Actualité de la répression et
de la résistance à la répression

Communiqué du comité de soutien aux 4 condamné·e·s :

Le procès des 4 condamné·e·s pour la destruction de la maquette de la maxi-prison de Haren aura fait couler de l’encre, de la sueur et des mousses.

C’est en mai 2015 que la maquette est détruite lors d’une manifestation à l’intérieur de la régie des  bâtiments. En octobre 2021, au bout de 6 années de procès, 4 militant·e·s, pourtant non-impliqué·e·s dans la destruction, sont condamné·e·s à payer 43 000 euros en dommages et intérêts à la Régie des bâtiments.

Nous voici en juillet 2022, le joyeux constat de l’efficacité de l’auto-gestion solidaire est bel et bien là. Appels à dons, soirées de soutien et tractages ont montré leurs preuves : la somme est remboursée !

Merci à toutes celles et ceux qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à cet élan de solidarité

Cette victoire n’est pas que financière, elle montre que face au rouleau compresseur de la justice belge, les militant·e·s s’organisent pour ne pas laisser couler des camarades de luttes. Face à la démesure du verdict, diverses solidarités se sont opposés à cette tentative de l’Etat d’enrayer la lutte contre la maxi-prison en brisant quelques militant·e·s. Des solidarités unies contre l’injustice du verdict et pour nourrir la lutte visant un monde sans prison.

Celle-ci n’est pas finie, la maxi-prison ouvre ses portes en septembre 2022. Soyons nombreu.x.se.s à leur faire savoir, inlassablement, qu’on ne va pas les laisser faire.

Brique par brique
Mur par mur
Détruisons toutes les prisons !

Un jeune homme palestinien a été blessé après que des affrontements aient éclaté entre des jeunes palestiniens et les forces d’occupation israéliennes dans la ville de Jénine en Cisjordanie, samedi soir. Le jeune homme palestinien a été blessé à la main par des balles réelles, tandis que des dizaines de personnes ont souffert de problèmes respiratoires lors des affrontements qui ont éclaté après que les soldats des forces d’occupation israéliennes aient installé un poste de contrôle improvisé à l’entrée du village de Jaba’ à Jénine.

Pendant ce temps, des dizaines de citoyens palestiniens ont souffert de problèmes respiratoires après que des soldats des forces de l’ordre aient fait une descente dans le village de Fahma, au sud de Jénine, en tirant des grenades lacrymogènes. Dans un incident connexe, les soldats ont poursuivi un jeune homme palestinien et lui ont tiré dessus à balles réelles dans la ville de Ramallah en Cisjordanie. Aucune information sur son état de santé n’était disponible. En outre, des affrontements ont été signalés entre des jeunes Palestiniens et des soldats des forces israéliennes de défense dans le village de Kafr Qaddoum dans la ville de Qalqilya en Cisjordanie.Un jeune homme palestinien a été blessé après que des affrontements aient éclaté entre des jeunes palestiniens et les forces d’occupation israéliennes dans la ville de Jénine en Cisjordanie, samedi soir.

Dossier(s): Monde arabe et Iran

Quatre policiers ont été blessés lors de violents affrontements entre des agents de la police anti-émeute et des manifestants masqués inconnus près du campus de l’Université nationale et Kapodistrienne d’Athènes aux premières heures du dimanche matin. Un groupe d’environ 50 personnes a attaqué les policiers à l’aide de cocktails Molotov et d’autres objets. Ils ont également causé des dommages aux bâtiments et véhicules environnants, dont une voiture de police. Il s’agit de la deuxième attaque de ce type au cours des deux derniers jours. Aucune arrestation n’a été signalée.

 

Dossier(s): Grèce

Toute la journée de vendredi, la colère s’est emparée de plusieurs villes de Libye pour dénoncer la détérioration des conditions de vie et l’impasse politique provoquée par les gouvernements rivaux. Cette mobilisation intervient alors que la Libye est en proie depuis plusieurs jours à des coupures de courant. « Nous voulons avoir de la lumière » ont scandé des manifestants à Tripoli sous l’œil des forces de sécurité. À Tobrouk, ils ont saccagé le siège du parlement et ont brûlé une partie du bâtiment (photo). Il s’agit de la plus grande mobilisation depuis 2011, l’année du renversement de Kadhafi. Deux gouvernements se disputent le pouvoir depuis mars : l’un basé à Tripoli et dirigé par Abdelhamid Dbeibah depuis 2021 et un autre conduit par Fathi Bachagha et soutenu par le parlement de Tobrouk et le maréchal Khalifa Haftar. Des scrutins présidentiels et législatifs devaient se tenir en décembre 2021 mais ont été reportés sine die en raison de fortes divergences entre rivaux politiques.

 

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Le festival Fusion a lieu chaque année en été depuis 1997 sur un ancien aérodrome militaire près du lac Müritz dans le Mecklembourg. Il s’étale sur quatre jours et s’accompagne d’événements culturels divers. Après une pause de deux ans en raison de la crise sanitaire, le festival a repris ce jeudi. Plus de 70 000 personnes feront la fête jusqu’à lundi matin. Jeudi, c’était le concert du musicien et activiste Mal Élevé. A l’occasion du prochain anniversaire de la révolution du Rojava, qui fête ses dix ans le 19 juillet, 20.000 drapeaux des YPG et YPJ ont été distribués et agités. Brandir des drapeau YPG ou YPJ (comme des drapeau demandant la libération d’Ocalan ou des drapeaux du PKK) est strictement interdit en Allemagne. De nombreuses procédures judiciaires ont eu lieu pour cette raison.

À l’occasion du 47e anniversaire des événements d’Oglala, qui ont eu lieu le 26 juin 1975 dans la réserve de Pine Ridge, dans le Dakota du Sud, de nombreuses initiatives ont été organisées pour rappeler l’histoire de Leonard Peltier et demander sa libération. Il y a eu des meetings et des rassemblements dans plusieurs villes d’Italie, d’Allemagne, de Suisse, et de France. Un rassemblement a eu ainsi eu lieu sur la place de la cathédrale à Milan le 28 juin en fin d’après-midi.

En 1977, Léonard Peltier a écopé de deux peines de prison à perpétuité pour la fusillade dans laquelle deux policiers, qui s’étaient introduits illégalement dans la réserve de Pine Ridge, où se trouvait le campement du Mouvement Indien Américain, avaient été tués. Aucune preuve formelle de la culpabilité du militant amérindien n’a jamais pu être établie, à l’inverse, il a été établi qu’il avait été reconnu coupable sur base de fausses preuves et de témoignages recueillis sous la contrainte dans le cadre de la guerre secrète menée par le FBI dans le cadre du COINTELPRO contre le Mouvement Indien Américain.

L’Organisation combattante anarcho-communiste (Боевая Организация Анархо-Коммунистов, БОАК) a revendiqué le sabotage de la ligne ferroviaire menant à l’unité militaire 55443 à Barsovo (51e arsenal de la Direction principale des missiles et de l’artillerie du ministère russe de la Défense), près de Kirzhach, dans l’oblast de Vladimir. Les 34 écrous (17 de chaque côté) qui maintiennent le rail et les 4 écrous de fixation d’éclisses ont été dévissés, le rail a été déplacé (un fil ayant été posé au cas où un signal serait transmis le long du rail à travers le courant, pour détecter une disjonction des rails).

À Belgorod et à Perm, dans la nuit du 24 juin, des bureaux d’enrôlement militaire ont été attaqués. A Belgorod, le feu a pris au rez-de-chaussée. Un inconnu a brisé une fenêtre au rez-de-chaussée du bâtiment et a jeté deux Molotovs à l’intérieur. Le bureau est parti en fumée. A Perm (Oural), des inconnus ont tenté de mettre le feu au bureau d’enrôlement militaire. Quatre molotovs ont été lancé sur le bureau d’enrôlement militaire mais l’incendie n’a pas pris. A Nijni Novgorod (région de la Volga) le 11 juin, la voiture de Natalia Abiyeva, a été incendiée. Abiyeva est l’organisatrice du fonds de soutien à l’armée de Poutine, ardente partisane du régime actuel et belliciste.L’action a été revendiquée par la Cellule Révolutionnaire de la région de la Volga (Революционная ячейка Поволжья). Le 8 juin à Vladivostok, deux hommes ont jeté un cocktail Molotov contre le bureau local de recrutement militaire.

Pour suivre la guérilla révolutionnaire en Russie: voir ici

Dossier(s): Reste de l'Europe

Une bombe, qui avait été apportée à un tribunal de Patna comme preuve, a explosé à l’intérieur du tribunal vendredi, blessant trois policiers. L’incident s’est produit lorsqu’un sous-inspecteur a apporté, comme preuve contre les accusés. deux bombes au tribunal dans une boîte qui a ensuite été placée sur la table de l’assistant du procureur lorsqu’elle a explosé. Le sous-inspecteur et deux autres membres du poste de police d’Agam Kuan ont été blessés dans cet incident car ils se trouvaient à proximité. L’impact de l’explosion a été tel que de nombreux fonctionnaires et avocats présents dans le tribunal ont perdu l’ouïe pendant quelques minutes. Le juge était également présent dans le tribunal mais a réussi à regagner sa chambre en toute sécurité. L’unité de déminage a déclaré qu’elle ne serait pas en mesure de désamorcer la bombe et que seule une équipe antiterroriste pourrait le faire. En conséquence, la deuxième bombe est restée dans la salle pendant deux heures.

Dossier(s): Inde-Népal

Le président turc Erdogan a de nouveau menacé de bloquer l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’Otan, moins de quarante-huit heures après l’accord entre les trois pays (voir notre article d’hier). S’adressant à la presse en clôture du sommet de l’Alliance atlantique, le président turc  a posé ses conditions. « S’ils remplissent leur devoir, nous soumettrons [l’accord] au parlement » en vue de son adoption. « S’ils ne le font pas, il est hors de question pour nous de l’envoyer au parlement… ». Erdogan a évoqué une « promesse faite par la Suède » concernant l’extradition de « 73 terroristes ». « Ils les renverront, ils l’ont promis. Cela figure dans des documents écrits. Ils tiendront leur promesse ».

Dès le lendemain, Ankara avait déjà réclamé son dû, exigeant de la Suède et de la Finlande l’extradition de 33 membres présumés du PKK ou du mouvement fondé par le prédicateur Fethullah Gülen, qu’Erdogan accuse d’avoir fomenté la tentative de coup d’État de juillet 2016. « Toutes ces affaires ont été déjà résolues en Finlande », avait commenté le président finlandais, Sauli Niinistö. Le ministère finlandais de la Justice a de son côté précisé n’avoir « pas reçu de nouvelles demandes d’extraditions de la Turquie ces derniers jours ». La Première ministre suédoise Magdalena Andersson a pour sa part promis mercredi « de coopérer plus étroitement avec la Turquie concernant les listes des [membres présumés du] du PKK … Mais nous continuerons bien sûr de respecter la loi suédoise et le droit international ».

Dossier(s): Turquie-Kurdistan

Huit manifestants ont été tués jeudi à Khartoum où des dizaines de milliers de Soudanais ont défilé au cri de « le peuple veut la chute du général [putschiste] Abdel Fattah al-Burhane ». Si chaque semaine les Soudanais manifestent pour réclamer que le pouvoir soit rendu aux civils, jeudi est la journée la plus meurtrière depuis des mois et l’une de celle qui a le plus mobilisé. Parmi les huit manifestants tués par les forces de sécurité, six au moins – dont un mineur – ont été tués par balles, ont rapporté des médecins, dénonçant aussi des tirs de grenades lacrymogènes à l’intérieur d’hôpitaux. Outre Khartoum et ses banlieues, des manifestants ont aussi manifesté à Wad Madani (sud), au Darfour (ouest) et dans plusieurs villes de l’Est côtier.

Dès mercredi soir, alors que de petits cortèges appelaient ici et là les Soudanais à défiler, un jeune manifestant avait été tué d’une balle dans la poitrine à Khartoum. Depuis le coup d’Etat du 25 octobre 2021, 111 manifestants ont été tués et des milliers d’autres blessés par les forces de l’ordre. Le 30 juin est une journée symbolique qui marque l’anniversaire du coup d’Etat qui a porté le dictateur Omar el-Béchir au pouvoir en 1989. C’est par ailleurs en juin 2019 qu’ont eu lieu des rassemblements monstres ayant poussé les généraux à intégrer les civils au pouvoir après avoir écarté Béchir. Comme à chaque appel à manifester, internet et le téléphone ont été inaccessibles toute la journée avant d’être de nouveau rétablis en partie en soirée alors que certains cortèges s’éparpillaient, tandis que les grands axes étaient quadrillés par les forces de sécurité.

Dossier(s): Afrique