Suite à la jambisation de la semaine dernière (deux personnes masquées à moto avait tiré dans la jambe d’un patron de l’industrie nucléaire) la police italienne a indiqué ce matin être à la recherche de deux anciens membres des Brigades Rouges qui auraient tenté de reconstituer une cellule en l’an 2000. La police a également indiqué que les deux suspects auraient été en contact avec un Génois enprisonné après que l’on ait retrouvé d’anciennes armes soviétiques chez lui.

31 Mars, Journée européenne d’actions contre le capitalisme, des manifestations et actions ont été organisées dans plusieurs pays européens. À Frankfort, point de départ de la plateforme, 6’000 personnes ont manifestés. Après que la BCE, le QG de la police et des agences d’intérim aient été attaqués à coup de pierres et de bombes de peinture, la police a encerclé 150 manifestants dans un kessel durant plus de 6h. La legal-team a systématiquement été niée par la police alors que les avocats étaient renvoyés d’où ils venaient. Le nombre d’arrestations reste inprécis à l’heure actuelle.

À Utrecht, 300 personnes ont manifesté, il n’y a pas eu d’affrontements.
À Milan, 10’000 personnes ont défilé, à Athènes et à Kiev plusieurs centaines de personnes également.

Cinq prisonniers révolutionnaires détenus à la prison de Siano (parmi lesquels quatre militants du Parti Communiste Politico-Militaire) se sont constitués en janvier en un collectif pour mieux affronter leurs responsabilités de militants révolutionnaires détenus. Ils ont exposé les raisons de ce choix et la compréhension qu’ils ont de leurs responsabilités dans un court document qui vient d’être traduit.

Lire ici en français le document constitutif du Collectif – format .pdf

La répression continue de frapper les membres des familles des dirigeants communistes clandestins aux Philippines. Michele Adelantar, 17 ans, est la fille d’un des cadres du Parti Communiste des Philippines et de la Nouvelle Armée Populaire. Elle a été enlevée et placée en détention le 3 février dernier à San Jose de Buan, Samar de L’Ouest par les troupes du 34ème Bataillon d’Infanterie simplement parce qu’elle était l’enfant d’un cadre du CPP-NP. Elle a été placée en garde à vue militaire, mais plus tard transférée au Département de Protection Sociale et du Développement.

L’histoire a des précédents: les militaires s’en sont déjà pris aux parents de membres et de dirigeants de la résistance. Ils ont ainsi violé Rebelyn, la fille de Leoncio ‘Ka Parago’ Pitao.

07/03/2010

Clara Zetkin

Jaquette du cahier n°7

Sommaire

-1. Biographie
-2. Ce n’est qu’en conjonction avec la femme prolétaire que le socialisme vaincra
-3. Discours au Reichstag contre le fascime

Le document de Clara Zetkin: Ce n’est qu’en conjonction avec la femme prolétaire que le socialisme vaincra, que nous publions ici, est inédit en français et a été traduit par nos soins à l’occasion de la Journée internationale de la femme 2010. Il a été lu par Clara Zetkin au Congrès du Parti social-démocrate allemand à Gotha, le 16 octobre 1896.

Lire le contenu du cahier n°7 – format pdf

Jaquette du cahier n°7

Les forces de sécurité iraniennes auraient abattu quatre guérilleros du Komalah, une organisation communiste kurde, dans le Kurdistan iranien. Le groupe de guérilleros serait tombé dans une embuscade tendue près de la ville Kurde de Sardasht, dans la province de l’Azerbaïdjan. Ce sont des troupes du Ministère du Renseignement qui avait dressé l’embuscade. Fin décembre, trois officiers chargés de la sécurité dans la même province avaient été abattu par la guérilla du Komalah.

Dimanche 10 janvier 2010 a eu lieu à Berlin la manifestation annuelle en l’honneur de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht, les cofondateurs du parti communiste d’Allemagne (KPD) assassinés le 15 janvier 1919. L’hommage à Luxembourg et Liebknecht relie la gauche anticapitaliste allemande à son histoire. Malgré les conditions climatiques difficiles, plus de 9.000 personnes sont venues manifester. Une délégation portait une banderole exigeant spécifiquement la libération des prisonniers d’Action Directe.

Calicot pour les prisonniers d’AD

Calicot pour les prisonniers d'AD

Ces dernières semaines, Interpol a publié les ordonnances de jugement de plusieurs dirigeants, membres et sympathisants du Parti Communiste-Ouvrier Hekmatiste, à commencer par Koorosh Modaresi, son secrétaire général. Les militants vivent tous dans d’autres pays. Leurs jugements ont été prononcés par le tribunal et le juge de la République Islamique à Sanandaj. Interpol les a ouvertement déclaré ‘WANTED’ (recherchés), alors que tout militant de l’opposition à la République Islamique est poursuivi par les tribunaux du gouvernement comme ‘terroriste’, ‘saboteur’, ‘rebelle’, et que le système législatif de la République Islamique n’est qu’une machine pour légitimer les meurtres, la terreur et l’exécution de dizaines de milliers d’opposants.

Manifestation du PCOH

Koorosh Modaresi

Manifestation du PCOH
Koorosh Modaresi

Le 19 novembre, Alaatin Karadag, militant du Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TIKP), tombait sous le feu de policiers à Istanbul. En 2000, il avait participé à la grève de la faim contre les prisons cellulaires de haute sécurité de type F. En 2002, à l’article de la mort suite à son jeûne, il avait été gracié. Il était entré dans la clandestinité six mois après sa remise en liberté.

Les forces de l’ordre évoquent une fusillade avec le militant, mais plusieurs témoins parlent d’une exécution pure et simple, et certains habitants auraient même vu un policier en civil achever le militant couché au sol. Par ailleurs, l’autopsie a révélé que Karadag a reçu pas moins de dix balles, ce qui contredit les forces de l’ordre qui affirment avoir simplement voulu le neutraliser. Enfin, le militant avait perdu quatre doigts lors d’un accident de travail, ce qui rend quasi impossible la thèse de la fusillade. Un hommage lui a été rendu aujourd’hui dans la périphérie d’Istanbul.

Alaatin Karadag

Alaatin Karadag

Un mort et 60 blessés au moins, c’est le résultat de la répression policière d’une énorme manifestation populaire hier soir, qui exigeait la démission du président régional, David Salazar Morote, dans la ville d’Abancay. Les troubles ont éclaté dans l’après-midi, quand la mobilisation, jusqu’à ce moment pacifique, est arrivée à la place d’armes et quand environ 300 policiers envoyés pour contrôler la ville, en grève depuis dix jours, ont essayé de disperser les manifestants avec du gaz lacrymogène mais aussi des coups de feu. Les abanquinos ont répondu avec des pierres et a commencé un affrontement qui s’est étendu dans les rues autour de la place.

Le même jour, une colonne de la guérilla maoïste a attaqué, pendant quatre heures, la base militaire du village de Corazón Pata, dans la région d’Huanta.