Depuis que Gloria Macapagal-Arroyo a pris le pouvoir aux Philippines en 2001, plus d’un millier de militants et militantes sociaux et politiques ont fait l’objet d’exécutions extrajudiciaires. Ces crimes demeurent largement impunis. Un exemple emblématique de la répression est l’arrestation, le 6 février dernier, de 43 personnels médicaux de la ville de Morong accusés par les militaires d’être des membres de la NPA.

Paris : Lundi 22 novembre, à partir de 19h30, au CICP,

Nanterre : Mardi 23 novembre, 12h, campus de l’Université de Nanterre (Amphi C2 / RER Nanterre université)

Lyon : Mardi 23 novembre, 19h, campus des quais de l’université Lyon II (arrêt de tram T1, rue de l’université)

Toulouse : Mercredi 24 novembre dès 19h30 à l’Université Toulouse 2 Le Mirail – Amphi 9 (dans l’Arche)
Métro Mirail Université – Ligne A

En présence de :
– Gwenola Ricordeau, porte parole de Karapatan-France (ONG philippine de défense des droits humains), sociologue
– Concepción Empeño, membre de Desaparecedos (une organisation de proches de « disparus »), dont la fille, Karen, une étudiante de l’Université des Philippines a disparu en 2006
– Dan, militant philippin, réfugié politique aux Pays-Bas

France/Philipines: Série de conférences

En juin dernier, la ville de Toronto a accueilli le sommet du G20. Dans le plan sécuritaire mis en place autour de l’événement, la police de Toronto avait acheté 77 caméras de surveillance supplémentaires installées pour couvrir tout le centre ville. De plus, elle avait fait l’acquisition de quatre Long Range Acoustic Device (arme non-léthale sonore destinée à contrôler les foules). Tous ces équipements devaient être enlevés après le sommet. Devaient… Le chef de la police de Toronto vient d’annoncer qu’il souhaitait conserver tout ce matériel et qu’il allait introduire sa demande officielle au mois de janvier, lors de la réunion du Bureau des Services de Police.

C’est également au cours de cette réunion que sera rendu public le bilan total de la facture pour la sécurité autour du sommet. Néanmoins, certains chiffres sont déjà connus: la location des radios a coûté 4,6 millions de dollars, les caméras et fibres optiques 1,1 million de dollars et la location du centre de détention 1,7 millions de dollars. A cela s’ajoute tous les frais entourant la venue d’un large effectif policier (hôtels, repas, équipements anti-émeutes,…). La première estimation totale s’élève à 676 millions de dollars.

Le militant japonais Hajime Matsumoto est la première cible de la loi spéciale pour la sécurité adoptée à l’occasion du G20. Ce dernier avait été invité à assister à un événement organisé par un collectif coréen pour la défense des droits civiques. L’office coréen de l’immigration l’a bloqué à l’aéroport et obligé à rentrer au Japon, sans lui donner d’explication. Matsumoto figure sur la liste noire du Ministère de la Justice en vue du G20 et en raison de son militantisme.

Plus de 500 militants anti-G20 de plus de 81 organisations se sont déjà réunis en fin de semaine dernière pour dénoncer la loi spéciale pour la sécurité qu’ils qualifient de ‘loi martiale’. Elle autorise en effet, entre autre, au chef du service de sécurité à mobiliser des effectifs policiers et militaires et à utiliser des armes acoustiques non-léthales (Lang Range Acoustic Device) contre les manifestations et les rassemblements.

C’est hier qu’est entré en vigueur le plan de sécurité du gouvernement coréen pour assurer le bon déroulement du G20 qui se tiendra les 11 et 12 novembre prochain. Ce plan mobilise plus de 60.000 membres des forces de sécurité et coûtera au total environ 24,3 millions de dollars.

Le périmètre de sécurité est divisé en trois couches. La couche extérieure est dessinée dans un rayon d’environ 2,5 kilomètres autour du COEX (centre de convention où se réuniront les dirigeants) et délimité par de hautes clôtures. La couche intermédiaire est la zone immédiatement voisine du centre, et la zone de haute sécurité est le COEX lui-même. Des remparts ont été placés le long de la couche intermédiaire. L’accès au périmètre sera contrôlé totalement, et ce jusqu’au soir du 12 novembre. Le Parc Olympique, situé à cinq kilomètres du centre de convention, a été désigné en tant que “zone de protestation pacifique”. Toute manifestation violente sera sévèrement arrêtée. Des 60.000 hommes mobilisés, 40.000 seront désignés pour assurer la sécurité du COEX et des participants au G20. La sécurité des aéroports principaux de Séoul sera aussi renforcée. Les avions des dirigeants seront escortés par des avions de combat coréens, et leurs voyages entre les aéroports, les hôtels et le COEX étroitement contrôlés par des voitures et des hélicoptères. Toutes ces actions sont prévues dans le cadre de la loi gérant les détails sécuritaires autour du G20, loi qui sera en vigueur du 1er octobre au 15 novembre.

Durant une conférence de presse organisée hier dans les montagnes du nord de l’Irak, un commandant supérieur du PKK a annoncé le prolongement du cessez-le-feu actuel jusqu’à la fin du mois d’octobre. Lors de cette annonce, il a également poussé le gouvernement turc à satisfaire les conditions pour un cessez-le-feu permanent. Les Kurdes appellent à l’arrêt des opérations militaires, à la libération des politiciens kurdes emprisonnés, au rabaissement du seuil électoral de 10% pour la représentation parlementaire et la mise en place d’un dialogue global pour trouver une solution à la question kurde. C’est la troisième fois que le PKK prend la décision de prolonger son cessez-le-feu, mais le gouvernement n’a encore pris aucune mesure sérieuse pour répondre à ses exigences. Pire, la Turquie a renforcé ses efforts diplomatiques avec l’Irak et les Etats-Unis pour raviver l’action trilatérale initiée le 12 avril dernier contre le PKK, que ces trois pays (entres autres) ont mis sur liste noire et qualifiée d’organisation terroriste.

La police sud-coréenne a annoncé ce mercredi avoir pris une nouvelle mesure pour garantir la sécurité des dirigeants des vingt pays les plus riches du monde lors de leur réunion les 11 et 12 novembre à Séoul. Le Convention and Exhibition Center, situé au sud de la ville et où se rassembleront les participants sera encerclé par une clôture. Selon les informations recueillies sur place, celle-ci sera haute de 2,2 mètres, aura une base en béton et s’étirera sur plus de 1,6 kilomètres. La barrière est composée de 800 segments et peut facilement être déplacée vers d’autres lieux. La police a également déclaré que dès le 1 octobre, tous les passagers suspects atterrissant sur le territoire seront contrôlés par des scanners intégraux.

Les hauts fonctionnaires du gouvernement turc se sont réunis ce mercredi pour une réunion top secrète dans les bureaux du premier ministre Erdogan. L’ordre du jour portait notamment sur la conduite à tenir vis à vis du PKK et à déterminer la voie que la Turquie va adopter dans sa politique de contre-guérilla. Peu d’éléments ont filtré de ce rendez-vous, mais il semblerait que les autorités vont prendre de nouvelles mesures politiques et économiques visant à couper les guérilleros des masses populaires. De nouvelles mesures de sécurité devraient permettre également de diminuer la pression visible du gouvernement.

Les dirigeants des vingt économies mondiales dominantes ont prévu de se rassembler les 11 et 12 novembre prochains à Seoul. Un nouveau G20 qui va apporter encore plus de nouvelles mesures sécuritaires. Le chef d’état-major a déclaré que plus de 10.000 soldats seraient mobilisés. Pour la première fois dans l’histoire du G20, un centre de commandement militaire coordonnera les opérations de sécurités effectuées durant tout le sommet. Les effectifs militaires comprendront des navires de la marine et des avions de combat qui patrouilleront dans les ports et les espaces aériens coréens. Le centre de commandement travaillera également avec l’Agence Nationale de Police et d’autres services de sécurité. Le chef d’état-major a avoué son ambition de faire de ce G20 le sommet le plus sûr de l’histoire et capable de contrer toute menace.

Afin de tenter d’identifier l’ensemble des “fauteurs de troubles” du G20 de Toronto au mois de juin, la police a confié toutes ses images à un spécialiste en reconnaissance faciale. Ce dernier utilise le logiciel de dernière génération utilisé par les banques, dont nous avons précédemment parlé, pour analyser le matériel policier constitué de plus de 28.000 images et de quelques 600 vidéos. Ces images proviennent des caméras en circuit fermé qui ont tourné durant toute la durée du sommet, mais ce sont également des photos fournies par des particuliers et des policiers en civil présents sur place.

Jusqu’à présent, l’unité d’enquête a arrêté vingt personnes et a déposé une soixantaine d’accusations. L’identification des suspects a mobilisé les policiers durant plusieurs semaines. Les services de police de Montréal et de New-York ont aussi été mis à contribution. Mais la police de Toronto n’est toujours pas parvenue à identifier tous les militants qu’elle souhaite traduire en justice, notamment les membres du Black Bloc, et a donc décidé de faire appel à l’informatique.

Identification par logiciel informatique

Identification par logiciel informatique