Communiqué de NLPF:

Nathalie Ménigon, militante d’Action Directe, a obtenu le 17 juillet, une libération conditionnelle qui a pris effet le 3 août 2008. La durée du régime de conditionnelle a été fixée à cinq ans. Les contraintes sont étendues, ainsi l’assignation à résidence dans un seul département.

Jean-Marc Rouillan est placé en régime de semi-liberté depuis 7 mois. Il n’y a pas de raison qu’il n’obtienne pas, lui aussi, une libération conditionnelle au terme d’une année de semi-liberté. Après avoir été jugés par des tribunaux d’exception et avoir été emprisonnés pendant une durée excédant de plusieurs années la peine de sûreté assortie à leur condamnation, les militants d’Action Directe ont réussi, jusqu’au bout, par leur résistance et leur ténacité, à conserver leur identité révolutionnaire. Parmi les militants toujours incarcérés, Georges Cipriani et Régis Schleicher ont été, eux, envoyés à Fresnes pendant six semaines pour subir l’expertise du Centre national d’orientation (CNO) qui est appelé à statuer sur leur ‘dangerosité’. La psychiatrisation de l’engagement politique est une des pratiques les plus dangereuses que mettent en place des sociétés sécuritaires comme la France de 2008.

Soumettre des militants révolutionnaires à cette expertise après plus de 21 ans de prison, c’est tenter une fois encore de les briser psychologiquement par la succession d’intervenants médicaux, sociaux et pénitentiaires, et le retour aux conditions de détention particulièrement sévères d’une maison d’arrêt.

Pour nous, il ne fait aucun doute que Georges Cipriani et Régis Schleicher doivent sortir de prison tout comme le militant communiste libanais Georges Ibrahim Abdallah qui s’est vu notifier une convocation au CNO à partir du 10 août prochain. Il est essentiel donc que nous continuions à nous battre pour la libération de tous les prisonniers d’Action Directe et les militants politiques révolutionnaires emprisonnés et pour dénoncer les législations d’exception auxquelles ils ont été et sont encore en butte depuis les années 1980.

Collectif ‘Ne Laissons Pas Faire!’ – Paris, le 18 juillet 2008, modifié le 12 août 2008.

16/07/2008

Emission radio

Nous vous avions communiqué un extrait de l’émission diffusée par Fréquences Paris Plurielles, voici la manière de l’écouter dans son intégralité:

Ce vendredi 18 juillet à partir de 14 heures jusqu’à 15 heures est prévue une émission sur les différents événements répressifs qui ont eu lieu en Belgique (arrestations de militants solidaires avec les prisonniers politiques dans le monde) et en France (arrestations de militants de la soi-disante ‘mouvance anarcho-autonome’ (invention ubuesque que si il n’y aurait pas des potes en taule ça pourrait servir pour une blague). Il y aura une interview de Bertrand Sassoye, ex militant des CCC (Cellules Communistes Combattantes de Belgique), aujourd’hui militant du Secours Rouge/APAPC Belgique et d’autres personnes invitées à s’exprimer.

Pour ce qui ne peuvent pas l’écouter depuis un poste radio: le lien Internet pour l’écouter est ici.

On sous-estime souvent l’importance d’une lettre envoyée à un détenu. Nous voulions saluer l’inititiative des personnes qui suivaient des cours du soir avec Jean-François, qui lui ont adressé cette lettre collective lorsqu’il était détenu:

Liège le 1310612008

Salut Jean-Francois.

Nous avons appris ton arrestation. Nous savons aujourd’hui que tu as fait des bêtises dans ta jeunesse mais le passé est le passé. Nous ne sommes pas là pour te juger mais pour te soutenir, tout le monde a droit à une deuxième chance!

Voici maintenant un an que nous te connaissonse, et nous t ‘apprécions énormément. Nous nous étions habitués à ton humour. Tu nous manques. Nous restons persuadés que tu n’as rien avoir avec ce qui se passe actuellement, tu es quelqu’un de suffisamment intelligent pour ne pas refaire les mêmes erreurs. Reviens-nous vite que nous puissions repartager des moments de fou rire. Nous espérons que tu seras vite parmi nous, que tu pourras reprendre le cours normal de ta vie.

A bientôt.

Solidarité avec les camarades belges emprisonnés, avec le SRI, à la manif de Berlin le 10 juillet.

Berlino: durante la manifestazione contro la repressione delle organisazzioni rivoluzionari straniere, c’era solidarietà con i compagni belgi arrestati e la repressione contro il Soccorso Rosso e Soccorso Rosso Internazionale.

Fotos von einer Demo gegen staatliche Repression die am 10 Juli in Berlin stattgefunden hat. Dabei wurden auch Plakate zur Solidarität mit der Roten Hilfe International gezeigt und die aktuelle Situation dagestellt.

Manifestation à Berlin

Manifestation à Berlin

10/07/2008

Sympa: barbecue

Des amis de la famille de Bertrand ont organisé un repas de solidarité ce dimanche.

A ce sujet, le SR a pu contribuer aux cantines des détenus, ainsi qu’au paiement des avocats ayant remis leur facture pour les familles qui en avaient besoin. Ces paiements constituent une provision : en effet, le dossier n’étant pas fermé, les 4 détenus sont toujours menacés d’un procès malgré les 3 libérations : Restons vigilants, soyons tous présents à la manif du 19 juillet pour exiger que ce gouffre financier, ces privations de liberté, et ces délires cessent!

Les ‘membres du 5 juin’ invitent à signer leur blog sur une base simple et humaine:

Pour la libération de Bertrand et ses camarades, parce que je ne doute pas un seul instant de son intégrité, parce que c’est mon pote, parce que la vision que j’ai de lui est celle de quelqu’un de courtois, juste et altruiste. Parce que j’aime bien qu’il me dise ‘salut chou’ quand je vais boire un pot à son boulot. Parce qu’il a fait mon déménagement ou celui de ma mère. Parce que quand on a eu besoin de lui, il a toujours été là. Parce que je m’en fous de ce que racontent les journaux : je veux vivre dans un pays où on n’arrête pas les militants. Parce que la prochaine fois que je l’appelle pour aller voir un match de foot, je veux pas que l’Etat m’écoute. Parce que j’ai pas besoin d’être à gauche ou à droite pour voir qu’on me prend pour un con. Parce que si on l’arrête aujourd’hui, demain ça sera nous qui irons au trou. Parce qu’il n’a rien à faire au zonzon et qu’on a besoin de lui ici, dehors.

Et si on était 1000 ?

1000 à s’engager sur ces quelques idées:

-Les lois ‘anti-terroristes’ bafouent nos droits les plus fondamentaux;
-On a besoin de gens intègres et justes comme Bertrand;
-Libération totale des 5 personnes concernées par les arrestations du 5 juin

http://5juin.hautetfort.com/

Lettre aux camarades et sympathisants

Je tiens à remercier toutes et tous les camarades du Secours Rouge.

C’est un travail magnifique que vous avez réalisé et je sais que c’est en travaillant jour et nuit que vous êtes parvenus à un tel résultat. Ce que vous avez fait restera pour longtemps un exemple pour les luttes futures. Mes remerciements au SRI pour avoir très vite pris la relève en dehors de la Belgique. Mes remerciements aussi aux sympathisants.

Tous, par vos lettres, vos manifestations, vos mails, vos actions, vous m’avez aidé. Tant qu’on ne l’a pas vécu, on ne peut pas savoir la force d’une petite carte postale sur le moral d’un militant détenu. Et quand en plus cette carte vient de Suisse, France, Grèce, ou d’ailleurs, je ne vous dis pas…

J’ai une pensée toute particulière pour le camarade Bertrand, qui m’a fait comprendre que le mot ‘Liberté’ ne signifie rien s’il n’est pas accompagné de mots tels que: Camarade; Solidarité; Résistance; Lutte; etc.

Maintenant, la lutte ne fait que commencer, un camarade reste encore entre les pattes de l’appareil politico-judiciaire et il est hors de question de l’y laisser.

J’espère vous voir très nombreux à la manifestation du samedi 19 juillet, à 18h au départ de la place Van Meenen (devant l’Hôtel de ville de Saint-Gilles) pour exiger que cesse sa détention préventive, et que le dossier soit clos.

-Liberté pour le Camarade Bertrand!
-La solidarité est notre arme!
-Vive le Secours Rouge!

Jean-François Legros – Gembloux, le 10 juillet

Le Secours Rouge et le Secours Rouge International appellent à la mobilisation le samedi 19 juillet, à 18h, devant l’Hotel de Ville de Saint-Gilles, pour se rendre après devant la prison de Forest où est toujours détenu Bertrand Sassoye. Il est important de venir nombreux afin de réclamer la libération de notre camarade, mais également de manifester notre refus des lois liberticides et des méthodes particulières de recherche. L’initiative sera relayée le même jour en France, en Allemagne, au Liban, et en Suisse.

Affiche de la manifestation du 19 juillet

Cliquez sur l’affiche pour télécharger le flyer

Affiche de la manifestation du 19 juillet