Actualité de la répression et
de la résistance à la répression

Les villageois de Nandakumar dans la région de Medinipur, accusent la direction de l’école locale de détourner l’argent de la cantine scolaire. Certains élèves se plaignaient qu’on leur servait de la nourriture de mauvaise qualité, d’autres élèves de ne pas recevoir de repas de midi. Après un chahut massif et des altercations dans les locaux de l’école vendredi, les villageois se sont tournés contre les forces de police et les ont affronté.

Dossier(s): Inde-Népal Tags: ,

L’armée turque rencontre beaucoup de difficultés au Kurdistan irakien. Pour tenter de repérer les unités de guérilla du PKK, pour ensuite effectuer des frappes aériennes contre elles, elle ne se contente plus de la surveillance par drone. Les forces turques essaiment des caméras sur les hauteurs. La guérilla kurde a diffusé des images prises dans les régions de Xakurke, Heftanîn et Metîna où ses combattants désactivent ce réseau de caméras de surveillance, en démontant et les emportant les caméras (photo) ou en les détruisant en tirant dessus. Pour installer une caméra dans ces régions défendues par la guérilla, des unités de 30 à 35 soldats turcs sont déployées.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: , , ,

Deux Palestiniens ont été tués jeudi dans des affrontements avec l’armée israélienne en Cisjordanie. Un homme de 25 ans du camp de réfugiés d’Al Eïn à Naplouse a reçu une balle dans le cou tandis qu’un homme de 26 ans du camp de réfugiés de Kalandia, près de Jérusalem, a été atteint au coeur. Ils ont été tué lors de manifestations dans le camp de réfugiés de Balata à Naplouse et  dans la ville d’Al Bireh, près de Ramallah. Des affrontements ont éclaté entre des dizaines de Palestiniens et l’armée d’occupation israélienne, après l’incursion de celle-ci dans le quartier Umm al-Sharait, dans la ville d’al-Bireh, adjacente à Ramallah, pour effectuer plusieurs perquisitions dans des maisons palestiniennes. Les manifestants ont lancé des de pierres et des cocktails Molotov et les soldats israéliens ont utilisé des munitions réelles, tiré à balles en métal recouvert de caoutchouc et des grenades lacrymogènes.

Une nouvelle journée d’affrontements a eu lieu hier jeudi à l’Instituto Nacional. Quelques dizaines d’étudiants ont manifesté devant l’école, où ils ont érigé des barricades et lancé des cocktails Molotov sur les carabiniers. La manifestation a commencé à 8 heures du matin, mené par des individus portant des combinaisons blanches. Lorsque les Carabineros sont arrivés sur les lieux pour tenter de disperser les manifestations, les protestataires se sont réfugiés à l’intérieur de l’école. Les étudiants dénoncent la précarité et la misère sur le campus, liées aux problèmes d’infrastructures, à la livraison de nourriture par Junaeb, à la suspension des cours, au manque de professeurs et autres.

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Le mouvement des prisonniers palestiniens a annoncé jeudi 1er septembre que l’administration pénitentiaire israélienne avait renoncé à ses nouvelles mesures répressives imposées aux prisonniers. À la lumière de cette victoire, le mouvement uni des prisonniers a annoncé qu’il ne se lancerait pas dans une grève de la faim collective de masse. Plus précisément, l’administration pénitentiaire de l’occupation israélienne est revenue sur son annonce selon laquelle les prisonniers condamnés à perpétuité ou à de longues peines seraient transférés d’une prison à l’autre tous les six mois. Cette politique répressive, ainsi qu’une série de raids et d’invasions des cellules des prisonniers, avait été lancée par l’administration pénitentiaire après l’évasion de 2021, au cours de laquelle six prisonniers palestiniens s’étaient libérés de la prison de Gilboa.

Prisonniers palestiniens

 

« Rien à déclarer ». Ce sont les seuls mots que nous conseillons de dire à la police lors d’un interrogatoire. Mais la curiosité à l’égard des techniques de l’adversaire est une bonne chose et nous devons naviguer entre deux erreurs classiques face à la répression : la sur-estimer ou la sous-estimer. Comment la police envisage-t-elle les interrogatoires de son côté ? Comment les prépare-t-elle ? Pourquoi y a-t-il un « bon » et un « méchant » flic dans les salles d’interrogatoire ? Ce sont à toutes ces questions que ce petit film répond. À l’aube de nouvelles mobilisations, une chose est sûre : les mois et les années qui arrivent seront remplis de résistances face à l’ordre établi, et donc de répression et de contre-insurrection. Ce film se veut donc être un outil de plus pour les militant·e·s et les collectifs qui s’organisent et se préparent contre la répression.

Projection-débat :
Vendredi 16 septembre (ouverture 18h30, projection 19h)
Au Chat Noir, 33 rue Antoine Puget, 31200 Toulouse

Entrée libre
Grignotages et boissons sur place

 

L’événement Facebook

Le 28 mai 2015 avaient été retrouvés, dans une villa de Biarritz, 26 pistolets et revolvers, un millier de munitions, plusieurs kilos de produits entrant dans la composition d’explosifs et quelque 700 plaques minéralogiques vierges avec une presse pour les imprimer (photo). Plus de sept ans plus tard, l’occupante des lieux et l’un de ses amis comparaissent pour association de malfaiteurs terroriste et, pour le second, transport, détention d’armes et recel, avec la qualification terroriste. Né en France mais originaire de Pampelune, ce dernier a quitté la France pour le Mexique entre 1986 et 1998, après l’émission d’un mandat d’arrêt de Madrid contre lui, des poursuites plus tard abandonnées. Cet homme de 58 ans a reconnu jeudi à la barre avoir entreposé les armes dans la maison. Il a maintenu ne jamais avoir été membre de l’ETA, se présentant comme un sympathisant de la gauche nationaliste. A l’audience, il a soutenu avoir agi dans le cadre du «processus de paix», en vue d’une remise de ces armes aux autorités. En 2011, l’ETA avait annoncé la fin de la lutte armée et entamé début 2014 un processus unilatéral de désarmement, en lien avec la Commission internationale de vérification (CIV), non reconnue par Madrid et Paris. C’est le 8 avril 2017 que l’organisation  a annoncé son «désarmement total» avant, le 3 mai 2018, de déclarer sa dissolution.

À partir d’aujourd’hui, la première phase de la loi sur le Statut juridique Externe (LSJE) portant sur l’exécution des courtes peines entre en vigueur. L’entrée en vigueur du nouveau dispositif se déroulera en deux étapes: à partir du 1er septembre, toutes les peines de 2 à 3 ans seront exécutées. À partir de septembre 2023, ce sera au tour des peines de moins de 2 ans. Cette mesure concrétise la volonté affichée par le ministre de la Justice de mettre un terme à l’inexécution des courtes peines. Depuis les années 1970, la plupart des courtes peines de prison ne sont pas exécutées en Belgique. Les peines de moins de trois ans sont automatiquement transformées en surveillance électronique et les peines de moins de six mois ne sont bien souvent pas exécutées.

En octobre 2021, le gouvernement débloquait 91,5 millions d’euros pour la création de 15 maisons de détention au cours de la présente législature. Le SPF Justice et la Régie des bâtiments se sont mise à la recherche d’immeubles adaptés. Les maisons de détention de Courtrai (photo) et de Berkendael ont d’abord été déterminées. C’est donc finalement une liste de huit propriétés dont l’achat et l’aménagement ont été soumis au Conseil des ministres. Les huit maisons de détention qui doivent encore être construites, tout comme l’ouverture (prévue à l’automne) des nouvelles prisons de Haren et de Termonde ainsi que le maintien en activité plus longtemps que prévu des prisons de Saint-Gilles et Termonde devraient permettre de réaliser la volonté du gouvernement de faire appliquer les courtes peines.

 

Les militants qui soutiennent les prisonniers républicains irlandais font actuellement campagne contre la procédure d’extradition de Sean Walsh. Des milliers de brochures d’information ont été diffusées pour dénoncer cette procédure. Si Sean est extradé, il sera incarcéré à Maghaberry sous le régime de détention brutal réservé aux prisonniers politiques républicains.  Sean Walsh, originaire de Cork, membre de Saoradh, est détenu à la prison de Portlaoise depuis décembre, sans inculpation, suite à une demande de l’armée britannique dans le cadre de l’opération « Arbacia ». Des points d’interrogation juridiques subsistent quant au mandat utilisé pour l’arrestation de Sean, car le départ de la Grande-Bretagne de l’UE nécessite la signature d’une nouvelle législation sur l’extradition. L’opération Arbacia est le nom donné par la Grande-Bretagne à l’arrestation et à l’emprisonnement d’éminents républicains de Saoradh en rapport avec des conversations prétendument enregistrées lors d’une réunion organisée et mise sur écoute par l’espion du MI5, Dennis McFadden. Neuf républicains, sept hommes et deux femmes, sont toujours internés en détention provisoire à la prison de Maghaberry depuis août 2020. Suite à la pression internationale, un éminent militant palestinien, le Dr Issam Hijjawi Bassalat, a été libéré en décembre dernier (voir notre article).

 

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: , ,

Les droits des prisonniers politiques palestiniens sont systématiquement violés: du refus des visites familiales aux transferts constants d’une prison à l’autre tous les six mois, en passant par les raids agressifs dans les cellules. La lutte collective de ces prisonniers avait été suspendue en mars 2022 après qu’un accord a été conclu pour améliorer les conditions de détention. 1 000 prisonniers politiques palestiniens entameront jeudi prochain une grève ouverte de la faim, en protestation contre l’administration des prisons qui refuse d’appliquer les accords passés en mars. Il y a actuellement 4 400 prisonniers politiques palestiniens dont 36 femmes dans les prisons israéliennes, 300 Palestiniens de Jérusalem-Est, 250 de Gaza et 70 Palestiniens de territoires de 1948.