Actualité de la répression et
de la résistance à la répression

En 2008, après l’apparition de nouveaux éléments (accablant les réseaux secrets monarchistes liés à l’OTAN) concernant l’assassinat de Julien Lahaut, le Sénat demandait qu’une enquête soit ouverte afin de faire toute la lumière sur la mort du député communiste. Assassiné devant son domicile le 18 août 1950, l’enquête n’a jamais abouti. Mais l’an dernier, la ministre de la Politique Scientifique avait fait savoir que les moyens manquaient pour une telle recherche.

Aujourd’hui, l’eurodéputée Véronique De Keyser a lancé une souscription publique afin de permettre le financement d’une étude scientifique dans le but de rétablir la vérité historique.

La demande d’extradition de l’ancien membre des Prolétaires armés pour le communisme est examinée depuis le 10 septembre par la Cour suprême du Brésil. Le gouvernement italien exige l’annulation de son statut de réfugié politique accordé par le Brésil pour qu’il purge sa peine de prison dans la péninsule, où il a été condamné par contumace à la prison à perpétuité.

Emprisonné en Italie, il s’était évadé en 1981 et avait rejoint une première fois le Brésil. Réfugié en France, il est arrêté en août 2004 et remis en liberté sous contrôle judiciaire. Il repart alors pour le Brésil, muni de faux papiers, sous la menace du gouvernement français de l’extrader vers son pays d’origine. Après trente mois de clandestinité, il est arrêté par la police brésilienne et mis en prison.

C’est sous la pression italienne que s’est ouvert son procès en septembre dernier. Ce jeudi soir, la Cour suprême a suspendu l’examen de son cas, après que quatre juges se soient prononcés pour, et quatre contre, son extradition. Le président de la Cour est le dernier qui devra se prononcer, mais il a déjà indiqué qu’il y était favorable. La Cour devra également décider si le président Lula aura le dernier mot, ou s’il devra respecter la décision du tribunal.

Son avocat affirme que ‘Battisti est devenu le dernier trophée de l’Italie. Pour le gouvernement Berlusconi, mal en point et qui jouit d’un grand soutien de l’extrême droite, exhiber un communiste condamné à perpétuité est un triomphe politique‘. De plus, si cela devait être le cas, des représentants de divers pays ont déjà indiqué qu’ils demanderaient au Brésil d’annuler le statut de réfugié politique accordé à leur nationaux, ce qui concerne 4.183 réfugiés, qui seraient renvoyés dans leur pays.

Cesare Battisti

Depuis hier, des milliers de militants maoïstes manifestent à Katmandou dans ce qui est le plus grand rassemblement organisé depuis qu’ils ont perdu le pouvoir en mai dernier. La police a évalué leur nombre à 16.000 tandis que les maoïstes citent le chiffre de 200.000. Jeudi, ils ont bloqué les bâtiments du gouvernement au centre de la capitale, scandant des slogans contre le nouveau gouvernement de coalition et arborant des drapeaux rouges. Ce vendredi, la mobilisation reste très active.

Plus de 2.000 policiers anti-émeutes ont été déployés dans la capitale et ceux-ci ont fait usage de la force lors de la tentative des manifestants d’accéder aux bâtiments gouvernementaux. Ces violences auraient fait une vingtaine de blessés selon un responsable maoïste.

Manifestation maoïste au Népal

Manifestation maoïste au Népal

Au moins vingt-trois personnes ont été tuées au cours de combats entre l’armée philippine et la guérilla communiste dans le sud de l’archipel. Au moins dix militaires, un policier ainsi qu’un responsable de la sécurité du site ont également été blessés. La guérilla communiste a lancé, mercredi, une attaque contre un site d’exploitation de bois à Mindanao, tuant douze personnes dont huit soldats.

Ce vendredi 13 novembre 2009, les prisonniers politiques de groupe Zhara Boudkour et du groupe Abdelhak Ettelhawi entament une grève de la faim durant six jours. En cas de non réponse à leurs exigences, ils entameront une grève de la faim ouverte, mettant le régime en place au Maroc devant ses responsabilités. Cette lutte est une réponse au refus de l’administration de la prison de l’ouverture d’un dialogue sérieux et responsable avec eux en vue de régler leur situation à l’intérieur de la prison malgré la grève de la faim qui duré 46 jours et un nombre de grèves d’alerte qu’ils ont fait, et le dépôt du dossier de leurs exigences à l’administration de la prison.

Les prisonniers du groupe de Zahra Boudkour luttent contre les mauvaises conditions dans lesquelles vivent tous les détenus politiques au Maroc, ces conditions qui se manifestent dans la privation de l’éducation, de la télémédecine et des visites ouvertes sans condition, sans parler des cellules dans lesquelles ils sont serrés qui sont remplies de prisonniers sociaux, des harcèlements et provocations auxquels ils sont soumis par l’administrations de la prison, contre les procès formels contre eux (24 ans de prison ferme pour les membres du groupe).

Manifestation à Marrakech

Manifestation à Marrakech

Au moins neuf soldats colombiens dont un officier ont été tués et quatre blessés dans un combat avec les guérilleros des Forces Armées Révolutionnaires de la Colombie (FARC), mardi matin. Le combat s’est déroulé près de Corinto, une ville peuplée en grande partie par des indigènes, 300 kilomètres au sud-ouest de Bogota, dans les contreforts occidentaux de la chaîne de montagnes centrale de la Colombie. Le combat a opposé des guérilleros du 6e Front des FARC aux soldats de la 29ème Brigade de l’Armée. La guérilla a accroché les patrouilles de l’armée qui quadrillaient la nuit les alentours de la ville, et a pilloné au mortier la base militaire.

Eyüp Bas avait été hospitalisé à la fin du mois de septembre, suite à de violentes douleurs abdominales, à l’hôpital universitaire de Capa. Ses médecins lui ont alors diagnostiqué une jaunisse. Suite à des complications, le 6 novembre dernier, Eyüp Bas a été plongé dans un coma artificiel. Le soir du 9 novembre, son coeur s’est arrêté. Il n’avait que 41 ans.

Eyüp Bas est l’illustration de cette génération sacrifiée qui connut la prison dans les années 90 et l’assaut meurtrier du 19 décembre 2000. En dix années de captivité, Eyüp Bas subit de nombreuses tortures et garda des séquelles de ses multiples grèves de la faim (dont une de 69 jours qui coûta la vie à 12 autres détenus). Au moment de sa mort, il y avait dans son corps, près d’une vingtaine de grenailles de plomb tirées par les militaires lors de l’assaut du 19 décembre.

Muharrem Kursun, ex-gréviste de la faim mutilé et membre du Parti Ouvrier Communiste de Turquie (TKIP), témoigne: ‘Finalement, le 19 décembre, nous nous sommes réfugiés dans les sanitaires du dortoir qui avait été le moins touché par les bombes irritantes. Mais malgré tout, l’air y était irrespirable. Eyüp portait un tissu en main. Il le posa et le pressa sur ma bouche. Pendant ce temps, il respirait du gaz toxique. C’est là un des plus beaux exemples de camaraderie. Il était si brave qu’il pouvait sacrifier sa vie pour protéger un compagnon. Son audace lui venait de sa foi inébranlable en la révolution.

Eyüp Bas, ce cafetier devenu héros révolutionnaire était une figure emblématique de la gauche turque. Dès sa sortie de prison en 2004 et en tant que porte-parole du Front populaire (Halk Cephesi), il avait contribué au rassemblement de la gauche si souvent critiquée pour sa division. Eyüp était également présent dans de nombreux rendez-vous militants internationaux comme les Forums sociaux européens (FSE) ainsi que les rassemblements anti-impérialistes de Beyrouth et du Caire. L’ensemble des partis et des associations progressistes de Turquie et une partie du monde syndical ont rendu hommage émouvant à Eyüp Bas. Quelques heures après son décès, il a été inhumé, selon sa volonté, dans le quartier rebelle de Gazi, à côté du dirigeant révolutionnaire Dursun Karatas.

Eyüp Bas

Funérailles de Eyüp Bas

Eyüp Bas
Funérailles de Eyüp Bas

En 2003, la justice espagnole déclarait Batasuna parti illégal et prononçait sa dissolution. En juin dernier, la Cour Européenne des Droits de l’Homme à Strasbourg confirmait cette décision, affirmant qu’elle ‘répondait à une nécessité sociale impérieuse‘.

Batasuna s’était directement pourvu en appel et c’est ce 6 novembre qu’est tombée la décision définitive. Le collège de la grande chambre, qui fait office de cour d’appel à la Cour européenne, a confirmé les trois décisions prises fin juin, qui avaient affirmé l’illégalité de l’organisation. Pour la Cour, le projet de Batasuna est ‘en contradiction avec la conception de la société démocratique‘ et ‘comporte un fort danger pour la démocratie espagnole.’ Et donc de confirmer l’action du Tribunal Suprême espagnol, jugée par la Cour comme inscrite ‘dans le souci international de la condamnation de l’apologie du terrorisme‘. Définitivement, les juges ont donc décrété qu’il n’y a pas, dans le jugement espagnol, de violation de l’article 11 de la Convention européenne des droits de l’homme consacrant le droit à la liberté d’association et de l’article 10, consacrant la liberté d’expression.

Hier soir, quelques 409 antifascistes de gauche ont été arrêtés administrativement par les forces de police de Gand dans le cadre d’une nouvelle manifestation de protestation contre le cortège de la NSA (groupement d’extrême droite) prévu dans la journée. Deux policiers ont été blessé lors de confrontations au moment des interpellations. Selon la police, les personnes ont été arrêtées pour s’être écartées du tracé prévu. Aujourd’hui, elles ont toutes été libérées.

Manifestation antifa à Gand

Voir le journal télévisé de VTM

Manifestation antifa à Gand

Ce mercredi 11 novembre à l’aube, Ehsan (Esmaïl) Fatahian, 27 ans, originaire de la population déshéritée du Kurdistan, a été pendu dans la prison centrale de la capitale provinciale, Sanandaj. Il avait été arrêté le 20 juillet 2008 dans la ville kurde de Kamyiaran. Il avait d’abord été condamné à 10 ans de prison, puis sa peine avait été commuée en peine de mort. Eshan Fattahian était accusé d’être ‘morabeh’ (‘ennemi de Dieu’) et d’être militant du Komalah, une organisation communiste kurde.

Ehsan Fatahian

Vidéo d’hommage sur YouTube

Le site web du Komalah

Ehsan Fatahian