Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Quelques dizaines de manifestants se sont rassemblés Place de la Monnaie à Bruxelles ce samedi entre 14h et 17h en solidarité avec Semih et Nuriye. Semih et Nuriye sont ces deux profs turcs en grève de la faim depuis 88 jours et emprisonnés depuis deux mois, ils ont été victimes des purges post-putsch et protestent pour leur réintégration. Voir notre précédent article.

Rassemblement pour Semih et Nuriye

Rassemblement pour Semih et Nuriye

Deux commémorations avaient lieu ce samedi 3 juin au local Sacco-Vanzetti. La première à 15h rendait hommage aux deux combattants du Bataillon International de Libération tué lundi dernier sur le front de Raqqa en combattant Daesh. Les combattants appartenaient l’une au MLKP et l’autre au BÖG (Bataillon Unifié de Libération). Des dizaines de militants sont venus leur rendre hommage, plusieurs interventions ont été faites en turc et en français et un petit film a montré des images de Ayşe Deniz Karacagil, la combattante MLKP ainsi qu’une interview (lisible ici en français). Une intervention a été faite au nom de la campagne de soutien au Bataillon International de Libération.

La seconde commémoration, à 17h, rendait hommage aux martyrs de l’organisation MLSPB (Union Marxiste-Léniniste de Propagande Armée), tués en 1981. Des dizaines de militants venus de différents pays y ont assisté. Vous pouvez en apprendre plus sur les martyrs de 1981 dans la déclaration solidaire que nous avons publié hier à l’occasion de la commémoration (à télécharger ici).

Commémoration pour les combattants de l’IFB

Commémoration pour les martyrs MLSPB

Commémoration pour les combattants de l'IFB
Commémoration pour les martyrs MLSPB

Ce 21 mai, à Vinnitsa (Ukraine occidentale), le SBU a arrêté et emprisonné Ian Bondarchuk, 73 ans, coordinateur de la SLS (Union des Forces de la Gauche, un nouveau parti qui a émergé après les interdictions contre les partis communistes). Il est inculpé en vertu de l’article 110 (“trahison contre la mère patrie”) et risque 15 ans de prison, probablement en représailles à la manifestation du 9 mai qu’il a contribué à organiser. La manifestation du 9 mai, “Actions pour le Régiment Immortel”, était en mémoire des morts de la seconde guerre mondiale. Des dizaines de milliers de personnes portant les photos de leurs parents décédés sont venus de toute l’Ukraine pour manifester, certains portant avec eux des banderoles rouges interdites et il y avait eu de nombreuses arrestations (voir notre article) .

Une affaire similaire avait visé un autre Bondarchuk, Alexander, à Dnepropetrovsk. C’est un éditeur communiste du journal Rabochaya Klass (Classe ouvrière). Il a fait un an de prison entre 2014 et 2015 et est à présent interdit de quitter le territoire.

Manifestation du 9 mai

Manifestation du 9 mai

En avril 2015, l’Ukraine avait voté une loi de “décommunisation” visant l’interdiction des symboles communistes. En ce compris, “le marteau et la faucille”, l’hymne et le drapeau soviétique, etc. En juillet, ce sont trois partis d’héritage communiste qui étaient interdits d’élection.

Un premier procès visant un étudiant de 18 ans vient de le condamner à une peine de “liberté surveillée” pour avoir publié des symboles et slogans concernant Lénine sur sa page Facebook. L’étudiant n’est pas même membre d’un parti. Théoriquement, cette loi (l’article 436-1) peut donner lieu à des condamnations allant jusqu’à 10 ans de prison, mais l’Ukraine tente une “phase de tests” progressive pour éviter des appels devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Parmi les “preuves” saisies et à détruire par la police et mentionnée dans le verdict (disponible ici), on trouve, 5 vestes de pluie, “le Capital” de Marx, 5 drapeaux, 19 t-shirts, 7 casquettes, 5 CD,…

A Kharkiv en 2014, une manifestation d’extrême-droite détruit une statue de Lenine

A Kharkiv en 2014, une manifestation d'extrême-droite détruit une statue de Lenine

Ce 9 juin dès 19h au Local Sacco-Vanzetti, soirée de solidarité avec les internationalistes qui combattent au Rojava. Avec la présence notamment d’un militant du PML(RC), organisation qui a participé au Bataillon Interantional de Libération et dont plusieurs membres ont été emprisonnés dans l’Etat espagnol pour “soutien au PKK”. Entrée au profit de Soutien au Bataillon International de Libération au Rojava.

Voir sur Youtube

Soirée de solidarité avec les internationalistes qui combattent au Rojava

Soirée de solidarité avec les internationalistes qui combattent au Rojava

Mesale Tolu est née en Allemagne et y a grandit, elle y a fait des études de langue espagnole et s’est engagée dans l’Union des Femmes Socialistes (Sosyalist Kadinlar Birligi) ainsi que dans l’a Fédération Allemande des Travailleurs Immigrés (Almanya Göçmen İşçiler Federasyonu). Elle s’est ensuite installée en Turquie afin de travailler comme traductrice pour l’agence de presse Etha. Mesale a été arrêtée ce 5 mai, suite à l’enterrement de femmes tuées par Daesh. Elle avait également participé à la cérémonie de condoléances en mémoire à Ivana Hoffman (martyre allemande tuée au Rojava en combattant Daesh), qui était par ailleurs son amie. Le mari de Mesale a lui été arrêté il y a un mois pour des raisons similaires. Serkan, leur fils de 2 ans est toujours en Turquie, sa famille essaie de le rapatrier en Allemagne. Un rassemblement a déjà eu lieu à Paris ce 6 mai.

Manifestation pour Mesale à Paris ce 6 mai

Manifestation pour Mesale à Paris ce 6 mai

Vendredi 5 mai, la Yeni Demokratik Gençlik – YDG organisait une manifestation de soutien aux 10 prisonniers révolutionnaires de l’ATIK à Munich en Allemagne qui passaient ce même jour en audience au tribunal. C’est finalement plus de 250 personnes qui se sont rassemblées dont plusieurs représentants d’organisations révolutionnaires de France, des Pays Bas, d’Allemagne, de Suisse et d’Autriche. La solidarité avec Georges Abdallah, qui avait écrit une déclaration de soutien, s’est aussi affirmée.

Manifestation de solidarité avec les prisonniers de l’ATIK

Manifestation de solidarité avec les prisonniers de l’ATIK

Georges Abdallah, prisonnier communiste arabe détenu par l’impérialisme français depuis 1984, a adressé un message de solidarité aux 10 prisonniers révolutionnaires de l’ATIK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe). Les 10 ont été arrêtés en Allemagne, France, Grèce et Suisse sous les ordres des autorités turques le 15 avril 2015. Les 10 sont détenus dans des conditions de détention dures avec isolement et contacts limités avec leurs avocats et leurs proches. Ils sont accusés d’être membres du TKP/ML (Parti Communiste de Turquie / Marxiste-Leniniste). Le TKP/ML n’est pas une organisation illégale en Allemagne, mais bien en Turquie. Les lois 129a et 129b permettent à l’état allemand de poursuivre des personnes si elles sont membres d’une organisation qui est illégale ailleurs, ces lois sont essentiellement utilisées pour réprimer l’immigration politique turque et kurde. Une manifestation européenne est organisée à Munich le 5 mai prochain (voir notre article).

Le message de Georges Abdallah :
Chers Camarades, Cher« e »s ami« e »s,
Incarcérés depuis plus de deux ans, nos dix camarades de l’ATIK et du TKP/ML, font face à des conditions de détention particulièrement sévères.
Tout naturellement, nos valeureux camarades, sont toujours debout, la volonté inébranlable et la détermination à toute épreuve. Sur les chemins illuminés par le sang des martyrs communistes depuis Mustafa Suphi jusqu’à nos jours, nos camarades savent à quoi s’en tenir. Bien entendu ils savent aussi pertinemment que nombreux sont ceux et celles qui se tiennent à leurs côtés. La solidarité révolutionnaire à leur endroit est le moindre de nos devoirs.
Sans se perdre dans les méandres de la justice impérialiste allemande et les aléas de la loi 129/a-b, nous ne sommes pas sans savoir Camarades, que l’activité du protagoniste révolutionnaire en Turquie et tout particulièrement celle de sa composante communiste, ne laisse pas indifférents les divers États impérialistes en Europe.
Par ce temps de crise, de guerre et des grandes manipulations les « fondés du pouvoir du capital mondialisé » en Allemagne ne peuvent tout simplement, tolérer la simple présence de nos camarades sur le territoire allemand et en Europe s’ils n’arrivent pas à les briser pour les mettre au service de ses criminelles manœuvres en Turquie et dans la région Moyen-Orientale. Et ils n’arriveront Jamais.
– La solidarité toute la solidarité avec nos camarades résistant dans les geôles impérialistes allemandes !
– Honneur à tous ceux et celles qui se battent contre le capitalisme qui n’est plus que barbarie !
– Ensemble et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons
Votre camarade Georges Abdallah

France/Allemagne : Georges Abdallah solidaire des prisonniers de l’ATIK

La manifestation qui devait avoir lieu ce matin à 10h à la Place du Luxembourg a été attaquée par la police. Selon la police, toute manifestation ayant trait à la Turquie est interdite pour le moment “par craintes d’attaques” de la part des fascistes turcs. La police a appliqué elle-même cette règle moins d’une minute après le début de la manifestation en arrachant la banderole des mains des manifestants avant de les plaquer au sol et de les traîner dans la boue. Quinze manifestants ont été colsonnés durant une vingtaine de minutes et relâchés après prise d’identité. La police de Liège avait également empêché une distribution de tracts pour la libération de Musa à la Place Saint-Lambert il y a trois jours.

La soirée de solidarité qui avait lieu hier soir au Sacco-Vanzetti a elle été un succès, avec une salle comble, un repas solidaire, une projection d’une interview de Musa Asoglu et une intervention du Comité “Liberté pour Musa Asoglu”. Des milliers de tracts informant de la situation de Musa ont été distribués à la Place de la Monnaie quelques heures avant.

30 secondes avant l’intervention de la police, le 22 février dernier

Hier avait lieu à Madrid un rassemblement de solidarité à l’occasion du premier anniversaire de l’emprisonnement de 7 militants du Parti Marxiste Léniniste (Reconstruction Communiste) et de l’illegalisation de leur parti. La police les soupçonne d’être des membres présumés du PKK et criminalise leur participation au International Freedom Battalion au Rojava. Une délégation de la campagne de Soutien au Bataillon International de Libération au Rojava était présente pour affirmer sa solidarité internationaliste !

Rassemblement à Madrid pour les prisonniers du PML(RC)

Rassemblement à Madrid pour les prisonniers du PML(RC)