Dans le cadre de la semaine d’action pour la libération du secrétaire général du FPLP Ahmad Sa’adat, de la campagne BDS, et du 32eme anniversaire de l’arrestation du combattant communiste libanais Georges Abdallah en France, un rassemblement aura lieu à New-York devant les bureaux de G4S, principal société privée impliquée dans la gestion des personnes sionistes. Le rassemblement demande également la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens.

À Bruxelles, un rassemblement aura lieu le 24 octobre pour la libération de Georges Abdallah. Plus d’infos.

Semaine d’action pour Ahmad Sa’adat

Semaine d'action pour Ahmad Sa'adat

Des heurts ont éclaté jeudi à 19h, place des Martyrs, entre les forces de l’ordre et des manifestants qui ont répondu à l’appel des collectifs “Vous Puez !” et “Nous réclamons des comptes” afin de protester contre la corruption au Liban. Lorsque plusieurs manifestants ont réussi à enlever les barrières métalliques qui bloquent l’accès à la rue Weygand, au niveau de l’immeuble d’an-Nahar, les forces anti-émeutes ont aspergé ces personnes à l’aide de canons d’eau. D’autres policiers ont matraqué les manifestants qui avaient franchi la barrière sécuritaire.

Une précédente manifestation de

Une précédente manifestation de

Comme chaque année, les soutiens de Georges Ibrahim Abdallah manifesteront le 24 octobre, date à laquelle il a été arrêté il y a 32 ans. La manifestation reliera la gare de Lannemezan jusqu’à la prison où Georges est emprisonné.

Voir l’appel à manifester sur le site de Coup pour Coup 31.
Voir notre dossier ‘Qui est Georges Abdallah ?’.

Libérez Georges Abdallah !

Libérez Georges Abdallah !

La réaction du gouvernement libanais suite aux manifestations massives du mouvement ‘You stink’ est assez chaotique. Après avoir gazé, matraqué et arrosé les manifestants (voir notre précédent article) et tiré en l’air, le gouvernement libanais a fait construire un immense mur autour de son siège à Beyrout ce lundi 24. A peine érigé, celui-ci était recouvert de graffitis anti-gouvernementaux et grassement moqué sur les réseaux sociaux. Le lendemain matin (mardi 25), le mur était démonté sans plus de déclarations, provoquant une seconde vague de moqueries sur le net.

L’éphémère mur de Beyrouth.

L'éphémère mur de Beyrouth.

A Beyrouth, des milliers de manifestants réunis dans la plateforme “You stink” se sont rassemblés non loin du parlement libanais ce 22 août, protégé par des barrières, des fils barbelés et des cordons de police anti-émeute. Lorsque les manifestants ont tenté de déplacer les barrages, la police a lancé des grenades lacrymogène et fait usage de canons à eau. Les manifestants ont répliqué en lançant pierres et bouteilles vers la police. Plus tard, des policiers ont tiré en l’air puis mattraqué les manifestants. Au moins 16 manifestants ont été blessés, des dizaines d’autres ont été arrêtés. Un manifestant se trouve dans un état critique. Ouverte en 1997, la décharge de Naameh devait permettre de gérer les déchets de Beyrouth et des villes environnantes pendant quelques mois, le temps de trouver une solution à long terme. 18 ans plus tard, cette solution n’a toujours pas été trouvée.

Manifestation à Beyrouth ce 22 août.

Manifestation à Beyrouth ce 22 août.

Dimanche 28 juin, au centre culturel russe de Beyrouth, se tenait une journée organisée par l’Union des Jeunes Démocrates Libanais (UJDL) en hommage à Georges Ibrahim Abdallah. Un message de solidarité du CLGIA a été envoyé pour cette occasion.Sont intervenus : le secrétaire général du Parti communiste libanais (PCL), un membre du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP) et Robert Abdallah, frère de Georges, un membre de l’UJDL.

Un appel a été lancé aux forces de gauche libanaises, arabes et européennes de s’unir pour faire face aux dangers qui menacent la cause palestinienne, et à l’adresse de l’État libanais afin de faire activement pression sur les autorités françaises pour libérer Georges Abdallah.

Liban: Meeting pour Georges Abdallah

Tandis que l’on attends le résultat de l’appel fait par l’avocat de Georges Abdallah contre le rejet de sa demande de libération, un groupe revendiquant la libération du militant révolutionnaire libanais incarcéré en France depuis trente ans a bloqué lundi l’accès au bureau des visas de l’Ambassade de France (en face de la résidence des pins) à Beyrouth. Vendredi, une cinquantaine de parents et amis de Georges Abdallah avaient bloqué, quelques heures durant, l’entrée de l’ambassade de France à Beyrouth.

Une cinquantaine de parents et amis du révolutionnaire libanais Georges Ibrahim Abdallah, en prison en France depuis trente ans, ont bloqué vendredi quelque heures l’entrée de l’ambassade de France à Beyrouth. Ils ont scandé “liberté pour Abdallah” et chacun avait une pancarte sur laquelle était écrit en français et en arabe “Je suis Georges Abdallah”, avec la photo du prisonnier.