Une centaine de personnes (parmi lesquelles une délégation de notre Secours Rouge) étaient venues apporter leur soutien aux militants et sympathisants du DHKP-C à l’occasion de la reprise de leur procès devant la cour d’appel de Bruxelles. Dès le début des débats, la défense a immédiatement soulevé quatre arguments qui devraient arrêter le procès. Un problème s’est posé lorsque les sympathisants des inculpés ont tenté de pénétrer dans la salle d’audience pour assister aux débats. La police n’a laissé qu’un nombre limité de personnes entrer et a relevé l’identité de chacun. Après protestation de la défense, le parquet fédéral a cédé et donné l’ordre aux services de sécurité de laisser entrer tout le monde et de ne plus relever leur identité.

Prise de parole de Bahar Kimyongür

Calicot du SR au procès DHKP-C

Prise de parole de Bahar Kimyongür
Calicot du SR au procès DHKP-C

Jon Anza a disparu depuis le 18 avril, alors qu’il se rendait à un rendez-vous à Toulouse et avait pris le train en gare de Bayonne.

En début de semaine, ETA affirmait dans une note ‘qu’elle n’avait aucun doute. Derrière cette disparition, comme au temps du Gal, se trouvent les forces de polices et la collaboration française. Jon Anza est militant de l’organisation et la police le sait, puisqu’elle avait découvert des empreintes dans une cache trouvée par la Police. Cependant la Police cacha cette prise.‘ Et d’informer que Jon Anza avait rendez-vous à Toulouse avec ETA, pour remettre une somme d’argent. Un rendez-vous auquel il ne se rendra jamais.

Les proches de Jon Anza indiquent que si la semaine dernière, toutes les pistes étaient ouvertes, les éléments nous dirigent vers un nouvel épisode de la guerre sale.

En décembre dernier, Juan Mari Mujika avait été séquestré pendant deux heures, victime d’un enlèvement de la part de la police espagnole. Cela est impossible sans l’aide directe de la police française. Il convient encore de rappeler les disparitions encore à ce jour non élucidées: celles de Popo Larre, Naparra et Pertur.

Une manifestation a eu lieu aujourd’hui, samedi à Hendaye et le mouvement pro-amnistie Askatasuna a constitué des groupes de personnes, qui ce même jour referont en train le trajet emprunté par Jon Anza le 18 avril, de la gare de Bayonne à celle de Toulouse . Ils apposeront des affiches, avec la photo du militant, et ce afin de recueillir des indices. Sans parler des crimes commis par le BVE( Batallon Vasco Español), l’époque sanglante du GAL qui débuta en 1983 est encore présente dans bien des mémoires. Joxi Lasa et Joxean Zabala furent les premiers de cette liste macabre dressée par le GAL. Ils furent enlevés le 16 octobre 1983 dans un parking du Petit-Bayonne. Leurs dépouilles seront enfin identifiées en 1995 à Alicante, douze années plus tard.

Quelque 200 personnes ont répondu à l’appel de la Coordination contre les Rafles, les Expulsions et pour la Régularisation et de Kinder Zonder Papieren pour se rassembler ce dimanche devant le centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel. La manifestation avait pour but de réclamer la libération des enfants enfermés dans les centres pour étrangers en situation irrégulière en Belgique.

Le lundi 25 mai 2009, à 9 heures, reprendra le procès ‘DHKP-C’ au palais de justice de Bruxelles. Dans ce procès (le cinquième, dont deux cassations!) visant des militants et des sympathisants d’une organisation révolutionnaire de Turquie, le DHKP-C, le parquet fédéral belge a emboîté le pas aux USA dans leur prétendue ‘guerre contre le terrorisme’. Derrière leur lutte, faite à grand renfort de publicité, contre les jihadistes, il y a aussi et surtout une lutte contre des organisations révolutionnaires qui, dans leur pays, luttent contre des cliques fascistes au service des USA. Aux Philippines, en Colombie, en Turquie et ailleurs, de grandes organisations populaires qui, depuis des décennies, luttent pour les intérêts populaires et prolétariens se trouvent ainsi inscrites à l’initiative du gouvernement américain sur la liste internationale des ‘organisations terroristes’. Et cette inscription déclenche, en Belgique comme partout, le déchaînement des mécanismes répressifs et l’application des législations ‘anti-terroriste’…

Voilà comment la justice belge se trouve une nouvelle exécutrice servile des basses oeuvres de l’impérialisme… Pour résister à cette logique et empêcher que ces militants soient emprisonnés, pour mettre en accusation les législation et dispositifs ‘anti-terroristes’, pour opposer à la justice de classe au service de l’impérialisme, notre solidarité de classe internationaliste, rassemblons nous le lundi 25 mai dès 8h30 sur les marches palais de justice de Bruxelles.

Les travailleurs des chantiers navals de Gijon (Asturies) résistent depuis plusieurs jours contre la fermeture programmée du site le 31 mai prochain. Les travailleurs revendiquent entre autre la reprise de l’effectif par la PYMAR, entreprise d’Etat qui dépend du ministère de l’Industrie et qui gère actuellement les chantier naval.

Retranchés à l’intérieur du site depuis plusieurs jours, ils font face au lock-out décidé par l’entreprise. Le mercredi 20 mai, ils ont tenté de sortir en manifestation pour aller vers le centre-ville, mais la police anti-émeute est intervenue, bloquant toutes les sorties du chantier naval et pénétrant ensuite sur le site. Les affrontements se sont déroulés toute la journée. Les salariés ont riposté à l’aide de frondes, lances à incendie, lances-fusées artisanales (cf. la fin de la vidéo), cocktails Molotovs, boulons… et des grues depuis lesquelles ils ont manoeuvré des containers en feu sur les forces de police.

Les recteurs de 40 universités de 19 pays se sont réunis hier mercredi à Turin pour discuter de problèmes économiques et éthiques et de développement durable. Tout au long de l’après-midi, les forces de l’ordre ont affronté à plusieurs reprises les manifestants, tentant sans succès de les disperser avec des jets de gaz lacrymogène.

Les étudiants protestaient contre la crise économique mondiale qui touche aussi les universités et dont ils ne veulent pas faire les frais. Les étudiants s’en sont ainsi pris à plusieurs banques à leur passage. Ils ont tenté de forcer le cordon de police qui se trouve autour du chateau de Valentino, lieu de la rencontre du G8, jetant des pierres et des extincteurs contre les policiers. L’Italie préside cette année le G8, le groupe des huit pays les plus développés du monde et un sommet de cette organisation aura lieu du 8 au 10 juillet. Dix-sept policiers et deux carabiniers ont été blessés mais sans gravité lors de ces affrontements. Deux manifestants ont également été arrêtés.

Manifestation à Turin

Manifestation à Turin

A Chambéry, le 30 avril, l’explosion d’une bombe artisanale dans une soierie désaffectée a coûté la vie à Zoé Aveilla, une jeune squatteuse de 24 ans et gravement blessé son ami, Michaël Dupanloup, 25 ans. Deux autres personnes, qui logeaient (avec un vingtaine d’autres occupants) dans le même squat ‘les Pilots’ (photo ci-dessous) ont été mis en examen les 8 et 15 mai pour ‘association de malfaiteurs à visée terroriste‘ et ‘destruction de preuves‘, et écroués. Les magistrats saisis de l’affaire sont les mêmes que pour l’affaire de Tarnac. Les enquêteurs sont les mêmes. Le vendredi 8 mai a eu lieu une manifestation sauvage d’environ 200 personnes dans les rues de Chambéry, en soutien aux Pilots menacés, et en soutien aux emprisonnés.

Squat à Chambéry

Squat à Chambéry

Le KZP organise une marche ce dimanche 24 mai vers le centre fermé 127 bis pour dénoncer l’enfermement d’enfants. Un nouveau centre fermé est en construction à coté du centre 127bis à Steenokkerzeel pour remplacer/’humaniser’ les containers à l’aéroport où les hommes, les femmes et les enfants sont parqués depuis une dizaine d’années, en attendant une réponse à leur demande d’asile. Ces personnes, interdites d’entrée sur le territoire, ont été arrêtées à l’aéroport. Ils restent plusieurs jours/semaines/mois enfermés dans ce no man’s land avant d’être remis dans un avion, ou acceptés sur notre territoire au bon vouloir de l’Office des étrangers.

Rassemblement gare de Nossegem à 14 heures (Train Gare du Nord Bruxelles 13h44 direction Leuven-gare de Nossegem).

Les services de police ont constaté un nombre de ‘manifestants plus nombreux et plus violents’ au cours des quatre premiers mois de 2009 à Paris, avec un quadruplement du nombre de blessés parmi les forces de l’ordre. Le nombre des manifestants dans les rues de Paris a crû de 80% au cours des quatre premiers mois de 2009 par rapport à la même période en 2008, selon la direction de l’ordre-public (DOPC). Les manifestations ayant rassemblé plus de 5.000 personnes sont également en ‘nette augmentation’ selon la DOPC, dont le travail s’est accru en conséquence.

La police note que les manifestants sont ‘plus violents’ et qu’ils s’attaquent essentiellement aux forces de l’ordre et aux commerces. A ces occasions, 92 policiers ont été blessés, toujours sur les quatre premiers mois de 2009 contre 18 en 2008. Le nombre de personnes interpellées au cours de ces incidents a par ailleurs explosé: 1.231 en 2009 contre 494 en 2008. Les policiers en charge du maintien de l’ordre sont par ailleurs de plus en plus convoqués à la ‘police des polices’ en raison de ces incidents et violences au cours desquelles ils sont mis en cause par les manifestants. La police parisienne explique qu’il lui est de plus en plus difficile de s’organiser. Le nombre de manifestations ‘inopinées’, comme les occupations ou les rassemblements improvisés et non déclarés, a en effet augmenté de 81%.

74 syndicalistes de GrDF, filiale de distribution de GDF-Suez, ont été interpellés jeudi soir à Paris après avoir fait irruption au siège de l’Unémig (Union nationale des employeurs de l’industrie gazière), l’organisation professionnelle de leur secteur en marge d’une manifestation à l’appel de Sud et la CGT. Ils ont été placés en garde à vue dans différents commissariats de Paris. La police leur reproche des coupures de gaz dans un local technique, et des dégradations dans le bâtiment de l’Association française du gaz, où ils avaient fait irruption dans l’après-midi. Mais les directions d’ERDF et GrDF précisent ce soir qu’il n’y avait ‘pas eu de dégradations sur le site’ et qu’elles n’avaient pas demandé les interventions policières. Parmi les agents interpellés figurent les principaux responsables des syndicats CGT de l’Energie en Ile-de-France, a indiqué la CGT dans un communiqué.

Quelque 200 personnes se sont rassemblées vendredi 15 mai devant le siège du patronat du gaz, à Paris pour protester contre le traitement infligé aux 74 personnes mises en garde à vue jeudi, soupçonnées de dégradations en marge d’une manifestation. Les manifestants étaient rassemblés devant le siège de l’Unémig , rue de Courcelles.

Action des syndicaliste GDF-Suez

Action des syndicaliste GDF-Suez