Le 8 juin dernier, Georges Abdallah a déposé une nouvelle demande – la 10e – de libération conditionnelle devant le tribunal d’application des peines de Paris. Rappelons que ce prisonnier politique, incarcéré depuis 1984 pour complicité dans des actes de résistance à l’invasion sioniste de son pays, le Liban, libérable depuis 1999, est maintenu en prison sur injonction du gouvernement étatsunien malgré deux libérations prononcées par le tribunal d’application des peines. Rappelons aussi que ce militant communiste révolutionnaire, tout au long de son incarcération, n’a jamais rien renié de son engagement anti-impérialiste, son attachement à la cause des peuples.  Rassemblement devant le ministère de la Justice pour exiger la libération de Georges Abdallah ce jeudi 28 septembre de 18h30 à 20h. A l’angle de la rue de la Paix et de la rue Danielle Casanova (Paris 2e)

Toby Shone est un anarchiste qui a été incarcéré pendant presque deux ans, car accusé d’être l’administrateur du projet de contre-information 325.nostate.net (voir notre article). Après que les poursuites pour des raisons politiques soient tombées, Toby a été condamné à 3 ans et 9 mois pour la possession de cannabis et de LSD (voir notre article). Il a été libéré le 28 décembre dernier, avec des restrictions importantes, sous la surveillance d’une équipe multi-forces qui comprenait la National Security Division (anti-terrorisme) et il a été obligé de vivre pendant 9 mois au centre d’hébergement de Gloucester.

Il avait déménagé depuis à peine 9 jours dans un appartement quand, le matin 19 septembre,  il a été arrêté alors qu’il se rendait en voiture à un rendez-vous avec son conseiller de probation. Il serait accusé d’avoir enfreint deux des conditions de sa semi-liberté (avoir été en possession d’un téléphone et avoir participé à une réunion à Bristol en août). On peut lui écrire à cette adresse : Toby Shone / prisoner’s number : A7645EP / HMP Bristol / 19 Cambridge Road / Bishopston / Bristol BS7 8PS (Royaume-Uni).

De nombreux militants et de chefs amérindiens se sont rassemblés devant la Maison Blanche mardi passé pour soutenir Leonard Peltier à l’occasion de son 79e anniversaire et alors qu’il purge sa 48e année de détention. Membre de la tribu Chippewa de Turtle Mountain, Leonard Peltier a participé activement à l’American Indian Movement, qui a vu le jour dans les années 1960 pour s’attaquer aux brutalités policières et aux discriminations envers les Amérindiens. L’AIM a fait les gros titres en 1973 lorsqu’il a pris le contrôle du village de Wounded Knee, dans la réserve de Pine Ridge, ce qui a conduit à un affrontement de 71 jours avec les agents fédéraux. Les tensions entre l’AIM et le gouvernement ont mené à la fusillade au cours de laquelle les deux agents du FBI ont été abattus. Leonard Peltier a été condamné au terme d’un procès plus que douteux. Détenu depuis 48 ans; il a épuisé ses possibilités d’appel et ses demandes de libération conditionnelle ont été rejetées, y compris par le président Obama.

Leonard Peltier avait rédigé pour la manifestation une déclaration, qui a été lue à haute voix devant la Maison-Blanche, dans laquelle il remerciait les personnes qui avaient fait pression en faveur de sa libération: « J’espère pouvoir respirer de l’air libre avant de mourir. L’espoir est une chose difficile à garder, mais personne n’est assez fort pour me l’enlever. Il reste beaucoup de travail à faire. J’aimerais sortir et me joindre à vous pour le faire ». 35 personnes ont été arrêtée parmi lesquelles Fawn Sharp, présidente du Congrès national des Indiens d’Amérique (NCAI).

 

 

Le 4 septembre, l’ancien étudiant-chercheur de l’Université d’État de Moscou et prisonnier politique Azat Miftakhov a été libéré de la colonie pénitentiaire où il était enfermé. Il avait été condamné sur base de témoignage extorqués sous la torture, notamment sous l’accusation d’avoir lancé un fumigène dans l’un des bureaux du parti Russie Unie de Poutine. Le jour de sa libération, le Service Fédéral de Sécurité (FSB) l’a arrêté dans le cadre d’une procédure pénale pour « apologie du terrorisme ». Selon le FSB, Azat a discuté avec d’autres prisonniers de la guerre en Ukraine et de l’action de l’anarchiste Mikhail Zhlobitsky, qui a provoqué une explosion dans un bâtiment du FSB et y est mort, en 2018. Miftakhov a refusé de plaider coupable. Le 5 septembre 2023, le tribunal l’a envoyé en détention pour deux mois, à cause de l’ouverture d’une nouvelle enquête. Vous pouvez aider sa famille a lui payer un avocat via le compte Paypal de l’ABC Moscou : abc-msk@riseup.net (indiquer « pour Miftakhov » dans l’objet).

 

Thomas Meyer-Falk, né le 15 mai 1971 a enfin été libéré. Il était en prison depuis son arrestation en 1996 dont plusieurs années à l’isolement. Il avait été condamné en 1997 pour un braquage de banque, qui devait permettre d’organiser des fonds pour des projets politiques de gauche légaux et illégaux. Il se définit lui-même comme RASH (red & anarchist skinhead). Pendant sa détention, il a subit d’autres condamnations pour « insultes » et « menaces » contre des juges, des procureurs, ainsi que quelques hommes politiques. Après les 17 annnées de détention pénale pour son hold-up, Thomas a été transféré en 2003 à la prison de Fribourg pour une « détention de sûreté » en tant que « danger pour la société ». Thomas a été libéré hier 29 août, après 27 ans de prison…

Dossier(s): Allemagne Tags: ,

C’est une première dans l’histoire judiciaire de Guantanamo. Un magistrat militaire de la prison américaine bâtie sur l’île de Cuba a décrété que les aveux de l’un des détenus, Abd al-Rahim al-Nashiri, avaient été obtenus sous la torture. Cet islamistes saoudien est soupçonné d’avoir commandité un attentat en octobre 2000 contre le destroyer américain USS Cole dans le port d’Aden au Yémen. Soupçonné d’avoir opéré pour al-Qaïda et d’avoir une responsabilité dans les attentats du 11 septembre 2001, Al-Nashiri a été arrêté à Dubaï en 2003. Le Saoudien est alors détenu et torturé dans plusieurs prisons secrètes de la CIA, de la Pologne à la Thaïlande, avant d’atterrir à Guantanamo.  Une quinzaine d’autres détenus torturés par la CIA pourraient aussi voir invalider les aveux qui leur avaient été extorqués.

Alfredo Cospito, actuellement détenu dans la prison de Bancali (Sassari), va bien physiquement et a repris du poids, après les six mois de grève de la faim. Malheureusement, il reçoit très peu de courrier, presque pas, et la prison ne lui communique même pas toujours quand ils retiennent des lettres, des cartes postales ou des télégrammes qui lui sont adressés. Un appel a été lanc& à lui écrire des lettres ou des cartes postales en utilisant des lettres recommandées avec avis de réception, pour augmenter la possibilité qu’on les lui donne, ou bien, si la prison les garde, qu’il en soit informé. Alfredo Cospito / Casa Circondariale « G. Bacchiddu » / Strada provinciale 56, n.c. 4 / Località Bancali / 07100 – Sassari (Italie).

Lire l’analyse-bilan du Secours Rouge de Turin sur les 11 mois de lutte en solidarité avec Alfredo Cospito

Dossier(s): Italie Tags: , ,

La Célula Sediciosa Santiago Maldonado – Nueva Subversión (Cellule séditieuse Santiago Maldonado – Nouvelle subversion) a attaqué et détruit un bus de la RED (les transports en commun de le région métropolitaine de Santiago) avec un engin incendiaire, devant la prison de San Miguel. Le communiqué salue la prisonnière anarchiste Mónica Caballero, enfermée justement dans la prison de San Miguel, qui se trouve à faire face à un nouveau procès, aux côtés de Francisco Solar, pour plusieurs attaques explosives contre des hommes de la répression et des puissants. Il salut aussi Itamar Díaz, qui, il y a peu de temps, a été punie par les gardiennes de San Miguel, après qu’elle s’est heurtée à leurs dynamiques autoritaires, et anarchistes enfermé.es dans la prison de Santiago 1, qui ont été dispersé.es dans des bâtiments différents, après s’être solidarisé.es avec Itamar.

Hier, 8 août, à l’aube, le parquet de Gênes et la DIGOS de La Spezia, ont mené une énième opération de répression contre le mouvement anarchiste. Dix militants anarchistes sont accusés dans cette enquête, dont cinq camarades de Carrare, pour lesquels le procureur avait initialement demandé la mise en détention. Outre les perquisitions dans les domiciles, le Cercle culturel anarchiste « Gogliardo Fiaschi », le centre historique des anarchistes à Carrare, a fait l’objet d’une descente. Des magazines, des livres, des tracts, des affiches et des supports informatiques ont été saisis. Le juge des enquêtes préliminaires a décidé de quatre assignations à résidence avec toutes les restrictions, de cinq assignations à résidence avec retour en prison de nuit. Un camarade ne fait l’objet d’aucune restriction. Luigi, un des quatre camarades assignés à résidence n’avait pas de résidence officielle : il a donc été transféré à la prison de La Spezia.

Les camarades sont accusés d’association subversive à des fins de terrorisme (art. 270 bis du code pénal) et d’incitation à commettre un crime (article 424 du code pénal) aggravée par l’objectif de terrorisme, en ce qui concerne la publication, la diffusion et l’utilisation d’informations sur le terrorisme, en relation avec la publication, à partir de 2020, du bimensuel anarchiste internationaliste « Bezmotivny », ainsi qu’atteinte à l’honneur et au prestige du Président de la République et impression clandestine. Pour écrire à Luigi : Luigi Palli / Casa circondariale di La Spezia / Piazza G. Falcone e P. Borsellino n. 1 / 19125 La Spezia (SP) / Italie

Dossier(s): Italie Tags: , ,