Alfredo Cospito, actuellement détenu dans la prison de Bancali (Sassari), va bien physiquement et a repris du poids, après les six mois de grève de la faim. Malheureusement, il reçoit très peu de courrier, presque pas, et la prison ne lui communique même pas toujours quand ils retiennent des lettres, des cartes postales ou des télégrammes qui lui sont adressés. Un appel a été lanc& à lui écrire des lettres ou des cartes postales en utilisant des lettres recommandées avec avis de réception, pour augmenter la possibilité qu’on les lui donne, ou bien, si la prison les garde, qu’il en soit informé. Alfredo Cospito / Casa Circondariale « G. Bacchiddu » / Strada provinciale 56, n.c. 4 / Località Bancali / 07100 – Sassari (Italie).

Lire l’analyse-bilan du Secours Rouge de Turin sur les 11 mois de lutte en solidarité avec Alfredo Cospito

Dossier(s): Italie Tags: , ,

La Célula Sediciosa Santiago Maldonado – Nueva Subversión (Cellule séditieuse Santiago Maldonado – Nouvelle subversion) a attaqué et détruit un bus de la RED (les transports en commun de le région métropolitaine de Santiago) avec un engin incendiaire, devant la prison de San Miguel. Le communiqué salue la prisonnière anarchiste Mónica Caballero, enfermée justement dans la prison de San Miguel, qui se trouve à faire face à un nouveau procès, aux côtés de Francisco Solar, pour plusieurs attaques explosives contre des hommes de la répression et des puissants. Il salut aussi Itamar Díaz, qui, il y a peu de temps, a été punie par les gardiennes de San Miguel, après qu’elle s’est heurtée à leurs dynamiques autoritaires, et anarchistes enfermé.es dans la prison de Santiago 1, qui ont été dispersé.es dans des bâtiments différents, après s’être solidarisé.es avec Itamar.

Hier, 8 août, à l’aube, le parquet de Gênes et la DIGOS de La Spezia, ont mené une énième opération de répression contre le mouvement anarchiste. Dix militants anarchistes sont accusés dans cette enquête, dont cinq camarades de Carrare, pour lesquels le procureur avait initialement demandé la mise en détention. Outre les perquisitions dans les domiciles, le Cercle culturel anarchiste « Gogliardo Fiaschi », le centre historique des anarchistes à Carrare, a fait l’objet d’une descente. Des magazines, des livres, des tracts, des affiches et des supports informatiques ont été saisis. Le juge des enquêtes préliminaires a décidé de quatre assignations à résidence avec toutes les restrictions, de cinq assignations à résidence avec retour en prison de nuit. Un camarade ne fait l’objet d’aucune restriction. Luigi, un des quatre camarades assignés à résidence n’avait pas de résidence officielle : il a donc été transféré à la prison de La Spezia.

Les camarades sont accusés d’association subversive à des fins de terrorisme (art. 270 bis du code pénal) et d’incitation à commettre un crime (article 424 du code pénal) aggravée par l’objectif de terrorisme, en ce qui concerne la publication, la diffusion et l’utilisation d’informations sur le terrorisme, en relation avec la publication, à partir de 2020, du bimensuel anarchiste internationaliste « Bezmotivny », ainsi qu’atteinte à l’honneur et au prestige du Président de la République et impression clandestine. Pour écrire à Luigi : Luigi Palli / Casa circondariale di La Spezia / Piazza G. Falcone e P. Borsellino n. 1 / 19125 La Spezia (SP) / Italie

Dossier(s): Italie Tags: , ,

Le célèbre sociologue marxiste Boris Kagarlitsky, auteur de plusieurs livres remarqués, est actuellement détenu et risque jusqu’à 7 ans de prison s’il est reconnu coupable de l’accusation de « justification du terrorisme ». Son crime est d’avoir dénoncé l’invasion de l’Ukraine par le président russe Vladimir Poutine. La décision du 26 juillet de le détenir jusqu’à son audience fin septembre a été prise devant un tribunal à huis clos de la ville reculée de Syktyvkar – loin de Moscou où il avait été arrêté la veille – et en l’absence de son avocat. Les agents du Service fédéral de sécurité (FSB) ont également ciblé Rabkor (« Correspondant ouvrier »), la plateforme médiatique en ligne que Kagarlitsky édite. Jusqu’à présent, au moins trois personnes associées à Rabkor ont été perquisitionnées et interrogées.

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: ,

Magee a grandi en Louisiane et, en 1955, à l’âge de 16 ans, il est arrêté pour « tentative de viol » pour avoir eu une relation avec une femme blanche dans une région contrôlée par le Ku Klux Klan. Magee sera condamné à huit ans de prison dans le bagne agricole d’Angola puis recevra l’ordre de quitter la Louisiane en 1962. Magee s’est rendu, ensuite, à Los Angeles où il a été arrêté pour un conflit lié à 10 dollars de marijuana. Après son arrestation, il a été battu si violemment qu’il sera hospitalisé pendant trois jours. Il sera condamné à une peine allant « de sept ans à la prison à vie » dans le cadre d’une politique californienne de condamnation systématique des Noirs et des Hispanique à des peines de durée indéterminée pour des délits mineurs.

Comme George Jackson (qui avait été condamné à une peine de durée indéterminée pour un vol de voiture) et tant d’autres Noirs incarcérés, Magee s’est politisé pendant son incarcération, adoptant le deuxième prénom « Cinque » en hommage au leader de la rébellion sur le navire négrier Amistad. Il deviendra le conseiller juridique de ses co-détenus. Il intentera et gagnera un procès permettant de dédommager la famille d’un prisonnier battu à mort par les gardiens de San Quentin en février 1970. Magee devient alors une figure politique connue, ce qui éloigne toute possibilité de libération.

Le 7 août 1970, Jonathan Jackson, le frère de George Jackson, âgé de 17 ans, fait irruption dans une salle d’audience du comté de Marin, armé de fusils, avec l’intention de s’emparer de la salle d’audience pour exiger la libération des « frères de Soledad ». Ceux-ci étaient accusés d’avoir tué un gardien blanc à la prison Soledad, connue pour ses meurtres racistes et ses brutalités à l’encontre des prisonniers noirs et hispaniques. Trois prisonniers, dont Magee, qui se trouvaient par hasard dans la salle d’audience, se sont joints à Jonathan Jackson. Les quatre hommes tentent de s’enfuir en prenant pour otages, le juge, le procureur et trois jurés. Les gardiens tirent sur leur camionnette, tuant tout le monde sauf Magee et le procureur qui seront grièvement blessés. Magee sera condamné en 1975 à la prison à vie pour « kidnapping » et jusqu’à aujourd’hui toutes les demandes de libération conditionnelle étaient refusées. Il sera maintenant libéré à l’âge de 82 ans, après avoir purgé plus de 58 ans de prison.

 

Mutulu Franklin est décédé dans sa cellule, à 72 ans, dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7. Combattant de la Black Liberation Army, beau-père de Tupac Shakur, il a passé 36 ans derrière les barreaux après avoir été condamné à 60 de prison. La liberté conditionnelle lui a été refusée à neuf reprises et on lui a diagnostiqué un cancer de la moelle osseuse en phase terminale, les médecins lui donnant six mois à vivre. Il avait été accusé et reconnu coupable pour son implication dans  une opération de financement de la Black Liberation Army qui avait coûté la vie à deux policiers de New York et d’un garde armé. Mutulu Shakur avait aussi été reconnu coupable d’avoir participé à l’organisation de l’évasion d’Assata Shakur, une dirigeant de la BLA, d’une prison du New Jersey en 1979. Assata Shakur réside aujourd’hui à Cuba.

 

Hier, jeudi 5, le tribunal de Gênes a rendu son jugement en première instance pour le procès « Diamante », contre les compagnons anarchistes Evelin et Gianluca (suite aux arrestations du 16 mars 2022). Evelin a été acquittée de toute accusation et Gianluca a été condamné à 4 ans et 6 mois de prison (en plus de 15 000 euros d’amende), pour « possession illégale d’explosifs » (art. 1 et 2 de la loi n°895/67) et « tentative de délit » (art. 56 du code pénal), alors qu’il a été acquitté de l’accusation de « fabrication ou possession de matériel explosif, dans le but de porter atteinte à la sécurité publique » (art. 435 du code pénal). La circonstance aggravante de la « finalité de terrorisme ou de subversion de l’ordre démocratique » (en relation avec l’art. 270 bis, §1 du code pénal), envisagée pendant l’enquête, n’a pas été retenue. Le parquet avait demandé 5 ans et 6 mois de prison (en plus de 15 000 euros d’amende) pour Evelin et 9 ans et 6 mois (et 30 000 euros) pour Gianluca. Ce dernier est toujours aux arrestations domiciliaires avec toutes les contraintes.

Dossier(s): Italie Tags: , ,

La Cour d’appel de Turin condamné Anna Beniamino  à 16 ans et 9 mois (au lieu de 17 ans en première instance) et Alfredo Cospito à 23 ans (au lieu de perpétuité). Le parquet avait demandé la perpétuité pour Alfredo et 27 ans pour Anna. En première instance, Anna et Alfredo avaient été condamné pour association subversive avec finalité de terrorisme et de subversion de l’ordre démocratique, attentat avec finalités de terrorisme, provocation aux crimes et délits avec la circonstance aggravante de la finalité de terrorisme, etc., mais aussi et surtout pour « attentat-massacre » (« strago »), alors même qu’il n’y avait pas eu de blessé. La qualification d’attentat-massacre avait impliqué la condamnation obligatoire d’Alfredo à la perpétuité sans possibilité de libération anticipée, et qu’il soit détenu au 41bis. Ce caractère obligatoire de la peine de perpétuité avait été modifiée par la Cour constitutionnelle le 18 avril dernier, alors qu’Alfredo menait sa grève de la faim. C’est cette décision qui a amené Alfredo a suspendre sa grève (voir notre article) et de fait, cette décision a donc permis de faire tomber la perpétuité.

Alfredo Cospito

Alfredo Cospito

Dossier(s): Italie Tags: , ,

Le 14 juin, le Conseil judiciaire d’Amfissa a décidé le militant anarchiste Giannis Michailidis devait être mis en liberté conditionnelle. La libération a eu lieu deux jours plus tard. Giannis, après une lutte acharnée au cours de laquelle il a fait une grève de la faim de 33 jours et une grève de la soif de 4 jours, a donc réussi à obtenir ce à quoi il avait droit et qu’il réclamait depuis l’année dernière.

La solidarité allait croissante avec Giannis. Parmi les dernières initiatives nous pouvons mentionner l’incendie d’un véhicule de la chaîne de supermarché AB Vassilopoulos (photo), le ΚΕΠ (le bureau étatique de conseils aux citoyens) et l’ELΤΑ (la Poste) du secteur de Kaisariani (banlieue d’Athènes) avient été attaqués.

Dossier(s): Grèce Tags: , ,