Des émeutes ont éclaté dimanche 28 février au soir dans plusieurs quartiers de Ouargla, dans le Sud algérien, après la condamnation à une lourde peine de prison d’un militant du mouvement de protestation populaire, accusé d’«apologie du terrorisme». Les manifestants ont bloqué plusieurs axes routiers et fait brûler des pneus après que le tribunal criminel local a condamné Ameur Guerrache, un blogueur, à sept années de prison ferme. Les jeunes ont lancé des pierres en direction de policiers, au milieu de gaz lacrymogène. Le parquet avait requis 10 ans de prison ferme.

Arrêté chez lui le 1er juillet 2020, Ameur Guerrache, 31 ans, présenté comme un militant et poète, est l’un des principaux animateurs de la protestation à Mekhadma depuis plusieurs années. Le mouvement Mekhadma tire son nom d’un quartier déshérité de la ville de Ouargla, où en juin dernier des centaines de personnes avaient protesté pacifiquement contre leurs conditions de vie ainsi que leur marginalisation et exclusion du développement local. Ouargla est la capitale d’une région riche en hydrocarbures, mais c’est aussi une ville où le taux de chômage des jeunes est élevé. 59 détenus d’opinion ont été libérés après l’annonce d’une grâce accordée par le président Abdelmadjid Tebboune le 18 février, mais, dans le même temps, les condamnations se poursuivent à un rythme soutenu devant les tribunaux. Quelque 700 personnes ont été interpellées en Algérie lors des marches du mouvement de protestation populaire du Hirak vendredi avant d’être toutes relâchées.

Onze personnes ont comparu devant le tribunal à la suite de l’attaque, vendredi, par la foule des bureaux de la compagnie minière Palabora Mining Company à Phalaborwa, dans la province de Limpopo. Les manifestants, qui dénonçaient le sous-emploi, ont envahi les lieux, incendiés et pillés des bureaux de la mine de cuivre et mis le feu à des véhicules. Les 11 personnes ont été appréhendées le soir même. Agés de 25 à 40 ans, ils ont comparu lundi devant le tribunal de première instance de Phalaborwa. Ils se sont vu refuser la libération sous caution.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

La police birmane a ouvert le feu sur des manifestants dimanche à Rangoun et dans plusieurs autres villes du pays, faisant au moins onze morts en cette journée la plus sanglante depuis le début du mouvement de contestation contre le coup d’Etat. Dans plusieurs quartiers de l’ancienne capitale Rangoun, la police renforcée par des éléments de l’armée a tiré à balles réelles après avoir échoué à disperser la foule avec des grenades assourdissantes, du gaz lacrymogène et des tirs de sommation. Plusieurs blessés ont été évacués à dos d’homme, laissant des traînées ensanglantées sur le pavé. Un homme est décédé à l’hôpital après avoir reçu une balle dans la poitrine. La police a aussi ouvert le feu contre ses partisans à Dawei, une ville du sud du pays, tuant trois manifestants et en blessant plusieurs autres. Deux personnes ont aussi perdu la vie à Mandalay, la deuxième ville du pays.

La police thaïlandaise a fait usage de balles en caoutchouc, de canons à eau et de gaz lacrymogène dimanche contre des manifestants rassemblés à Bangkok devant la résidence du Premier ministre. Les manifestants ont défilé jusque devant une ancienne caserne où vit le Premier ministre, l’ancien chef de l’armée, dont ils réclament la démission. Des affrontements ont éclaté entre les manifestants et la police antiémeute déployée devant l’entrée de la caserne, protégée par des barbelés et des conteneurs. Les policiers ont tenté de disperser la foule avec des canons à eau et des gaz lacrymogènes. Plus tard, la police a tiré des balles en caoutchouc. Des manifestants ont lancé des bouteilles de verre, des pierres et des briques en direction des policiers. 19 personnes ont été interpellées dont l’une âgée de 16 ans.

Le mouvement de protestation réclamant la démission du gouvernement, qui avait rassemblé des dizaines de milliers de manifestants, en majorité des jeunes, entre juillet et décembre 2020, a perdu en intensité en raison de la pandémie. Mais la récente arrestation de quatre leaders du mouvement a remobilisé les manifestants. Au total, 58 manifestants ont été inculpés de lèse-majesté, un crime passible d’un maximum de 15 ans de prison, depuis le début du mouvement, qui réclame également une réforme de la richissime monarchie thaïlandaise.

Des affrontements ont opposé des habitants de la commune de Koungou, dans le nord de Mayotte, et la gendarmerie française vendredi, alors que la mairie prépare la destruction d’un bidonville. Les violences ont débuté à la suite d’une vague d’interpellations par les gendarmes dans le quartier informel dit de la Jamaïque. La mairie de Koungou prépare l’évacuation d’une parcelle à la demande de son propriétaire, une société de négoces, où sont installées illégalement 200 cases en tôle, construites sur de fortes pentes, qui n’ont ni eau courante ni électricité et dont la majorité des habitants seraient des personnes en situation irrégulière. Des jeunes ont résisté en érigeant des barrages en incendiant des poubelles et des objets encombrants dans les rues. Certaines maisons des lotissements proches de la mairie ont été pillées. Les gendarmes ont tiré des dizaines de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Alors de Dimitris peut décéder d’un jour à l’autre, la solidarité, tant en Grèce qu’ailleurs en Europe, s’accélère. Voici une liste bien incomplète des initiatives solidaires de février puisque les médias ont recensé plus de 300 attaques durant la semaine, partout en Grèce, en solidarité avec le prisonnier. Le ministre de la police, Makis Voridis (l’un des transfuges de l’extrême-droite nouvellement nommé au gouvernement) a ordonné le renforcement de la sécurité des bâtiments de l’État, par crainte d’une puissante riposte sociale à la suite du décès de Koufontinas.

27 février: En Grèce: rassemblement à Karditsa, à Agrinio, manifestation et affrontements devant l’hôpital de Lamia (15 arrestations). Le domicile du président de Nouvelle Démocratie est tagué et maculé de peinture, la résidence secondaire du premier ministre attaquée à coups de pierres. 400 manifestants à Berlin et, la nuit, attaque contre Siemens-Bosch (qui fournit les armées grecque et turques). Rassemblements devant l’ambassade de Grèce à Stockholm, devant le consulat de Grèce à Munich, et à Toulouse. Banderoles accrochées à Athènes, à Bristol (UK) et à Berlin.
26 février: Manifestations à Volos, Patras, Livadeia et Giannina. Attaques de trois banques à Athènes (deux ATM détruits, une devanture brisée) et du bureau du parti gouvernemental Nouvelle Démocratie et du ministre des Sport à Heraklion (Crête). Rassemblement solidaire à la ZAD d’Osterholz (Allemagne).
25 février: Invasion du studio d’ITV à Giannina, interrompant le principal  journal télévisé. Manifestation à Chania et à Evelpidon.
Les vitres du consulat de Grèce à Hambourg sont brisées, le consulat de Grèce à Stuttgart est tagué. Manifestation devant le consulat de Grèce à Zurich et devant l’ambassade de Grèce à Bruxelles.
24 février: Manifestations à Giannina et à Heraklion (Crète), attaque d’un véhicule d’une chaîne de supermarché à Athènes. Incendie d’une voiture de Thyssen-Krupp (qui fournir des sous-marins à la marine grecque) à Berlin et occupation du consulat de Grèce à Berlin.
23 février: Invasion par 60 manifestants du Ministère de l’alimentation et de la santé à Athènes. Manifestation à La Canée (Crète), manifestation cycliste à Athènes. Tags et accrochage de banderoles à Berlin.
22 février: Manifestation devant la résidence officielle de la présidente grecque Sakellaropoulou, mais aussi à Karditsa, à Patra et à Corfou. Attaque (peinture et pierres) du siège de la chaîne de télévision Action24 à Athènes. Le consulat de Grèce à Zurich est maculé de peinture. Banderole accrochée et affiches collées à Magdeburg
21 février: manifestation à Veria
20 février: manifestation à Xanthi, à Chania et à Evelpidon, invasion des bureaux du parti gouvernemental Nouvelle Démocratie à Moschato
18 février: Rassemblement devant l’ambassade de Grèce à Berlin, incendie d’une voiture de Herz à Berlin (Herz est fournisseur de la police grecque). Banderole accrochée à Malmö (Suède)
16 février: Dimitris est transféré en soins intensifs à l’hôpital de Lamia. Attaques incendiaires contre les domiciles de deux anciens hauts gradés de la police, manifestation à Thessalonique.
15 février: Le consulat de Grèce à Francfort est tagué
12 février: Banderoles accrochées et affiches collées à Rome, rassemblement devant le consulat de Grèce à Berlin.
10 février: Tags à Lille
9 février: Invasion du siège de l’association des journaux de Thrace-Mécédoine à Thessalonique
8 février: Affichage à Toulouse
6 février: Manifestation à Volos
5 février: Attaque incendiaire contre le tribunal d’Evelpidon (Athènes)
4 février: Les prisonniers politiques Giannis Dimitrakis et Nikos Maziotis se mettent en grève de la faim solidaire. Incendie d’une voiture diplomatique à Thessalonique
3 février: Manifestation à motocyclette à Athènes, invasion du ministère de la santé à Athènes et du siège du parti gouvernemental Nouvelle Démocratie à Patras. Affichage devant la représentation de la Grèce à l’ONU, à Genève
2 février: manifestation et occupation des bureau de Nouvelle Démocratie à Thessalonique
1er février: Invasion du siège de l’association des procureurs à Athènes. Toujours à Athènes, les vitrines de trois banques sont brisées. Manifestation à Patras. Rassemblement solidaire au Mexique.

Dossier(s): Grèce Tags: , ,

Samidoun est une organisation internationale, arabe et palestinienne indépendante qui se mobilise pour la libération de près de 5.000 prisonnier·e·s politiques palestinien·ne·s dans les prisons israéliennes. Elle plaide pour le boycott d’Israël et défend le droit des Palestinien·ne·s à résister à l’occupation, à l’apartheid et à l’oppression, ainsi que le droit de tous les réfugiés palestiniens à retourner dans leurs foyers et sur leurs terres. C’est une organisation sans personnel rémunéré à plein temps et qui ne collecte de fonds que pour soutenir ses propres campagnes politiques publiques. Elle a des sections aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Espagne, en Suède, au Brésil, en Grèce et en Palestine occupée, et un réseau d’organisations membres dont le Collectif Palestine Vaincra en France.

Samidoun vient d’être désignée comme “organisation terroriste” par le ministre israélien de la Défense et criminel de guerre Benny Gantz. Il s’agit d’une attaque contre le mouvement des prisonnier·e·s palestinien·ne·s ainsi que contre le droit des Palestinien·ne·s en exil et de la diaspora à s’organiser. C’est également une tentative de détourner l’attention du problème auquel sont confrontés des centaines de responsables sionistes – dont Gantz lui-même – qui craignent les prochaines étapes des enquêtes de la Cour pénale internationale (CPI) après sa dernière annonce le 5 février 2021 affirmant qu’elle a l’autorité d’enquêter sur les crimes de guerre dans les territoires palestiniens occupés. En savoir plus

 

Après le député régional de Saratov, Nikolaï Bondarenko, c’est au tour d’Evgeny Oulianov d’être visé par les autorités. Premier secrétaire du Comité régional de Carélie du Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF) et député à la Douma de Russie, il a été arrêté au motif que, le 23 février, il a tenu une réunion publique dans le centre de Petrozavodsk près du monument de Lénine, afin de célébrer l’anniversaire de la fondation de l’Armée rouge. Le Parti Communiste de la Fédération de Russie, fortement opposé au système Poutine/Russie Unie, est soumis à une répression en raison des manifestations organisées le 23 février.

Evgeny Oulianov

 

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: ,

Les manifestants ont tenté jeudi de se rassembler devant le bâtiment du gouvernorat à Nassiriya pour exiger le renvoi du gouverneur dans un contexte de dégradation des services publics. Ils ont jeté des pierres et les forces de sécurité sont intervenues. Un manifestant de 25 ans a été tué, et 26 autres manifestants et plusieurs membres des forces de sécurité ont été blessés. Ces nouveaux heurts ont lieu trois jours après un rassemblement similaire lundi devant le siège du gouvernorat, lors duquel un jeune manifestant avait également été tué. Des décennies de conflits, de corruption et de faibles investissements ont laissé l’Irak avec des services publics déficients et des pénuries récurrentes d’électricité et d’eau. Fin 2019, la colère de la population face à la corruption et le chômage endémique avait débouché sur un soulèvement dont la répression a fait 600 morts et 30.000 blessés à travers le pays. Les manifestations s’étaient quasiment éteintes en 2020, mais elles reprennent à Nassiriya.

manifestation à Nassirya (archives)