Des milliers de personnes ont manifesté à Paris ce dimanche après-midi contre les violences policières à l’appel de plusieurs organisations, quelques semaines après l' »affaire Théo ». Derrière une banderole « Justice et dignité, stop à l’impunité policière » flanqué des portraits dessinés de 13 victimes de la violence policière, les manifestants ont quitté peu après 14H30 la place de la Nation en direction de celle de République.

Un important dispositif policier entourait la manifestation et avait des barrages filtrants pour fouiller les personnes arrivant à la manifestation. Un black bloc d’un millier de manifestants s’est cependant agrégé et a affronté la police à la fin de la manifestation. Des projectiles et des cocktails Molotov ont été lancés sur les forces de l’ordre, qui ont tiré du gaz lacrymogènes. Au cours de ces échauffourées, deux gendarmes ont été légèrement blessés et transportés à l’hôpital. De l’immobilier urbain et les vitrines de cinq établissements bancaires ont été dégradés. Des manifestations ont également eu lieu dans quelques villes de province comme à Montpellier, Toulouse ou Nantes.

Les affrontements de cet après-midi à Paris

Les affrontements de cet après-midi à Paris

Onze jeunes âgés de 16 à 20 ans ont été interpellés vendredi à Cachan (Val-de-Marne), lors de rassemblements spontanés contre les violences policières autour des lycées de la ville. Les heurts ont commencé vers 08H00 dans le quartier autour des lycées Maximilien-Sorre et Gustave-Eiffel et se sont terminés vers 13h. Les participants ont jeté des projectiles sur les policiers. Le rassemblement a eu lieu dans le cadre de l’affaire Théo. Plusieurs rassemblements lycéens contre les violences policières ont tourné à l’affrontement avec les forces de l’ordre ces derniers jours dans le Val-de-Marne. Six jeunes ont notamment été interpellés mardi au Kremlin-Bicêtre et huit autres ont été arrêtés mercredi à Chevilly-la-Rue.

Gaz lacrymogènes à Cachan

Gaz lacrymogènes à Cachan

Cette série d’article est consacrée à « Vault 7 », une longue série de documents fuités par Wikileaks et concernant la CIA et ses immenses capacités d’espionnages. Lire la première partie, concernant les failles 0Day ici.

Les backdoors sont des accès cachés à l’utilisateur, dans une application afin de prendre le contrôle d’un système. On accuse régulièrement des éditeurs de logiciels (Google, Apple, Microsoft,…) de mettre des backdoors en place pour permettre aux renseignements d’accéder aux données des utilisateurs. Mais lorsque ces éditeurs deviennent frileux (c’était, au moins en apparence, le cas après les révélations de Snowden, la vie privée était devenu un argument marketing), les agences de renseignements peuvent tenter d’infiltrer un développeur dans une société informatique ou de soudoyer quelqu’un qui y travaille afin de mettre en place une backdoor à l’insu même de l’éditeur. Ces faits sont confirmés par les documents de Vault7.

Un autre type d’attaque consiste à attaquer des ordinateurs qui ne sont pas connectés à internet. A cette fin, plusieurs attaques ont été imaginées. L’une d’entre elles est un ensemble d’applications portables vérolées (comme VLC, Chrome, Thunderbird, 7Zip…) qui, une fois placée sur une clé USB, seront lancées sur l’ordinateur de la cible. Tout en se lançant normalement, elles extrairont des données vers la clé USB. La CIA a également développé un système pour infecter des CD et DVD « vierges » sans que cela ne soit détecté par le logiciel de gravure.

La CIA a également développé énormément d’attaques visant les appareils sous android. Par exemple, la faille Spottsroide permet d’activer le mode « Moniteur Wifi » d’un appareil et ainsi de voler des données circulant sur un réseau wifi (et donc, possiblement depuis d’autres appareils connectés sur le même réseau. Spottsroide pouvait entre autres être activé à travers le lecteur de musique Apollo (installé par défaut sous les roms Cyanogenmod).

Le cadre légal qui entoure les agences américaines a été modifié suite à l’affaire Snowden. Les agences sont théoriquement obligées de rapporter les failles informatiques dont elles connaissent l’existence afin d’éviter qu’elles ne servent à une puissance « ennemie ». La CIA a créé un réseau interne à elle-même afin de dissimuler ces failles, un comportement dangereux compte tenu du nombre de personnes qui avaient accès à ces failles (5000 à la CIA, plus les personnes qui ont découvert ces failles en-dehors de l’agence). D’autres scandales politiques couvent après la révélation des documents: on y découvre par exemple que la CIA, lorsqu’elle ne peut pas rester indétectable en faisant une cyber-attaque, laisse des traces numériques caractéristiques d’autres agences, et fait croire que l’attaque a été opérée par un autre pays (nommément, la Russie).

CIA – Information Operations Center

CIA - Information Operations Center

Le rassemblement pour manifester contre les violences policières a été marqué par des heurts avec les forces de l’ordre aujourd’hui jeudi, alors que seize lycées étaient totalement bloqués. À l’appel de mouvements antifascistes, les jeunes, dont certains étaient cagoulés, se sont rassemblés place de la Nation aux cris de « vengeance pour Théo » et « tout le monde déteste la police ». Des manifestants ont tenté de forcer les barrages des policiers, qui ont tiré des gaz lacrymogènes. Certains jeunes ont aussi lancé des pavés sur les forces de l’ordre.

Treize « interdictions de paraître » avaient été prises dans la matinée en lien avec ce rassemblement. Il s’agit d’une mesure visant à éloigner temporairement d’un périmètre une personne susceptible de participer à des débordements. À Paris, seize lycées étaient totalement bloqués ce matin et douze autres, partiellement et une quinzaine, au total, perturbés. Paris compte au total une centaine de lycées. Neuf lycéens ont été placés en garde à vue mercredi après des incidents survenus lors d’un rassemblement contre les violences policières devant un lycée à Clichy.

Les affrontements à Paris

Les affrontements à Paris

Une manifestation s’est déroulée ce samedi à Paris, à l’appel notamment d’associations antiracistes et de syndicats, pour protester contre les violences policières et soutenir Théo. Plusieurs dizaines de camions de CRS et gendarmes mobiles étaient postés sur les différents axes menant à la place et les personnes portant des sacs étaient fouillées. La station de métro République a également été fermée. Depuis la fin du rassemblement et la prise de parole des organisateurs, un groupe de quelques centaines de personnes a jeté des projectiles sur les forces de l’ordre. Les CRS ont chargé pour tenter de les disperser. Des tirs de gaz lacrymogènes ont été constatés. Deux policiers ont été légèrement blessés, selon une source policière.

Ce samedi place de la République

Ce samedi place de la République

Quelques centaines de manifestants se sont rassemblés hier mercredi en fin de journée dans le nord de Paris pour dénoncer les violences policières en lien avec l’affaire Théo, donnant lieu à des quelques heurts avec les forces de l’ordre et des dégradations Sous le métro aérien Barbès, étroitement quadrillés par les forces de l’ordre et débordant sur la chaussée, des manifestants ont allumé des fumigènes, brûlé des poubelle, jeté des projectiles contre les policiers, qui ont chargé et en effectué des tirs nourris de gaz lacrymogènes. En scandant « tout le monde déteste la police » ou « la police est raciste », des groupes ont tenté à plusieurs reprises de quitter le carrefour Barbès pour partir en cortège, avant d’être refoulés au moyen de lacrymogènes. Des groupes de manifestants se sont alors dispersés du côté de République, entre le Cirque d’hiver et le quartier du Marais.

A Rouen, la manifestation a donné lieu à des affrontements se soldant par deux blessés légers et 21 interpellations. Des vitrines ont été brisées et de nombreuses poubelles incendiées. A Lille, une partie des 500 manifestants a prolongé le défilé en retournant dans des ruelles où ils ont provoqué quelques dégâts. Une jeune fille a été interpellée.

Les incidents à Barbès

Les incidents à Barbès

Vitres cassées, gaz lacrymos, jets de projectiles, voitures et un camion-régie RTL incendié: des incidents ont éclaté samedi à Bobigny en marge d’un rassemblement de milliers de personnes réclamant « justice pour Théo ». Encadrés par des forces de police déployées massivement, les manifestants, dont de nombreux jeunes, se sont réunis devant le tribunal de cette ville de Seine-Saint-Denis. Bobigny est à seulement une dizaine de kilomètres d’Aulnay-sous-Bois. Au total trente-sept personnes ont été interpellées dans la soirée de samedi

D’autres rassemblements ont eu lieu en France. A Rouen, quelque 200 personnes ont manifesté dans un climat tendu. Des abribus ont été dégradés, des poubelles incendiées et une caserne de gendarmerie dégradée – il y aurait eu deux interpellations pour attroupement. En revanche, les manifestations de Caen, Toulouse et Nantes se sont déroulées dans le calme.

Les incidents à Bobigny

Les incidents à Bobigny

Le viol par des policiers de Théo, jeune homme d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) continue à soulever la colère et à mobiliser. Mercredi soir, des tirs de mortier artisanal ont été observés dans le quartier du Pavé-Neuf à Noisy-le-Grand, ainsi que plusieurs départs de feu. De nombreux policiers ont été dépêchés sur place. Des tirs de flashball ont été signalés. Neuf personnes ont été interpellées, qui s’ajoutent aux dizaines de personnes déjà arrêtées.

Des manifestations ont eu lieu jeudi soir à Rennes et à Lille en soutien à Théo. A Lille, la manifestation a eu lieu derrière la banderole «Justice pour Théo et pour toutes les victimes de violences policières». La manifestation, qui n’était pas déclarée en préfecture, a duré pendant plus de deux heures dans la ville. Les manifestants ont tenté de se rendre devant le commissariat central, mais ont été empêchés par un barrage de policiers.

La manifestation de Renne

Edit: Ce sont finalement 25 personnes ont été interpellées jeudi soir en Seine-Saint-Denis, après une cinquième nuit d’incidents (véhicules et poubelles incendiés, jets de projectiles etc.)

La manifestation de Renne

Suite au viol de Théo, un habitant d’une cité d’Aulnay de 22 ans, il y a quelques jours par quatre policiers, des émeutes ont éclaté la nuit dernière, à la suite desquelles une trentaine de personnes ont été arrêtées. Des voitures, des abribus et un snack KFC ont notamment été incendiés par les émeutiers. Des douilles de « 9mm Luger P Speer » ont été retrouvées par des journalistes, et la préfecture a reconnu des « tirs de sommation » par certains policiers « acculés » et « encerclés », selon leurs propres termes. Aucun policier n’a toutefois été blessé cette nuit. Une vidéo tournée (en direct) par un jeune habitant du quartier qui observait l’énorme déploiement policier, montre un policier braquer un flashball pratiquement à bout portant vers le photographe.

Théo, 22 ans, a été interpellé, battu, insulté et humilié par quatre policiers en pleine rue avant que l’un d’entre-eux lui enfonce sa matraque dans l’anus. La scène a été filmée par des voisins. Les quatre agents ont été placés en garde à vue pour « viol en réunion » avant que l’inculpation ne soit revue pour trois d’entre eux à « violences en réunion » et à « viol » pour le quatrième. Dans la liste des excuses émises par les policiers et leurs syndicats: « le pantalon a glissé tout seul, c’était un accident ».

Un KFC attaqué

Un KFC attaqué

Un tribunal d’Athènes a acquitté aujourd’hui Theodoros Sipsas, 34 ans, de toutes les charges relatives à l’attaque incendiaire contre l’agence athénienne de la Marfin Bank durant les émeutes anti-austérité de 2010. Le bâtiment s’était embrasé suite à des lancers de cocktails Molotov et trois personnes étaient mortes dans l’incendie (voir notre article). Le tribunal a aussi acquitté Pavlos Andreyev, également 34 ans, de l’attaque au cocktail Molotov contre la librairie Ianos lors de la même manifestation. Lors de plusieurs semaines d’audiences, aucun témoignage à charge a pu être recueilli contre les accusés.

L’incendie à la banque Marfin

L'incendie à la banque Marfin