Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

De la prise de possession par la France de la Nouvelle-Calédonie en 1853 jusqu’à 1858, les attributions de terres aux colons étaient limitées. Mais à partir de 1858, l’administration française entame une politique de colonisation offensive, spoliant les autochtones. De 1862 à 1877, l’emprise foncière européenne passe de 27.000 à 150.000 ha. En assimilant les jachères à des terres vacantes qu’elle accapare l’administration déstabilise l’économie vivrière. Le bétail des colons dévaste les cultures autochtones. Les Canaques sont repoussés dans les hautes vallées de la chaîne sur des terrains pauvres, et sont décimés par les maladies importées par les colons (il y avait 32.000 Canaques en 1860, et 24.000 en 1878).

C’est pendant cette sombre période que Louise Michel arrive en Nouvelle-Calédonie. Communarde célèbre qui, circonstance aggravante pour les tribunaux d’exception, avait fait le coup de feu sur les barricades. D’abord détenue au fameux camp de Satory près de Versailles, elle assiste alors aux exécutions en masse des Communards, elle passe vingt mois en détention et se voit condamnée à la déportation. Créé par Napoléon III en 1864, le bagne néo-calédonien accueillera au total 40.000 prisonniers dont 5.000 communards. Embarquée en août 1873, Louise Michel arrive à Nouméa après quatre mois de voyage. Elle est assignée sur la presqu’île Ducos et prend vite la défense des Canaques contre la spoliation coloniale, tandis que la majorité des déportés épousaient les préjugés racistes coloniaux.

Elle se lie d’amitié avec un Canaque et ils deviennent ami : elle lui apprend à lire, à calculer. Lui, conte les légendes de sa tribu, les voyages aventureux, les épopées guerrières. Louise recueille et transcrit ces récits, et en étudiait les différents dialectes. Malgré les avertissements, elle part à la rencontre d’une tribu à laquelle elle se lie. Elle pu parler avec eux des misères et des luttes, et ils s’entendirent de telle manière que cette tribu prêta assistance à un communard évadé reconnu comme « ami des malheureux », alors que l’usage était d’être sans pitié avec bagnards évadés.

Louise Michel à Nouméa

En 1878, un chef canaque de Komalé appelé Ataï, tente plusieurs fois pacifiquement d’obtenir des autorités françaises la fin des spoliations. Il déclare au gouverneur français, en déversant d’abord un sac de terre: « Voilà ce que nous avions », et ensuite déversant un sac de pierres: « Voici ce que tu nous laisses », et lorsque le gouverneur lui conseille de construire des barrières pour protéger les cultures du bétail des colons, il répond: « Quand mes légumes iront manger ton bétail, je construirai des barrières. »

La spoliation continuant, Ataï et d’autres chefs (Cavio chef de Nékou secondé par Dionnet chef de guerre à Bourail) se décident pour l’insurrection. Les préparatifs d’une offensive sur Nouméa sont conduits dans le plus grand secret. Plusieurs clans sont impliqués dont ceux de Houailou et Canala. Un événement imprévu va précipiter les événements. Le 19 juin 1878, un ancien forçat, gardien d’une propriété coloniale est assassinée par des Canaques. L’administration coloniale réagit en incarcérant 10 chefs de tribus. La préparation de l’attaque de Nouméa est abandonné et l’offensive est lancée de Poya à la Baie Saint Vincent. La veille de l’insurrection, un groupe de Canaques vint faire ses adieux à Louise. Louise leur donna son écharpe rouge de la Commune, conservée à travers mille difficultés, et leur apprit à couper les fils télégraphiques.

Le 25 juin les quatre gendarmes de La Foa sont assassinés et les canaques massacrent la plupart des colons, propriétaires et gérants, de la région. Au total 40 civils sont tués. L’insurrection, se répand comme une trainée de poudre. A Nouméa c’est la panique, on croît que l’avance des insurgés va se poursuivre vers le sud. Une vingtaine de Canaques sont exécutés à Dumbéa (les derniers Ouamous) suite au pillage d’un magasin. Tous les Canaques vivant à Nouméa sont internés à l’île Nou.

L’insurrection canaque

La réaction militaire est inadaptée aux tactiques de la guérilla des Canaques. Les forces coloniales tombent dans des embuscades et leur chef, le commandant Gally Passeboc, est tué le 3 juillet. Il est remplacé par son second Rivière qui va former des colonnes de contre-guérilla associant aux gendarmes et troupes coloniales, des déportés politiques et de droit commun, des colons français et arabes, et des auxiliaires canaques. Toutefois, en juillet et en août les colonnes tendent à s’enliser dans une guérillas peut productive, brûlant les villages et détruisant les récoltes mais n’arrivant pas à cerner les insurgés. Un fort est construit à La Foa pour servir de base à la contre-insurrection. Il est attaqué en vain par 500 guerriers canaques.

Mais un officier de marine réussit à retourner et rallier le grand chef des Canala, Gélina et surtout son chef de guerre Nondo. Les Canaques sont désormais divisés. Les troupes française cernent le périmètre des insurgés et attaquent par surprise le1er septembre à Fonimoulou, en progressant hors des sentiers canaques. Ataï est surpris dans son campement par la colonne Le Golleur-Gallet formée de Canalas et de déportés dirigés un surveillant du bagne. Dans un passage fameux de ses Mémoires, Louise Michel a raconté la mort d’Ataï:
« Ataï lui-même fut frappé par un traître. Que partout les traîtres soient maudits ! Suivant la loi canaque, un chef ne peut être frappé que par un chef ou par procuration. Nondo, chef vendu aux blancs, donna sa procuration à Segou, en lui remettant les armes qui devaient frapper Ataï. Entre les cases nègres et Amboa, Ataï, avec quelques-uns des siens, regagnait son campement, quand, se détachant des colonnes des blancs, Segou indiqua le grand chef, reconnaissable à la blancheur de neige de ses cheveux. Sa fronde roulée autour de sa tête, tenant de la main droite un sabre de gendarmerie, de la gauche un tomahawk, ayant autour de lui ses trois fils et le barde Andja, qui se servait d’une sagaie comme d’une lance, Ataï fit face à la colonne des blancs. Il aperçut Segou. Ah ! dit-il, te voilà ! Le traître chancela un instant sous le regard du vieux chef ; mais, voulant en finir, il lui lance une sagaie qui lui traverse le bras droit. Ataï, alors, lève le tomahawk qu’il tenait du bras gauche ; ses fils tombent, l’un mort, les autres blessés ; Andja s’élance, criant : tango ! tango ! (maudit ! maudit !) et tombe frappé à mort. Alors, à coups de hache, comme on abat un arbre, Segou frappe Ataï ; il porte la main à sa tête à demi détachée et ce n’est qu’après plusieurs coups encore qu’Ataï est mort. Le cri de mort fut alors poussé par les Canaques, allant comme un écho par les montagnes. »

Le chef insurégé canaque Ataï

L’insurrection continue mais les insurgés sont déstabilisés. Des renforts arrivent d’Indochine et, à partir de septembre les insurgés sont sur la défensive. ils seront définitivement écrasés avec la chute de la forteresse canaque d’Adio en décembre 1878. Près de 5% des Canaques auront été tués (un millier sur une population totale de 24.000) au combat ou par la répression qui fut féroce : tous les chefs (sauf un) furent exécutés sans jugement. 200 européens (sur 16.000) avaient été tués. L’administration confisqua les terres des clans rebelles qui furent déplacés et cantonnés dans le Sud et à l’île des Pins. Déstabilisée par cette saignée, le cantonnement et la destruction de ses structures coutumières, et l’accaparement des terres, la population canaque va décroître jusqu’en 1921 où elle tombera à 16.000 individus, la moitié de ce qu’elle était soixante ans plus tôt.

La tête d’Ataï qui avait été mise à prix est conservée dans du formol, montrée à Nouméa puis emportée en métropole. Quant à Louise Michel, elle obtient l’année suivante l’autorisation de s’installer à Nouméa et de reprendre son métier d’enseignante, d’abord auprès des enfants de déportés (notamment des Algériens), puis dans les écoles de filles. Louise Michel restera sept années au total en Nouvelle-Calédonie, où elle aura créé le journal Petites Affiches de la Nouvelle-Calédonie. Elle est de retour à Paris le 9 novembre 1880 (suite à l’amnistie générale) où elle est chaleureusement accueillie par la foule. Elle reprend ses activités politiques, sans oublier la tragédie calédonienne, puisqu’elle publie à Paris, en 1885 les Légendes et chansons de gestes canaques transcrites douze ans plus tôt.

permis de Louise Michel de s’établir à Noumea

Louise Michel à Nouméa
L'insurrection canaque
Le chef insurégé canaque Ataï
permis de Louise Michel de s'établir à Noumea
28/07/2005

ACAB

ACAB est l’acronyme de l’anglais « All cops [plus anciennement: “coppers”] are bastards » (« Tous les flics sont des salauds »). Il a pour origine une chansonnette répandues dans les milieux populaires cockney, qui a connu un grand nombre de versions, et qui a été notamment chantée par les grévistes à partir de l’entre-deux guerres:
I’ll sing you a song that won’t take long /
All coppers are bastards /
I’ll sing you another just like the other /
All coppers are bastards /
Third verse, same as the first /
All coppers are bastards

Plusieurs histoires courent à propos de cette chanson très populaire. On raconte qu’à Glasgow, un policier ayant entendu un gamin l’entonner, l’amène au poste pour lui montrer tous l’appareillage de la police scientifique avant de lui demander ce qu’il en pense: réponse “all coppers are clever bastards” (tous les flics sont des salauds futés”). Autre histoire: une homme surpris en train de la chanter a été arrêté et inculpé, primo, pour offense aux forces de l’ordre, secundo, pour divulgation de secret d’état.

ACAB Tattoo

L’acronyme ACAB a souvent été utilisé en tant que tatouage dans les prisons au Royaume-Uni à partir des années ’40. Il peut apparaitre comme tel ou sous la forme d’une série de quatre points. Ce tatouage se portait sur la première phalange de l’index, du majeur, de l’annulaire et de l’auriculaire, de telle sorte que les lettres ou les points apparaissent alignés le poing fermé. Cet endroit était choisi parce que particulièrement douloureux, donc la marque des durs à cuire. Aux Etats-Unis, il est repris par la culture très codifiée des bikers à partir des années ’60: seul un hells angel qui a eu maille à partir avec la justice peut porter un badge ou un patch ACAB. En 1980, The 4-Skins, groupe britannique de Oi a définitivement popularisé l’acronyme dans une chanson du même nom.

Il a été massivement utilisé lors de la grève des mineurs britanniques de 1984-1985 et a adopté par les supporters de football Ultras (sur des tatouages, T-shirts, tifos, casquettes ou écharpes).

ACAB Tifo

Pour échapper à la répression et/ou pour jouer sur un effet de connivence, il apparait sous des formes déguisées : comme « 1.3.1.2 » (référence à la position des lettres ACAB dans l’alphabet), et cela de différentes manières : cartes à jouer (As-3-As-2), dés, calcul (« 32 X 41 =1312 »), dessins de quatre mains dont les doigts forment ces chiffres, etc. Le 13 décembre est donc l’ « ACAB Day »… On rapporte qu’un jeune britannique a été trainé au tribunal pour avoir porté un vêtement marqué ACAB et qu’il a été condamné malgré la plaidoirie de son avocat qui, de manière moyennement convaincante, soutenait qu’ACAB signifiait “All Canadians Are Bastards”…
Dans le même esprit, il apparait parfois dans des tags, des stickers, des motifs de vêtements inclus dans un autre mot, mais signalé par une nuance graphique (majuscule, couleur…), par exemple « copACABana », ou avec un pseudo contenu (« Acht Cola Acht Bier »)

Tag ACAB

L’acronyme “ACAB” sera popularisé hors de Grande-Bretagne surtout après les émeutes anti-G8 de Gênes de 2001 où la police blessa 600 manifestant et en tuant un, Carlo Giuliani. Dans l’espace francophone, il remplace le traditionnel « Mort aux vaches » (lui-même symbolisé le plus souvent, en tatouage, par trois points en triangles).
Il a été détourné, le plus souvent en gardant un double sens implicite en « All Communists Are Beautiful » (banderole autonomes en Allemagne), « Anti Cuts Action Bristol » (campagne locale contre une taxe d’austérité), « All Colors are Beautiful » (dans le cadre de manifestation anti-raciste). A ne pas confondre, en Angleterre, avec l’argotique « A-cab » qui désigne un chauffeur de taxi originaire des Caraïbes ou du Moyen-Orient. L’acronyme et/ou l’expression ont été repris dans plusieurs chansons, comme titre d’un film italien de 2012 sur une brigade de policiers, dans une série de pochoirs de Banksy et dans divers memes internet (« All Cats Are Beautifull »).

ACAB Polizei

ACAB Tattoo
ACAB Tifo
Tag ACAB
ACAB Polizei

1.Appel du SRI aux journées d’action

Georges Ibrahim Abdallah est un militant communiste libanais. Il a été arrêté à Lyon en 1984. En 1987 il a été condamné à la prison à perpétuité comme fondateur supposé des Fractions Armées Révolutionaires Libanaises. Il était légalement libérable après 14 ans de prison, et il est en prison depuis 29 ans malgré neuf demandes de libération. Récemment, un tribunal la lui avait accordée, mais ce jugement n’a pas été appliqué par les autorités jusqu’à ce qu’un tribunal rende un avis contraire, sous la pression des Etats-Unis et d’Israël, qui ont exprimé leur « sérieuse inquiétude » que Georges Abdallah retourne sur le champ de bataille.

Georges n’est qu’un exemple des nombreux révolutionnaires prisonniers, qui restent des décennies derrières les barreaux parce que leur identité révolutionnaire n’a pas été brisée et parce qu’ils continuent à se comporter comme des révolutionnaires.

Le Secours Rouge International appelle à deux journées d’action les vendredi 5 et samedi 6 juillet.

A cette occasion une douzaine de prisonniers révolutionnaires, communistes, anarchistes et antifascistes emprisonnés en Italie, en Grèce, au Maroc et en Suisse mèneront une grève de la faim de solidarité avec Georges.
Montrons notre solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah et tous les révolutionnaires prisonniers de longue durée non repentis et luttons à leurs côtés pour leur libération !

Appeal in English

2. Mobilisations en France

Paris: Samedi 6, rassemblement devant le siège du Parti Socialiste pour les 1er et 2e arrondissements à l’appel du Secours rouge arabe et du Comité Anti-impérialiste. Des affiches pour Georges sont collées sur la façades.

Collage Georges Ibrahim Abdallah siège PS Paris

Lille: Samedi 6, un groupe de militants solidaires du nord de la France et de Belgique a accrochés six banderoles aux entrées autoroutières de Lille – et dans le centre ville.

banderoles Georges Ibrahim Abdallah Lille 6 juillet 2013

Carvin: Stand et intervention pour Georges Abdallah du comité “Bassin Minier” au Festival de la Résistance, samedi 6.

Carvin Festival Résistance Georges Ibrahim Abdallah

Feuchy (Pas-de-Calais): La banderole “Libérez Abdallah !” est déployée sur le fronton de l’usine Fraisnor occupée par les travailleurs en lutte contre la liquidation de leur entreprise depuis fin mai.

Fraisnor Georges Abdallah

Bordeaux: Un rassemblement a eu lieu le samedi 5.

Rassemblement Georges ibrahim Abdallah Bordeaux

Toulouse: Réalisation d’une peinture murale

peinture murale toulouse georges ibrahim abdallah

Le blog français de la campagne pour la libération de Georges Abdallah

3. Mobilisations hors de France

Tunis: Collages d’affiches jeudi 4 par le Comité tunisien pour la libération de Georges Ibrahim Aballah. Un rassemblement s’est tenu ce vendredi 5 juillet devant l’ambassade de France à Tunis, à l’occasion de la visite de François Hollande.
Voir l’article du quotidien libanais Al Safir sur cette mobilisation

affiche Georges Abdallah Tunis

Ambassade France à Tunis Manifestation Georges Ibrahim Abdallah

Montréal: Rassemblement vendredi 5 à l’appel du Secours Rouge Canada, devant le consulat de France.

Georges Ibrahim Abdallah Montréal

Rassemblement devant le consulat de France à Montréal

Berne: vendredi 5 au soir, un rassemblement a eu lieu à Berne, devant l’ambassade de France, à l’appel du Secours Rouge de Suisse.

Rassemblement Georges Ibrahim Abdallah Berne

Winterthur: Des affiches ont été collées.

winterthur georges ibrahim abdallah

Bâle: Une banderole a été accrochée devant le siège de la banque française BNP-Paribas

BNP Paribas, Bale, Georges Ibrahim Abdallah

Hambourg: Rassemblement à Altona et meeting à l’Internationales Zentrum organisés le samedi 6 par la section hambourgeoise du Netzwerk Freiheit für alle politische Gefangenen.

Rassemblement Georges Abdallah Hambourg

Stuttgart: Rassemblement sur la Schillerplatz et un meeting à Arabischen Kulturclub organisés le samedi 6 par la section locale du Netzwerk Freiheit für alle politische Gefangenen. En outre, des collages ont eu lieu dans la ville de Stuttgart.

Georges Ibrahim Abdallah Stuttgart

Affiche Stuttgart Georges Ibrahim Abdallah

Magdeburg: Les inculpés de “Zuzamen Kampfen” ont mené une grève de la faim de solidarité.

A l’Infoladen de Magdeburg où a eu lieu la grève de la faim de solidarité

Magdeburg

Le site de la campagne pour Georges Abdallah en Allemagne

Rome: Rassemblement devant l’ambassade de France (une trentaine de personnes) et une soirée de soldiarité avec projection d’un film sur les prisonniers politiques arabes (une cinquantaine de participants).

Bruxelles: Un rassemblement a eu lieu vendredi 5 à l’initiative du Secours Rouge de Belgique en face de la résidence de l’ambassadeur de France.

Georges Ibrahim Abdallah manifestation Bruxelles

Rassemblement Bruxelles Georges Abdallah

Zürich: Des banderoles ont été accrochées et des affiches ont été collées en différents endroits de la ville le samedi 5. Le dimanche 6, une banderole a été accrochée sur le consulat de France.

Georges Ibrahim Abdallah Zürich

Banderoles Georges Ibrahim Abdallah Zurich

consulat France Zurich Georges ibrahim Abdallah

4. Mobilisation dans les prisons

Andrea

En Suisse, Andrea “Andi” Stauffacher (membre de la Révolutionarer Aufbau et du Secrétariat du Secours rouge international) et Marco Camenisch (prisonnier vert-anarchiste de longue durée) sont en grève de la faim. Cette grève est leur contribution aux journées internationales d’action pour Georges Ibrahim Abdallah. Mercredi 3, le service compétent de l’Office cantonal de correction a posé à Andi un ultimatum : soit elle cesse la grève de la faim dans les 24 heures, soit elle est transférée dans une prison de haute sécurité. Cet ultimatum est une réponse à l’initiative collective des prisonniers politiques pour participer à la campagne pour Georges. C’est le même département qui maintient Marco en prison alors qu’il est libérable depuis longtemps, parce qu’il maintient son identité anarchiste, il ne doit pas sortir. Andi a refusé de céder à l’ultimatum, et elle a été transférée.

Communiqué de la grève de la faim (en français) – format PDF

Communiqué de la grève de la faim (en allemand) – format PDF

Communiqué de la grève de la faim (en anglais) – format PDF

Communiqué de la grève de la faim (en italien) – format PDF

Réaction d’Andi à l’ultimatum en anglais – format PDF

Réaction d’Andi à l’ultimatum en allemand – format PDF

Réaction d’Andi à l’ultimatum en italien – format PDF

Réaction d’Andi à l’ultimatum en français – format PDF

Dix prisonniers politiques marxistes-léninistes-maoïstes, membre de l’Union Nationale des Etudiants du Maroc/Groupe Aziz ELBOUR et de la Voie démocratique basiste, sont entré vendredi 5 juillet en grève de la faim en solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah dans le cadre des journées internationales d’actions. Ces prisonniers ont été condamnés fin avril à des peines de deux à trois ans de prisons suite à des manifestations à l”université de Marrakech et sont détenus à la prison locale de Boulmherez de Marrakech. Il s’agit de Ibrahim ENNAJMI, Hamid ELBAGHDADI, Abdelhak ETTALHAWI, Aziz ELBOUR, Hicham ELMASKINI, Hamid ZADOU, Mohamed ELWAKASSI, Mohamed ELMOADEN, Boujmâa JAMOU, Mohamed AHRIK.

groupe Aziz Elbour

Lire le communiqué des prisonniers en arabe – format pdf

Lire le communiqué des prisonniers en français – format pdf

Déclarations d’autres prisonniers politiques solidaires:

Solidaritätbotschaft von Thomas Mayer-Falk (déclaration de solidarité de Thomas Mayer-Falk en allemand)

Déclaration de Marco Camenish en allemand et en anglais – format PDF

Déclaration de Marco Camenish en français – format PDF

Communiqué de solidarité de deux prisonniers du PC-pm, en italien – format PDF

Communiqué de solidarité de deux prisonniers du Pc-pm en allemand – format PDF

Communiqué de solidarité de deux prisonniers du Pc-pm en français – format PDF

Déclaration de solidarité de Sadi Naci Özpolat, condamné pour appartenance au DHKP-C et détenu à Bochum, en allemand – format PDF

Communiqué de solidarité de D. Koufontinas et de K. Gournas en anglais – format PDF

Communiqué de solidarité de D. Koufontinas et de K. Gournas en français – format PDF

Communiqué de solidarité de D. Koufontinas et de K. Gournas en allemand – format PDF

Lettre de solidarité de Nadia Lioce (BR PCC) en italien – format PDF

Communiqué de solidarité des inculpés de “Zuzamen Kampfen” en allemand – format PDF

En soutien à cette grève de la faim Netzwerk Freiheit für alle politischen Gefagenen a édité et diffusé dans plusieurs ville un dépliant:

La publication du Netzwerk Freiheit für alle politischen Gefagenen

Lire la publication du Netzwerk Freiheit für alle politischen Gefangenen

5. Autres appels et initiatives:

Appel du Secours Rouge Arabe

Emission sur Radio Galère 88.4 jeudi 4 juillet de 18H à 20H avec les collectifs PACA, Bordeaux,Toulouse, Paris, Nord Pas-de-Calais.

Le site de radio Galère

La page de l’événement facebook

En Allemagne aussi une émission radio a traité des journées d’action pour Georges et plus particulièrement de la grève de solidarité des prisonniers politiques.

Pour écouter cette émission

Carvin Festival Résistance Georges Ibrahim Abdallah
Georges Ibrahim Abdallah Montréal
winterthur georges ibrahim abdallah
A l'Infoladen de Magdeburg où a eu lieu la grève de la faim de solidarité
Georges Ibrahim Abdallah manifestation Bruxelles
Andrea
La publication du Netzwerk Freiheit für alle politischen Gefagenen
Journées internationales en solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah (5-6/7/13)

Nous avons pris le pli de ne pas citer nos sources directement dans les articles publiés. Néanmoins, il nous semble important de mentionner quels sont les médias vers lesquels nous nous tournons pour rassembler les informations que nous publions au quotidien. Cette liste n’est pas exhaustive, et certaines sources sont plus souvent consultées que d’autres. Certaines le sont également uniquement pour recouper l’information, afin de confirmer ou d’infirmer un renseignement obtenu. Les grands médias restent donc une source d’inspiration, mais les informations qui y sont récupérées sont toujours utilisées avec des pincettes, et recoupées. Si elles n’ont pu l’être elles sont publiées au conditionnel et avec retenue.

Général

– Les moteurs de recherche avec des mots-clé tels que ‘syndicaliste – tribunal’, ‘prisonnier – politique’ ou encore ‘police – nouvelles technologies’.

– Les grands médias des pays où la dialectique répression/résistance se manifeste au quotidien.

– Les grands médias des pays francophones et anglophones.

– Les sites de chacune des sections du Secours Rouge International (tous figurent parmi d’autres dans notre page liens-Soutien aux prisonniers communistes, anarchistes, antifascistes et anti-impérialistes)

Grèce

Contra Info
Act For Freedom Now!
Athens Indymedia

France

Le Jura Libertaire
Feu de prairie
L’Alsace Libertaire
Rebellyon.info

Russie

Автономное действие

Autres

325
Liberacion Total
Indymedia Deutschland
Indymedia Bruxsel
Signalfire
Nouvelle Turquie
Bug Brother
Monitoring European Police
Page de suie
Anthropologie du présent
Mediactivista (photos)

1. Introduction

L’activité militante a été transformée considérablement par les technologies de l’information (IT). Des dates de réunions sont convenues par mail ou par SMS, des informations sont recherchées ou postées sur internet etc. Qu’il s’agisse de l’informatique, de l’internet ou de la téléphonie mobile, chaque outil a des possibilités qui facilitent ou augmentent l’efficacité du travail politique.

Toutefois, ces outils offrent des prises à l’espionnage policier. Les fournisseurs d’accès Internet gardent soigneusement les traces de vos connexions dans des fichiers appelés “logs”. C’est depuis peu une obligation légale pour les fournisseurs d’accès, sous peine d’être sanctionnés au cas où ils ne pourraient pas fournir ces données dans le cadre d’une enquête policière. Il en va de même pour la téléphonie où les traces des communications sont archivées.

Mais le progrès technologique joue pour les deux camps. Et si les instances de la répression ont l’avantage de leurs immenses budgets, de leurs milliers de spécialistes payés à plein temps, les forces de la résistance et de la révolution peuvent se donner les moyens de la réactivité, de la souplesse, de l’imagination, de la capacité à rapidement identifier et exploiter les possibilités d’attaques et de défenses.

2. Proportionnalité

Le risque “zéro” n’existe pas. Des super-ordinateurs peuvent déchiffrer des cryptages très puissants, des satellites peuvent intercepter des e-mails et se faire passer pour le receveur du mail, faisant échec à toute tentative de cryptage, un virus ou une puce peut enregistrer toutes les frappes de clavier d’un ordinateur rendant un mot de passe inefficace, un laboratoire peut trouver les traces d’un fichier (très) bien effacé avant que celui-ci n’ait été transféré sur un disque-dur crypté, des chiffrements très évolués deviennent obsolètes du jour au lendemain.

Dans l’utilisation d’ordinateurs, de téléphones portables etc., les moyens d’espionnages de hautes-technologies ont des capacités infinies. Mais si la CIA peut disposer d’un satellite lisant votre journal par dessus votre épaule, il est évident que l’usage de ce matériel est réservé à des opérations d’une importance cruciale pour les Etats-Unis. Le prise en compte des capacités techniques des forces de répression n’est qu’un premier stade de l’analyse de risque. Il faut encore apprécier les limites à l’utilisation efficiente de ces technologies.

On ne sollicitera pas les moyens de la CIA pour un tag, une vitre brisée ou une poubelle brulée, mais suivre une personne géographiquement avec son gsm (sans que celui-ci ne soit équipé d’un gps) est une pratique courante : les données sont d’ailleurs conservées quelques temps par les opérateurs. C’est pourquoi il s’agit de trouver un chemin qui se situe entre la sécurité absolue et notre liberté d’action.

La complexité des situations des différents groupes et des différents pays ne permet pas d’établir de directives générales. Chaque groupe doit donc analyser correctement les risques, sans sous-estimer le danger, ce qui rendrait vulnérable à la répression, ni le sur-estimer, ce qui amènerait à renoncer à des outils efficaces, où à développer des contre-mesures ou des procédure de protection épuisantes et paralysantes.

3. L’analyse de risque

L’analyse de risque porte sur une situation objective. Il ne doit pas y avoir de place pour les angoisses technophobes ou les enthousiasmes technophiles. L’analyse de risque doit être faite par des spécialistes, tout en incluant des non-spécialistes. Nous entendons le terme “spécialistes” non pas dans le sens de techniciens hautement qualifiés, mais bien dans le sens de camarades qui peuvent objectivement juger la situation en ayant recours à des spécialistes de l’informatique, de l’Internet ou de la téléphonie.

Les paramètres de l’analyse de risque pour l’activité militante sont :

-1. Les moyens des instances de la répression (en qualité et en quantité, techniques et humains) et le type d’usage qu’ils en font (se contentent-t-elles provisoirement d’accumuler les informations? ou au contraire les utilisent-t-elles directement dès que possible dans des poursuites judiciaires?);
-2. La menace que nous représentons pour les instances de la répression et aux yeux de celles-ci. En effet c’est la façon dont la répression nous perçoit qui détermine son action contre nous : la répression ne va pas surveiller ce que nous faisons, mais ce qu’elle pense que nous faisons (c’est parfois plus ou parfois moins, mais cela ne coïncide jamais parfaitement).
-3. Nos pratiques habituelles et nos besoins (utilisation d’internet, de téléphonie mobile, etc.)
-4. Les degré de compétence de nos “spécialistes” (par exemple: choix et installation d’un logiciel de cryptage suffisant)
-5. Le degré de compétence de tous nos camarades (par exemple: capacité d’utilisation du logiciel de cryptage) et aussi leur fiabilité quand au respect des procédures de sécurité.

Cette énumération est largement incomplète, mais elle montre dans quelle direction peut aller une telle analyse. Cette analyse doit être menée même si l’on n’a pas les réponses précises à chacune des questions. Une analyse insuffisante vaut mieux que pas d’analyse du tout. L’analyse des réponses à ces questions donne une image de la situation de menace par rapport à notre activité et par là, des possibilités de protection de l’activité.

4. Champ du domaine à protéger

Dans le domaine de l’IT, il y a plusieurs éléments à protéger :

1. Le contenu des communications (nous entendons par ’communications’ tout ce qui transite par le réseau internet à l’exception des données sauvegardées et stockées en ligne: les e-mails, communiqués postés sur des sites d’infos comme Indymedia, les sites fréquentés, etc…).

2. Les liens que révèlent les communications (même si le message est correctement crypté, le fait que X a envoyé un message à Y, la fréquence à laquelle X et Y communiquent, etc., sont déjà utiles à la répression). Comme le cryptage des mails est entré dans les moeurs dans plusieurs pays, les forces de répression ont appris à tirer des informations des flux de mails plutôt que de leur contenu. Les métadonnées recueillies par les services de renseignements permettent de dessiner d’immenses graphes de liaisons entre personnes à partir de leur activité numérique (appels gsm, sms, mails). Voilà à quoi ressemble un graphe de liaisons:


La taille des cercles est fonctions du nombre des communications, les couleurs révèlent des groupes (famille, travail, militance, …). Appliqué aux recherches policières, cette technique permet d’identifier des équipes et leur leader. En outre, de gros cercles sans liens vers les autres points révèlent des relations qu’on pourrait vouloir cacher. Le fait que ces points importants n’interagissent avec personne d’autre paraîtra forcément louche, et ce sont ces connections qui, tout chose égale ailleurs, feront en premier lieu l’objet d’enquête, de filature.

3. Les données. Nous entendons par ‘données’ tout ce qui est ‘stocké’ sur votre ordinateur ou sur un site de stockage en ligne (cloud), mais également tout ce qui ‘transite’ par votre ordinateur. Un document téléchargé, non-enregistré, effacé, ouvert depuis une clé-usb, laisse des traces sur votre ordinateur.

4. Les informations que révèlent l’activité IT (identification de votre ordinateur, carte SIM, téléphone, géo-localisation, etc.),

5. Risque humain

Comme le dit la déjà vieille plaisanterie: en informatique, le principal risque est entre le fauteuil et le clavier. La plupart du temps, la répression n’a pas besoin de virus ou de puce électronique pour surveiller quelqu’un et elle n’a pas besoin d’utiliser des techniques avancées pour analyser du matériel saisi. Elle n’en a pas besoin, parce que des erreurs humaines sont faites, par ignorance ou par négligence. Un mot de passe trop simple est très rapidement cassable, un document simplement effacé de la corbeille est récupérable en quelques secondes, le mot de passe d’un ordinateur ne protège rien, un indicateur peut vous demander votre mot de passe en se faisant passer pour un ami, un ordinateur dont le disque dur est entièrement crypté peut avoir été laissé ouvert et allumé lors d’une perquisition, etc.

6. Risque matériel

Le second plus grand risque, c’est le risque matériel : le clavier d’un ordinateur non-connecté à internet peut-être mis sur écoute à l’aide d’un appareil, un ordinateur ou une clé USB peuvent être saisis et servir de preuve à un futur procès.

7. Risque logiciel

Le troisième risque est celui des attaques informatiques effectuées à l’aide de logiciels espions. Protéger des données qui pourraient être saisies est primordial. Les moyens de se protéger existent.

8. Les mots de passe

Le choix du mot de passe est très crucial. En effet, des mots de passe trop simples sont identifiés rapidement, tandis qu’il n’est pas facile de retenir un mot de passe compliqué. Il ne sert à rien de choisir un mot de passe compliqué que l’on doit ensuite noter quelque part pour ne pas l’oublier. Par ailleurs, des mots de passe qui sont des citations de livres etc. doivent aussi être considérés comme des mots de passe simples. En principe, les mots de passe doivent comporter 25 signes au minimum, doivent comporter des caractères majuscules et minuscules, ainsi que des chiffres et des caractères spéciaux. Pour retenir le mot de passe, un moyen mnémotechnique peut aider.
Exemple : “consciEnce_dE_la_sociEté!6e”
Ici, nous devons par exemple retenir que le texte comporte 6 e, dont les premiers de chaque mot en majuscule.

9. Formation

La formation produit la sécurité. Beaucoup de camarades ne sont pas conscients des dangers mais aussi des possibilités des nouvelles techniques. De ce fait, certaines formations sont indispensables. L’ignorance peut nuire à la sécurité d’un groupe, tout comme elle peut paralyser les activités d’un groupe. Un groupe doit décider ce qu’il exige de ses membres pour assurer la sécurité collective. Plusieurs niveaux peuvent co-exister dans un même groupe. Les exigences sont donc à définir clairement.
Le choix des thèmes à apprendre dépend de l’analyse de risque. Néanmoins il y a des connaissances de base que tous devraient avoir :
-1. Comment chiffrer les informations sur un disque dur
-2. Comment chiffrer les mails
-3. Comment supprimer correctement des documents
-4. Comment anomymiser correctement des documents, des photos…
-5. Comment anonymiser les visites sur Internet
-6. Quels sont les risques de la téléphonie mobile

Les dossiers que nous présentons ci-dessous représentent la formation de base du Secours Rouge. Nous pouvons envoyer co-organiser une formation publique ou privée avec tous les collectifs militants qui le souhaite. il peut s’agit d’une simple formation théorique ou une formation assortie d’ateliers pratiques (installation de logiciel, démonstration d’emploi, etc.).

Principes généraux de sécurité IT

Chapitre 1 : La suppression de données

Dans ce premier chapitre, nous allons voir comment supprimer de façon sécurisée les données.
Attention : guide pour Windows ! (Mac et Linux à venir)

Les logiciels dont nous aurons besoin pour ce tutoriel :
– Bleachbit : http://bleachbit.sourceforge.net/
– CCleaner : https://www.piriform.com/ccleaner
– Eraser : http://eraser.heidi.ie/

Tous les logiciels que nous utilisons au quotidien laissent des traces sur l’ordinateur. Même après avoir effacé l’historique de navigation, beaucoup de fichiers restent présents sur l’ordinateur. Nous allons découvrir deux utilitaires qui permettent d’effacer ces ‘résidus’.

Etape 1 : Bleachbit

Bleachbit est un programme qui permet de supprimer de grandes quantités de données résiduelles.
Téléchargeons d’abord ce logiciel sur le site indiqué ci-dessous, et installons-le grâce à une petite procédure rapide où nous prendrons soin de lire ce qu’on nous dit et de cocher la case où l’on nous propose de mettre une icône sur le bureau.

Une fois ceci fait, clic-droit sur la nouvelle icône du bureau « Bleachbit » et nous cliquons sur « Exécuter en tant qu’administrateur ».

A partir d’ici, nous devons faire attention pour ne pas effacer les données que l’on veut effacer par erreur !

Effacer avec Bleachbit

Nous voici dans l’interface austère mais efficace de Bleachbit. Dans la colonne de gauche, vous verrez une liste de logiciels installés sur votre ordinateur. En cliquant sur le nom d’un logiciel on peut trouver le détail de chaque case à cocher.

Dans la plupart des logiciels, nous voyons une case « Cache ». Ce cache, ce sont des données récoltées par les logiciels pour fonctionner plus rapidement. Par exemple, Mozilla Firefox ou Google Chrome, votre navigateur internet récolte ce ‘cache’ pour ne pas avoir à re-télécharger les pages web que vous visitez, et ainsi fonctionner plus rapidement. Ici, tout l’enjeu est de supprimer ces données pour qu’elles ne soient plus sur notre disque dur. Vérifiez bien chaque case pour ne pas supprimer des données que vous souhaitez gardez. Même si le logiciel est malheureusement en anglais. Cela étant dit, les seules données importantes que vous pourriez perdre sont :
– des mots de passe sauvegardés par Firefox, Chrome, Thunderbird, …
– Veillez à décocher les cases ‘Passwords’. Si vous utilisez ‘Filezilla’, décochez la case pour ne pas perdre vos identifiants de connexion.

Il convient d’être prudent pour ne pas perdre de données que l’on ne veut pas perdre. Si vous ne comprenez pas l’anglais, voici certaines cases courantes :

– ‘Most recently used’ : récemment utilisés.
– ‘Thumbnails’ : ‘Vignettes’, ce sont de petites photos générées automatiquement sur bases de vos images.
– ‘Debug logs’ ou ‘Logs’ : ce sont des journaux de débogages. Si vous ne savez pas ce que c’est, cochez la case.

Veillez à décocher la case ‘Free disk space’ de ‘System’. Nous reviendrons à ce point particulier plus tard dans le tutoriel (à l’étape Eraser).

Une fois que vous avez fait votre choix, cliquer sur « Preview », en haut à gauche de votre écran. Et le programme listera tout ce qu’il va supprimer. Si c’est la première fois que vous utilisez ce logiciel, il ne sera pas étonnant que le programme liste un volume de plusieurs gigaoctets de données à effacer !

Effacer avec Bleachbit 2

Une fois cet aperçu devant vous, vous pouvez parcourir la liste des fichiers à effacer, mais pour terminer la procédure, cliquez en haut à gauche sur le bouton ‘Clear’. Vous effacerez ainsi les données cochées !

Étape 2 : CCleaner

De la même façon que vous l’avez fait dans l’étape précédente, téléchargez et installez CCleaner.

Vous pouvez ensuite simplement démarrer le programme qui ne requiert pas d’être exécuté en tant qu’administrateur cette fois-ci.

Ce programme est en français et fonctionne à peu près de la même façon que Bleachbit, excepté qu’il est destiné à un plus grand public, et donc plus agréable à utiliser. Comme vous l’avez fait avec Bleachbit, cochez les cases, analysez puis nettoyez vos traces.

Étape 3 : Effacer vos données « pour du vrai ».

Attention, ce chapitre est un peu compliqué.

Pour commencer, nous allons expliquer pour quoi vos données ne sont pas effacées lorsque vous « videz la corbeille ». En gros, lorsque vous ouvrez un fichier, votre ordinateur sait où il se trouve sur votre disque dur et peut donc l’ouvrir. Lorsque vous videz la corbeille, votre ordinateur va ‘oublier’ l’endroit où se trouve votre fichier et retenir cet endroit comme étant ‘vide’. Ce qui veut dire deux choses :
– les endroits où se trouvent les données vidées de la corbeille sont des endroits qui attendent de recevoir de nouvelles données.
– en attendant, si aucune donnée ne vient les remplacer, elles restent là.

Pour bien comprendre ce que nous venons de dire, passons par cette métaphore. Vous avez un immense jardin, et plusieurs cabanes dans celui-ci. Dans une cabane, on range les outils de jardinage, dans une autre les vélos, dans une autre les affaires que l’on prend lorsqu’on part en vacance.

Dans notre métaphore : les cabanes sont les espaces au sein du disque dur, et ce qui est dedans représente nos données.

Un jour, on décide de vider l’une de ces cabanes. Mais comme on est un peu paresseux, on se dit « j’amènerais ces vieux vélos rouillés à la décharge le jour où j’aurais besoin de mettre autre chose à l’intérieur ». Et donc, on nettoie le petit sentier qui menait à cette cabane pour ne pas y retourner plus tard, on oublie plutôt que de jeter.
L’ordinateur fait la même chose : sachant qu’il n’a pas besoin de cette place, il oublie qu’il y a quelque chose qui s’y trouve. Et lorsque votre ordinateur placera de nouvelles données à cet endroit précis, il écrasera ce qui se trouve sur place pour placer de nouvelles choses.

Nous allons donc voir comment nettoyer ce grand jardin qu’est notre disque dur. Nous allons donc ‘nettoyer l’espace libre’ et écrire du vide (des suites de ‘0’ en fait) sur le disque dur. A chaque fois que l’espace libre du disque dur est remplit de ‘0’, cela s’appelle « une passe ». Les techniques d’effacement vont de 1 à 35 passes. La méthode des 35 passes est appelée « Méthode Gutmann ».

Pour ré-écrire : l’ordinateur va enfin utiliser des ‘algorithmes’. Qui sont des ‘façons’ de procéder. Dans notre métaphore, ce serait par exemple la façon dont on se déplacera dans notre jardin pour ne pas laisser de crasses derrière nous et être plus rapide.

Mais attention, les choses ne sont pas simples, et nous devons garder plusieurs éléments en mémoire :
– La meilleure serrure incassable et inviolable posée sur une porte n’empêchera pas un cambrioleur de passer par la fenêtre.
– Il y a énormément de légendes urbaines concernant l’effacement de fichiers.
– C’est un domaine extrêmement aléatoire, un fichier peut-être détruit totalement sans-même qu’on l’ait voulu.

Nous ne pratiquerons pas dans ce guide d’effacement à 35 passes. Et pour causes, Peter Gutmann (inventeur de l’effacement à 35 passes) a lui-même déclaré que c’était une méthode qui n’était pas plus sûre que les autres. Toutefois, si vous souhaitez faire 35 passes, vous pouvez tout de même suivre ce tutoriel.

Vu le flou et le débat qui entourent le sujet de l’effacement sécurisé, nous choisirons un « entre-deux » avec 3 à 7 passes dans la plupart des cas.

Note : Si vous utilisez un disque dur nouvelle génération « SSD », notez que les activités intensives telles que l’effacement sécurisé régulier peuvent diminuer la durée de vie de votre disque dur. Vous pourrez selon le cas et la situation choisir de ne faire que 2 ou 3 passes et/ou de faire la procédure moins régulièrement qu’avec un disque dur HDD classique.

Nous allons décrire ici comment a) détruire la totalité de l’espace libre (Wipe Free Space) ou bien b) détruire des fichiers et des dossiers spécifiques (File Shredding). Cette seconde technique étant beaucoup plus rapide et visant les données que vous n’avez pas supprimé de votre corbeille. Ces deux techniques seront expliquées pour 3 logiciels, bien qu’il en existe beaucoup d’autres.

1.1. Bleachbit

Wipe Free Space : Pour Bleachbit, démarrons le logiciel (pas besoin de le lancer en tant qu’administrateur cette fois).
En haut à gauche de la fenètre, nous cliquons sur ‘File’ puis sur ‘Wipe Free Space’, pour ensuite sélectionner le disque dur à effacer (le plus souvent, ce sera le disque C:/, celui qui contient Windows et tous les programmes installés). Et voilà, c’est tout ! Vous constaterez que l’on ne vous a pas demandé le nombre de passes à effectuer. C’est parce que l’équipe de Bleachbit a choisi de ne faire que de l’effacement à 1 passe. Si vous souhaitez savoir pourquoi, vous pouvez lire leur expliquation (en anglais) sur leur site :
http://bleachbit.sourceforge.net/documentation/shred-files-wipe-disk

File Shredding : Démarrer Bleachbit, cliquons sur ‘File’ puis sur ‘Shred Files’ (si on veut détruire un ou plusieurs fichiers) ou sur ‘Shred Folders’ pour détruire directement des dossiers entiers.

Effacer avec Bleachbit 3

1.2. CCleaner

On démarre Ccleaner, on séléctionne dans la colonne de gauche ‘Outils’ (sous l’icône en forme de boite à outils). Puis « Effaceur de disques ». On choisit dans le menu : ici nous allons appliquer 7 passes au Disque C:/. On effacera évidemment que l’espace libre.

CCleaner ne dispose pas d’option de File Shredding.

Effacer avec CCleaner

1.3. Eraser

Eraser est utilitaire complet dédié entièrement à la suppression d’espaces libres, de fichiers et de dossiers. Il peut fonctionner discrètement en tâche de fond et en permanence.

Eraser est par défaut en anglais mais existe aussi en néerlandais, en italien et en polonais. Si vous parlez une de ces 3 langues mais pas l’anglais, vous pouvez sélectionner l’option « Custom » et la langue de votre choix lors de l’installation. Sinon, sélectionner l’option « Typical ».

Une fois installé, une nouvelle icône apparaît sur le bureau. Clic-droit sur celle-ci et « Exécuter en tant qu’administrateur ».

Dans ce tutoriel, nous allons laisser les options par défaut. C’est à dire un effacement à 7 passes. Pour changer celle-ci, rendez-vous sur le bouton ‘Settings’ en haut de la fenêtre et sélectionner l’option appropriée aux points « Default file erasure method » et « Default unused space erasure method ».

a) Wipe Free Space

Nous allons créer une nouvelle tâche de travail dans Eraser, pour ce faire, cliquons sur la petite flèche à droite de ‘Erase Schedule’ puis sur ‘New Task’.

Effacer avec Eraser

Pour notre exemple, nous allons créer une tâche qui effacera l’espace libre une fois par mois avec 3 passes. Le 1er du mois, à 14h. Si l’ordinateur est éteint à ce moment, elle sera exécutée automatiquement au démarrage suivant de l’ordinateur.

Dans le champ ‘Task Name’, on écrira « Nettoyage mensuel de C:/ » (Mais vous pouvez écrire ce qu’il vous plait). A ‘Task Type’ on cochera la case ‘Recurring’. Cliquez ensuite sur ‘Add’.

A ‘Erasure Method’, sélectionner le nombre de passes souhaitées. Dans notre exemple, nous sélectionnons l’option ‘US Army AR380-19 (3 passes)’

On coche la case ‘Unused disk space’ pour sélectionner le disque C:/ et on laisse cochée la case ‘Erase Cluster Tips’. Cliquez ensuite sur OK. Puis rendez-vous dans l’onglet ‘Schedule’ pour définir à quel moment sera lancée l’opération. Dans notre exemple, on coche la case Monthly « On day 1 of every 1 month(s) ». Ce qui veut dire « Chaque 1er jour de chaque mois ».

Voilà qui est fait. Vous pouvez fermer la fenêtre, Eraser exécutera l’opération à la date décidée.

b) File Shredding

Ouvrez votre navigateur de fichiers, allez dans le dossier où vous souhaitez supprimer un fichier. Clique droit sur ce fichier, puis ‘Eraser’ et ‘Erase’.

Effacer avec Eraser 2

Conclusion

Vous voilà capable d’effacer vos données ! A présent, il vous faut être capable de trouver les données que vous aurez à effacer. Le problème en la matière étant qu’il existe des données dont nous ne soupçonnons même pas l’existence sur notre ordinateur.

Aller plus loin (utilisateurs avancés) :
– Vous pourriez télécharger un logiciel comme TreeSize Free, qui permet de déterminer où se trouve de grosses quantités de données dont on ne soupçonne pas l’existence.
– Vous pourriez également envisager de crypter l’intégralité de votre ordinateur pour que la destruction de données ne soit plus nécessaire (voir Chapitre 2), de travailler sans disque dur (Voir Chapitre 7, rubrique ‘TAILS’) ou d’atomiser un disque dur entier (Voir Chapitre 7, rubrique « DBAN).
– Vous pouvez télécharger un logiciel de récupération de données comme Recuva ou Undelete 360 qui permet de récupérer des fichiers et donc de tester si votre effacement a bien fonctionné.

Chapitre 2 : Rendre des photos anonymes

Les photos prises par les appareils numériques ne contiennent pas uniquement les données constituant l’image. Elles contiennent aussi des métadonnées sous format exif (EXchangeable Image File Format). Ces exif sont incorporées au fichier image (JPEG, TIFF, …), et contiennent des informations sur la date et l’heure de la prise de vue, la marque et le modèle de l’appareil (parfois même son numéro de série), les caractéristiques de la prise de vue (orientation, l’ouverture, vitesse d’obturation, longueur de focale, sensibilité) et la géolocalisation (lorsque l’appareil est équipé d’un système GPS).

Autrefois, pour “nettoyer” une photo de ses exif, il suffisait d’utiliser un programme de traitement de l’image dans un cyber-café et de changer de format, mais les programmes récents de traitement d’images (Photoshop, etc.) conservent les données exif lors de la modification du fichier. Si vous voulez mettre en circulation des photos qui préserve “l’anonymat” de votre appareil photo (et donc votre anonymat si vous avez ou vous comptez mettre une photo non nettoyée sur le net), il faut désormais utiliser des logiciels spécialement conçus pour supprimer les données exif.

Parmi ceux-ci, nous pouvons conseiller le programme jstrip 3.3, qui enlève tout ce qui est block inconnu dans le fichier, il ne garde que l’image. Il y a juste un zip à télécharger et vous aurez un petit installeur :

http://davidcrowell.com/jstrip

il suffit ensuite de mettre les photos à “nettoyer” dans un dossier, de faire un clic droit sur ce dossier, de cliquer sur JSTRIP et de laisser faire. Une fenêtre vous informera du nettoyage en cours.

fenêtre jstrip

Chapitre 3: Naviguer sur internet

Nous allons utiliser un logiciel qui a fait ses preuves : TOR. D’ailleurs, s’il vous arrive de regarder des séries télévisées policières ou d’espionnage américaines, vous constaterez que les méchants utilisent souvent le logiciel TOR pour communiquer au nez et à la barbe de pauvres agents du FBI déjà surchargés de travail.

TOR (pour The Onion Router) est un logiciel qui fait en sorte de rediriger des connexions internet dans un réseaux de ‘nœuds’, de telles sortes que, depuis un site on ne peut pas déterminer qui vous êtes. Pour bien comprendre, voici une belle infographie qui explique comment vos données voyagent sur le réseau.

Infographie TOR

En gros, les connexions voyagent à travers plusieurs ordinateurs. Elles ressortent toutes par des ordinateurs bien particuliers que l’on appelle les « nœuds sortants ». Ces nœuds sortants sont des ordinateurs mis à disposition par des volontaires à travers le monde.

Trêve de bavardage et passons directement à la pratique pour mieux comprendre.

Rendons-nous sur le site officiel du projet TOR pour y télécharger le ‘TOR Browser Bundle’ – https://www.torproject.org/

Une fois le ‘Tor Browser Bundle’ vous constaterez que nous n’avons parlé que de TOR et que vous avez téléchargé autre chose. Nous allons donc expliquer ce qu’est le ‘Browser Bundle’. Browser Bundle veut dire ‘Navigateur tout-en-un’. Pourquoi télécharger tout un navigateur alors que l’on a déjà Firefox ou Chrome installé sur son ordinateur ? C’est simple : le navigateur que l’on utilise tous les jours contient -malgré tous les nettoyages quotidiens que l’on lui appliquera- des informations sur nous. D’autre part, un navigateur fonctionne d’une façon qui permet les petites intrusions dans notre vie privée. Et tous ces petits comportements sont paramétrés différemment dans le Browser Bundle.

Par exemple, vous constaterez que Youtube ne fonctionne pas par défaut lors de l’utilisation de TOR. C’est parce que le programme qui charge la vidéo dans un navigateur est intrusif. D’autres part, vous constaterez que le moteur de recherche de Google est également inutilisable. La raison est que notre connexion est redirigée par plusieurs machines (et pas par des humains), et que Google fonctionne de façon a empécher les ‘robots’ de naviguer sur internet. Les robots sont des programmes qui parcourent le net pour (par exemple) envoyer des spams, scanner des sites à la recherche d’informations confidentielles, etc… Puisque nous ne pourrons pas utiliser Google, il faudra utiliser d’autres moteurs de recherches plus permissifs et axés sur la vie privée.

Une fois le fichier télécharger, nous allons le lancer. Et surprise : lorsque l’on double-clique sur le fichier téléchargé, celui-ci crée un nouveau dossier ! TOR Browser Bundle est un logiciel portable, c’est-à-dire qu’il ne s’installe pas dans l’ordinateur, il s’exécute directement.

Une fois ce nouveau dossier créé, on va aller voir à l’intérieur, et double-cliquer sur ‘Start Tor Browser.exe’. TOR démarre et nous allons devoir faire preuve de patience à partir de maintenant puisque TOR s’éxécute leeentement. Le temps d’expliquer les différents composants qui s’affichent à l’écran.

– Vidalia Control Panel : le panneau de contrôle ‘Vidalia’. Depuis cette fenêtre, vous pourrez changez la provenance de votre connexion, voir où votre connexion ressort, forcer TOR à faire ressortir votre connexion par un pays spécifié. Pratique si on veut utiliser un service internet interdit dans notre pays. On ne se servira pas de ce panneau dans ce tutoriel, mais vous devez le laisser ouvert pour que TOR fonctionne !

– Le navigateur TOR : il ressemble à une fenêtre Firefox, et pour cause c’est une copie conforme de ce logiciel à la différence prês que certaines extensions y ont été installées et que les paramètres de confidentialité y ont été modifiés.

Navigateur TOR

Pour commencer à tester TOR, nous allons voir de quel pays Internet pense que nous venons. Et pour faire ça, on va aller sur un site internet censé géo-localiser notre connexion. Rendons-nous donc sur le site internet http://www.whatismyipaddress.com/.

Et vous pouvez constatez que nous écrivons depuis la côte suédoise, à Skane Lan, où il fait un peu frais aujourd’hui.

Vous voici donc anonyme. Mais comme toujours, il ne faut jamais prendre ces mesures comme des mesures 100 % efficaces. Il y a des failles dans TOR, certaines n’ont pas encore été découvertes. Et il faut éviter de ne pas se reposer entièrement sur ce logiciel. Le meilleur anonymat restant le cyber-café.

Quelques règles de bases sur TOR :
– Ne pas modifier les paramètres par défaut du navigateur.
– Si TOR nous prévient que l’on prend un risque, agir comme il nous le conseille.
– Ne pas se connecter à un compte e-mail ou autre depuis TOR, puisque l’on ne serait
plusdu toutanonyme.
– Ne pas utiliser TOR sur un wi-fi ouvert, non-sécurisé ou sécurisé par un code WEP

Autre règle, tenter de garder en permanence une connexion HTTPS. Mais qu’est-ce-que c’est que ça ? C’est ce que nous allons voir.
Une connexion HTTPS veut dire « protocole de transfert hypertexte sécurisé ». C’est une couche de cryptage qui enveloppe le protocole de connexion entre votre routeur internet et le site que vous voulez visitez. Imaginez donc que vous croisiez un ami dans la rue et que vous alliez lui dire bonjour et discuter 5 minutes avec lui. Comme vous êtes dans la rue, tout le monde entend ce que vous lui dites. Pour ne pas que d’autres gens sachent ce que vous dites à votre ami, il faudrait coder la façon dont vous lui parler. Dans notre métaphore, votre ami est le site que vous voulez visiter.

De plus, en utilisant TOR, c’est un peu comme si, au lieu d’aller directement dire bonjour à votre ami, vous le disiez à une chaine de volontaires se mettant entre vous et lui. Vous dites bonjour au premier, qui le répète au second, etc… Les transferts entre les nœuds TOR sont cryptés par défaut, sauf la connexion entre le nœud sortant et le site internet ! Un peu comme si toute la chaîne codait ce que vous voulez dire à votre ami, sauf la dernière qui lui dit ‘Bonjour’ en français, ruinant tout l’effort collectif. Le cryptage HTTPS permet que le nœud sortant code lui aussi ce qu’il transmet au site.
Dans le TOR Browser Bundle, une extension nommée ‘HTTPS Everywhere’ (que vous pouvez par ailleurs installer sur votre navigateur Firefox ou Chrome habituel) se charge de crypter automatiquement ce genre d’informations. Mais parfois, le site que vous souhaitez voir n’est simplement pas compatible avec HTTPS. Il vaut mieux à ce moment passer son chemin et utiliser un autre site.

Pour finir ce point sur HTTPS, nous vérifierons toujours comme dans l’image qui précède:

– 1. Qu’il est écrit HTTPS devant l’adresse que l’on visite.
– 2. Que HTTPS Everywhere est bel et bien activé et fonctionne.

Vous voilà prêt à utiliser TOR !

Chapitre 4: Quelques trucs

Nous voilà capables d’effacer et de crypter des données. Mais pour pouvoir réellement protéger ses données, il faut savoir quelles données effacer, quelles données sont présentes sur notre ordinateur,…

Attention: les points suivants sont réservés à des utilisateurs avertis. Nous allons désactiver certains éléments importants de Windows, il s’agit là de bien comprendre ce que l’on fait et de se rendre compte des conséquences!

1. Désactiver la mise en veille prolongée
Une mauvaise habitude à perdre est celle de la mise en veille prolongée. Beaucoup de gens ont l’habitude de mettre en veille leur ordinateur sans même s’en rendre compte. Le résultat est que l’ordinateur stocke en permanence l’état de la machine (quels programmes sont ouverts, ce qui est tapé dans les champs de textes, etc…) pour pouvoir le restaurer lors de l’ouverture. Si vous laisser votre navigateur ouvert en ‘éteignant’ votre ordinateur et que celui-ci est toujours ouvert lorsque vous le rallumez : c’était une mise en veille. Nous devons prendre l’habitude d’éteindre correctement l’ordinateur. Et nous allons voir comment désactiver complètement la fontion de mise en veille de l’ordinateur.

Pourquoi le désactiver ? Parce que ce fichier n’est pas crypté, et qu’il peut donc être copié, piraté, etc…

Autres avantages : cette manœuvre vous fera gagner plusieurs Giga-octets sur votre disque dur, et allongera la durée de vie de celui-ci si vous utilisez un disque dur de nouvelle génération (SSD).

Nous allons donc utiliser un outil un peu austère mais efficace : l’invite de commande sous Windows. Son nom est « cmd.exe »

Pour lancer cette utilitaire sous Windows XP, Windows Seven ou Windows Vista : cliquez sur le bouton démarrer et dans le champs de recherche, tapez ‘cmd’ pour ensuite faire un clic-droit sur ‘cmd.exe’ (ou ‘invite de commande’) et « exécuter en tant qu’administrateur ».

Sous Windows 8 : tapez la touche Windows (le logo de Windows) de votre clavier et tapez ‘cmd’. Clic-droit sur invite de commande et « executer en tant qu’administrateur » en bas de la page.

Invite de commande sous Windows

Dans le terminal qui s’ouvre, on tape l’expression suivante : powercfg -h off

powercfg -h off dans le terminal

Puis, on appuie sur la touche ‘Enter’ du clavier. Et c’est tout!

2. Désactiver le fichier d’échange

Vous savez peut-être que votre ordinateur utilise de la « mémoire vive », que l’on appelle aussi ‘RAM’. Vous savez peut-être aussi que vous avez 2GB, 4GB ou encore 8GB de RAM sur votre ordinateur.

La RAM est à l’ordinateur ce que l’attention est au cerveau humain. Ce sont les choses qu’il retient immédiatement, ce qu’il est en train de faire. De la même façon qu’un cerveau humain retient qu’il est en train de regarder un match de foot à la télé en coupant des légumes dans sa cuisine. S’il ne le faisait pas, il oublierait ce qu’il est en train de faire et arrêterait de le faire.
La mémoire vive, c’est la même chose dans l’ordinateur : il sait qu’un navigateur est ouvert, ce qui est inscrit dedans, il sait qu’un conteneur Truecrypt est ouvert, etc…

Comme la Mémoire vive RAM est parfois insuffisante pour retenir tout ça, le disque dur crée une fausse RAM à l’intérieur de votre disque dur. Un peu comme quelqu’un qui souffre de problèmes de concentration et qui doit utiliser sa mémoire pour retenir ce qu’il est en train de faire.
Cette fausse RAM dans le disque dur est appellé « Fichier d’échange ». Ce sont plusieurs Giga-octets de votre disque dur qui sont réservés pour les éventuels problèmes de concentration de votre ordinateur. Si vous disposez de 4GB ou plus de RAM (et que vous ne jouez pas à de gros jeux-vidéo qui nécessitent énormément de RAM) : nous allons désactiver (ou au moins fortement réduire) ce fichier.

Si vous ne disposez pas d’autant de RAM, il vaut mieux ne pas toucher à ce paramètre !

Pourquoi le désactiver ? Parce que ce fichier n’est pas crypté, et qu’il peut donc être copié, piraté, etc…

Pour Windows XP : Rendez-vous dans Poste de Travail. Clic-droit sur le fond de la page et clic sur ‘Propriétés’. Dans la nouvelle fenêtre qui s’ouvre, vous pourrez lire plusieurs informations sur votre système. Dans la rubrique ‘Système’ vous pourrez par exemple lire le nombre de Giga-octets de RAM dont vous disposez. On se rend dans l’onglet ‘Avancé’, puis dans la section ‘Performances’ on clique sur ‘Paramètres’. Et enfin, dans l’onglet ‘Avancé’, on clique sur ‘Modifier’. Et enfin, on coche la case ‘Aucun fichier d’échange’ et OK.

Pour Windows Vista, Seven ou Windows 8 : Rendez-vous dans Ordinateur, Clic-droit sur le fond de la page et clic sur ‘Propriétés’. Dans la nouvelle fenêtre qui s’ouvre, vous pourrez lire plusieurs informations sur votre système. Dans la rubrique ‘Système’ vous pourrez par exemple lire le nombre de Giga-octets de RAM dont vous disposez. On clique sur ‘Modifier les paramètres.

Désactiver le fichier d’échange

Puis dans l’onglet ‘Paramètres système avancés’. Et enfin, dans la rubrique performances, on clique sur ‘Paramètres’. Dans la nouvelle fenêtre qui s’ouvre, cliquons sur ‘Avancé’ puis dans la rubrique ‘Mémoire virtuelle’ sur ‘Modifier’. On coche enfin la case ‘aucun fichier d’échange’ et OK.

3. Supprimer les points de restauration système

Pour pallier à des fausses manœuvres, votre ordinateur sauvegarde l’état de votre ordinateur à certains moments, au cas où une erreur critique arrivait, il pourrait donc restaurer votre ordinateur à un état où il fonctionnait.

Seulement, comme toutes les sauvegardes, il conserve des données : et nous on veut les effacer.

Évidemment, le risque de cette manœuvre est que, si une erreur critique survient, nous serons incapable de restaurer l’ordinateur à un état antérieur où celui-ci fonctionnait ! C’est donc à vous de savoir estimer si oui ou non, il est nécessaire de procéder à l’effacement des points de restauration.

Si vous en êtes toujours, lancez votre poste de travail (XP ou Vista) ou le dossier Ordinateur (Seven ou 8). Clic-droit sur propriété.

Pour Windows XP : on se rend dans l’onglet avancé, et pour Vista, Seven ou 8 on clique sur Modifier les paramètres. Tout comme nous l’avons fait dans le point « 2. Désactiver le fichier d’échange ».

Pour Windows XP : On clique ensuite sur ‘Propriétés’, ‘Restauration du Système’ et on coche la case ‘Désactiver la restauration du système’.
Pour Windows Vista, Seven et 8 : Rendez-vous dans l’onglet ‘Protection du système’, puis cochez la case « Désactivez la protection du système ».

4. Utilitaire de nettoyage du disque dur

Windows est livré avec un utilitaire de nettoyage.

Sous Windows XP, Vista, Seven : Cliquez sur Démarrer, Tous les programmes, Accessoires, Outils Système, et ‘Nettoyage de disque’.

Sous Windows 8 : Touche Windows de votre clavier et tapez ‘Nettoyage’. Puis dans la rubrique paramètres (sur la droite) sélectionnez l’option « Libérez de l’espace disque en supprimant les fichiers inutiles. Cliquez ensuite sur le bouton « Nettoyez les fichiers système ». Après avoir lu le détail des cases, cochez les et cliquez sur ‘OK’.

Effacer avec Bleachbit
Effacer avec Bleachbit 2
Effacer avec Bleachbit 3
Effacer avec CCleaner
Effacer avec Eraser
Effacer avec Eraser 2
fenêtre jstrip
Navigateur TOR
Invite de commande sous Windows
powercfg -h off dans le terminal
Désactiver le fichier d'échange

1. Téléphones fixes

1. 1. Téléphones fixes

Le risque des téléphones fixes est largement connu. Lorsqu’on téléphone, on peut toujours supposer que les forces de la répression puissent écouter. Qu’il s’agisse d’un raccordement analogique traditionnel ou de l’ISDN. D’ailleurs, il est possible d’espionner une pièce par un microphone qui peut être placé dans le téléphone.

1. 2. Fax

Le fax est aussi facilement espionnable.

1. 3. Modem analogique ou ISDN

Il y a eu des essais d’écouter une pièce par le moyen d’un microphone dans un modem. Ces essais ont partiellement eu du succès. Même si le téléphone fixe est débranché, une possibilité d’écoute subsiste.

2. Téléphones mobiles

2. 1. L’écoute des communications

Un téléphone portable peut être intercepté tout comme les téléphones fixes traditionnels. Il en est de même pour les SMS et les MMS. Ces informations passent par la société téléphonique et peuvent y être observées ou enregistrées aisément.

2. 2. L’écoute d’ambiance

L’écoute d’un portable en veille ou même éteint est possible. Exactement par le même chemin qu’emprunte les SMS ou les configurations Internet pour les mobiles. L’ordre (« ouvre ton micro mais sans déclencher la sonnerie ou allumer l’écran ») arrive à la carte SIM qui l’exécute. Il faut que la carte SIM et le téléphone aient été prévus pour, ce qui n’est pas toujours le cas. Il y a ainsi un logiciel sous Symbian (l’OS des smartphones de Nokia), qui permet effectivement de transformer le téléphone en micro d’ambiance. Mais encore faut-il que ce logiciel soit installé sur le mobile, et il n’est possible de le faire que si un policier a pu avoir le téléphone en main quelques instants.
Car il y a bien une seconde méthode pour transformer de nombreux téléphones en espion. Elle consiste à pirater le logiciel du téléphone lui-même. Chaque appel de l’utilisateur déclenche un appel vers un autre utilisateur, en simultané. Il faut pour cela également avoir le gsm le téléphone en main pour le modifier (cela prend trois à quatre minutes dans les cas les plus simples).
Notons que ces logiciels sont en vente (avec comme argument de vente: “transformez votre téléphone en micro espion”) sur des sites comme celui-ci ou celui-ci.

2. 2. Profil de mouvement

Il est possible de surveiller la localisation d’un GSM. Dans les endroits avec de nombreuses cellules, par exemple dans les villes, les mouvements d’un GSM peuvent être observés de manière assez exacte.

2. 3. Saut de cellules

Une cellule est une ou plusieurs antennes qui transmettent les informations du téléphone portable, par exemple lors d’une communication, vers la société téléphonique. Par là, la société téléphonique peut voir quel GSM se trouve dans une certaine cellule. Dès qu’une communication s’établit, que ce soit par appel ou par SMS, le téléphone portable se raccorde à l’antenne assurant la meilleure réception. Si nous sommes en mouvement, nous laissons donc une trace et permettons de voir dans quelle direction nous nous dirigeons. Pour cette raison, il est inutile de nous diriger vers une réunion clandestine et d’éteindre notre GSM une fois que nous sommes arrivés. Si votre téléphone portable est surveillé, dès que vous écrivez un SMS, que vous appelez quelqu’un ou que vous recevez un SMS ping (on y reviendra), on peut voir où vous vous trouvez. Même s’il n’est pas possible d’écouter un GSM qui est éteint et qui se trouve à une réunion, il est important de savoir que, si des GSM surveillés se rencontrent dans un même endroit à une même heure, cet endroit ne doit plus être choisi comme lieu de rencontre après.

2. 4. SMS ping

Le SMS ping est une technique qui est utilisée pour localiser un GSM. La société téléphonique envoie un signal au téléphone, assez similaire à un SMS. Par là, une communication est établie qui permet à nouveau d’observer dans quelle cellule se trouve le GSM. Après ce bref moment, la communication est terminée. Le SMS ping est donc un moyen par lequel une communication est établie avec le téléphone portable sans que cela puisse se voir sur l’écran du téléphone.

2. 5. N° IMSI etc.

Un téléphone portable communique par différents numéros avec le service téléphonique et les cellules. Nous connaissons les numéros d’appel. Cependant, à côté de ce numéro, chaque téléphone a un numéro. Ce numéro est appelé n°IMSI. Grâce à ce numéro, le téléphone est toujours identifiable, même dans le cas du changement de la carte SIM.

2. 6. IMSI Catcher

Le IMSI Catcher est un outil que les policiers peuvent installer dans le coffre de leurs voitures. Il simule la cellule d’une société téléphonique, mais avec un peu plus de puissance. Par ce fait, les téléphones portables ne se connectent pas à la cellule officielle mais à ce IMSI Catcher. Par ce moyen, les policiers peuvent découvrir avec quel GSM on téléphone et prendre connaissance des numéros IMSI et IMEI. Dans ce cas, l’utilisation du GSM de quelqu’un d’autre ou d’un GSM réservé à la militance est inutile.

De plus, par le moyen du IMSI Catcher il est possible d’intercepter directement la communication à partir de la voiture. Les dernières versions connues de cet engin n’ont permis que la communication à partir du téléphone et pas les appels vers le téléphone. Ceci va probablement changer rapidement.

Le désavantage le plus grand pour les policiers est que, s’ils utilisent cet outil, ils doivent mener une filature. Ils doivent donc rester proche du GSM ciblé pour ne pas perdre le contact. Mais comme toutes les autres, cet outil va aller en se miniaturisant.

imsi catcher


2. 7. Pour être certain…

Pour être certain qu’un téléphone portable n’émet plus de signaux, il est conseillé de retirer la batterie du téléphone. En faisant ceci, on peut être rassuré que le GSM soit éteint et en plus, les changements techniques qui ont peut-être été introduits ne peuvent pas fonctionner sans électricité. Cependant il faut être vigilant. Certains fabricants ont annoncé vouloir mettre sur le marché des GSM qui peuvent fonctionner pendant un certain temps grâce à une deuxième batterie intégrée (pour effectuer des appels d’urgence etc.). Si possible il vaut donc mieux déposer le GSM quelque part et le reprendre après la réunion. Enlever sa batterie sans éteindre le téléphone au préalable peut-être une opération plus discrète car, sauf si il y a une tentative de connexion, l’opérateur (et donc la police) ne recevra pas le signal “coupure du téléphone”. On a vu des dossiers d’instructions dans lesquels le fait d’avoir coupé au même moment son téléphone était un indice fort de complicité.

3. Écoutes directes

3.1. Micros cachés

La pose de micros dans les appartements, voitures ou même lieux publics est une vieille pratique policière. Les policiers ont des scénarios bien rodés pour s’assurer des complicités (pour que les serveurs d’un restaurant posent eux-même un micro sous une table où discutaient des révolutionnaires italiens, les policiers ont affirmé qu’ils enquêtaient sur un réseau pédophile). Les photos ci-dessous montrent un micro avec un émetteur à ondes courtes de 300 mhz retrouvé dans un squat milanais, à l’intérieur d’un compteur électrique fermé et scellé.

3.2. Micros directionnels

Des micros directionnels amplificateurs permettent d’écouter à distance les conversations. Leur efficacité varie énormément selon les modèles et selon les ambiances. Certains modèles sont particulièrement discrets.

3.3. Caméras cachées

Ce qui est vrai des micros est aussi vrai des caméras. Voici une caméra cachée par la police chez des activistes à Bruxelles:

3.4. Vidéosurveillance

Certains réseaux de vidéosurveillance peuvent servir en direct à des filatures. C’est le cas du réseau de caméra de la SNCB qui est, avec plus de trois mille caméras, le plus grand système de vidéosurveillance du pays. Le Security Operation Center de la SNCB travaille 24h sur 24, et un poste de travail y est en permanence réservé à des policiers chargés de ’filer’ des suspects de caméra en caméra.

4. Autres techniques de filature IT

4.1. Surveillance par GPS

De la même manière qu’ils peuvent placer un micro dans une voiture, les policiers peuvent placer une balise GPS dans une voiture. Une simple balise GPS, dotée de sa propre batterie, peut-être cachée en quelques secondes sous la voiture, derrière un pare-choc, etc. Quand il est doublé d’un micro, le dispositif GPS est souvent relié à l’alimentation électrique via les fils de la lumière de l’habitacle intérieur (quand ce n’est pas directement aux fusibles). Le dispositif retrouvé par des militants en Italie était composé d’un téléphone portable modifié, d’une antenne, d’un GPS et d’un micro. L’ensemble était placé entre la carrosserie et le revêtement intérieur, et fixé à l’aide de deux aimants.



La surveillance des personnes par balise GPS est plus problématique. Des gadget pour VIP existent bien (ceintures contenant une balise GPS invisible) mais placer un tel dispositif à l’insu d’une personne est problématique.

4.2. Surveillance par marqueur RFID

La technologie RFID (radio frequency identification) permet de mémoriser et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs. Ces marqueurs sont des étiquettes ou des capsules, qui peuvent être collés ou incorporés dans des objets ou des organismes. Ils comprennent une antenne associée à une puce électronique qui leur permet de recevoir et de répondre aux requêtes radio émises depuis l’émetteur-récepteur.

C’est ainsi que la carte MOBIB ou le passeport biométrique sont “lus” par les bornes ad-hoc. Les puces RFID ont cet avantage de n’avoir besoin d’aucune alimentation. Cette médaille a aussi son revers: il est besoin d’un lecteur proche capable de communiquer avec la puce. Cela en limite l’usage policier. Ce qui n’empêche pas cette technique d’être utilisées par les “services”. Le département de la Défense US a découvert à plusieurs reprises chez des entrepreneurs du secteurs de la défense des pièces de monnaie dans lesquelles étaient insérées des traceurs RFID.

4.3. Surveillance par drones

Dernier moyen de surveillance hi-tech: le drone. Plusieurs polices européennes (France, grande-Bretagne…) ont fait des essais de drones comme substitut économique aux hélicoptères (notamment pour le contrôle des manifestations et la surveillance du trafic), et les seuls problèmes rencontrés sont les tourbillons d’air générés par les grandes villes et les risques de collision avec les immeuble qui en résultent. L’usage policier du drone reste cependant, en Europe, exceptionnel ou expérimental.

Il est cependant appelé à se développer, les drones devenant de plus en plus fiables. Les forces spéciales israéliennes emploient déjà de manière opérationnelle un petit drone silencieux capable de mener une filature de jour comme de nuit en milieu semi-urbain. Le “Ghost” est un drone silencieux d’environ 4 kg, ayant une portée de 4 km, 30 mn d’autonomie, une vitesse d’environ 60 km à l’heure. Il mesure 1m47 de long et le rotor 75 cm, est capable de pénétrer à l’intérieur de bâtiments par les fenêtres.

imsi catcher
Ecoutes et géolocalisation
Ecoutes et géolocalisation
Ecoutes et géolocalisation
Ecoutes et géolocalisation
Ecoutes et géolocalisation
Ecoutes et géolocalisation
Ecoutes et géolocalisation
Ecoutes et géolocalisation
Ecoutes et géolocalisation

Affiche de solidarité avec les membres du SRI


Affiche SRI-RHI Europe/Turquie/Kurdistan Fr-Edit


Affiche de solidarité avec Lutte Révolutionnaire


Affiche du SRI pour Mumia Abu-Jamal


Affiche du SRI contre les § 129 en Allemagne


Affiche d’hommage du SRI à Mario Galesi


Affiche de la campagne Longues Peines


Affiche du SRI pour Marco Camenisch


Affiche du SRI pour les prisonniers maoïste en Inde

Affiche du SRI pour Mumia Abu-Jamal
Affiche de solidarité avec les membres du SRI
Affiche SRI-RHI Europe/Turquie/Kurdistan Fr-Edit
Affiche de solidarité avec Lutte Révolutionnaire
Affiche du SRI contre les § 129 en Allemagne
Affiche d'hommage du SRI à Mario Galesi
Affiche de la campagne Longues Peines
Affiche du SRI pour les prisonniers maoïste en Inde