Deux millions de personnes (sur un total de 7,5 millions d’habitants) sont descendues manifester dans les rues de Hong Kong. Les Hongkongais dénoncent un projet de loi d’extradition vers la RPC qui, s’il est adoptée, permettra au gouvernement chinois d’extrader vers ses prisons les personnes qu’il voudra. Les Hongkongais seront ainsi de fait soumis aux lois de la RPC, et non plus seulement aux lois de Hong Kong. En raison des manifestations massives ayant donné lieu à des affrontements mercredi, l’examen de ce projet de loi avait été reporté (voir notre article).

Avec cette nouvelle manifestation géante, les Hong-kongais entendent maintenir la pression sur la cheffe de l’exécutif pro-Pékin. Celle-ci ne s’est pas engagée à remiser définitivement son texte au placard. Les protestataires réclament en conséquence l’abandon du projet, la démission de la cheffe du gouvernement ainsi que des excuses pour les violences policières.

La manifestation d'hier dimanche à Hong Kong

La manifestation d’hier dimanche à Hong Kong

La plate forme « Aar Li Nu Bokk » (protection de nos biens communs) a été créé suite aux révélations, dans une émission de la BBC, d’un système de corruption remontant jusqu’à la présidence en lien avec la signature de contrats pétroliers et gaziers avec la société Petro Tim au Sénégal. La plateforme « Aar Li Nu Bokk » a appelé vendredi à une marche mais les policiers ont investi très tôt les lieux de ce rassemblement prévu et bloqué toutes les voies d’accès à la place de la Nation. Le préfet de Dakar, invoquant des « menaces réelles de trouble à l’ordre public », avait en effet interdit le rassemblement.

Les organisateurs ont maintenu leur décision d’organiser la manifestation. Pendant deux heures le centre-ville de Dakar a été paralysé par les affrontements. Contre les grenades lacrymogènes, les manifestants se sont battus avec des pierres, on brûlé des pneus et barricadé des rues. Un policier a même braqué son arme sur les manifestants. Il y a eu de nombreuses arrestations.

Arrestation vendredi à Dakar

Arrestation vendredi à Dakar

Un rassemblement de gilets jaunes s’est déroulé sur l’esplanade Saint-Léonard à Liège samedi entre 13H et 15H. Il ont été une cinquantaine à y participer. A 15H, dès que les Gilets jaunes ont formé un cortège et se sont mis en marche (sur le trottoir) dans la direction de la place du Marché, ils ont été bloqués par la police de Liège. 23 Gilets jaunes ont été arrêtés administrativement, parfois brutalement (plaquage au sol etc.) pour « troubles à l’ordre public, provocations verbales et outrage à agents ». Ils ont été emmenés à l’Hôtel de police de Liège. Originaires de Liège et d’autres localités de Wallonie et de Bruxelles, ils ont été relâchés au fil des heures qui ont suivi.

Gilets jaunes sur l’esplanade Saint-Léonard

Gilets jaunes sur l’esplanade Saint-Léonard

Le ministère palestinien de la Santé a annoncé que 34 manifestants, dont deux urgentistes, ont été blessés par les forces de l’armée israélienne à l’est de la Bande de Gaza vendredi au cours de leur participation à la marche pacifique du Retour. Un des urgentistes a été blessé par les balles en caoutchouc des forces de l’occupation. Depuis le 30 mars 2018, des milliers de Palestiniens se rassemblent à proximité de la barrière de sécurité séparant la Bande de Gaza d’Israël, dans le cadre de la « Grande marche du Retour ». Cette initiative pacifique vise à rompre le siège imposé à Gaza depuis plus de 10 ans. Les manifestants réclament également le droit des Palestiniens au retour.

Manifestant à Gaza

Manifestant à Gaza

Trois membres présumés de la Nouvelle Armée du Peuple (NPA) ont été tués lors d’une fusillade avec la police et les forces militaires à Mindoro oriental jeudi 13 juin, dans l’après-midi. Quatre bataillons de la 203e brigade d’infanterie ont attaqué un campement occupé par une quarantaine de guérilleros vers 13 h 30 à Sitio Mawan, Panaytayan, Mansalay, Mindoro oriental. Outre les corps des trois maoïstes, les militaires ont également récupéré trois fusils M16, un AK-47, un pistolet .45 et divers équipements et munitions. Un de ses soldats a été blessé dans la fusillade. Des troupes supplémentaires et des chiens renifleurs de bombe ont été déployés pour se lancer à la poursuite des guérilleros.

La région de Panaytayan

La région de Panaytayan

L’audience pour étudier la demande d’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange vers les Etats-Unis aura lieu fin février, a décidé vendredi un juge du tribunal londonien de Westminste. Une audience aura lieu fin octobre pour décider quel tribunal étudiera la demande américaine. Les Etats-Unis lui reprochent d’avoir mis en danger certaines de leurs sources lors de la publication en 2010 par WikiLeaks de 250.000 câbles diplomatiques et d’environ 500.000 documents confidentiels portant sur les activités de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Ils l’accusent également d’avoir « comploté » avec l’ex-analyste militaire Chelsea Manning.

Réfugié pendant près de sept ans à l’ambassade d’Equateur à Londres où il bénéficiait de l’asile politique, M. Assange en a été extrait le 11 avril par la police britannique avec l’aval de Quito (voir notre article). Vendredi, l’Australien de 47 ans a comparu par visioconférence depuis la prison de haute sécurité de Belmarsh, dans le sud-est de Londres. Aux Etats-Unis, il risque 175 ans de cumul des peines encourues pour les différents chefs d’inculpation qui le visent.

Assange à son arrestation

Assange à son arrestation

Pavel Grigorchuk, militant communiste, a été emprisonné à plusieurs reprises en Moldavie par le régime de l’oligarche Plahotniuc, notamment en tant que membre du «groupe Petrenko» de prisonniers politiques. Grigorchuk est une nouvelle fois emprisonné, depuis maintenant trois mois, pour une altercation mineure avec un membre du parti de Plahotniuc. Celui-ci a perdu les élections face à des partis de gauche, mais ne veut pas céder le pouvoir. Pavel Grigorchuk a rendu compte des violations des droits de l’homme perpétrées au centre de détention PU-13 de Chisinau, où sont détenus plusieurs prisonniers politiques de l’ancien régime, avec lesquels Grigorchuk a formé une association de prisonniers politiques. Différentes initiatives de solidarité ont eu lieu Pavel Grigorchuk, dont un rassemblement devant la Mission moldave auprès de l’ONU avant-hier, le 13 juin.

Pavel Grigorchuk lors d'une célébration de la victoire contre le fascisme nazi

Pavel Grigorchuk lors d’une célébration de la victoire contre le fascisme nazi

Deux sous-inspecteurs adjoints et trois policiers sont tombés dans une embuscade tendue par des guérilleros présumés à la frontière entre le Jharkhand et Bengale occidental. Ils ont été abattus alors qu’ils étaient en patrouille à proximité du commissariat de Tiruldih. D’après les autorités, la patrouille s’est fait encerclée par une brigade de maoïstes dont les hommes ont ouvert le feu, faisant cinq morts. Avant de battre en retraite, ils ont saisi les armes des policiers.

Guérilleros maoïstes

Guérilleros maoïstes

La demande d’expulsion du bar autonome Kadterschmiede installé dans la Rigaer Straße 94 à Berlin (bâtiment occupé depuis 1990, puis en partie régularisé) n’a pas abouti. La demande avait été introduite par l’entreprise propriétaire du bâtiment mais le juge en charge a refusé d’émettre un ordre d’expulsion, pour des raisons de forme plus que de fond. En effet, un flou juridique entoure l’entreprise propriétaire Lafone Investment Limited, probablement une société-écran. Ainsi, elle n’est pas en ordre dans le registre du commerce allemand. L’avocat du collectif Rigaer assume que la demande d’expulsion est motivée par la spéculation immobilière étant donné que, depuis le début de l’occupation, la valeur du bâtiment a décuplé.

Le jour du procès (13.06.2019), et probablement en contestation de celui-ci, plusieurs personnes ont incendié des pneus à 5h20 sur un pont près de la Rigaer, bloquant le trafic pendant environ deux heures. Deux jeunes ont été arrêtés par la police, puis relâchés faute de preuves. Les menaces d’expulsion et raids de la Rigaer, un important lieu de rencontre et de rassemblement de la gauche radicale et centre social à Berlin, suscitent régulièrement des affrontements entre défenseur-se-s de l’occupation et la police. Lire notre article.

Rigaer 94 verteidigen

Rigaer 94 verteidigen

Dossier(s): Allemagne Archives Tags:

Dans le nord de la ville de Memphis, la mort d’un jeune homme noir a provoqué des protestations par les habitant-e-s de son quartier. Entre 100 et 300 personnes étaient descendues dans les rues pour manifester leur colère suite à la mort de Brandon Webber. Le jeune homme âgé de 20 ans était poursuivi par la police, et a été abattu par plusieurs balles à l’issue d’une course poursuite le soir du 12.06.2019. Les habitant-e-s de Frayser, un quartier majoritairement noir dans le nord de la ville et dont Webber était originaire, ont balancé des pierres et des briques sur la police. La police a employé du gaz lacrymogène pour disperser la foule. 3 personnes ont été arrêtées, 24 policiers et 2 journalistes blessés.

Memphis Brandon Webber