Des dizaines de salariés de Continental et de sympathisants ont bloqué ce mercredi 24 les abords de la place Vendôme à Paris, à deux pas du ministère de la Justice, pour demander l’abandon des poursuites contre sept d’entre eux. Sept salariés de Continental doivent comparaître mi-juillet devant le tribunal de grande instance de Compiègne (Oise) pour saccage en réunion. Ils sont soupçonnés d’avoir participé à des dégradations à la sous-préfecture de la ville en avril.

Ce mercredi, pour demander l’abandon des poursuites à leur encontre, des dizaines de ‘Conti’, comme on les surnomme, ont bloqué la place Vendôme, là où se situe le ministère de la Justice. Les pétards allumés entre les magasins de luxe de la rue de la Paix ont fourni un fond sonore inattendu à la passation de pouvoir entre Rachida Dati et Michèle Alliot-Marie qui se tenait au même moment.

Occupation à Continental

Occupation à Continental

Ce mercredi matin à 5h15, une trentaine de personnes ont bloqué le camp pour étrangers de Lesquin. La grille d’accès du camp est bloquée à l’aide de lock-ons, c’est-à-dire des tubes en métal dans lesquels ces personnes ont introduit leurs bras. Dans le cadre du camp No Border de cette semaine qui réclame la liberté de circulation pour tous, des personnes ont voulu passer à une action de désobéissance en empêchant l’expulsion des migrants prévues cette journée du 24 juin.

La police est intervenue et a débloqué le centre à 7h15. 26 jeunes manifestants ont tous été interpellés et placés en garde à vue pour ‘délit de participation à une manifestation non autorisée’. Ils s’agit de militants venus de Belgique, d’Italie, d’Allemagne et d’Espagne. Il n’y avait, parmi eux, aucun ‘sans-papiers’. Une manifestation est prévue ce samedi, à Calais. Environ 2.000 militants de la cause des migrants, venus d’Allemagne, des Pays-Bas, de Belgique, de France, d’Italie et d’Espagne sont attendus dans les rues de Calais, actuellement quadrillées par un important dispositif policier.

La révolte de millions d’Iraniens qui, bravant l’interdiction de défiler, se sont opposés aux miliciens islamistes, a coûté la vie à de nombreux manifestants, tandis que bien d’autres ont été arbitrairement arrêtés et brutalisés. L’annonce de la victoire d’Ahmadinejad a fait éclater la colère de la désillusion de ceux qui, en votant pour Moussavi, pensaient que de deux maux, il fallait choisir le moindre, ou espéraient qu’il serait néanmoins capable de faire certaines réformes (Moussavi et Ahmadinejad ne sont pourtant pas fondamentalement différents: la preuve en est la politique de Moussavi dans les années 80, lorsqu’il était Premier Ministre).

C’est pour condamner la répression exercée par le régime, pour exprimer notre solidarité avec ces millions de jeunes indignés, présents dans les rues, exposés à la violence des agents du pouvoir; avec les mouvements démocratiques; les femmes; les étudiants; les travailleurs et tous ceux qui expriment leur révolte que le Comité de solidarité avec la lutte du peuple en Iran appelle à une manifestation samedi 27 juin de 14h00 à 16h30 devant l’ambassade de la République Islamique d’Iran, 15 avenue Franklin Roosevelt.

Au Canada, le gouvernement Harper, dans le cadre de son offensive ‘sécuritaire’ et pour répondre aux préoccupations (aux exigences?) des USA, a décidé d’armer la totalité des 4.800 douaniers d’ici 2016. Les Mohawks s’opposent à l’armement des douaniers. Ils considèrent que moins il y aura d’armes sur leur territoire, mieux ce sera. Ils refusent que les représentants d’un État étranger puissent se promener ainsi équipés sur leur territoire. Ils craignent aussi l’insécurité que cela risque d’entraîner: le passé raciste des douaniers de Cornwall parle d’ailleurs pour lui-même. Des centaines de plaintes ont en effet déjà été déposées par les résidantes et résidants pour des incidents qui se sont produits ces dernières années, allant d’une fouille corporelle intime sur un adolescent jusqu’à l’administration d’une série d’examens aux rayons X à une femme enceinte, en passant par l’interrogatoire d’enfants qu’on avait pris soin de séparer de leurs parents. La réserve d’Akwesasne est située sur un territoire beaucoup plus vaste, où les Mohawks ont vécu bien avant l’arrivée des premiers colons. Ce territoire chevauche la frontière artificielle imposée par les États canadien et états-unien. Il n’est pas rare que des membres d’une même famille soient séparés par la frontière.

Le 29 mai dernier, une bonne centaine de personnes ont manifesté leur opposition à l’armement des douaniers et ont fait suivre leur manifestation d’un piquet devant le poste douanier de Cornwall, au Pont international de la Voie maritime qui relie Cornwall à Massena dans l’État de New York. Les douaniers ont quitté le travail, le poste a été fermé et en plus, le gouvernement a décidé de fermer le pont! Cela fait maintenant plus de trois semaines que la situation est inchangée. Les Mohawks d’Akwesasne ont reçu l’appui d’autres communautés. Le 7 juin, des Mohawks de la réserve de Tyendinaga, dans le centre de l’Ontario, ont fermé le pont Skyway, en solidarité avec Akwesasne. Cinq jours plus tard, leur action a été durement réprimée par l’assaut matinal et brutal d’un commando d’une centaine de flics de la Police provinciale ontarienne, suite auquel au moins trois manifestants ont été blessés et une douzaine d’autres arrêtés.

Deux membres présumés d’ETA ont été arrêtés dans la localité d’Usurbil, au Pays Basque espagnol (Nord), ont affirmé mardi plusieurs médias espagnols citant des sources proches de la lutte anti-terroriste. Ils ont été arrêtés alors qu’ils se trouvaient dans un entrepôt industriel à Usurbil, aménagé en logement, selon les mêmes sources. Cette arrestation intervient quatre jours après la mort d’un policier espagnol dans un attentat à la voiture piégée attribué à ETA, à Arrigorriaga, au Pays-Basque espagnol. Selon les médias espagnols, l’arrestation n’a cependant aucun lien avec cette affaire. Les deux membres présumés d’ETA sont soupçonnés d’avoir organisé plusieurs attentats contre des entreprises et des chantiers, notamment celui du TGV.

Le procès des trois tourangeaux, accusés d’avoir acheté une serpillère et du white-spirit pendant le contre sommet de l’OTAN s’est tenu lundi 22 à la première heure, et de manière expéditive. Le verdict est de 4 mois avec sursis. C’est ce que réclamait le procureur après avoir requalifié (à la baisse) l’inculpation. Les trois inculpés avaient passé auparavant un mois en préventive et comparus dans deux procès: l’un en comparution immédiate et l’un le 5 mai dernier qui avait abouti à une nullité qui les avaient libérés.

Sept personnes sont encore dans la prison strasbourgeoise suite aux manifestations de l’OTAN. Trois seront en fin de peine courant août et devraient être libérés alors. Deux sont encore en instruction. Deux purgent une peine d’un an ferme.

C’est à 15h, Place des Innocents, que la manif démarre avec une bonne heure de retard: un millier de manifestants, presque tous masqués, entourés de nombreux CRS, gendarmes mobiles et BAC évoluant dans les rues voisines, des flics en civil étaient présents sur la place.

A 16h15, le cortège se forme en direction de Beaubourg, puis s’arrête une dizaine de minutes, pour écrire sur la banderole ‘Tarnac – L’arbre qui cache la forêt’. Lorsque la manif arrive rue du Renard, cela commence à chauffer. Le cortège est bloqué par les CRS alors qu’il passe devant le siège de l’Administration Pénitentiaire qui est attaqué (vitrines brisées, pétards, fumigènes, etc). Un hélicoptère survole le cortège… Certains reviennent sur leur pas… D’autres sont restés au niveau de Beaubourg où des vitres sont brisées. Les CRS chargent, gazent et refoulent les manifestants qui se séparent et reviennent au niveau de Beaubourg. Selon la préfecture de police six personnes sont interpellées: quatre pour dégradations, deux pour jets de projectile.

Manifestation antirépression à Paris

Manifestation antirépression à Paris

Manifestation antirépression à Paris
Manifestation antirépression à Paris

Neufs policiers fédéraux en service au commissariat de la gare du Midi laissaient des pickpockets algériens sans-papiers commettre un maximum de vols à la tire et récupéraient brutalement en soirée ce qui avait été volé la journée. Une instruction a été ouverte par le parquet, qui porte sur 9 faits, parmi lesquels deux séances de torture contre des sans-papier algériens. Les véhicules des policiers qui ont dénoncés les faits à l’inspection des services ont été vandalisés, et ces policiers ont été mutés…

Témoignage: ‘Après lui avoir tout confisqué et s’être partagé entre eux ce qu’il avait volé dans la journée, GSM, portefeuilles, etc, ils l’ont emmené dans le garage. Il fait sombre et sale. L’endroit est complètement isolé. Le gars savait qu’il ne pouvait compter sur personne. Il était menotté dans le dos et les policiers étaient à quatre. (…) Ils ont fait courir l’algérien dans le garage, lui disant d’aller plus vite et l’insultant. ‘T’es qu’une merde. T’es même pas un chien.’ L’algérien recevait des coups. C’étaient des coups qui font mal. Des coups de bottines, de combat shoes, qui visaient la colonne vertébrale, au milieu, plus haut que les poignets menottés. L’algérien hurlait. Pas des cris: des hurlements. C’était terrible. L’officier de garde, le commissaire K., se trouvait au Rapid 100 (dispatching de garde situé juste au bout du couloir venant du garage). Il ne pouvait pas ne pas entendre. (…) Il n’est pas intervenu. L’algérien avait le visage en sang. Du sang coulait du nez et de l’arcade sourcilière. C’étaient des coups à casser la colonne, à briser des vertèbres. Et c’était chacun à tour de rôle. Ils l’ont plaqué au mur et frappé dans le ventre à coups de poing. Ils l’ont fait tomber à terre. (…) L’algérien était sur le ventre. Il y en a un qui a sauté à pieds joints sur la colonne. L’algérien a perdu connaissance. Alors ils l’ont démenotté. Pour le ranimer, ils l’ont pris par les pieds et l’ont suspendu tête en bas. Ils rigolaient. L’algérien a rouvert les yeux. Ils lui ont dit de déguerpir. Ils l’ont sorti par l’entrée des véhicules. Je sais qu’on lui avait aussi cassé les dents.

Le ministère indien de l’Intérieur a placé lundi ses forces de sécurité en état d’alerte dans cinq Etats de l’Est de l’Inde en raison d’un appel à la grève lancé par des rebelles maoïstes actifs dans cette région. Le ministère a prévenu que le Bengale occidental, le Bihar, l’Orissa, Jharkhand et Chhattisgarh devaient se préparer à des ‘actes spectaculaires de violences‘ perpétrés contre des policiers, des soldats et les ‘infrastructures économiques‘. PCI-Maoïste (Parti communiste de l’Inde-Maoïste) a lancé lundi un appel à une grève de deux jours pour protester contre les atrocités auxquelles les forces de l’ordre se seraient livrées dans le département de Lalgarh, au Bengale occidental, une zone sous contrôle rebelle depuis novembre et que l’armée tente de reprendre depuis jeudi. Quelque 1.800 soldats, paramilitaires et policiers sont déployés à Lalgarh, à 130 km de Calcutta, la capitale de l’Etat du Bengale occidental.

Au moins 15 des 28 Etats de l’Inde, sur un corridor courant de l’Est au Sud-Est du sous-continent, sont confrontés depuis 1967 à des poches de rébellions maoïstes. Au total, 165 des 600 départements du pays seraient, à des degrés divers, sous l’influence de ces 10.000 à 20.000 guérilleros maoïstes que les indiens appellent les ‘naxalites’, et qui luttent contre de grands propriétaires terriens et des sociétés exploitant des minerais, pour défendre les paysans sans terre et les tribus. ‘La décision a été prise d’interdire le PCI-Maoïste (Parti communiste de l’Inde-Maoïste) en tant qu’organisation terroriste, conformément à la loi sur la prévention des activités illégales‘, ont indiqué des sources du ministère de l’Intérieur à l’agence Press Trust of India. Le PCI-M, était de facto clandestin depuis sa naissance en 2004 de la fusion de deux organisations maoïstes.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le parlement allemand a voté une loi rendant possible les coupures et blocages d’accès aux sites jugés répréhensibles. Le projet de loi, défendu par la ministre de la famille allemande a été adopté au Bundestag par 389 voix contre 128 (18 abstentions), malgré une forte opposition relayée en ligne par une pétition qui a déjà rassemblé près de 135.000 signatures ou au travers de nombreuses manisfestations qui se sont déroulées ces derniers jours. Les sociaux-démocrates (SPD) et les conservateurs (CDU/CSU), qui composent la coalition au pouvoir, ont approuvé le projet.

Première mesure officialisée, le blocage d’accès aux sites Internet de pornographie infantile, qui devient de fait obligatoire pour l’ensemble des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) en Allemagne. Ces derniers s’exécutaient déjà volontairement au travers d’accords passés en avril avec le gouvernement. Une liste noire officielle de sites à bloquer sera donc communiquée quotidiennement aux FAI par le bureau fédéral de la police criminelle (BKA). Tout internaute qui tentera de consulter l’un des sites listés – y compris les pages hébergées à l’étranger – n’obtiendra qu’une page d’erreur et de mise en garde, sans toutefois que son adresse IP ne soit communiquée ou enregistrée. En revanche, le contournement de ces blocages pourra entraîner des poursuites.

La question est naturellement: combien de temps faudra-t-il pour que le champ d’application de cette loi ne s’étende de la lutte contre la pédo-pornographie à la répression de ‘l’apologie du terrorisme’…