleureux et utile.

Prochaines dates – même endroit, même formule :

Vendredi 14 novembre 2008 avec concert de Dan Miller

Vendredi 12 décembre avec conert de Daniel Hélin

Soirée de solidarité

Voir toutes les photos de la soirée – format pdf

Soirée de solidarité

Environs 30 étudiants et sans-papiers afghans ont occupés ce jeudi 16 à 11h30 le hall du Commissariat Général aux Réfugiés et Apatrides. Une centaine de manifestants restaient groupés sur le trottoir devant l’immeuble. Les manifestants ont été violement dispersés par la police. Dans la bousculade le ‘fameux’ capitaine Vandersmissen a d’ailleurs perdu ses galons et ses étoiles. Une trentaine de manifestants ont été a embarqués à l”Amigo’. Ils ont tous été libérés à 17h sauf Niccolo, Lola et Youri, trois étudiants du CAS, qui ont été placé en arrestation judiciaire pour ‘incitation à l’émeute’. Un rassemblement s’est tenu devant le commissariat, qui a évolué en manifestation sur la Grande-Place. Rappelons que les sans-papiers afghans sont depuis 57 jours en grève de la faim.