Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Marina Bernadó était une des deux dernières prisonnières politiques catalanes incarcérées pour avoir prit part à la lute d’ETA. Clandestine en France entre 2001 et 2006 , puis incarcérée jusqu’à la fin de la semaine dernière à la prison des femmes de Rennes , elle a été extradée vers l’Espagne qui vient de la relâcher sans peine supplémentaire. Il ne reste qu’une prisonnière catalane détenue pour avoir participé à l’action d’ETA, Dolores “Lola” López Resina, toujours détenue à la prison de Brieva (Àvila).

La libération de Marina Bernadó


Le comité d’accueil à Barcelone

La libération de Marina Bernadó
Le comité d'accueil à Barcelone

Édit 05/06 : Le bilan depuis lundi s’élève désormais à 60 morts selon un bilan d’un comité de médecins.

Depuis le 6 avril, plusieurs dizaines de milliers de manifestant·e·s menaient un sit-in devant le quartier général de l’armée à Khartoum. Initialement mis en place dans le cadre du mouvement de plusieurs mois pour réclamer le départ du président président Omar el-Béchir, destitué cinq jours plus tard par l’armée (voir notre article), le mouvement s’est poursuivi exiger le transfert du pouvoir aux civils. Un conseil militaire a effectivement pris le pouvoir au Soudan prétendant assurer une période de transition.

Lundi 3 juin, l’armée est intervenue contre les manifestant·e·s. L’attaque a fait au moins 35 morts et 116 blessés. L’assaut des militaires était coordonné : des barrages routiers ont été installés par l’armée, qui s’est déployée dans toute la capitale. Au même moment, les sit-in des villes de Damazin, Port-Soudan et Al-Qadarif étaient également dispersés. A Khartoum, des arrestations, des flagellations, des bastonnades ont été filmées dans plusieurs quartiers.

Un Turc de 53 ans résidant en Belgique, à Willebroek, est incarcéré en Turquie depuis deux mois. La police a arrêté Ali Akyüz alors qu’il rendait visite à sa famille en Turquie. Le 18 juin, il sera présenté devant un juge turc. Il risque 20 ans de prison au total pour “terrorisme”. M. Akyüz a partagé un article au sujet de deux enseignants qui avaient perdu leur poste au lendemain du coup d’État manqué en Turquie (voir notre article) et, en 2015, un autre article avec une interview avec d’activistes qui occupaient le parc de Gezi. Sur la photo illustrant l’article partagé, les activistes posaient avec le drapeau du DHKPC.

Ali Akyüz

Ali Akyüz

Le 28 mai, une audience publique relative à la procédure judiciaire “Perseus” s’est tenue dans la salle d’audience de la base navale de Callao. Au cours de l’audience, l’apparition d’Abimael Guzmán, le Président Gonzalo du PCP-SL, a été accueillie par l’assistance par des applaudissements nourris et des acclamations enthousiastes. Le tribunal a rappelé en vain l’assistance à l’ordre et a fini par faire évacuer purement et simplement la salle.

L’opération “Perseus” est une suite d’enquêtes policières menées entre 2012 et mars 2013, suite à quoi 34 membres du Mouvement pour l’amnistie et les droits fondamentaux, le MOVADEF, ont été arrêtés (voir notre article). C’est un procès par lequel les autorités péruviennes accusent le MOVADEF d’être la façade légale du PCP-SL. La police affirme avoir des enregistrements établissant que, de sa prison, le Président Gonzalo donnait des instructions au mouvement tandis que la guérilla maoïste du Huallaga, dirigée par le “camarade Artemio”, le finançait. Ces accusations sont rejetées en bloc par le MOVADEF qui dénonce un procès politique visant à empêcher que se fasse entendre la voix communiste dans le pays.

Les acclamations à l’audience

Les acclamations à l'audience

La décision de la cour d’appel du 10 mai concernant Nikos Maziotis dans l’affaire de l’attaque à l’explosif contre la Banque de Grèce et le FMI revendiquée par Lutte Révolutionnaire a réduit la peine de prison à vie en 25 ans de réclusion. Cette décision influencera nécessairement celle du procès en appel pour Pola Roupa qui sera jugée pour cette même attaque en février 2020. Pola avait été condamnée en première instance à une peine d’emprisonnement à perpétuité (voir notre article).

Lire le communiqué (en anglais) de Nikos et de Pola: Conclusions and Political Importance of the Judgement of the Second Revolutionary Struggle Trial

Pola Roupa et Nikos Maziotis

Pola Roupa et Nikos Maziotis

Le prisonnier politique basque Iñaki Bilbao ‘Txikito’, qui purge une peine dans la prison de Puerto III, se voit obligé de mettre des menotte lors des visites. ‘Txikito’ a fait savoir qu’il n’irait plus aux visites tant que les autorités ne renonçaient pas à cette mesure. ‘Txikito’, de la ville de Lezama dans la région de Bizkaitarra, est le prisonniers basque qui a passé plus d’années en prison. Il a déjà passé 35 années en prison, en deux fois. Il a déjà purgé 12 années de son dernier lot de condamnations qui s’élève au total
à 68 ans et 7 mois, de sorte qu’il ne sera libéré de prison qu’en 2070.

Les autorités judiciaires et carcérales espagnoles s’acharnent particulièrement contre lui en raison de ses positions critiques envers l’abandon de la lutte armée par ETA.

Iñaki Bilbao ‘Txikito’

Iñaki Bilbao 'Txikito'

Mercredi 22 mai 2019, une Gilet Jaune de Toulouse a été condamnée à sept mois de prison dont deux mois fermes. Elle était accusée d’avoir diffusé le visage des policiers de la BAC sur Internet avec des légendes telles que « Voici l’ennemi ». En réalité, elle n’a fait que diffuser des images de violences policière sur Facebook, auxquels des gens ont réagi de manière véhémente contre la police.

Le tribunal l’a condamnée pour « complicité d’outrage et délit de diffusion d’images » à sept mois de prison dont cinq avec sursis, et mandat de dépôt à la clé. Elle devra verser 3 400 € aux policiers niçois visés. La Gilet Jaune est déjà en prison depuis début avril où elle purge une peine de sept mois de prison ferme suite à des violences en manifestation.

Les gilets jaunes à Paris (archive)

Les gilets jaunes à Paris (archive)

Dimanche 26 mai, Leyla Güven a annoncé qu’elle cessait la grève de la faim qu’elle menait pour mettre fin aux mesures d’isolement imposées à Öcalan. Elle avait initié cette grève le 7 novembre 2018 et avait ensuite été rejointe par des milliers de prisonniers, ainsi que par des dizaines de militant·e·s au Kurdistan, en Europe et ailleurs.

Hier, Öcalan a remis un message, via ses avocats, dans lequel il demandait de mettre un terme à ces grèves. Conformément au message d’Ocalan, une porte parole des 7 mille prisonniers en Turquie, a alors annoncé la cessation de celles-ci. Cette grève se termine également puisque Leyla Güven estime avoir atteint son objectif en mettant fin aux mesures d’isolement (voir notre article).

Une affiche de solidairté avec Leyla Güven (archive)

Une affiche de solidairté avec Leyla Güven (archive)

Le 17 mai, Reni Desmiria, la secrétaire du syndicat de l’usine de fruits de mer Bumi Menara Internusa (BMI), a été arrêtée, accusée par la direction d’avoir remis un faux certificat d’études secondaires pour pouvoir être embauchée. Elle a été dénoncée à la police par la direction de l’usine, celle-ci ayant insisté pour qu’elle soit arrêtée. La direction réclame la peine maximale dans ce genre de cas en Indonésie, c.-à-d. 6 ans de prison.

Reni Desmiria travaille depuis huit ans à l’usine. Depuis 2012, le SPBMI (syndicat des travailleurs du BMI) s’efforce de mettre un terme aux abus généralisés dans l’usine, notamment le recours massif aux contrats de travail occasionnels, qui créent une insécurité permanente et touchent particulièrement les nombreuses femmes de l’usine. Depuis le 23 mai, le syndicat organise des manifestations pour réclamer sa libération.

Manifestation de soutien à Reni Desmiria

Manifestation de soutien à Reni Desmiria

Le prisonnier républicain Seamus McGrane, âgé de 64 ans, est décédé d’une crise cardiaque alors qu’il purgeait une peine de onze ans et demi d’emprisonnement. Il avait été accusé d’être un des dirigeant de l’IRA Véritable (Real IRA) et d’avoir planifié une attaque à l’explosif contre la visite d’Etat du prince Charles en 2015. McGrane a été arrêté six jours avant l’attaque prévue. Des perquisitions ont ensuite été effectuées et des explosifs avait été trouvée (voir nos article ici et ici).

McGrane était un vieux combattant de la libération de l’Irlande. Il avait été emprisonné une première fois comme membre de l’IRA en 1976. Il avait été emprisonné une seconde fois en 2001 pour avoir organisé un camp d’entraînement clandestin avec un stand de tir.

Seamus McGrane

Seamus McGrane