Le gouvernement péruvien a prolongé de 60 jours l’état d’urgence dans plusieurs provinces des régions andines d’Ayacucho, de Junín et de Cusco. Dans cette vallée du sud des Andes se trouve la zone montagneuse et forestière du Vizcatán, bastion de la guérilla maoïste du Parti Communiste du Pérou (‘Sentier Lumineux’). La résolution publiée samedi 10 janvier, présentée par le ministre de la défense Antero Flores Aráoz, affirme que la décision de prolonger l’état d’urgence s’explique par ‘des situations contraires à l’ordre intérieur qui affectent le développement normal de la population.’ Le ministre a précisé: ‘La vallée de l’Apurimac-Ene est devenue une région militaire transitoire, mais autonome, afin de garantir l’approvisionnement en logistique et fournitures dans la lutte contre les reliquats du narco-terrorisme.’

Sous l’état d’urgence sont suspendus les droits constitutionnels de liberté et sécurité personnelle, l’inviolabilité du domicile et la liberté de réunion et de circulation. La mesure gouvernementale établit que l’Armée persistera dans son rôle de maintien de l’ordre dans la zone concernée par l’état d’urgence. Le ministre a expliqué que ‘la nouvelle organisation militaire permettra en outre de faire un meilleur usage des hélicoptères russes MI-17 et MI-18.’

Le gouvernement péruvien a lancé en août 2008 une offensive militaire dans cette vallée avec l’objectif d’éradiquer la présence de la guérilla. L’offensive militaire lancée par l’armée dans cette région au cours des derniers mois est un échec: 24 militaires ont été tués, 48 autres sont blessés, tandis que la guérilla n’aurait subi aucune perte. Une embuscade menée contre un convoi de l’armée péruvienne avait notamment fait seize morts en octobre dans le sud-est du pays.

Le rassemblement appelé devant l’ambassade des USA mercredi 14 janvier n’a pas eu lieu. Dès l’arrivée des manifestants dans le métro, les sorties étaient bloquées, en haut des escaliers se déployait une cinquantaine de flics pour une trentaine de manifestants. Ceux-ci furent informés que le rassemblement était interdit et qu’ils allaient tous être poursuivis. Au milieu de la place une centaine de manifestants étaient bloqués par un autre cordon d’une centaine au moins de policiers en équipement complet.

Après quelques ‘Israël Assassin, Sarkozy Complice‘ la police est intervenue brutalement, plaquant au mur, liant les mains, etc. Une cinquantaine de manifestants a poursuivi la manif dans le métro jusqu’à Madeleine. D’autres ont rejoint les rassemblements permanents à Stalingrad et à la Fontaine des Innocents aux Halles. Au bout d’une heure environ, 26 personnes ont été embarquées au commissariat du 18e ardt. Pas de poursuite, simples contrôles d’identité.

Cesare Battisti

S’opposant à la décision du Comité national pour les réfugiés au Brésil qui a récemment refusé d’accorder le statut de réfugié politique à Cesare Battisti, le ministre brésilien de la Justice, Tarso Genro, avait recommandé pour sa part à son pays de lui accorder l’asile politique. La Cour suprême du Brésil doit encore avaliser cette décision. Tarso Genro justifiait son avis en raison d’un risque de persécution du prisonnier dans son pays d’origine. Le gouvernement italien avait demandé au président Lula da Silva, ‘dans le cadre de la coopération judiciaire internationale dans la lutte contre le terrorisme‘, de revenir sur cette décision d’asile politique. Hier (13 janvier) a été déclaré réfugié politique.

Rappel de l’affaire

Cesare Battisti est un ancien membre des Prolétaires Armés pour le Communisme (PAC). Il s’était évadé d’une prison italienne en 1981 et avait gagné le Mexique avant de se réfugier à Paris en 1990. Comme beaucoup d’anciens militants révolutionnaires italiens, il s’était réfugié en France sous la protection de la ‘Doctrine Mitterrand’. Cet engagement pris en 1985 par le président de la République stipulait en effet que les anciens militants italiens réfugiés en France qui renonceraient à la violence ne seraient pas extradés.

Cesare Battisti avait été arrêté à Paris début 2004 mais, remis en liberté sous contrôle judiciaire, il était passé à la clandestinité en août 2004 lorsque le Gouvernement de Jean-Pierre Raffarin avait décidé, après plusieurs recours en justice, de l’extrader vers l’Italie qui l’avait condamné par contumace en 1993 à une peine de prison à perpétuité. Sa condamnation à la réclusion à perpétuité est devenue là-bas définitive et irrévocable. Cesare Battisti a été arrêté le 18 mars 2007 près de la plage de Copacabana à Rio de Janeiro (Brésil) après 30 mois de cavale. Il a été capturé dans la rue par la police brésilienne au moment où un membre de son comité de soutien, entré au Brésil avec une somme d’argent. L’opération a été coordonnée par les services d’Interpol, la jeune femme ayant été filée par des policiers français de l’Office Central de Lutte contre la Criminalité qui ont transmis leurs renseignements à la police brésilienne.

Cesare Battisti

Thierry Fragnoli, le juge d’instruction qui a mis en examen Yldune Levy le 15 novembre pour ‘destructions en réunion et association de malfaiteurs à visée terroriste‘, a ‘signé aujourd’hui une ordonnance de remise en liberté sous contrôle judiciaire’, a affirmé son avocat, Steeve Montagne. Le parquet a fait immédiatement appel. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris devra donc statuer sur ce référé-détention avant de décider ultérieurement si Yldune Levy, âgée de 25 ans, doit être remise en liberté.

Depuis plus d’un mois, des actes de désespoir isolés ont lieu au centre fermé 127bis: tentatives de suicide, grèves de la faim, révoltes, souvent suivis d’une mise au cachot, d’un transfert vers un autre centre fermé ou de l’expulsion de ces récalcitrants. Ce jour, plusieurs appels d’alerte: vingt cinq personnes entament une grève de la faim et de la soif pour protester:

-contre les maltraitances qu’elles subissent,
-contre les conditions de détention,
-contre le manque de soins (certains seraient très malade),
-contre les détentions arbitrairement longues,
-contre la répression qu’elles subissent,
-contre l’absence de renseignements sur leur situation,
-contre les renvois vers la Grèce, souvent suivis d’un renvoi de la Grèce vers le centre fermé en Belgique (certains ont déjà fait plusieurs aller-retour Grèce-Belgique).

Plus d’infos ici

16 détenus parmi les prisonniers politiques de Sidi Ifni-Aïtbaâmranne poursuivent leur grève de la faim illimitée pour le 7 janvier. Ils sont victimes d’enlèvements et d’arrestations arbitraires pendant ou suite aux événements de protestations populaires de Sidi Ifni. Ils sont incarcérés avec des détenus de droits communs, dans des cellules exiguës d’à peine 22 mètres carrés, où s’entassent 87 prisonniers. Plusieurs d’entre eux souffrent de pathologies graves et ils ont besoin d’interventions médicales urgentes, de soins et de régime alimentaire adapté. Brahim Barra souffre de graves problèmes rénaux, son cas nécessite une intervention chirurgicale urgente; Hassan Agharbi a des problèmes de prostate; Al Houari Assawlajane a un intestin artificiel et souffre d’asthme aigu; Karim Chara souffre d’un kyste au foie; Ahgoun Ahmed souffre de graves problèmes au niveau de la colonne vertébrale. Leur grève de la faim se poursuit dans l’indifférence des autorités marocaines. Seul le procureur s’est rendu à la prison de Tiznit pour dissuader les grévistes de poursuivre leur grève de la faim. Il a essuyé un refus catégorique. Malgré l’inquiétude pour la santé des leurs, le soutien des familles reste infaillible.

Liste des grévistes de la faim

Groupe de la prison d’Inzegane: Karim Chara; Atbib Abdelkader; Brahim Barra; Zakaria Rifi; Hassan Agharbi; Zine el Abidine Erradi.

Groupe de la prison de Tiznit: El Amrani Mohamed; Alkasbi Mustapha; Aarab Omar; Azzedine Amhil; Brahim Harbili; Al Houari Assawlajane; Miloud Boutkat; Abderahmane Dahbi; Boumzough El Houseine; Ahgoun Ahmed.

Des dizaines de milliers de manifestants (50.000?) ont défilé à Bruxelles pour dénoncer l’opération militaire israélienne à Gaza. C’était l’occasion pour le Secours Rouge/APAPC de porter la revendication de la libération de Georges Ibrahim Abdallah, avec un calicot et une diffusion massive de tracts. De nombreuses occasions ont ainsi été créées d’exposer l’histoire et la situation actuelle de Georges.

Manifestation pour Gaza

Manifestation pour Gaza

Affiche de la manifestation pour ceux de Tarnac

Les 36 comités de soutien actuellement créés, dont 21 en France, appellent le 31 janvier à une grande manifestation nationale à Paris. Un départ de Liège en co-voiturage est organisé par le comité local. Contactez-le au 04-227 595 9

Lire la lettre ouverte d’un inculpé dans l’affaire de Tarnac

Téléchargez l’affiche à la meilleure définition

Affiche de la manifestation pour ceux de Tarnac

Communiqué du Comité pour la Libération de G. I. Abdallah

Georges Ibrahim Abdallah communiste combattant de la cause palestinienne est véritablement un otage de l’Etat français depuis bientôt un quart de siècle. Arrêté en 1984 à Lyon, Georges Abdallah est condamné en juillet 1986 à quatre ans de détention. Suite à une cascade de rebondissements politico-judiciaires, avec notamment des pressions du gouvernement des Etats-Unis, il est condamné en mars 1987 à la réclusion criminelle pour des actions revendiquées par son organisation, les FARL (Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises). Il a terminé sa peine de sûreté en 1999 et il peut demander sa libération depuis cette date, ce qu’il a fait 7 fois, sans succès. Georges Abdallah est un combattant révolutionnaire qui représente encore aujourd’hui un risque pour les intérêts impérialistes français au Liban. La DST a dernièrement écrit aux juges chargés du dossier pour rappeler le motif politique du maintien en prison de Georges Abdallah. ‘Compte-tenu de l’implication de la France au Liban, de son soutien au gouvernement libanais et surtout de la présence militaire française dans le cadre de la FINUL renforcée, on ne peut exclure que Georges Ibrahim Abdallah use de son influence sur des mouvements extrémistes pour agir contre les intérêts français’. Le déroulement de l’examen de sa septième demande de libération conditionnelle est une illustration de l’acharnement judiciaire pour raison politique contre Georges Abdallah qui depuis 25 ans subit des lois et des tribunaux d’exceptions. Cet enchaînement de dates peut être rébarbatif à lire mais il est exemplaire du traitement par les fonctionnaires du ministère de la justice du dossier de Georges Abdallah.

6 février 2007: Georges Ibrahim Abdallah dépose sa 7e demande de libération conditionnelle. La date d’examen est fixée au 26 juin 2007.

26 juin 2007: Alors que Georges Abdallah est en salle de visioconférence à Lannemezan assisté de son avocat qui s’est déplacé de Paris, l’examen de la demande est reporté pour ‘problème technique’ au 4 septembre 2007.

Août 2007: L’audience du 4 septembre est reportée au 17 septembre 2007.

17 septembre 2007: Examen en première instance de la demande de libération conditionnelle, avec des déclarations islamophobes et anti-arabes de la part de la DST et de l’avocat de la partie civile Etatsunienne.

10 octobre 2007: La septième demande de libération conditionnelle de Georges Ibrahim Abdallah est refusée. Georges Abdallah fait appel. La dépêche AFP de l’époque rappelle justement les arguments politiques qui ont motivé cette décision.

20 décembre 2007: Examen en appel de la demande sans que Georges Abdallah puisse y assister. La décision est annoncée pour le 31 janvier 2008.

31 janvier 2008: La décision est reportée au 17 avril 2008.

25 février 2008: Loi sur la rétention de sûreté.

18 mars 2008: La justice décide d’entendre Georges Ibrahim Abdallah avant de prendre sa décision et date est fixée au 25 mars 2008.

25 mars 2008: Georges Ibrahim Abdallah est auditionné par visio-conférence.

17 avril 2008: Le jour annoncé de la décision, les juges décident d’appliquer à Georges Abdallah la nouvelle loi sur la rétention de sûreté. Il devra passer au Centre national d’observation de Fresnes pour une période de 6 semaines et une commission pluridisciplinaire devra donner son avis aux juges. L’audience est reportée sans qu’aucune date ne soit fixée.

5 août 2008: Transfert à Fresnes de Georges Abdallah. La procédure ‘d’observation de la dangerosité’ est tellement absurde que l’administration pénitentiaire peine à trouver des psychiatres complices.

4 septembre 2008: Le jour de l’audience décidé en avril 2008, les juges annoncent qu’il s’agit d’une audience de fixation de date. Le nouvel examen en appel de la demande de Georges Abdallah est reporté au 8 janvier 2008.

23 septembre 2008: Re-transfert de Georges Abdallah à la prison de Lannemezan.

3 novembre 2008: Alors que théoriquement la commission pluridisciplinaire a trois mois maximum pour remettre son rapport, la Ministre de la Justice publie un arrêté annulant cette contrainte de délai. La commission peut prendre des mois et des mois pour donner son avis.

Décembre 2008: Il est notifié à Georges Abdallah que la commission pluridisciplinaire étudiera son dossier le 22 janvier 2009.

8 janvier 2009: Les juges s’octroient un nouveau délai et l’audience est reportée au 26 mars 2009

26 mars 2009: Plus de deux ans après le dépôt de la demande de libération de Georges Abdallah, que se passera-t-il? Alors que les massacres sionistes s’amplifient en Palestine une décision politique sera-t-elle prise pour que Georges Abdallah soit libéré et que la bouffonnerie judiciaire cesse? Le 26 mars 2009, Georges Ibrahim Abdallah aura passé plus 8.900 jours dans les prisons françaises!!!

Athènes: 50 immigrants arrêtés dans les trois premiers jours du soulèvement, avec des peines de 18 mois de prison dans des jugements sans interprètes, et qui pourraient être expulsés (il y a des arrestations chaque jour, ce pourquoi le tableau est encore brouillé). En outre, le 7 décembre, il y a eu sept arrestations pour des petits délits (le 29 janvier un mineur sera jugé, et 6 adultes le 26 juin); le 9 décembre, il y a eu deux arrestations et une date pour le jugement a été fixée; le 11 décembre, 5 personnes ont été emprisonnées (trois de nationalité grecque et deux immigrants et le 15 décembre 4 autres). Le 18 décembre, 8 personnes accusées d’infractions ont été arrêtées.

Thessalonique: 21 arrêtés (3 mineurs passeront en jugement le 13 février 2009, et les autres, la plupart étrangers, ont été déclarés coupables, mais aucun n’est emprisonné. Toutefois, le nombre est très probablement plus grand).

Kozani: 34 arrêtés (les trois en prison sont : Ziambras, Papadimitriou, Mark, dans la prison de Grevena. Ce dernier est sérieusement blessé par des brûlures dans le nez provoquées par le gaz lacrymogène, et il a été transporté à l’hôpital d’Athènes).

Ptolemaida: 7 arrestations.

Larisa: 25 qui seraient arrêtés sous loi anti-terroriste. 17 étudiants, 4 adultes dans la prison de Korisalos.

Patras: 21 arrêtés (9 mineurs, aucun dans la prison).

Chania: 6 arrêtés (aucun en prison).

Heraklion: 22 arrêtés (11 pères pour ne pas s’être occupés de leurs fils (!), 7 mineurs (quatre d’entre eux doivent aller au commissariat une fois par mois pour des infractions plus petites), et 4 adultes dont 2 déclarés coupables doivent payer une caution (une caution de 1500 euro chacun, avec des amendes qui arrivent à approximativement à 2200 euro et visites à la police deux fois par mois).

Bowling: 6 arrestations (5 mineurs en jugement le 26 février, et un adulte, deux ans et dix mois avec sursis, par une caution de 1000 euro, en accord avec ses moyens).

Rethymo: 1 arrêté (le 15 décembre, un mineur a été arrêté, et ils ont poursuivi le père pour ne pas s’occuper de son fils. Aucun de des deux n’a été emprisonné, en accord avec leurs moyens).

Kavala: 2 arrestations (une le 7 décembre et l’autre le 10 décembre). Aucun en prison.

Kastoria: 1 mineur arrêté (amende de 4500 euro pour des dommages).

Zakynthos: 6 arrêtés (5 mineurs ont été mis en liberté sous conditions et seront jugés le 19 mars. Aucun en prison).

Rhodes: 18 arrestations (7 le 8 décembre, sous caution, 10 le 9 décembre – deux mineurs, trois étudiants d’institut, trois universitaires et deux travailleurs, libérés sous caution de 5000 euro et les adultes doivent aller une fois par mois à des commissariats, et les mineurs une fois par mois pour des dommages plus petits, et jeudi 10 décembre, ils ont pris un jeune de 17 ans lançant un cocktail Molotov dans la cour. Ils l’ont gardé jusqu’à hier, mercredi 17, quand ils l’ont libéré (la détention est basée sur une vidéo du téléphone mobile d’un témoin). On a poursuivi des pères pour ne pas s’occuper de leurs fils.

Total: 246 personnes arrêtées dont 66 en détention préventive. Il n’y a pas eu d’arrestations dans les villes suivantes où il y a eu des manifestations, protestations et confrontations : Serres, Chalkis, Ioannina, Veria, Xanthi, Komotini, Alexandroupolis, Drama, Trikala, Karditsa, Florina, Chios, Mytilene, Corinthe, Kefalonia, Lamia, Agrinio, Nafpaktos, Naousa, Syros, Amfissa, Samos, Corfu, Arta, Kalamata, Sparta, Tripoli, Missolonghi, Tower, Igoumenitsa.