Durant tout le mois d’avril, les groupes participant à l’Alliance du 1er Mai Révolutionnaire organiseront une série d’événements de mobilisation.

Vendredi 5 avril au Sacco-Vanzetti, 54 Chaussée de Forest, 1060 Saint-Gilles.
À 18h: Conférence sur l’histoire du 1er Mai. Avec Francine Bolle (Historienne, ULB, Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches) et présentation de l’alliance du 1er Mai Révolutionnaire. [FR]
À partir de 20h: Musique, bar et petite restauration.

Vendredi 12 avril au Sacco-Vanzetti, 54 Chaussée de Forest, 1060 Saint-Gilles.
À 18h: Ciné-club: “Tout va bien” (1972)
“Godard examine la structure des films, relations et révolutions à travers la vie d’un couple à Paris.” [FR, English subtitles]
À 21h: Concert de “Le souffle du nord” Duo Rocco Adduci & Arnaud Degimbe, “Travelling Folk Music from Belgium to Calabria”.

Jeudi 18 avril à l’Aurore, 162 rue du Midi 1000 Bruxelles.
À 18h30: Syndicalisme Révolutionnaire en Belgique PT.2. Débat autour de l’actualité et de la pertinence d’une stratégie syndicaliste révolutionnaire en Belgique aujourd’hui, Au travers différentes expériences de travailleurs et travailleuses impliquées dans le militantisme syndicalisme. [FR]

Samedi 20 avril à l’Aurore, 162 rue du Midi 1000 Bruxelles.
De 14h à 20h: Salon du livre politique et social d’occasion
Donnez vos livres au profit du 1er Mai, déposez-les au Sacco-Vanzetti (54 CH. de Forest) ou à la brasserie Verschueren (11 Parvis de Saint-Gilles). Workshops: Poésie insurrectionnelle, Luttes féministes, formation droit syndical, Lectures d’Aragon; etc. [Et plus à confirmer]

Woensdag 24 april Sojo, Eén Meilaan 35 3010 Kessel-Lo
À 19h: Infoavond over de geschiedenis van 1 mei, met Dennis Bos (Universiteit Leiden), auteur van oa. “Bloed en barricaden. De Parijse Commune herdacht”. [NL]
Conférence/Débat sur l’histoire du 1er Mai, avec Dennis Bos (Maître de conférence à l’Université de Leiden), chercheur en culture politique, légitimité politique, violence politique et mouvement socialiste ouvrier. [NL]

Jeudi 25 avril au Barlok, 53b Av. du Port 1000 Bruxelles.
Concerts à partir de 20h:
– Les Lapins Électriques – Punk, Bruxelles
– Mangouste – Rap, Liège
– Le Club Durruti – Rap, Bruxelles
– Antiskapitalistas – Ska-punk, Bruxelles
– DJerem’ – Mix rock, 90’s, punk…- Bruxelles
– Pablo Hasel – Hip-hop, Catalogne

Mercredi 1er Mai à 11h , Carré de Moscou, 1060 Saint-Gilles: 1er Mai Révolutionnaire.

Avril Agitation

Avril Agitation

Une trentaine de manifestants se sont réunis devant l’ambassade de Grèce à Bruxelles ce 11 juillet en solidarité avec les militants révolutionnaires incarcérés, à l’appel du Secours Rouge, du Front Populaire, de Upotudak et du Collectif Anarchiste de Leuven. Des textes présentant la situation de plusieurs collectifs de prisonniers ont été lus : Rouvikonas, Nikos Maziotis et Pola Roupa (Lutte Révolutionnaire), les prisonniers du Front Populaire (Halk Cephesi), Turgut Kaya, ainsi qu’un texte général sur la situation répressive et les nombreux autres prisonniers (17 novembre, Cellules de Feu). Les manifestants ont scandé “AKP assassin, Syriza complice”, “Liberté pour tous les prisonniers révolutionnaires”, et d’autres slogans anticapitalistes.

Manifestation devant l’ambassade de Grèce

Communiqué du Secours Rouge International

Manifestation devant l'ambassade de Grèce

Communiqué du “Front du Travail et de la Liberté – Initiative Européenne” (Emek ve Özgürlük Cephesi – Avrupa Inisiyatifi):

Dogan Albayrak (1957 – 5 juillet 2018)

Dogan était dans la lutte révolutionnaire socialiste depuis les années 1970. Il était plus spécifiquement l’un des leaders de premier plan dans la région où il se trouvait (Tozkoparan). Altruiste et humaniste, il arrivait à créer un lien avec toutes les strates de la société. Alors qu’il était au lycée, il a rencontré les idées de l’opposition révolutionnaire avant de s’y engager aussitôt. Il a alors pris un rôle actif dans la construction de l’association des révolutionnaires lycéens IDOD. Après le Coup d’État du 12 septembre, il a été jugé et emprisonné lors du procès contre le MLSPB (Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée), il était détenu dans la prison militaire de Metris avant de nombreux transferts. Il a assumé avec honneur sa place dans la résistance des prisons. À sa sortie de prison, il est devenu directeur d’un club de sport et a pris en charge l’éducation sportive de centaines d’enfants. Sa mère et le reste de sa famille ont également travailler à l’effort de la lutte socialiste. À l’annonce de sa mort, les membres du MLSPB, les populations de la région et d’autres camarades révolutionnaires se sont réunis autour de sa dépouille pour le saluer.

Nous, révolutionnaires, remercions notre camarade Dogan pour la vie pleine de beauté et d’honneur qu’il a offert à la lutte pour le socialisme.

Dogan Albayrak

Dogan Albayrak

Spenser Rapone, un cadet de l’académie militaire américaine West Point a été viré de l’armée pour deux photos sur lesquelles il apparaissait et qui avaient fait le tour d’internet à l’époque de leur publication. Les images étaient apparues sur Twitter en septembre 2017, et avaient été prises en mai 2016, sur la première photo on voyait le cadet ouvrir sa veste pour révéler un t-shirt à l’effigie de Che Guevara, dans la seconde, un message dissimulé sous sa casquette révélait que le “Communisme vaincra”. L’enquête ouverte par la suite contre le “commie caddet” avait révélé que Spencer faisait l’apologie d’une révolution socialiste violente sur internet. Loin de se repentir, Spenser a tweeté lundi dernier “un dernier salut” à savoir un bras d’honneur tourné vers la base américaine de Fort Drum. Spenser dit être devenu communiste lorsqu’il était en Afghanistan avant de tenter sa chance à West Point alors qu’il était “encore idéaliste et pensait changer les choses de l’intérieur”. Pour réponse à son éviction, Spenser a déclaré “Je me considère comme un socialiste révolutionnaire, j’encourage tous les soldats conscients à poser les armes, à me rejoindre et à rejoindre tant d’autres qui ont cesser de soutenir les agents de l’impérialisme, dans un mouvement révolutionnaire”.

Spenser Rapone

Spenser Rapone

Spenser Rapone
Spenser Rapone

Une trentaine de manifestants, principalement des membres d’ATIK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe) et du Secours Rouge se sont rassemblés ce mercredi 20 juin devant le siège de la Commission Européenne à Bruxelles, Rond-Point Schuman, entre 11h et 13h. L’objet de la manifestation était d’exiger la libération de Hidir Gönek et de Turgut Kaya, tous deux révolutionnaires turcs emprisonnés en Grèce et menacés d’extradition vers la Turquie où ils risquent d’être emprisonnés car soupçonnés d’appartenir à une organisation “illégale”, à savoir le TKP/ML. Turgut et Hidir sont tous deux en grève de la faim depuis une vingtaine de jours.

Liberté pour Turgut Kaya et Hidir Gönek !

Liberté pour Turgut Kaya et Hidir Gönek !

Depuis plus de 50 jours, Cahit Zorel fait un sit-in devant le Conseil du Contentieux des Étrangers pour être régularisé, puisqu’il est sans-papiers en Belgique depuis 17 ans et que ces nombreuses demandes lui sont refusées au motif de ses opinions et activités politiques. Cahit est tous les jours accompagné d’autres militants qui viennent lui rendre visite. Ce 13 juin, soyons nombreux pour le soutenir devant le Conseil du Contentieux et dans la salle lorsque l’audience de Cahit aura lieu.

solidarité avec Cahit

Mercredi 6 juin, Nidal Naeem Abu Aker, membre dirigeant du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) est sorti des prisons de l’état israelien. Il avait été plusieurs fois arrêté et détenu par l’occupant avant d’être placé une nouvelle fois en détention administrative en juin 2014 (voir notre article). Cette détention a ensuite été renouvelée tous les 4 mois jusqu’au 6 juin 2018. Dès sa sortie de prison, il est parti rejoindre ses camarades et sa famille dans le camp de réfugiés de Dheisheh.

Israel/Palestine : Libération d’un dirigeant du FPLP

Près de 400 manifestant.e.s se sont rassemblé.e.s pour relier le Carré de Moscou à la Place Poelaert ce mardi. Cette édition du 1er mai était appelée par une vingtaine d’organisations réunies dans un ‘Collectif 1er mai’ avec un appel commun antifasciste, anticapitaliste et internationaliste. La manifestation a été précédée d’interventions du Front Populaire de Turquie, de Cahit Zorel (un militant antifasciste turc résidant en Belgique depuis 17 ans et menacé d’expulsion vers la Turquie où il risque l’emprisonnement), du Comité pour la Levée de l’État d’Urgence en Turquie (qui avait mené la campagne de solidarité avec Nuriye et Semih), de Antifascisti Bruxelles, du Comité de la Jeunesse Iranienne et de l’Organisation 8 mars des Femmes (Iran – Afghanistan) et du Parti Communiste Marxiste-Léniniste de Turquie (MLKP). En plus des révolutionnaires de Belgique et de l’immigration politique turque et iranienne, la diaspora kurde a également rejoint le cortège.

Une fois arrivé Place Poelaert, une partie des manifestant.e.s a rejoint dans un bloc révolutionnaire la manifestation “1er Mai de Lutte” appelée par la CGSP-ALR. Deux élues du Parti Socialiste qui s’y étaient rendues ont été copieusement huées lors de leur passage. Ce second cortège est passé devant les locaux de ce même Parti Socialiste où les manifestant.e.s ont scandé “Tout le monde déteste le PS”, même scène devant les locaux de la FEB (l’organisation patronale belge). Le cortège s’est dissout autour de la Place Anneessens et plusieurs manifestants ont rejoint la rue des Foulons où le Garcia Lorca organisait un “1er Mai Alternatif”. Le Secours Rouge et Alternative Libertaire Bruxelles y ont tenu des tables de presse.

Le Collectif 1er Mai ambitionne de construire une plateforme révolutionnaire unitaire à Bruxelles et en Belgique à travers l’organisation d’actions communes, à commencer par le 1er Mai. Pour rejoindre cette plateforme ou être tenu au courant des prochaines activités, rendez-vous sur le site du collectif sur www.1mai.xyz

Pour voir les photos de ce 1er mai, voir l’article sur le site 1mai.xyz ici.

1er mai révolutionnaire Bruxelles

1er mai révolutionnaire Bruxelles

Le Parti Communiste organise comme chaque année une commémoration du massacre de Roux de 1886. Cette année, le rendez-vous est fixé à 10h à la Gare de Roux pour un départ commun vers le cimetière pour la commémoration, une conférence aura ensuite lieu à la salle du Café Pullman près de la gare sur les événements de 1886 et les enseignements pour notre époque.

L’événement Facebook est ici.

Commémoration du Massacre de Roux

Commémoration du Massacre de Roux

Toutes les infos sur www.1mai.xyz

Appel

Partout dans le monde, les résistances des exploité.e.s répondent aux attaques des exploiteurs. Dix ans après la “crise de 2008”, ces offensives se succèdent, encadrées par les gouvernements successifs qu’ils soient sociaux-démocrates, ou libéraux et nationalistes flamands. Le capitalisme prétend dépasser la “crise”, alors qu’il n’a jamais cessé de la porter.

Chaque année, le capitalisme impose des cadences plus dures, des conditions plus précaires aux travailleuses et aux travailleurs, et une marginalisation plus insoutenable pour ceux et celles qui sont poussé.e.s hors du radeau. Qu’il se déclare en crise ou non, il ne cesse de nous demander plus de travail chaque semaine et plus de flexibilité. Lorsqu’il achève de terroriser les exploité.e.s avec le spectre de l’exclusion sociale, il les remplace par des caisses automatiques comme à Carrefour, il les force à se transformer en faux-indépendants comme à Deliveroo. Pour ceux et celles qui sont exclu.e.s, il renforce toujours les contrôles, la marginalisation, la précarisation, la paupérisation, avec la collaboration des bureaucraties syndicales.

À l’intérieur de la forteresse Europe, l’épouvantail islamiste a permis l’imposition d’un état d’urgence permanent, d’une surveillance généralisée, de perquisitions judiciaires ou extra-judiciaires simplifiées (comme les nouvelles visites domiciliaires), du fichage systématique de tou.te.s ceux et celles qui résistent à l’ordre établi. La Belgique n’a mis que quelques jours à utiliser ses législations anti-terroristes pour extrader le militant belgo-turc Erdal Gokoglu vers l’Allemagne, où il sera jugé pour avoir lutté contre le régime fasciste d’Erdogan. Les États systématisent toujours plus le fichage, l’enfermement et la déportation des sans-papiers, même lorsque cela les renvoie vers la faim, la torture, la prison, la guerre et la mort.

En-dehors de la forteresse, les forces impérialistes continuent à s’arracher les pays “dominés”, du Maghreb à l’Afrique et au Moyen-Orient, continuant à semer la désolation à travers la Lybie, la Syrie, l’Irak, la Palestine, le Yemen. Les peuples kurde, arabe, syriaques et tant d’autres, sont victimes de la sauvagerie de l’État turc, dans son attaque contre le Canton d’Afrin et contre le Rojava. Attaque menée avec la bénédiction des impérialismes américain, russe, européen, ce qui démontre (mais personne n’en doutait) que la brève alliance conjoncturelle avec les forces kurdes face à Daesh n’était qu’un épisode tactique. Ses alliances stratégiques, l’impérialisme les réserve aux forces les plus réactionnaires, pétromonarchies ou mouvements salafistes.

Les réformistes et les sociaux-démocrates organiseront comme chaque année une “fête” du Premier Mai pour occulter que l’heure n’est pas à la fête, mais au combat. Nous devons construire l’unité des forces révolutionnaires à travers l’unité de la classe des exploité.e.s, en dénonçant l’exclusion des racisé.e.s, l’expulsion des sans-papiers et la domination masculine. Diviser notre classe est une priorité de la classe dominante, et ses gouvernements successifs reprennent pour ce faire à leur compte des pans entiers de l’agenda des mouvements fascistes. Le mouvement de solidarité directe avec l’hébergement de sans-papiers et la libération de la parole des femmes confrontées aux violences sexistes montrent que la résistance est possible.

L’heure est aussi à la solidarité, avec tou.te.s celles et ceux qui luttent, avec tou.te.s celles et ceux qui sont emprisonné.e.s pour avoir mis en pratique les idéaux révolutionnaires. Ils et elles sont des milliers, enterré.e.s vivant.e.s, à témoigner chaque jour de la férocité capitaliste, à témoigner de la recherche actuelle de nouvelles avancées révolutionnaires.

Luttons contre le fascisme, le racisme et le patriarcat, contre le capitalisme et ses États ! Solidarité avec les peuples en lutte, avec les travailleurs et travailleuses en lutte, avec les prisonnièr.e.s politiques. Organisons le camp révolutionnaire !

La manifestation du “1er Mai Révolutionnaire” démarrera de Saint-Gilles pour rejoindre la manifestation “1er Mai de Lutte” appelée par la CGSP ALR.

1er Mai Révolutionnaire