Affiche de la manifestation pour ceux de Tarnac

Les 36 comités de soutien actuellement créés, dont 21 en France, appellent le 31 janvier à une grande manifestation nationale à Paris. Un départ de Liège en co-voiturage est organisé par le comité local. Contactez-le au 04-227 595 9

Lire la lettre ouverte d’un inculpé dans l’affaire de Tarnac

Téléchargez l’affiche à la meilleure définition

Affiche de la manifestation pour ceux de Tarnac

Communiqué du Comité pour la Libération de G. I. Abdallah

Georges Ibrahim Abdallah communiste combattant de la cause palestinienne est véritablement un otage de l’Etat français depuis bientôt un quart de siècle. Arrêté en 1984 à Lyon, Georges Abdallah est condamné en juillet 1986 à quatre ans de détention. Suite à une cascade de rebondissements politico-judiciaires, avec notamment des pressions du gouvernement des Etats-Unis, il est condamné en mars 1987 à la réclusion criminelle pour des actions revendiquées par son organisation, les FARL (Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises). Il a terminé sa peine de sûreté en 1999 et il peut demander sa libération depuis cette date, ce qu’il a fait 7 fois, sans succès. Georges Abdallah est un combattant révolutionnaire qui représente encore aujourd’hui un risque pour les intérêts impérialistes français au Liban. La DST a dernièrement écrit aux juges chargés du dossier pour rappeler le motif politique du maintien en prison de Georges Abdallah. ‘Compte-tenu de l’implication de la France au Liban, de son soutien au gouvernement libanais et surtout de la présence militaire française dans le cadre de la FINUL renforcée, on ne peut exclure que Georges Ibrahim Abdallah use de son influence sur des mouvements extrémistes pour agir contre les intérêts français’. Le déroulement de l’examen de sa septième demande de libération conditionnelle est une illustration de l’acharnement judiciaire pour raison politique contre Georges Abdallah qui depuis 25 ans subit des lois et des tribunaux d’exceptions. Cet enchaînement de dates peut être rébarbatif à lire mais il est exemplaire du traitement par les fonctionnaires du ministère de la justice du dossier de Georges Abdallah.

6 février 2007: Georges Ibrahim Abdallah dépose sa 7e demande de libération conditionnelle. La date d’examen est fixée au 26 juin 2007.

26 juin 2007: Alors que Georges Abdallah est en salle de visioconférence à Lannemezan assisté de son avocat qui s’est déplacé de Paris, l’examen de la demande est reporté pour ‘problème technique’ au 4 septembre 2007.

Août 2007: L’audience du 4 septembre est reportée au 17 septembre 2007.

17 septembre 2007: Examen en première instance de la demande de libération conditionnelle, avec des déclarations islamophobes et anti-arabes de la part de la DST et de l’avocat de la partie civile Etatsunienne.

10 octobre 2007: La septième demande de libération conditionnelle de Georges Ibrahim Abdallah est refusée. Georges Abdallah fait appel. La dépêche AFP de l’époque rappelle justement les arguments politiques qui ont motivé cette décision.

20 décembre 2007: Examen en appel de la demande sans que Georges Abdallah puisse y assister. La décision est annoncée pour le 31 janvier 2008.

31 janvier 2008: La décision est reportée au 17 avril 2008.

25 février 2008: Loi sur la rétention de sûreté.

18 mars 2008: La justice décide d’entendre Georges Ibrahim Abdallah avant de prendre sa décision et date est fixée au 25 mars 2008.

25 mars 2008: Georges Ibrahim Abdallah est auditionné par visio-conférence.

17 avril 2008: Le jour annoncé de la décision, les juges décident d’appliquer à Georges Abdallah la nouvelle loi sur la rétention de sûreté. Il devra passer au Centre national d’observation de Fresnes pour une période de 6 semaines et une commission pluridisciplinaire devra donner son avis aux juges. L’audience est reportée sans qu’aucune date ne soit fixée.

5 août 2008: Transfert à Fresnes de Georges Abdallah. La procédure ‘d’observation de la dangerosité’ est tellement absurde que l’administration pénitentiaire peine à trouver des psychiatres complices.

4 septembre 2008: Le jour de l’audience décidé en avril 2008, les juges annoncent qu’il s’agit d’une audience de fixation de date. Le nouvel examen en appel de la demande de Georges Abdallah est reporté au 8 janvier 2008.

23 septembre 2008: Re-transfert de Georges Abdallah à la prison de Lannemezan.

3 novembre 2008: Alors que théoriquement la commission pluridisciplinaire a trois mois maximum pour remettre son rapport, la Ministre de la Justice publie un arrêté annulant cette contrainte de délai. La commission peut prendre des mois et des mois pour donner son avis.

Décembre 2008: Il est notifié à Georges Abdallah que la commission pluridisciplinaire étudiera son dossier le 22 janvier 2009.

8 janvier 2009: Les juges s’octroient un nouveau délai et l’audience est reportée au 26 mars 2009

26 mars 2009: Plus de deux ans après le dépôt de la demande de libération de Georges Abdallah, que se passera-t-il? Alors que les massacres sionistes s’amplifient en Palestine une décision politique sera-t-elle prise pour que Georges Abdallah soit libéré et que la bouffonnerie judiciaire cesse? Le 26 mars 2009, Georges Ibrahim Abdallah aura passé plus 8.900 jours dans les prisons françaises!!!

Athènes: 50 immigrants arrêtés dans les trois premiers jours du soulèvement, avec des peines de 18 mois de prison dans des jugements sans interprètes, et qui pourraient être expulsés (il y a des arrestations chaque jour, ce pourquoi le tableau est encore brouillé). En outre, le 7 décembre, il y a eu sept arrestations pour des petits délits (le 29 janvier un mineur sera jugé, et 6 adultes le 26 juin); le 9 décembre, il y a eu deux arrestations et une date pour le jugement a été fixée; le 11 décembre, 5 personnes ont été emprisonnées (trois de nationalité grecque et deux immigrants et le 15 décembre 4 autres). Le 18 décembre, 8 personnes accusées d’infractions ont été arrêtées.

Thessalonique: 21 arrêtés (3 mineurs passeront en jugement le 13 février 2009, et les autres, la plupart étrangers, ont été déclarés coupables, mais aucun n’est emprisonné. Toutefois, le nombre est très probablement plus grand).

Kozani: 34 arrêtés (les trois en prison sont : Ziambras, Papadimitriou, Mark, dans la prison de Grevena. Ce dernier est sérieusement blessé par des brûlures dans le nez provoquées par le gaz lacrymogène, et il a été transporté à l’hôpital d’Athènes).

Ptolemaida: 7 arrestations.

Larisa: 25 qui seraient arrêtés sous loi anti-terroriste. 17 étudiants, 4 adultes dans la prison de Korisalos.

Patras: 21 arrêtés (9 mineurs, aucun dans la prison).

Chania: 6 arrêtés (aucun en prison).

Heraklion: 22 arrêtés (11 pères pour ne pas s’être occupés de leurs fils (!), 7 mineurs (quatre d’entre eux doivent aller au commissariat une fois par mois pour des infractions plus petites), et 4 adultes dont 2 déclarés coupables doivent payer une caution (une caution de 1500 euro chacun, avec des amendes qui arrivent à approximativement à 2200 euro et visites à la police deux fois par mois).

Bowling: 6 arrestations (5 mineurs en jugement le 26 février, et un adulte, deux ans et dix mois avec sursis, par une caution de 1000 euro, en accord avec ses moyens).

Rethymo: 1 arrêté (le 15 décembre, un mineur a été arrêté, et ils ont poursuivi le père pour ne pas s’occuper de son fils. Aucun de des deux n’a été emprisonné, en accord avec leurs moyens).

Kavala: 2 arrestations (une le 7 décembre et l’autre le 10 décembre). Aucun en prison.

Kastoria: 1 mineur arrêté (amende de 4500 euro pour des dommages).

Zakynthos: 6 arrêtés (5 mineurs ont été mis en liberté sous conditions et seront jugés le 19 mars. Aucun en prison).

Rhodes: 18 arrestations (7 le 8 décembre, sous caution, 10 le 9 décembre – deux mineurs, trois étudiants d’institut, trois universitaires et deux travailleurs, libérés sous caution de 5000 euro et les adultes doivent aller une fois par mois à des commissariats, et les mineurs une fois par mois pour des dommages plus petits, et jeudi 10 décembre, ils ont pris un jeune de 17 ans lançant un cocktail Molotov dans la cour. Ils l’ont gardé jusqu’à hier, mercredi 17, quand ils l’ont libéré (la détention est basée sur une vidéo du téléphone mobile d’un témoin). On a poursuivi des pères pour ne pas s’occuper de leurs fils.

Total: 246 personnes arrêtées dont 66 en détention préventive. Il n’y a pas eu d’arrestations dans les villes suivantes où il y a eu des manifestations, protestations et confrontations : Serres, Chalkis, Ioannina, Veria, Xanthi, Komotini, Alexandroupolis, Drama, Trikala, Karditsa, Florina, Chios, Mytilene, Corinthe, Kefalonia, Lamia, Agrinio, Nafpaktos, Naousa, Syros, Amfissa, Samos, Corfu, Arta, Kalamata, Sparta, Tripoli, Missolonghi, Tower, Igoumenitsa.

Une quarantaine de personnes étaient présentes sur les marches du palais de justice de Bruxelles pour une audience préliminaire et technique du procès contre Bahar, Kaya, Musa et Sükriye. L’audience a fixé la date du début du procès au lundi 25 mai.

Rassemblement au procès DHKP-C

Rassemblement au procès DHKP-C

Voir la vidéo du CLEA et entendre le speech de Bahar

Rassemblement au procès DHKP-C
Rassemblement au procès DHKP-C

Elle reste la seule incarcérée, avec Julien Coupat, dans l’affaire de Tarnac. C’est la décision de la Cour d’appel de Paris, qui a refusé hier la remise en liberté d’Yldune Lévy, la compagne de Julien Coupat mise en examen dans l’enquête sur les dégradations contre des lignes TGV. La chambre de l’instruction de la cour d’appel a suivi les réquisitions du parquet général qui demandait qu’une décision d’un juge des libertés et de la détention (JLD) s’opposant à la remise en liberté de la jeune femme soit confirmée. Le JLD avait justifié sa décision par le fait qu’Yldune Lévy n’avait pas encore été interrogée par le juge d’instruction chargé de l’enquête, Thierry Fragnoli. Sa première audition par le magistrat depuis sa mise en examen est prévue jeudi après-midi.

Pour lui écrire: Yldune LEVY, N° 369772 B, 6 Avenue des Peupliers, 91700 FLEURY MEROGIS, France.

1.

La première audience du nouveau procès contre Bahar, Kaya, Musa et Sükriye aura lieu le mercredi 7 janvier 2009 à la Cour d’Appel de Bruxelles. L’audience se déroulera dans la salle 0.23 et commencera à 9h – Rassemblement dès 8h30 sur les marches du palais. Notez cette date dès maintenant. Venez nombreux, ces militants ne doivent plus retourner en prison!

2.

La prochaine réunion du comité de soutien aux inculpés deTarnac aura lieu ce mercredi, à 20h, à la Maison de la Paix, 35 rue Van Elewijck. Réunion de rentrée particulièrement cruciale au vu de l’agenda surchargé du mois de janvier. Rappelons la semaine d’action internationale du 15 au 25 janvier. Puis la manifestation du 31 janvier à Paris.

Bilbao a connu hier 3 janvier, une de ses plus grandes manifestations de ces dernières années. Selon le comptage effectué, plus de 37.000 personnes ont soutenu cette mobilisation à l’appel d’Etxerat, (le comité de défense des droits des prisonniers politiques basques) et de plus de 40 organisations politiques, syndicales et sociales. Les manifestants demandaient la ‘fin de la dispersion’ des prisonniers basques et la libération des plus malades d’entre eux.

La stratégie cruelle des gouvernements espagnol et français ne génère que de la souffrance. Aujourd’hui sont maintenues en incarcération 10 prisonniers gravement malades ainsi que 28 autres qui ont accompli la totalité de leur peine‘, a déclaré devant la presse le porte-parole d’Etxerat, Polentzi Goikoetxea. Dans le cortège figuraient de nombreux dirigeants de la gauche basque abertzale, parmi lesquelles se trouvait Arnaldo Otegi, porte-parole historique du parti Batasuna aujourd’hui interdit.

De son côté, le parti Aralar (considéré comme un parti politique indépendantiste basque proche de la gauche abertzale, et opposé à la violence d’ETA) a demandé, par l’intermédiaire de son porte-parole Daniel Maeztu, la ‘remise en liberté immédiate de tous les prisonniers malades et de ceux qui ont accompli les trois quarts de leurs peines

Derrière la première banderole demandant la fin de la politique de dispersion des prisonniers basques, plusieurs centaines de personnes portaient à la main des photos de prisonniers de l’ETA, notamment celle de Garikoitz Aspiazu Rubina, alias ‘Txeroki’, désigné comme l’un des chefs de l’appareil militaire de l’organisation armée et arrêté en France au mois d’octobre dernier.

La manifestation est partie de la place Aita Donostia, à 500 mètres du siège d’Eitb (touché il y a quelques jours par un attentat à la voiture piégée), avant de parcourir la capitale de la Biscaye, pour finalement se retrouver devant la Mairie de Bilbao, où a été lu un communiqué d’Etxerat. Durant la progression, des manifestants se sont faits également entendre des voix appelant à l’amnestie totale des prisonniers ainsi que des slogans contre le parti basque PNV. Le moment le plus fort de cette journée a été quand les 37.000 basques ont entonné le ‘Gora Tagora’, le chant de lutte du Pays Basque, suivi de ‘Ator Ator Nutil Etxera’, le chant pour le retour des prisonniers.

Voir une vidéo de la manifestation

Les militants de la Voie Démocratique Basiste à Marrakech, dans le cadre de l’Union Nationale des Etudiants du Maroc, avaient organisé le 28 décembre une manifestation en solidarité avec le peuple palestinien, conformément à leurs principes puisqu’ils considèrent cette cause comme étant une cause nationale. Cette manifestation a été sauvagement réprimée par les Forces d’intervention rapide. Le bilan est très lourd:

-5 détenus dont trois sont poursuivis, et deux sont encore en état de détention, l’un d’eux est le frère aîné de deux détenus du groupe de Zahra Boudkour qui est Toufik Chouini dont personne ne sait ou il est actuellement après sa détention, l’autre s’appelle Mimia Mohamed.

-18 blessés qui ont été transmis à l’hopital Bnou Tofail à Marrakech en mauvais état. L’un d’eux qui, Abderrazak El Agadiri est mort le 1er janvier à 4 heure du matin aux urgences de l’hopital. Abderrazak El Agadairi était un étudiant de 21 ans, militant marxiste-léniniste de l’organisation Voie Démocratique Basiste

-Un étudiant hospitalisé (en réalité cliniquement mort) depuis le dimanche 28 décembre 2008 suite à la répression sanglante de la marche pacifique organisée par les étudiants de Marrakech en solidarité avec le peuple palestinien est décédé. Sur instruction policière, son nom est resté secret (rappelons le cas d’Abdellatif Zeroual).

-L’étudiant Mohammed O., militant de la Voie Démocratique, gravement blessé la nuit du dimanche 28 décembre 2008 (double fracture de crâne) se trouve dans un état critique.

-Les étudiants arrêtés la même nuit ont tous été relâchés, sauf Taoufik Chouili (frère des deux Chouili du groupe des 18, étudiants prisonniers politiques, incarcérés à Marrakech depuis mai 2008).

-La militante étudiante, Meriam Bahammou, kidnappée il y a quelques jours vient d’être relâchée, mais poursuivie en liberté provisoire.

Au Maroc ce n’est pas la première fois que les forces de l’ordre agressent des citoyens à coup de matraques jusqu’à la mort alors qu’ils manifestent leur solidarité avec le peuple palestinien. Sana avait juste 13 ans quand elle a été frappée en 2002 et est décédée des suites de ces violences, Zoubida Khalifa et Adil Ajraoui sont tombés eux en 1987 alors qu’ils manifestaient aussi en solidarité avec le peuple palestinien. Au Maroc, la solidarité avec le peuple palestinien tue!

Abderrazak El Agadairi

Abderrazak El Agadairi

La première audience du nouveau procès contre Bahar, Bahar, Kaya, Musa et Sükriye aura lieu le mercredi 7 janvier 2009 à la Cour d’Appel de Bruxelles. L’audience se déroulera dans la salle 0.23 et commencera à 9h – Rassemblement dès 8h30 sur les marches du palais. Notez cette date dès maintenant. Venez nombreux, ces militants ne doivent plus retourner en prison!