Samedi 10 novembre, Mohammed Ibrahim Shraiteh, membre du FPLP, est mort des suites de ses blessures causées par l’armée d’occupation il y a 2 semaines à Gaza. Lundi 12 novembre, c’est le militant Mohammed Al Tatari qui a été assassiné par l’Etat sioniste lors de son incursion dans la bande de Gaza. En réaction, les Brigades Abu Ali Mustapha (branche armée du FPLP) ont annoncé que “ce terrible crime contre nos martyrs héroïques réaffirme que notre ennemi ne connaît que le langage du meurtre et du sang”.

EDIT : Le FPLP annonce aussi la mort d’un autre combattant des Brigades Abu Ali Mustapha, Mohammed Odeh qui était âgé de 22 ans.

Mohammed Ibrahim Shraiteh (à gauche) et Mohammed Al Tatari

Mohammed Ibrahim Shraiteh (à gauche) et Mohammed Al Tatari

La cour du tribunal d’Haïfa a annoncé aujourd’hui la libération du dirigeant palestinien Raja Eghbarieh (voir notre précédent article) et sa mise en résidence surveillé avec de nombreuses contraintes (notamment ne pas utiliser de moyens de communication et ne pas donner d’interview).

Raja Eghbarieh à sa sortie du tribunal

Raja Eghbarieh à sa sortie du tribunal

Samedi 13 octobre, des colons israéliens ont pris pour cible la voiture d’une palestinienne à Ramallah. Aicha Mohamed Rabi a été touchée à la tête. Elle est décédées dans un hôpital à Naplouse. Son mari a également été blessé lors de l’attaque. Ce type d’agression est récurent en Cisjordanie occupée.

Arrestation d’un enfant en Cisjordanie occupée (archive)

Raja Eghbarieh, secrétaire général fondateur du mouvement Abna’a el-Balad, est toujours détenu par l’occupation israélienne (voir notre précédent article). Le dimanche 7 octobre, l’Etat sioniste a de nouveau prolongé sa détention. Par ailleurs, il a reçu une lettre de l’ambassade des États-Unis en Israël, dans laquelle il déclarait que son visa pour se rendre aux États-Unis avait été révoqué.

Raja Eghbarieh au tribunal de l’occupation.

Raja Eghbarieh au tribunal de l'occupation.

La Cour centrale de la ville de Haïfa a prolongé mardi la détention du leader d’Abna’a el-Balad, Raja Eghbarieh, jusqu’au dimanche 7 octobre (voir notre précédent article). Le tribunal a également accordé au parquet une période de deux jours (jusqu’à jeudi) pour qu’il réponde à plusieurs de ses questions sur le contenu du dossier. Parallèlement à l’audience, un rassemblement de solidarité a été organisé le même jour en face du bâtiment du tribunal, à l’appel de la Campagne de soutien. Des initiatives similaires ont aussi été organisées à Gaza, au Liban et à Ramallah.

Rassemblement à Haïfa pour Raja Eghbarieh.

Rassemblement à Haïfa pour Raja Eghbarieh.

Après avoir été emprisonné durant 13 mois par Israel, Salah Hamouri est sorti ce 30 septembre de prison. Ce Franco-Palestinien était détenu depuis plus d’un an dans l’une des plus grandes prisons israéliennes, Ktzi’ot, dans le désert du Néguev. Sans connaître l’ampleur des charges qui pesaient contre lui, sans assurance sur sa date de libération parce qu’ en “détention administrative”. Cette spécificité israélienne permet d’incarcérer pour des durées renouvelables toute personne suspectée de menacer la sécurité de l’Etat. La décision est prise par un juge lors d’audiences à huis clos, sur les recommandations confidentielles du Shabak (le renseignement intérieur israélien) que l’accusé n’a même pas le droit d’entendre.

Né à Jérusalem d’un père palestinien et d’une mère française, le binational de 33 ans a passé la moitié de sa vie d’adulte en prison. La dernière arrestation d’Hamouri a eu lieu trois jours après avoir passé l’examen du barreau palestinien. Le Shabak prétendait qu’Hamouri avait “renoué” avec le FPLP. Le 1er juillet, un juge israélien avait ordonné trois mois de détention supplémentaire, le temps d’étudier « de nouvelles informations ». Sans accès au dossier, Hamouri, présent à l’audience, avait refusé d’être défendu, s’inscrivant dans le boycott des tribunaux israéliens engagés en février par les Palestiniens en détention administrative (autour de 500, soit 8 % des prisonniers palestiniens).

Salah Hamouri est libre !

Salah Hamouri est libre !

Le dirigeant palestinien Raja Eghbarieh, responsable du mouvement de gauche palestinien Abna’a el-Balad en Palestine occupée, a été arrêté par les forces israéliennes à son domicile à Umm el-Fahm dans la matinée du mardi 11 septembre. Sa détention a été prolongée à plusieurs reprises. Une large campagne de mobilisation s’organise en Palestine et en Europe pour exiger sa libération.

La page Facebook du Comité de soutien.

Raja Eghbarieh

Raja Eghbarieh

Le directeur de la publication du Jerusalem Post confirme que l’armée israélienne a exigé et obtenu, pour «des raisons évidentes de sécurité», la dépublication d’un article posté sur son site relatant l’aide militaire fournie par Tsahal à des rebelles en Syrie. L’article, toujours accessible par le cache des moteurs de recherche quelques heures après sa dépublication avant d’être entièrement supprimé, expliquait que l’armée israélienne avait fourni de l’argent, des armes et des munitions à des combattants syriens basés près de la frontière syro-israélienne. Sept groupes islamistes auraient ainsi reçu de l’aide militaire israélienne.

L’article censuré

L'article censuré

Les principaux prisonniers du Front Populaire de Libération de la Palestine ont été transférés soudainement le mercredi 29 août à plusieurs reprises. Dans la prison de Megiddo, la tension s’est accrue entre les prisonniers politiques palestiniens et l’administration de la prison d’occupation israélienne.
Cela fait suite à plusieurs déclarations politiques publiques du Département Prison du FPLP, notamment en soutien à la grève des prisonniers aux Etats-Unis (voir notre article)

Solidarité avec les prisonniers palestiniens (archive)

Solidarité avec les prisonniers palestiniens (archive)

Dans un communiqué publié le 18 juillet, des dizaines de prisonniers palestiniens dans les geôles de l’occupation israélienne se sont déclarés en grève de la faim pour dénoncer la suspension de leurs allocations par l’Autorité Palestinienne.
Depuis avril 2018, 160 prisonniers politiques palestiniens de la Bande de Gaza sont victimes de cette politique de “sanctions”.

Solidarité avec les prisonniers palestiniens !

Solidarité avec les prisonniers palestiniens !